referencer site web - referenceur gratuit -

intestin

Soubhana Allah: Pourquoi nous avons une flore microbienne ?

La flore microbienne

Introduction

"Les microbes sont des êtres vivants unicellulaires que leur petite taille ne permet d'observer qu'à l'aide de microscopes optiques ou électroniques. Ce terme s'applique à deux sortes de populations. Les premières sont composées de cellules dont la structure est voisine de celle des organismes supérieurs et qui sont donc classées dans le règne des eucaryotes. Certaines sont proches des cellules des végétaux comme par exemple les champignons microscopiques ; d'autres, comme les protozoaires, se rapprochent des cellules des animaux. Les autres populations de microbes sont classées dans le règne des procaryotes, car le matériel génétique de leurs cellules ne forme pas un noyau distinct limité par une membrane.

L'image que nous avons des microbes est souvent associée à un aspect de danger potentiel. Cette connotation négative est en grande partie due au fait que les premières bactéries étudiées par les élèves de Louis Pasteur étaient responsables de maladies redoutables pour l'homme et les animaux. En réalité on constate aujourd'hui que les bactéries pathogènes, responsables de maladies, sont infiniment moins abondantes dans notre environnement que celles qui sont utiles, voire indispensables à l'homme."

La vie n’est possible que grâce au nombre considérable de bactéries vivants dans ou sur le corps humain. Il s’agit de bactéries dites commensales, c’est-à-dire qui ne provoquent pas de maladie(s).

Cette flore microbienne, aussi appelée microbiote, est bénéfique et même totalement indispensable à notre vie et ne causent pas de maladie ou de dysfonctionnements dans des conditions normales et sont essentielles au maintien de notre bon état de santé.

On estime que l’ensemble des bactéries du corps humain est de l’ordre de 800 à 1000 milliards pour un individu adulte, soit environ 10 fois plus que ses propres cellules. Par exemple, sur certaines zones de la peau, on peut trouver jusqu’à 50 millions de bactérie par centimètre carré !!! On identifie chez un adulte, entre 500 à 1000 espèces de micro-organismes différentes.

Toutes les zones en contact avec l’extérieur présentent des bactéries, tout particulièrement la peau et le tube digestif.

La Flore cutanée

On trouve deux types de flore microbienne sur la peau :

La flore résidente constituée de germes commensaux (micro-organismes qui colonisent l’organisme sans provoquer de maladie)

la flore transitaire formée de germes saprophytes (se nourrissant des matières en putréfaction). Ces germes sont des bactéries pathogènes opportunistes, c’est-à-dire qu’elles présenteront éventuellement une maladie si les défenses de l’hôte viennent à défaillir.

Cette flore cutanée varie en densité de cent jusqu’à des millions par centimètre carré ; elle est faible sur les zones sèches et très élevée sur les zones de plis, les zones poilues et les zones de transpiration.

Cette flore varie avec l’âge et participe à la barrière protectrice de la peau pour l’organisme.

La Flore intestinale

99 % au moins des micro-organismes qui colonisent les intestins vivent sans oxygène, on les appelle « anaérobies strictes ».

La flore intestinale, qui compte entre 500 et 100 espèces différentes chez l’adulte, se développe dès les premiers jours de la vie et met environ 2 mois à atteindre sa forme « mature ». Elle varie peu une fois constituée. Le nombre de bactéries est considérable (jusqu’à 1014 de micro-organismes…soit 10 fois plus que le nombre de cellules du corps humain et pèse au total entre 1 et 1,5 kg !)

Cette flore (ou microbiote) va avoir un rôle considérable pour notre organisme. Elle va permettre à notre organisme de désagréger certaines substances ingurgitées que nous ne savons pas digérer nous même : La cellulose (principal constituant des végétaux et en particulier de la paroi de leurs cellules), les cartilages,… Elle permet également la synthèse de composés nécessaires à notre vie et que nous ne savons pas fabriquer à partir de notre alimentation : en particulier la vitamine K qui est absolument indispensable pour la coagulation de notre sang.

Notons, que nos selles (excréments) vont présenter une part importante de bactéries intestinales de cette flore dans leur composition

Fonctions reconnues

Notons que certains scientifiques considèrent la flore microbienne comme un organe à part entière, de 1 à 1,5 kg, 10 à 10 micro-organismes….

A ce jour, le microbiote à 4 fonctions reconnues :

Une fonction physiologique : régulation de l’épaisseur et le renouvellement de la muqueuse de l’intestin, de la taille des villosités et du développement de son réseau sanguin,…

Une fonction immunitaire : une aide à l’efficacité du système immunitaire.

Une fonction protectrice en limitant la colonisation par des microorganismes pathogènes ou par la diversité de la flore en ne permettant pas à une bactérie en particulier de se multiplier dans des quantités anormales et pathogènes.

Une Fonction digestive : comme indiqué plus haut, en permettant la conversion de substances en micro nutriments assimilables (exemple : vitamine K) et en dégradant certaines substances telles que les fibres de cellulose des végétaux.

http://anatomieludique.unblog.fr/la-flore-microbienne/

http://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/bons_et_mauvais_microbes.919

e6un7

 

Une horloge dans notre intestin

Travail en horaires décalés, voyages lointains, troubles saisonniers ou dépression hivernale... Certains syndromes sont liés à la perturbation des rythmes biologiques internes. L'ensemble de nos activités quotidiennes est rythmé non seulement par l'alternance jour/nuit mais aussi par la fréquence et l'heure des repas ainsi que par l'activité sociale. Des chercheurs de l'INRA de Nantes ont mis en évidence l'existence d'une horloge circadienne, c'est-à-dire rythmée sur 24 heures environ, dans la cellule de l'épithélium intestinal de l'Homme.

Des travaux récents avaient montré l'existence d'horloges biologiques pour les cellules du foie, des reins et des poumons, mais il n'y avait pas d'évidence au niveau de l'intestin. Pourtant, on observe une rythmicité pour le renouvellement des cellules intestinales, leur migration et leur différenciation. Les chercheurs de l'INRA ont apporté les premières preuves de l'existence d'une horloge biologique au niveau de l'intestin. Pendant trois ans, ils ont collecté des biopsies d'épithélium intestinal au Centre de Recherche en Nutrition Humaine de Nantes. Ils ont montré que les cellules intestinales expriment les protéines des gènes dits « gènes horloges » identifiés actuellement.

Alimentation et horloge intestinale

Les chercheurs de l'INRA s'intéressent également aux nutriments capables d'influer sur cette horloge. En modifiant la composition des milieux de culture, ils ont réussi à rétablir une rythmicité dans l'expression des gènes horloges de cellules intestinales cancéreuses, rythmicité qu'elles avaient perdue. Ils montrent ainsi l'importance de certains constituants nutritifs. La connaissance de l'impact des apports en nutriments (aspects quantitatifs, qualitatifs et cinétiques) sur l'horloge biologique intestinale devrait permettre de prévenir les désordres digestifs chez les personnes travaillant en horaires décalés et celles subissant de fréquents décalages horaires, ce qui concerne actuellement près d'un actif sur cinq.

Mise en place d'une horloge intestinale chez le nouveau-né

Les travaux des chercheurs de Nantes sont aussi engagés pour comprendre l'acquisition d'une horloge circadienne intestinale chez le nouveau-né. Assurer une bonne mise en place des rythmes circadiens chez le nourrisson prématuré ou à terme est une préoccupation importante chez les pédiatres car l'organisation d'un sommeil rythmée par l'alternance jour/nuit et la diminution progressive du nombre des biberons sont des indices de bonne santé et un facteur de confort pour les parents.

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/vie-horloge-notre-intestin-5826/#xtor=RSS-8

e6un7

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site