referencer site web - referenceur gratuit - $(document).ready(function(){ chargementmenu(); });

l'Etat islamique

Définition et caractéristiques de l'Etat islamique

Photobucket


Un Etat peut être défini comme un instrument de gestion des affaires de la cité représentée par un corps d'individus organisés en une structure exerçant un pouvoir, couvrant un territoire de superficie variable.
Selon un autre angle de vue, un Etat est une entité dédiée à l'application d'un ensemble de conceptions, de normes et de convictions épousées par un groupe humain.
A partir de ces définitions générales, nous définirons l'Etat islamique comme étant l'entité qui dispose du pouvoir d'appliquer dans ses territoires et de diffuser à l'extérieur les conceptions islamiques, ses normes et convictions.
L'Islam est la somme de conceptions fondamentales et d'un système issu de ce fondement idéologique. Les conceptions fondamentales islamiques, 'aquida, sont la base pour le système islamique, sa civilisation, ses normes. Al 'aquida est aussi la seule base pour établir les lois de l'Etat islamique.
Un Etat peut prétendre être islamique et formuler dans sa constitution que la religion officielle est l'Islam. Sa constitution peut comprendre un article stipulant que l'Islam est la source principale pour la législation. Mais, ce genre de mesures superficielles sont très insuffisantes pour conclure sur la qualité islamique de cet Etat.
Nous mentionnons ici les quatre critères fondamentaux qui définissent l'Etat islamique.
Premièrement, la souveraineté revient à la charia. Cela signifie que ni les dirigeant ni la Oumma n'ont le droit d'inventer des lois pour organiser les rapports entre les hommes. La loi d'ALLAH le Très-Haut est donc la référence unique (et non la référence
principale) pour la constitution ainsi que toutes les lois qui régissent les rapports humains dans la société.
Deuxièmement, l'État est le substitut de la Oumma pour traiter ses affaires, le pouvoir appartient à la Oumma et c'est elle qui le confie à celui qu'elle choisie pour mettre en application la conception qu'elle a de l'intérêt. En Islam donc, le plus haut poste de l'Etat ne peut être occupé par un homme qui n'a pas fait l'objet d'une forme d'élection et de la bay'a (investiture).
Troisièmement, la Oumma doit choisir un seul Khalifah pour la diriger. Cette obligation n'est nulle part accomplie, car chacun des dirigeants de plus de cinquante
« Etats » du monde Musulman défend bec et ongles son trône et n'aspire nullement à
représenter l'ensemble de la Oumma. L'Etat islamique ne doit pas être associé seulement
à une nation précise ou un peuple particulier. De même l'Etat islamique n'adopte pas une
école de pensée islamique (madhab) au détriment des autres écoles ou des autres
recherches de moujtahidins. L'Etat islamique n'est donc n'est ni arabe, ni perse, ni pakistanais, ni afghan, ni saoudien, ni hanafi, ni chafi'i, ni jaafari. Il est l'Etat islamique sans aucun adjectif le limitant à un groupe particulier d'individu. Il est au service des
Musulmans du monde entier, et des citoyens non Musulmans.
Quatrièmement, seul le Khalifah adopte les ijtihads qui deviennent des lois en
vigueur. Cette règle garantie la stabilité de l'Etat dans son application de l'Islam. Les
dirigeants actuels du monde musulman ne font nullement reposer leurs initiatives
d'institutions de nouvelles lois en référence à des ijtihads (recherches islamiques), même
s'ils peuvent parfois le prétendre.
Une autre condition, qui découle de la définition de la Maison de l'Islam « Dar al
Islam », est que la sécurité intérieure contre les dangers provenant d'autres nations doit
être garantie par l'Etat islamique et non par des puissances non-islamiques.
Quand toutes ces conditions sont réalisés, c'est-à-dire lorsque le pouvoir est entre les
mains des Musulmans qui désignent un seul Khalifah, la constitution est islamique, le
système du pouvoir, sa politique étrangère, les systèmes économique et social, les lois
pénales, les transactions, le culte, l'éducation et la justice, sont tous islamiques dans les
fondements et dans les détails, et lorsque l'Etat est au service de tous les Musulmans et de
tous les citoyens, alors cet Etat est réellement l'Etat islamique. Il est donc important de
souligner que ce qui importe ce n'est pas l'étiquette attribuée à un Etat mais sa structure réelle.
L'lslam a stipulé que le système du pouvoir est le Khilafah. Il ne s'agit pas d'une
monarchie, un empire, une démocratie, une dictature ni d'un système théocratique. Le
Khilafah est un système de pouvoir unique et spécifique. La structure et le
fonctionnement du Khilafah est déduit de la Sunna du Prophète Mohammed (SAAWS) et
de l'ijma'a (le consensus) des Sahabas. Le Prophète (SAAWS) a mentionné le système du
Khilafah dans de nombreux propos. Voici quelques exemples :
« Le Prophète (SAAWS) a dit : { Les enfants d'Israël étaient dirigés par des prophètes ; à
chaque fois qu'un prophète mourrait, un autre lui succédait ; il n'y aura pas de prophète
après moi, Il y aura des Khoulafah en grand nombre }. Ils demandèrent : que nous
ordonne-tu ? Le Prophète (SAAWS) répondit : { Donnez-leur la bay'a à chaque
succession et rendez-leur leur droit car ALLAH leur demandera des comptes sur ce qu'Il
leur a confié en gestion }. » [ sahih Boukhari, sahih Mouslim et mousnad Ahmed d'après
Abi Hazm ]
« Le Prophète (SAAWS) a dit : { La prophétie sera parmi vous autant de temps
qu'ALLAH le souhaitera, puis Il y mettra fin selon sa volonté ; ensuite il y aura un
Khilafah sur la voie des prophètes, il durera autant de temps qu'ALLAH le souhaite, puis
Il y mettra fin selon sa volonté ; ensuite il y aura des rois injustes [aadan] , cette période
durera autant de temps qu'ALLAH le souhaite, puis Il y mettra fin selon sa volonté ;
ensuite il y aura des rois dictateurs [jabria], cette période durera autant de temps
qu'ALLAH le souhaite, puis Il y mettra fin selon sa volonté ; ensuite il y aura un
Khilafah sur la voie des prophètes } puis le Prophète devint silencieux » [ mousnad Ahmed ].

« L'Imam est un bouclier derrière lequel on combat et se protège » [ sahih Mouslim d'après Abou Houreira]
« Si la bay'a a été donnée à deux Khoulafah, alors tuez le second. » [ sahih Mouslim ]
« Celui qui meurt sans avoir contracté une bay'a meurt de la mort de la Jahiliya » [ sahih Mouslim ]
« Celui qui n'aime pas une chose de son Amir doit faire preuve de patience, car celui qui s'éloigne de son autorité, ne serait-ce que de la distance d'une main, et meurt dans cette situation, meurt de la mort de la Jahiliya » [ sahih Boukhari ]
Dans le Coran, ALLAH (SWT) dit, (traduction du sens) :
« Non, par ALLAH ! Ils n'auront la foi que lorsqu'ils se seront soumis à ton jugement »
(S4-V65).
« Et juge parmi eux selon ce que ce qu'ALLAH a révélé » (S5-V49).
« Ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'ALLAH a révélé, voilà les incroyants. » (S5-V44).
Ainsi, le Coran rend obligatoire le hukm selon ses lois, c'est–à-dire la gestion de la société selon l'Islam. La forme exacte du « hukm bima anzal ALLAH » est détaillée par la Sunna du Prophète et le consensus de Sahabas.
Lorsque le Prophète a quitté ce monde, les Sahabas ont unanimement décidé d'élire un
Khalifah pour lui succéder. Cette unanimité constitue une preuve supplémentaire du caractère obligatoire (fard) du système du Khilafah.
A partir de la Sunna du Prophète (SAAWS) et de l'ijma' des Sahabas (consensus), nous pouvons énumérer les piliers du pouvoir en Islam :
1°) Un Khalifah (chef de l'Etat) pour tous les Musulmans qui applique les
lois de l'Islam en s'appuyant sur une recherche légale.
2°) L'assistant délégué (tafwed) du Khalifah, chargé d'assister le Khalifah dans l'adoption
des lois et dans les affaires étatiques.
3°) L'assistant de l'éxécutif (tanfid) chargé d'appliquer les ordres du Khalifah.
4°) Le commandant du Jihad. Il se charge des affaires étrangères, militaires, de la
sécurité intérieure et de l'industrie.
5°) Les gouverneurs des provinces, désignés par le Khalifah pour gérer les affaires des
Musulmans dans leurs provinces respectives.
6°) Les juges
7°) Les services administratifs
8°) Le Majlis a-Chura (ou Majlis al Oumma) pour débattre certaines questions, pour
proposer les Khoulafah potentiels et pour discuter sur les lois dans le champ du Mubah
(permis).
Ce sont donc là les piliers de l'Etat islamique que l'on doit restaurer. Tout Etat qui prétend
appliquer strictement l'Islam doit comporter ces piliers.

http://albadil.edaama.org/

  • e6un7




 

Qui se cache derrière l'État islamique en Iraq (EIIL) ?

al-Qaida, une expansion fondée sur deux ressorts
Le réseau al-Qaida (la «base»), cofondé par Oussama ben Laden en 1987, prend ses racines dans les thèses islamistes radicales comme celles de l’Egyptien Sayyid Qutb. Son djihaddisme se répand dans le monde, au Proche-Orient, en Afrique sahélienne, en Asie grâce à ses «succursales» et des «réseaux» plus ou moins organisés, «dormants» ou au contraire très actifs quand il s’agit de préparer des actions d’éclat et des attentats.


Oussama ben Laden.


L’expansion d’al-Qaida dans les années 1990 et 2000 s’appuie sur deux ressorts principaux.
Le premier est la «victimisation» de la communauté des musulmans dans le monde, la fameuse oumma. Le monde musulman asiatique, arabe, africain est victime d'une accumulation de souffrances et de frustrations, égrenées par des noms de lieux «martyrs» répétés à l'infini: aujourd’hui Palestine, Irak, hier Tchétchénie, Kosovo, Bosnie, où pourtant, dans chaque cas, les situations politiques et religieuses sont différentes. C'est l'appel à l'oumma souffrante. Un Ben Laden, abattu en 2011 par les forces américaines au Pakistan, n'était pas soutenu par des classes sociales définies ou un mouvement politique qui se reconnaissait en lui, mais il en appellait à la mobilisation de l'oumma humiliée par les Occidentaux «croisés» et les juifs.
Le deuxième ressort d’Al-Qaïda et de ses dérivés du djihad mondial, c'est le discours apocalyptique, celui du Jugement dernier auquel tout musulman, le jour de sa mort, est appelé. C'est ce ressort qui est utilisé pour envoyer les candidats aux attentats-suicides au mausolée des martyrs (les chahid), pour lancer les appels au djihad contre un Occident diabolisé. L’objectif d’al-Qaida est de tenter de créer un affrontement de civilisations, de cultures, de religions, en se fondant sur l'historicité de l'action du Prophète, sur une interprétation à l'état brut des versets les plus belliqueux du Coran, une absence totale d'interprétation historique et critique.

L'État islamique (EIIL), filiale et rival
Après la disparition d’Oussama ben Laden, les djihadistes d’al-Qaida sont restés actifs sous la direction de son numéro deux Ayman al-Zawahiri. Mais, au prix d’une infinie surenchère, d’autres djihadistes sunnites, encore plus violents, ont émergé en Irak, regroupés sous la bannière de l’Etat islamique.
Les combattants de l'État islamique détruisent la tombe de Jonas, à Mossoul, le 24 juillet 2014 .
A l’origine, il constitue une émanation de la branche irakienne d’al-Qaida qui, en avril 2013, a voulu fusionner avec le Front al-Nosra, groupe djihadiste présent dans la guerre en Syrie, pour fonder l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). Mais al-Nosra a refusé cette fusion et, depuis, les deux groupes sont engagés dans une guerre fratricide.
L’Etat islamique représente un potentiel de dangerosité supérieur à celui d’Al-Qaïda et inquiète aussi bien l'Iran que les Etats-Unis, l’Europe ou l'Arabie saoudite. Il mène une guerre de conquête en Irak, prend des villes, chasse les minorités religieuses (notamment chrétiennes), rêve de fonder un Etat islamique de part et d'autre de la frontière syro-irakienne.
al-Qaida reposait sur la fortune personnelle d'Oussama Ben Laden et des donateurs issus des pays du Golfe. Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l’EI, aussi puissant que discret, est plus indépendant. Il s’est autoproclamé «calife» et dispose de sources de revenus plus variées: puits de pétroles et centrales électriques s'ajoutent à son réseau de contrebande, d'extorsions et d'enlèvements contre rançon.
L’Etat islamique se compose de quelques milliers de militants irakiens, qui possèdent une bonne connaissance du terrain, mais aussi de nombreux Syriens entraînés par trois ans de guerre contre Bachar el-Assad. D'autres combattants ont été formés en Tchétchénie ou en Afghanistan. Entre 1.500 et 2.000 viendraient d’Europe. Leur chef, Al-Bagdadi, entretient de très mauvaises relations avec al-Zawahari, son rival d'al-Qaida. Il conteste ouvertement son autorité en refusant de se retirer du front syrien au profit du groupe al-Nosra.

Irak : qui se cache derrière l’EIIL ?

L’Emirat Islamique en Irak et au Levant n’est pas une organisation djihadiste nouvelle. Si les médias occidentaux semblent découvrir aujourd’hui son existence et s’alarmer de son potentiel de nuisance, l’émirat, pour l’instant confiné aux marges de l’Irak et de la Syrie, est la conséquence de l’invasion de l’Irak par les troupes de G.W. Bush en 2003.

D’obédience sunnite, le groupe s’est tout d’abord constitué sous l’égide d’Al Qaïda et de Abou Mussab al-Zarqaoui dans le nord Irakien, sous le nom d’Al-Qaïda en Irak, et a démarré une guerre confessionnelle aussi bien avec les forces d’occupation que les mouvements de résistance chiites. Il agrège les différentes tribus sunnites du nord du pays hostiles au pouvoir central chiite. Al-Qaïda ne constitue qu’une branche combattante parmi cet ensemble ethnico-religieux. Il prend en 2006 l’appellation officielle d’Emirat Islamique d’Irak suite à la mort de Zarqaoui. Dans les faits, les troupes d’EIIL ont rapidement oeuvrées à la constitution d’un état islamique et sont entrées en conflit avec les autres groupes armés de résistance, notamment l’Armée Islamique en Irak qui déclarait qu’Al Qaïda n’avait « pas les mêmes objectifs ». Selon Izzat Ibrahim al-Douri, chef du Baas clandestin, l’EII est « une pierre supplémentaire du programme visant à diviser l’Irak », selon des critères ethnico-religieux correspondants au plan de « nouveau moyen orient » mis au point par l’administration Bush et Israël. On y distingue très bien un « Irak sunnite » qui englobe tout le nord du pays…

La libération du territoire irakien est rapidement apparue très secondaire par rapport à la constitution d’un émirat. Selon un entretien diffusé par la chaîne d’information saoudienne, Al-Arabiya et repris par le Réseau Voltaire, le prince saoudien Abdul Rahman al-Faiçal, le frère du ministre des affaires étrangères, serait le commandant actuel de l’EIIL, ce qui suppose donc que l’organisation sert les buts stratégiques de l’Arabie Saoudite dans la région. Ainsi, c’est à la suite du désengagement américain à partir de 2011 que l’EIIL va monter en puissance et étendre sa zone d’influence jusqu’à ouvrir un deuxième front en Syrie à partir de 2012.

En 2013, à la faveur de la guerre contre le régime syrien, l’EIIL tente de fusionner avec le Front Al-Nosra, la principale force djihadiste combattant le régime de Bachar-el-Assad, pour devenir l’Emirat Islamique en Irak et au Levant. Le Front Al-Nosra serait alors intégré à l’organisation en tant que branche combattante en Syrie. Mais au sein du Front, officiellement affilié à Al Qaïda, des réticences apparaissent assez rapidement. Cette tentative de putsch a débouché sur des affrontements armés entre les deux groupes djihadistes sur le territoire Syrien qui auraient fait des milliers de morts dans les deux camps. Ces conflits entre les différents groupes armés en Syrie sont monnaie courante et témoignent des différentes influences à l’oeuvre à l’arrière plan, chaque puissance étrangère finançant « son » organisation combattante. Elles sont aussi la conséquence de la lutte que se livrent les différentes faction pour le contrôle des puits de pétrole dans le nord de la Syrie, qui constituent une importante source de financement.

Ainsi, les affrontements inter-milices et la tentative d’implantation d’EIIL en Syrie trouveraient leur origine dans la décision de l’UE de lever l’embargo sur le pétrole syrien afin « d’aider l’opposition », ce qui a provoqué une ruée pour le contrôle des puits et des pipeline au cours de l’année 2013.
Aux côtés du Front Al-Nosra estampillé « Al-Qaïda » et donc piloté en sous main par les états-unis, on trouve notamment le Front de l’Islam, financé par l’Arabie Saoudite. Le Qatar et la Turquie, proches des frères musulmans, financent plusieurs groupes djihadistes réunis au sein du Front Islamique de Libération de la Syrie. Les groupes salafistes évoluent au sein de la coalition du Front Islamique pour la Syrie, et prônent l’Islam le plus radical et le plus intolérant, ils ont les faveurs des Koweitiens…

La tentative de putsch d’EIIL sur le Front Al-Nosra déboucha sur une condamnation de l’Emirat par Ayman al-Zawahiri, le chef d’Al Qaïda, qui fera du Front Al-Nosra le seul représentant légitime de l’organisation en Syrie. Dans son message publié au début du mois de mai sur des sites islamistes, Ayman al-Zawahiri ordonne à l’EIIL de se concentrer sur l’Irak et de cesser ses opérations en Syrie : « »Consacrez-vous à l’Irak, même si vous ressentez une injustice [...], pour que cesse cette boucherie [en Syrie]. Consacrez-vous [à lutter] contre les ennemis de l’islam en Irak ».

Il semble que l’organisation ait entendu l’appel de son leader ou ait obéit à un changement de stratégie de la part de l’Arabie Saoudite. Elle est ainsi passée à l’offensive en Irak pour officiellement mettre à exécution son projet d’émirat islamique, comme annoncé sur les sites Internet de l’organisation « avant l’avènement du mois de Ramadan ».

Une carte de l’Emirat fictif a également été publiée, englobant une zone allant au sud jusqu’au Koweit et de l’autre côté la Palestine, le Liban et la Jordanie… On voit donc que l’offensive actuelle ne sert que très partiellement son projet, qui est du reste assez vaste pour servir de justification à n’importe quelle offensive dans l’ensemble du proche et du moyen orient, ce qui peut d’ailleurs être assez pratique pour de nouvelles tentatives de déstabilisation dans la région…

Les sponsors français et occidentaux du terrorisme
Les groupes armés réunis au sein de l’ancienne Armée Syrienne Libre sont encadrés et armés par le Qatar, l’Arabie Saoudite, la Turquie, les états-unis et la France. Les pétro-monarchies assurent essentiellement le financement des djihadistes, chacune sponsorisant son groupuscule. La Turquie, via sa frontière avec la Syrie offre également des bases arrières aux combattants, et sert de passerelle d’approvisionnement logistique. Les djihadistes occidentaux comme Mehdi Nemmouche se sont rendus en Syrie via la Turquie. Ils sont intégrés principalement au Front Al-Nosra. Cette dernière a également conduit des opérations militaires en territoire Syrien en appui de groupes terroristes.

La France a quant à elle fournit des instructeurs et des officiers d’encadrement. 13 d’entre eux ont été faits prisonniers par l’armée Syrienne lors de la libération de Homs où opérait le Front Al-Nosra.

Les médias français n’en ont quasiment pas parlé, mais un certain nombre d’articles en font mention, notamment dans la presse libre presse étrangère. La chaîne Russia Today avait évoquée quant à elle le nombre de 120 militaires français. D’autres sources, notamment la télévision Syrienne, évoquaient le chiffre de 18 militaires… C’est là qu’on peut effectivement faire le lien entre les djihadistes français comme Mehdi Nemmouche, et les services secrets comme la DGSE qui disposaient d’officiers d’encadrement sur le terrain…

Des officiers saoudiens et qataris ont également été fait prisonniers à cette occasion, ce qui atteste l’implication des deux monarchies.

Selon la journaliste Nafeez Mosaddeq Ahmed, Le chef actuel d’Al Qaïda, Ayman al-Zawahiri, qui était un ancien adjoint de Ben Laden, serait également un agent de la CIA. L’encadrement et le noyautage de groupuscules terroristes serait connu au sein de l’agence comme un « Gladio B » du nom des réseaux de l’OTAN mis en place en Europe de l’ouest et s’appuyant sur des groupuscules néo-fascistes. Ils ont été utilisés pendant la guerre froide pour contrer les organisations communistes en Europe et opérer des opérations sous fausse bannière.

L’Axe du mal, dernier rempart face aux fous d’Allah armés par le « camp du bien »
Face à l’avancée de l’EIIL qui a pris la deuxième ville du pays, Mossoul, début juin, et qui continue sa progression vers la capitale, le pouvoir central à Bagdad, dont l’armée semble complètement désorganisée, a officiellement demandé l’assistance des états-unis. Les troupes stationnées dans la région de Mossoul auraient effectivement désertées en masse devant l’avancée des djihadistes. Le premier ministre a également appelé les milices confessionnelles à repousser l’envahisseur et le leader chiite Moktada el-Sadr s’est dit prêt à lutter contre les jihadistes en coordination avec l’État irakien. Enfin, la mobilisation générale a été décrétée et les autorités ont commencé à distribuer des armes aux civils qui souhaitaient combattre les rebelles. Une demande d’assistance a également été envoyée aux autorités Kurdes afin qu’elles joignent leurs troupes de Peshmergas aux forces gouvernementales. L’engagement des Peshmergas Kurdes, particulièrement bien entraînés, semble le dernier rempart à la prise de Bagdad par les djihadistes. Ils doivent dors et déjà gérer un afflux de plus de 500000 réfugiés, l’EIIL étant frontalier du Kurdistan, mais n’ont pour l’instant pas réagit à la prise de Mossoul, malgré les appels à l’aide du gouverneur de la ville.

Pour l’instant, le président Obama n’envisage pas d’envoi de troupes au sol mais plutôt des « actions ciblées », comme des attaques de drones ou des bombardements aériens sans qu’on en sache plus pour l’instant. Washington se retrouve ainsi pris à son propre jeu puisque selon la plupart des analystes, l’EIIL est financée et armée par l’Arabie Saoudite et la Turquie, avec la complicité des états-unis, qui ont formés pour la région un projet de redécoupage ethnico religieux, le « nouveau moyen orient »… Le président Obama n’a ainsi pour l’instant rien promis de concret au gouvernement Irakien, malgré l’urgence de la situation, indiquant simplement qu’il étudiait « d’autres options » que l’envoi de troupes au sol…

L’Iran, qui soutien quant à lui le pouvoir chiite en place à Bagdag a immédiatement réagit en envoyant trois bataillons de commandos afin d’aider à défendre la capitale Irakienne. Un autre bataillon a déjà aidé l’armée régulière a reprendre la ville de Tikrit.

Une fois de plus on se retrouve donc dans une situation d’inversement total des valeurs, comme on a pu le constater en Ukraine ou le bloc occidental soutien un gouvernement qui assoie son pouvoir sur des milices néo-nazies qui sont en train de mener une opération de purification ethnique dans l’est du pays. L’Irak voit donc, comme la Syrie avant elle, le déferlement d’une armée de djihadistes fanatiques soutenue et financée par les pays du bloc occidental, au nom bien entendu de la « liberté » et de la « démocratie ». Et ce sont une fois de plus les pays désignés comme faisant parti de « l’axe du mal » qui vont lutter sur le terrain contre le déchaînement de barbarie libéré par les puissances occidentales et les pétromonarchies du Golf Persique. Le Hezbollah libanais a fait sa part en Syrie, l’Iran fait de même aujourd’hui en Irak…

http://www.slate.fr/story/91101/description-mouvements-sunnites

http://lesmoutonsenrages.fr/2014/06/14/irak-qui-se-cache-derriere-leiil/

Lire la suite

L’État islamique en Iraq, le « Projet Califat »


Comprendre la montée en puissance de l'EIIL en... par lemondefr

La légende d’al-Qaeda et la menace d’un « Ennemi Extérieur » est entretenue par de nombreux médias et par la propagande gouvernementale.

Dans l’ère post-11 septembre 2001, la menace terroriste d’al-Qaeda constitue la pierre angulaire de la doctrine militaire desUSA/OTAN. Elle justifie – sous un mandat humanitaire – la conduite « d’opérations anti-terroristes » à travers le monde.

Connues et documentées, des entités affiliées à al-Qaeda ont été utilisées par les USA/OTAN dans de nombreux conflits comme des « MEMBRES actifs du renseignement » depuis les grandes heures du conflit entre l’Afghanistan et l’Union Soviétique. En Syrie, les rebelles d’al Nusrah et d’ISIS sont les fantassins de l’alliance militaire occidentale, qui à son tour supervise et contrôle le recrutement et l’entraînement de forces paramilitaires.

Tandis que le Département d’État US accuse plusieurs pays « d’héberger des terroristes », les États-Unis sont, au niveau mondial, le « Sponsor Étatique du Terrorisme » Numéro Un: l’État Islamique de l’IRAK et d’al-Sham (ISIS, Islamic State of Iraq and al-Sham, ndlr) – qui sévit à la fois en Syrie et en Irak – est secrètement soutenu et financé par les USA et leurs alliés, dont la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar. De plus, le projet de califat sunnite de l’État Islamique de l’Irak et d’al-Sham coïncide avec un vieil agenda US visant à découper l’Irak et la Syrie en territoires distincts: un Califat Islamique Sunnite, une République Arabe Chiite, une République du Kurdistan, entre autres.

La GUERRE MONDIALE contre le Terrorisme emmenée par les USA constitue la pierre angulaire de la doctrine militaire états-unienne. « Faire la chasse aux terroristes »  est un élément central de la guerre non-conventionnelle. L’objectif sous-jacent est de justifier la conduite d’opérations anti-terroristes à travers le monde, permettant aux USA et à leurs alliés de s’ingérer dans les affaires de nations souveraines.

Beaucoup d’AUTEURS progressistes dont des médias alternatifs, tout en concentrant leur attention sur les développements récents en Irak, ne parviennent pas à comprendre la logique derrière la « Guerre Mondiale contre le Terrorisme ». L’État Islamique de l’Irak et d’al-Sham (ISIS) est souvent pris pour une « entité indépendante » plutôt qu’un instrument de l’alliance militaire occidentale. Par ailleurs, beaucoup d’activistes pacifistes engagés – qui s’opposent aux éléments de l’agenda militaire de l’OTAN – approuveront néanmoins l’agenda  de WASHINGTON dirigé contre al-Qaeda. La menace terroriste mondiale est considérée comme « réelle »: « Nous sommes contre la guerre, mais nous soutenons la Guerre Mondiale contre le Terrorisme ».

Le projet Califat et le Rapport du Conseil National du Renseignement US

Un nouveau flot de propagande a été mis en mouvement. Le chef du désormais défunt État Islamique de l’Irak et d’al-Sham (ISIS),  al-Baghdadi, a annoncé le 29 juin 2014 la création d’un État Islamique:

Les combattants fidèles au « Calife Ibrahim ibn Awwad » du groupe, ou ABU BAKR al-Baghdadi tel qu’il était connu jusqu’à l’annonce du dimanche 1 juillet, sont inspirés par le califat Rachidun, qui a succédé au Prophète Mahomet au septième siècle, et est vénéré par la plupart des Musulmans. » (Daily Telegraph, 30 juin 2014)

C’est d’une ironie cruelle, le projet califat en tant qu’instrument de propagande a été dans les tiroirs du renseignement US depuis plus de dix ans. En décembre 2004, sous l’administration Bush, le Conseil National du Renseignement (NIC, National Intelligence Council, ndlr) avait prédit que d’ici l’année 2020, un Nouveau Califat s’étendant de la Méditerranée Occidentale à l’ASIE Centrale et à l’Asie du Sud-Est émergerait, menaçant la démocratie et les valeurs occidentales.

Les « découvertes » du NIC ont été publiées dans un rapport de 123 pages accessible au public intitulé « Tracer l’Avenir Mondial » (« Mapping the Global Future« , ndlr).

Un Nouveau Califat fournit un exemple de la façon dont un MOUVEMENT MONDIALalimenté par des politiques radicales d’identité religieuse pourrait constituer un défi aux normes et aux valeurs occidentales comme fondation du système mondial. (emphase de l’auteur)

Le rapport du NIC de 2004 frise le ridicule; il est dénué de renseignements, tout comme d’analyse historique et géopolitique. Son récit inventé en rapport au califat, cependant, est doté d’une ressemblance troublante avec l’annonce de com’ hautement relayée de la création du Califat par le chef de l’ISIS, Abu Bakr al-Baghdadi.

Le rapport du NIC présente un soi-disant « scénario fictionnel d’une lettre écrite par un petit-fils fictionnel de ben Laden à un membre de la famille en 2020. » C’est sur cette base qu’il fait des prédictions pour l’année 2020. S’appuyant sur un récit de lettre d’un petit-fils de ben Laden inventé de toutes pièces plutôt que sur des renseignements et une analyse empirique, la communauté US du renseignement en conclut que le califat représente un réel danger pour le monde occidental et LA CIVILISATION OCCIDENTALE.

D’un POINT DE VUE de propagande, l’objectif qui sous-tend le projet Califat – tel qu’il est décrit par le NIC – est de diaboliser les Musulmans en vue de justifier une croisade militaire:

Le scénario de fiction dépeint ci-dessous fournit un exemple de la façon dont un mouvement mondial alimenté par un communautarisme religieux radical pourrait émerger.

Selon ce scénario, un nouveau Califat est proclamé et parvient à faire avancer un puissante contre-idéologie qui rencontre un intérêt répandu.

Il est mis en scène sous la forme d’une lettre hypothétique d’un petit-fils fictionnel de ben Laden à un membre de la famille en 2020.

Il relate les luttes du Calife pour essayer d’arracher le contrôle aux régimes traditionnels et les conflits comme la confusion qui s’ensuivent à la fois au sein du  et à l’extérieur, entre les Musulmans et les États-Unis, l’EUROPE, la  et la Chine. Alors que la réussite du Calife à mobiliser un soutien varie, des lieux loin du cœur musulman au Moyen-Orient – en  et en Asie – se convulsent à la suite de ses appels.

Le scénario se termine avant que le Calife ne réussisse à établir à la fois l’autorité spirituelle et temporelle sur un territoire – ce qui a été historiquement le cas pour les Califats précédents. À la fin du scénario, nous identifions les leçons à retenir. (« Mapping the Global Future », p.83) (emphase de l’auteur)

la page 90 du rapport

la page 90 du rapport

Ce rapport « d’autorité » du NIC « Mapping the Global Future » n’a pas seulement été présenté à la Maison Blanche, au Congrès et au Pentagone, il a aussi été envoyé aux alliés des USA. La « menace émanant du MONDE MUSULMAN » à laquelle se réfère le rapport du NIC (comprenant la section sur le projet de califat) est fermement installée dans la doctrine militaire des USA/OTAN.

L’intention était que le document du NIC soit lu par des responsables de haut rang. En gros, il faisait partie de la campagne de propagande « TOPOFF » (« Top Official », responsable de haut rang, ndlr) qui cible les hauts fonctionnaires qui prennent les décisions en politique étrangère et militaire, sans oublier des intellectuels, des chercheurs et des « activistes » d’ONG. Le but est de s’assurer que les « responsables de haut rang » continuent de croire que des terroristes islamistes menacent la sécurité du monde occidental.

La base théorique du scénario du califat est le « Choc des Civilisations », qui fournit une justification, aux yeux de l’opinion publique, à ce que les USA interviennent à travers le monde dans le cadre d’un agenda mondial anti-terroriste.

D’un point de vue géopolitique et géographique, le califat s’étend sur une vaste région dans laquelle les USA cherchent à accroître leur influence économique et stratégique. Selon les termes de DICK CHENEY en relation au RAPPORT DU NIC DE 2004:

Ils parlent de vouloir rétablir ce que vous pourriez appeler le Califat du septième siècle. C’est le monde tel qu’il était organisé il y a 1200, 1300 ans en fait, quand l’Islam ou des gens islamiques contrôlaient tout depuis le Portugal et l’Espagne à l’Ouest; à travers la Méditerranée vers l’AFRIQUE du Nord; toute l’Afrique du Nord; le Moyen-Orient; en remontant dans les Balkans; les Républiques d’Asie Centrale; l’extrémité sud de la RUSSIE; une bonne partie de l’Inde; et jusqu’à ce qui est l’Indonésie aujourd’hui. En un sens de Bali et Djakarta à un bout, à Madrid à l’autre. – Dick Cheney (emphase de l’auteur)

Ce que décrit Cheney dans le contexte d’aujourd’hui, c’est une vaste région s’étendant de la Méditerranée à l’Asie Centrale et à l’Asie du Sud-Est dans laquelle les USA et leurs alliés sont directement impliqués dans diverses opérations militaires et d’espionnage.

Le but avoué du rapport du NIC était « de préparer la prochaine administration Bush aux défis qui vont l’attendre en faisant des projections à partir de tendances actuelles pouvant poser une menace aux intérêts US ».

Le document de renseignement du NIC était basé, ne l’oublions pas, sur « une lettre hypothétique d’un petit-fils fictionnel de ben Laden à un membre [fictionnel] de la famille en 2020. » « Les leçons à retenir » telles qu’elles sont ébauchées par ce document « d’autorité » de renseignements du NIC sont les suivantes: (emphase de l’auteur)

  • le projet de califat « constitue un défi sérieux à l’ordre international ».
  • « La  des technologies de l’information va probablement amplifier le choc entre le monde occidental et le monde musulman… »

Le document se réfère à l’appel aux Musulmans lancé par le Califat et conclut que :

la proclamation du Califat n’amoindrirait pas les risques du terrorisme et la provocation de nouveaux conflits [sic] (emphase de l’auteur)

 

"Leçons à retenir"

« Leçons à retenir »

L’analyse du NIC suggère que la proclamation d’un califat génèrera une nouvelle vague de terrorisme issue de pays musulmans, justifiant ainsi une escalade dans la Guerre Mondiale contre le Terrorisme de la part des USA:

la proclamation du califat … pourrait alimenter une nouvelle génération de terroristes résolus à l’attaque contre ceux qui s’opposent au califat, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du monde musulman. (emphase de l’auteur)

Ce qu’omet de mentionner le rapport, c’est que les renseignements US, en liaison avec le MI-6 britannique et le Mossad israélien, sont secrètement impliqués dans le soutien à la fois aux terroristes et au projet califat.

À leur tour, les médias se sont embarqués dans une nouvelle vague de mensonges et d’inventions, se focalisant sur « une nouvelle menace terroriste » émanant non seulement du monde musulman, mais de « terroristes islamistes domestiques » en Europe et en Amérique du Nord.

Michel Chossudovsky

Article original en anglais :

 isis-caliphatemapO Estado Islâmico, o “Projeto do Califado” e a “Guerra Global ao Terrorismopublié le 4 juillet 2014.

Traduction : reseauinternational.net

http://www.mondialisation.ca/letat-islamique-le-projet-califat-et-la-guerre-mondiale-contre-le-terrorisme/5390077

e6un7

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site