referencer site web - referenceur gratuit -

médicament

Soubhana Allah; Chaque organisme peut produire le médicament dont il a lui-même besoin

Autoguerison

Chaque organisme humain est capable de produire le médicament dont il a lui-même besoin. Lorsque nous tombons malade, notre “ pharmacie ” intérieure fabrique des matières nécessaires à la guérison de notre organisme et les envoie aux endroits concernés. Ce processus s’appelle l’autorégulation. Lorsque cette autorégulation fonctionne correctement, aucune aide externe n’est nécessaire. Et si un problème survient dans son mécanisme, il faut alors faire appel à des médicaments extérieurs. Cela dit dans la plupart des cas, ce qui est nécessaire n’est pas le médicament en lui-même, mais d’encourager le mécanisme d’autorégulation pour finalement obtenir le même résultat. Ce laboratoire situé dans notre organisme correspond aux glandes endocrines (à sécrétion interne, dont les produits, l’hormone, sont déversés dans le sang), ainsi qu’aux organes les contenant – hypophyse, pancréas, thyroïde, parathyroïde, glande surrénale, ovaires chez les femmes et testicules chez les hommes. Ce sont eux qui produisent les médicaments nécessaires à notre organisme.

En effet, le corps à une capacité inhérente d’auto-équilibre orchestrée par la trinité bénéfique suivante. a - L’autorégulation permet à l’organisme de garder ses constantes vitales dans un environnement fluctuant.

S’il fait froid et si vous n’êtes pas assez couvert, vous vous mettrez à trembler. Cette activité musculaire de tremblement produit un appel sanguin musculaire qui réchauffe et favorise un apport énergétique de lutte efficace contre le froid. b - L’autodéfense assure l’intégrité corporelle ou psychique face à une agression.

Lorsque l’organisme est agressé par un micro-organisme, immédiatement se met en place une réaction immunitaire* de défense contre l’agresseur. C’est un système intégré neuro-hormonal particulièrement sophistiqué et réactif qui permet à l’organisme de mettre en place la réaction appropriée. Réaction de fuite, de repli ou d’attaque comme l’a brillamment exposé Henri Laborit dans ses travaux.

Ces mécanismes ont pour mission de rétablir l’homéostasie de l’organisme. Ce qui signifie, maintenir un équilibre vital dans les domaines biochimiques, structurels et psychiques. Cette notion d’homéostasie est relativement récente, développée au début du XXème siècle avec les travaux et recherches du physiologiste américain Walter Cannon*. c- Lorsque cette homéostasie n’a été que trop partiellement rétablie ou perdure dans une instabilité trop grande, un autre système est mis en œuvre, c’est le système d’autoguérison. Là encore, quand ce mécanisme est trop sollicité ou n’a pas réussi à restituer un équilibre suffisamment harmonieux, c’est la santé qui en pâtit.

http://www.astra-lit.com/medecinenatur/acupressure.htm

http://osteopilate.com/105.html

 

e6un7

Venin : quand le poison devient médicament

Il existe près de 200.000 espèces d'animaux venimeux. Et aujourd'hui leurs fluides intéressent de très près les industries pharmaceutiques et cosmétiques. Grâce aux progrès technologiques, il est désormais possible de séquencer les formules des venins et donc de percer le mystère de ces cocktails. Six médicaments contenant du venin comme un anticoagulant sont déjà sur le marché. Mais la recherche continue.

Venin : quand le poison devient médicament

En Suisse, on commence à percer le mystère des venins. Aujourd'hui les progrès techniques permettent de séquencer les venins comme notre ADN. Dans les laboratoires de biochimie, on décortique les venins depuis près de 15 ans.

Connaître la composition des venins est une étape essentielle pour un jour parvenir à un médicament, comme l'explique Reto Stocklin, président directeur général d'Atheris Laboratoires : "Un venin va contenir des centaines de molécules, et chacune de ces molécules aura une activité très précise, très puissante sur une cible donnée. Le cocktail a été optimisé par la nature. Pour tuer les proies, pour se protéger du prédateur ou pour lutter contre un compétiteur, chacune des molécules que contient le venin a été optimisée par des millions d'années d'évolution pour être un candidat médicament puisque ces molécules sont très solubles, très stables, très sélectives, très puissantes…".

Reste à identifier la recette de chacune des molécules : les peptides. Composés d'une vingtaine d'acides aminés déjà bien connus des scientifiques, leur ordre d'apparition et leur quantité sont encore mystérieux : "Chaque peptide ou chaque protéine est un enchaînement des 20 acides aminés, comme un collier de perles que l'on crée à partir de perles de vingt couleurs différentes. On cherche alors à connaître la séquence et savoir dans quel ordre sont placés les peptides".

Le potentiel des venins est considérable. Il passionne aujourd'hui toute l'Europe. La Commission européenne a même financé pendant cinq ans une large étude sur le cône, un escargot de mer. Plus rapide, l'industrie cosmétique a dégainé la première. Depuis un an, un fabricant coréen propose une crème anti-rides inspirée du venin de cône qui aurait les mêmes vertus que le Botox®.

Mais le monde de la pharmacie n'a pas dit son dernier mot comme le confirme Reto Stocklin : "On peut imaginer des traitements pour la dystonie par exemple puisque la molécule a un effet myorelaxant. Elle permet donc de relaxer les contractions musculaires. On peut donc développer un médicament pour les crampes, des crispations… On a aussi d'autres molécules pour d'autres indications qui sont en cours de développement soit pré-clinique, soit clinique notamment le cancer, la sclérose en plaques...". Il faudra encore quelques années de recherches et de tests avant que ces médicaments arrivent sur le marché.

 

http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-venin-quand-le-poison-devient-medicament-12326.asp?1=1

 

e6un7

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site