referencer site web - referenceur gratuit -

sens

Contrôler son esprit pour affûter ses sens

Neurone miroir

 Avoir une vue de lynx ou l’ouïe fine d’un hibou, cela en ferait rêver plus d’un. Mais si les sens sont si développés chez certains animaux, c’est parce que leur anatomie le leur permet. Nous savons cependant qu’il est possible d’améliorer nos sens, comme on le constate par exemple chez les non voyants pour qui l’ouïe et le toucher sont nettement supérieurs à la normale. Et s’il était finalement possible, sans appareillage et sans artifice d’aiguiser nos sens par la seule force de notre esprit ?

Des chercheurs allemands de l’université de Ruhr à Bochum et de l’université de Ludwig-Maximilians à Munich ont étudié chez un groupe pratiquant la méditation, l’impact de la concentration mentale sur le sens du toucher. L’objectif était de déterminer si, grâce à notre capacité de plasticité cérébrale, on pouvait améliorer notre perception tactile suite à un entraînement mental particulier.

Les participants avaient tous une expérience de plusieurs années de méditation zen, pratique que l’on retrouve dans le bouddhisme. Pour l’expérience, ils ont effectué une retraite de trois jours dans un centre spirituel, Benediktushof, en Allemagne, accompagnés des chercheurs. Tous les jours et pendant huit heures, ils ont médité en silence selon la pratique zen qui consiste à ne pas se focaliser sur une pensée ou un élément de l’environnement, donc à laisser « passer » ses pensées.

Pendant deux heures par jour, les chercheurs ont demandé à la moitié des participants de se concentrer sur leur index droit pendant qu’ils méditaient et de prendre conscience des perceptions sensorielles qu’ils ressentaient spontanément dans cette partie du corps. Les six heures restantes ont été consacrées à la pratique zen classique.

Leur acuité tactile a ensuite été quantifiée grâce à un test classique de discrimination tactile. Les chercheurs ont mesuré la distance nécessaire entre deux stimuli tactiles pour qu’ils soient perçus comme deux points distincts (et non pas comme un seul point). Les résultats sont probants, les participants ayant médité deux heures par jour sur leur index droit ont vu leurs performances au test augmenter de 17%. En comparaison, les personnes ayant une déficience visuelle ont des résultats de 15 à 25% supérieurs par rapport à des personnes voyantes. Le groupe ayant médité pendant huit heures sans se focaliser sur leur index n’a vu aucune amélioration.

« Les résultats de notre étude remettent en cause ce que l’on sait à propos des mécanismes cérébraux. Notre concept de neuroplasticité doit être étendu, car l’activité mentale semble induire des effets d’apprentissage similaires à la stimulation active et à l’entraînement physique. » affirme Hubert Dinse, chef du laboratoire de neuroplasticité (Neural Plasticity Lab) à Bochum et co-auteur de l’étude.

La neuroplasticité, c’est la faculté de notre cerveau à s’adapter et à se restructurer en fonction de notre environnement. Depuis plusieurs années, des travaux ont déjà démontré que l’entraînement s’accompagne d’effets de plasticité dans notre cerveau. A présent de nouvelles études comme celle-ci vont encore plus loin et suggèrent que le mental, sans stimulation physique, peut à lui seul engendrer des changements de perception et donc de plasticité.
 
Source : Philipp S.T., Kalisch T., Wachtler T., Dinse H.R. Enhanced tactile acuity through mental states. Scientific Reports, 2015; 5: 13549 doi: 10.1038/srep13549

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site