referencer site web - referenceur gratuit -

La Zakat: réponses à toutes vos questions


Qu'est-ce que La" Zakât"  (ou "aumône légale") ?

Le terme " Zakât", souvent traduit en français par "aumône légale", signifie littéralement "purification". Il désigne l'aumône obligatoire que chaque musulman verse en vertu des règles de solidarité au sein de la communauté musulmane.

Troisième pilier de l'Islam (après l'attestation de foi et la prière), la Zakât est en effet une obligation pour tout musulman possédant une richesse minimum (appelée Nisâb).

De multiples passages du Coran font allusion à la Zakât, en tant que purification des biens, bénédiction et solidarité.

On distingue en Islam plusieurs "Zakât":

1) Zakât "ul-Fitr" : versée à l'occasion de la fête marquant la fin du jeûne du mois de Ramadan (fête appelée "Eïd El-Fitr") et qui consiste en un repas offert à un nécessiteux (qui correspond en France à une somme estimée à environ 5€)
2) Zakât "El-Mâl" : charité appliquée sur les possessions, le patrimoine, du musulman.

Quelle est la fonction de la Zakât ?

La Zakât, en tant que charité, purifie les possessions du musulman en lui rappelant que la richesse ne lui appartient pas et qu'elle lui est accordée par Dieu, richesse sur laquelle le désérité possède un droit.

Elle tend aussi à purifier l'âme humaine en l'éloignant autant que possible de l'avarice et de la cupidité.

Cette aumône a pour fonction d'aider le pauvre et le nécessiteux dans les difficultés qu'ils rencontrent. Elle représente ainsi une sorte d'impôt de solidarité dont s'acquitte volontairement le croyant.

A qui bénéficie la Zakât ?

La Zakât est destinée, en priorité, à huit catégories de personnes :

1 ) le pauvre,
2 ) l'indigent,
3 ) celui chargé de collecter et distribuer les aumônes (en tant que salaire),
4 ) celui dont le coeur s'incline vers l'Islam,
5 ) l'esclave (ou le prisonnier) musulman à affranchir,
6 ) la personne endêtée pour une cause juste,
7 ) celui qui lutte pour la défense de l'Islam,
8 ) le voyageur à court de provision.

Il est à noter que la Zakât est destinée aux musulmans habitants dans la région du donateur, sauf cas exceptionnel (famine par exemple).

Cette aumône légale peut-être faite soit directement par le croyant ou par l'intermédiaire d'une personne chargée de collecter les dons et de les répartir équitablement entre les catégories citées plus haut.

A quel moment verser la Zakât ?

La Zakât "ul-Fitr" doit être versée avant la fin de la prière célèbrant la fin du mois de jeûne du Ramadân (selon le principe édicté par le phophète Mohammad (sur lui la bénédiction et la paix) afin de permettre au bénéficiaire de fêter dignement la fin du jeûne, la Zakât "ul-Fitr" versée après la prière etant considérée comme une simple aumone).

La Zakât "el-Mal" (aumône légale appliquée au patrimoine du croyant) est acquittée annuellement sans contrainte de date, le croyant fixant lui-même la date anniversaire.

L’obligation de la Zakât

Shaykh Sâlih Al-Fawzân

Sachez, qu’Allah vous accorde ainsi qu’à moi le succès, qu’il est nécessaire de connaître en détails les règles de la Zakât, ses conditions, à qui elle est obligatoire et à qui elle revient, et quel en est le montant.

La Zakât est un des piliers de l’islam et de ses grands fondements, comme le montrent les preuves du Coran et de la Sunna. Allah a lié la Zakât à la prière dans Son Livre en 82 endroits, ce qui montre sa grande importance et son lien fort avec la prière. Ceci, au point que le Véridique de cette Communauté et le successeur du Prophète (salallahu’ alayhi wasalam), Abû Bakr As-Siddîq, a dit : « Je combattrai celui qui dissociera la prière de la Zakât. »

Allah dit : « Accomplissez la prière, acquittez la Zakât, et inclinez-vous avec ceux qui s’inclinent. » (Al-Baqarah : 43)

« Accomplissez la prière et acquittez la Zakât. » (Al-Baqarah : 110)

« Si par la suite ils se repentent, accomplissent la prière et acquittent la Zakât, alors ne leur faites aucun mal » (At-Tawbah : 5)

Et le Prophète a dit : « L’islam est bâti sur cinq : l’attestation qu’il n’y a de divinité digne d’être adorée qu’Allah et que Muhammad est le Messager d’Allah, l’accomplissement de la prière, l’acquittement le la Zakât, le pèlerinage à la Maison sacrée et le jeûne du mois de Ramadan. » (Al-Bukhârî et Muslim)

Les musulmans sont unanimes sur son caractère obligatoire, qu’elle est le troisième pilier de l’islam, la mécréance de celui qui renie son caractère obligatoire et le combat contre celui qui refuse de la donner.

Elle a été rendue obligatoire en l’an deux de l’Hégire. Le Prophète (salallahu’ alayhi wasalam) envoya des agents pour la récolter et la recouvrer, afin qu’elle parvienne à ceux qui la méritent, ce qui fut aussi la sunna des califes bien guidés et des musulmans après eux.

La Zakât est un acte de bienfaisance envers les créatures d’Allah, c’est aussi une purification des biens de toute souillure, une protection contre les fautes et une adoration du Seigneur. Allah dit : « Prélève de leurs biens une aumône par laquelle tu les purifies et les élèves, et invoque pour eux. Ton invocation est un apaisement pour eux. Et Allah entend parfaitement et Il sait tout. » (At-Tawbah : 103). De plus, c’est une purification des âmes contre l’avarice et une épreuve pour le riche qui doit se rapprocher d’Allah en donnant une partie de ce qu’il aime parmi ses biens.

Allah a rendu la Zakât obligatoire sur les biens qui apportent le réconfort et multiplient la prospérité et le profit, comme ce qui provient des troupeaux et des grains, des transactions commerciales comme l’or, l’argent ; et les biens destinés à la vente. Allah a fixé le montant de la Zakât en fonction du labeur accompli pour obtenir le bien sur lequel on va s’en acquitter. Il a rendu obligatoire de donner un cinquième de la valeur des trésors (découverts), un dixième de ce qui ne nécessite un effort qu’une des deux parties — ce qui est arrosé uniquement par la pluie — un vingtième de ce qui nécessite un effort des deux parties, et un quarantième de ce qui nécessite beaucoup d’efforts et de changements comme les espèces et les biens destinés à la vente.

Allah a nommé cette aumône Zakât car elle purifie (du verbe zakkâ, yuzakkî, purifier) l’âme et les biens. Ce n’est pas une amende ou un impôt qui diminue les biens et nuit à celui qui donne, au contraire elle augmente les biens d’une manière dont l’individu ne s’attend pas. Le Prophète a dit : « Jamais des biens n’ont été diminués par une aumône. » (Muslim)

Dans la Législation, la Zakât est donc un devoir obligatoire sur un bien particulier, qui revient à une catégorie de gens donnés en un temps déterminé — qui est de posséder ces biens une année entière — sur les troupeaux, les espèces et les biens destinés à la vente ; lors de la récolte pour les cultures, le miel (il y a une divergence sur cet avis), donner une part des minerais (en dehors de l’or et de l’argent il y a une divergence) ; et le coucher du soleil de la nuit du ‘Îd pour Zakât Al-Fitr.

La Zakât est obligatoire au musulman s’il remplit cinq conditions :

1 – la liberté. La Zakât n’est pas obligatoire à l’esclave car il n’ a pas de biens propres, et ce qu’il possède appartient à son maître, ainsi sa Zakât doit être acquittée par son maître.

2 – Que le propriétaire des biens soit musulman. La Zakât n’est pas obligatoire au mécréant, on ne lui demande pas de s’en acquitter car c’est une adoration et une obéissance à Allah, et le mécréant ne fait pas partie de ceux qui adorent (se rapprochent) et obéissent à Allah. Ceci car la Zakât demande une intention (niyah, en toute pureté pour Allah) qui n’est pas présente chez le mécréant. Quant au fait de dire qu’elle lui est malgré tout obligatoire, qu’il est concerné par l’ordre d’Allah et qu’il sera châtié dans l’au-delà pour l’avoir délaissée, c’est un sujet de divergence entre les savants. Dans le hadith de Mu’adh ibn Jabal : « Appelle-les à attester qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et que Muhammad est le Messager d’Allah — puis il cita la prière — et s’ils t’obéissent en cela, apprends-leur qu’Allah leur a imposé un aumône prise de leurs riches et donnée à leurs pauvres. » (Al-Bukhârî et Muslim) Il a donc fait de l’islam une condition d’obligation de la Zakât.

3 – Posséder le minimum (Nisâb). Elle n’est donc pas obligatoire en deçà, et c’est une valeur connue dont le détail viendra (la valeur de 83g d’or), que le propriétaire soit jeune ou âgé, fou ou doué de raison, ceci car les preuves sont générales.

4 – Réellement posséder le bien et que celui-ci ne soit pas lié au droit d’un tiers. Il n’y a donc pas de Zakât sur les biens que l’on ne possède pas vraiment, comme l’argent acquis par une dette.

5 – Posséder ce bien pour la durée d’une année, d’après le hadith de ‘Â’ishah : « Pas de Zakât sur les biens pour lesquels une année ne s’est pas écoulée. » (Ibn Majâh)

Ceci pour tout ce qui ne sort pas de la terre comme les grains ou les fruits. Par contre pour tout ce qui sort de la terre, il faut verser la Zakât lors de la récolte, et il ne faut pas attendre un an. Cette durée n’est une condition que pour les espèces (l’argent), les troupeaux, les biens destinés à la vente, par facilité pour son propriétaire afin qu’il puisse pleinement faire fructifier ses biens.

Quant aux petits des troupeaux sur lesquels il faut payer Zakât et les bénéfices du commerce, le temps (pendant lequel il faut les posséder) est celui des biens desquels ils sont tirés, il n’est donc pas nécessaire d’attendre une année entière si la valeur des biens dont ils sont tirés a atteint le Nisâb. Si ce n’est pas le cas, la période commence dès qu’on atteint le Nisâb.

Celui qui a prêté de l’argent à un pauvre, donne la Zakât sur cette somme une seule fois lorsqu’il la récupèrera, d’après ce qui est authentique des paroles des savants. Mais s’il a prêté à un riche, il doit payer la Zakât sur cette somme chaque année.

Quant aux autres biens acquis et utilisés, il n’y a pas de Zakât dessus, comme les maisons habitées, les vêtements ordinaires, les meubles de la maison, les voitures et les bêtes montées et utilisées.

Quant aux biens destinés à la location, comme les voitures, les magasins et les maisons, il n’y a pas de Zakât sur le bien lui-même mais sur les bénéfices de la location, si cela atteint la valeur du Nisâb, seuls ou ajoutés aux autres biens possédés depuis un an.

Si celui qui doit d’acquitter de la Zakât meurt avant d’avoir pu le faire, ses héritiers doivent le faire pour lui, car c’est un devoir obligatoire qui ne disparaît pas avec la mort. Cela reste une dette pesant sur le mort et dont il faut d’acquitter.

Comment s’acquitter de la zakat?

Le taux de la zakat (sur l'argent) correspond à un quart du dixième, c'est-à dire à 2,5% de la somme totale.

Prenons le cas de celui qui possède une somme d'argent atteignant le seuil requis pour la zakat, et y ajoute ensuite d'autres sommes d'argent à des moments différents qui ne résultent pas de la première et ne proviennent pas d'elle, mais sont complètement indépendantes comme celles qu'un fonctionnaire épargne mensuellement sur son salaire, celles qui proviennent d'une succession, d'un don ou des revenus de location d'un immeuble... s'il est soucieux de mener les choses avec soin, s'il désire ne payer aux ayants droits que la zakat à laquelle ils ont droit sur ses biens, il lui faut établir un fichier de comptes pour ses gains dans lequel il établira le cycle annuel particulier à chacune de ses sommes et qui commence le jour de leur acquisition.

Mais s'il ne veut pas se fatiguer inutilement, emprunte la voie de la générosité et se réjouit de préférer les pauvres et les autres bénéficiaires de la zakat à sa personne, il s'acquittera de la zakat exigible sur tout l'argent qu'il possède quand une année se sera écoulée à partir de la date à laquelle il a atteint le seuil de la zakat.

Ceci lui assure une plus grande récompense, l'élève en degré, lui assure plus de tranquillité, et lui permet de mieux veiller à la sauvegarde des droits des pauvres, des nécessiteux et de l'ensemble des ayants droits de la zakat.

Quant au surplus qu'il paie en plus de la zakat obligatoire, qu'il considère cela comme une largesse, une charité supplémentaire offerte à titre de reconnaissance envers Allâh pour Ses bienfaits et Ses innombrables libéralités et dans l'espoir qu'Allâh lui augmente Ses bienfaits; Allâh dit en effet:

"(...) Si vous êtes reconnaissants, très certainement J'augmenterai [Mes bienfaits] pour vous. (...)"
[ Sourate 14 - Verset 17 ]

Le temps d’acquittement de la zakat

Question:

Je sais que, selon la Charia, la zakat est payable au terme de chaque année. Ce que je voudrais savoir c’est s’il y a une date fixe à laquelle il faut payer la zakat ou si l’affaire est laissée à l’appréciation de l’intéressé ?


Réponse:

Louange à Allâh,

Sachez, ô musulman, qu’il faut s’empresser de s’acquitter de la zakat dès l’arrivée du moment de son prélèvement sur les biens, compte tenu de la parole du Très Haut :

« Acquittez la zakat » [Sourate 2 - Verset 110 ]

Le pauvre en a un besoin urgent, et le retardement de son payement lui porte préjudice. En plus, son rapide prélèvement est plus à même de nous débarrasser de l’avarice, de rendre notre conscience quitte et de nous valoir
l’agrément du Maître. Le retardement de son prélèvement ne se justifie que par une nécessité. C’est le cas de celui qui retarde le payement de sa zakat pour en faire bénéficier quelqu’un qui éprouve un plus grand besoin ou à cause de l’absence du bien à soumettre à la zakat.

Il est par ailleurs permis d’anticiper le paiement de la zakat avant qu’elle ne soit due. En effet, le Prophète avait demandé à al-Abbas de payer par anticipation la zakat de deux années [ Rapporté par at-Tirmidhi, zakat 615 et jugé « beau » par al-Albani dans Sahih Sunani at-Tirmidhi ]

L’anticipation se fait pour l’existence de la cause de son imposition.

[ Voir al-Mulakhkhas al-fiqhi par al-Fawzan, 1/247.]


Doit-on prélever la zakat des années passées et comment la calculer ?


Il est notoire que la zakat est un des piliers de l'islam et c'est un devoir pour celui à qui elle incombe de s'en acquitter. S'il est certain de sa valeur, qu'il s'en acquitte; mais s'il n'en est pas certain, il doit prélever une quantité de ses biens avec l'intention de la zakat jusqu'à ce qu'il soit fondé à croire que ce qu'il a prélevé suffit comme zakat obligatoire à son passif. Le fait de se baser sur ce qu'on est fondé à croire est l'un des fondements de la chari'a.

Le comité permanent, supervisé par Cheikh Salih al-Munajjid

Question:

Ma mère possède une somme d’argent déposée dans une banque islamique depuis plus d’un an. Je ne sais pas exactement combien d’années. La somme augmentait et diminuait pendant ce temps. Nous voulons maintenant en prélever la zakat.

Réponse:

Louanges à Allâh,

La zakat est un des piliers de l’Islam. Elle frappe les biens atteignant le nisab. Celui-ci est estimé à 595 grammes
d’argent ou 85 grammes d’or ou leur valeur en monnaie.

Il n’est pas permis de retarder sa remise aux ayants droit. Celui qui en retarde l’acquittement doit se repentir et demander pardon à Allâh et procéder à son acquittement pour les années passées. Pour ce faire, il faut faire une estimation de son revenu pour chaque année et en prélever 2,5 %.

S’il s’avère que le revenu est inférieur au minimum imposable au cours d’une année, la zakat n’est pas exigible pour cette année-là.

Et on recommence le calcul de la zakat à partir du moment où l’épargne atteint le nisab une nouvelle fois.


Cheikh Muhammad ibn Othaymine a été interrogé à propos du cas d’une personne qui n’a pas acquitté la zakat pendant quatre ans pour savoir ce qu’elle doit faire…

Il répondit en ces termes :

« Cette personne a commis un péché en retardant le paiement de la zakat. Car l’on doit acquitter la zakat au moment opportun et ne pas l’ajourner, les obligations devant être en principe accomplies immédiatement.
L’intéressé doit se repentir devant Allâh pour sa désobéissance.

En outre, il doit s’empresser à acquitter la zakat pour chacune des années concernées car le cumul des zakat reste dû. Aussi doit-il s’empresser à s’en acquitter pour ne pas aggraver son péché.» [ Voir le Recueil des Fatwa de Cheikh Ibn Outhaymine, 18/ question n° 211.]

Le même Cheikh dit ailleurs :

« La zakat est une pratique cultuelle vouée à Allâh . Celui qui refuse de l’acquitter viole deux droits : celui
d’Allâh Très Haut et celui des ayants droits. S’il se repent après cinq années de non paiement, le droit d’Allâh est aboli. En effet, Allâh dit :

« Et c'est Lui qui agrée de Ses serviteurs le repentir, pardonne les méfaits et sait ce que vous faites »
[ Sourate 42 - Verset 25 ].

Mais le deuxième droit persiste : celui des pauvres et des autres ayants droit, et il faudra leur donner leur dû. Si le contribuable paye les arriérés de zakat et se repent sincèrement, il peut remporter une récompense appropriée, la grâce d’Allâh étant immense.

S’agissant de l’estimation du montant de la zakat, il faut faire de son mieux (pour avoir une juste estimation) car Allâh n’impose à aucune âme ce qui dépasse ses capacités. Si, par exemple, le montant de la somme à soumettre à la zakat s’élevait à 10 000 au cours de chacune des cinq années pendant lesquelles l’intéressé n’a pas acquitté la zakat, il faut qu’il donne 2 500 à titre de zakat pour chaque année.

Si au cours de l’une des années, la somme a augmenté ou diminué, il faut en tenir compte dans le calcul de la zakat. Si, à cause de la diminution, la somme disponible devient inférieure au minimum imposable, la zakat n’est pas à prélever. [ Voir le Recueil des Fatwa de Cheikh Ibn Outhaymine, 18/question n° 214.]

La zakat sur l'or de la femme

Question:

Je voudrais savoir si on doit retirer la zakat pour l'or de la femme (de sa dote) ? Y a-t-il un montant à ne pas dépasser pour ne pas payer la zakat ? Merci pour votre compréhension, wa salam alaykoum

Réponse:

" Les opinions des savants ont divergé concernant l'or qui est destiné à être porté ou à être prêté sans tirer profit de la location ou sans gagner un gain [un bénéfice] :

Parmi eux, certains disent qu'il est obligatoire de donner la zakat de l'or même s'il est destiné à être porté, ou à être utilisé ou à être prêté. Et d'autres disent qu'il n'est pas obligatoire de donner la zakat pour ce genre d'or.

Et ce qui est obligatoire dans ce cas, est de revenir à ce qu'a indiqué le Coran et la Sounnah, selon Sa parole :

"Ô Croyants ! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-là à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleur interprétation (et aboutissement)" [ Sourate 4 - Verset 59 ]

Et si nous renvoyons l'affaire à Allah et au messager , nous trouvons que ce qui est juste [correct], est l'opinion de ceux qui disent que la zakat est obligatoire pour les bijoux en or et en argent à condition qu'il atteigne le "nissâb" [le minimum imposable] qui est 85 grammes d'or ; donc, si la femme possède ce dont le total atteint ce poids, il est obligatoire de donner la zakat de cet or, et s'il est inférieur à cela, elle ne doit pas donner la zakat.

Et la preuve de cette opinion juste est la généralité de Sa parole : "A ceux qui thésaurisent l'or et l'argent et ne les dépensent pas dans le sentier d'Allah, annonce un châtiment douloureux" [ Sourate 9 - Verset 34 ]; et thésauriser l'or et l'argent, correspond à ne pas donner la zakat de cet or et de cet argent, même s'ils sont à la surface de la terre, tandis que ce dont la zakat est acquitté, n'est pas une thésaurisation même s'il est enterré dans la terre.

Et la parole du prophète :

" Toute personne qui possède de l'or ou de l'argent, et qui ne donne pas leur droit, le jour du jugement, on les transformera en plaques de feu et on les chauffera dans le feu de l'Enfer, ensuite on brûlera avec ces plaques son flanc, son front et son dos, et à chaque fois qu'elles refroidiront, elles seront chauffer à nouveau, un jour qui durera cinquante mille ans, jusqu'à ce que le jugement soit fait entre les serviteurs ; ensuite, il verra son chemin, soit au Paradis ou en Enfer."

Et sa parole : " et qui ne donne pas leur droit " est générale pour tous les droits, et parmi ces droits se trouve la zakat.

De plus, une autre version a été confirmé dans le recueil de hadiths authentiques de Mouslim : " et qui ne donne pas la zakat de cet or et de cet argent ", par conséquent, la généralité englobe cette question, parce qu'une femme qui a des bijoux en or, possède alors de l'or sans aucun doute, de même qu'une femme qui a des bijoux en argent, possède alors de l'argent sans aucun doute.

Et il y a des hadiths concernant spécialement les bijoux ; parmi ces hadiths, ce qu'a rapporté Abdoullah ibn 'Amr ibn Al-'Âss :

" Une femme vint voir le prophète et il y avait aux bras de sa fille deux bracelet en or ; il dit alors : " Donnes-tu la zakat de cela ? " ; elle dit : "Non" ; il dit : " Te réjouirais-tu qu'Allah entoure tes bras de deux bracelets de feu à cause d'eux " ; alors, elle les enleva et les jeta vers le messager d'Allah et dit : " Ils sont pour Allah et Son messager ".

Ibn Hajar a dit dans le livre "Boulour Al-Maraam" : "Sa chaîne de transmission est forte" ; et notre cheikh Abdel-'Aziz ibn Abdoullah ibn Bâz a dit que c'est un hadith authentique, et il y a des hadiths qui attestent de son authenticité comme le hadith d'Aïcha et d'Oum Salama, ( qu'Allah soit satisfait d'elles ).

Par conséquent, ce qui est juste est l'opinion de ceux qui disent que la zakat est obligatoire pour les bijoux, même s'ils sont destinés à être utilisés [portés] ou prêtés. Et le minimum imposable pour l'or est 85 grammes d'or ; donc, si l'or atteint 85 grammes, il faut donner en zakat le quart du dixième : 2,5 %".

Cheikh Ibn 'Otheïmine

Ne possédant rien en dehors de ses bijoux, doit-elle en vendre pour acquitter la zakat ?

Question:

Je possède une quantité d’or sur laquelle je dois prélever la zakat. Mais je n’ai pas d’argent liquide pour acquitter cette obligation. Que devrai-je faire ? Devrais-je vendre une partie de l’or pour donner le prix à titre de zakat ?

Louanges à Allah,

Quiconque possède le minimum imposable qui est l’équivalent de 85 grammes d’or et l’immobilise pendant un an, doit en prélever 2.5% à titre de zakat. Peu importe que l’on prenne de l’or pur ou son prix ou de l’argent puisé ailleurs.

Etant donné que vous ne possédez pas d’argent liquide pour acquitter la zakat, vous êtes tenue de prélever la quantité indiquée de votre or, ou d’en vendre une partie pour utiliser son prix dans le paiement de la zakat.

Si quelqu’un comme votre père ou votre frère ou votre mari ou un autre acquitte la zakat gratuitement à votre place, cela est permis, et l’auteur d’un tel geste en sera récompensé (par Allah).

Cheikh Ibn Baz a dit : « Il revient à la propriétaire de bijoux d’en acquitter la zakat. Mais il n’y a pas de mal à ce que son mari ou un autre le fasse à sa place. Il n’est pas obligatoire de prélever la zakat sur les bijoux mêmes (en or), mais il faut les évaluer au terme de chaque année (légale) et calculer la zakat sur la base du prix sur le marché à la fin de l’année considérée ». [ Extrait de Fatwa islamiyya, 2/85. ]

Cheikh Ibn Outhaymine a été interrogé en ces termes : « L’or acquis pour usage personnel doit-il être soumis au prélèvement de la zakat ? » La propriétaire est-elle obligée d’en vendre une partie pour pouvoir s’acquitter de cette obligation?

Il a répondu ainsi : « Selon le plus juste des avis des ulémas- qui me semble le plus sûr- les bijoux personnels doivent être soumis au prélèvement de la zakat, s’ils atteignent 85 grammes. Si la propriétaire devant payer la zakat possède de l’argent liquide, qu’elle acquitte la zakat avec cet argent. Si son mari ou un parent le fait à sa place, il
n’y a pas de mal.

Dans ce cas contraire, elle vend de son or la quantité correspondante au montant de la zakat pour pouvoir s’en acquitter.

Certains pourraient dire : « Si nous appliquons cet avis, elle finira par perdre tous ses bijoux».

A quoi nous répondons : c’est inexact. Car dès que l’or disponible chez l’intéressée devient inférieur au minimum imposable, elle n’aura plus à acquitter la zakat. Dans ce cas, elle conservera toujours ses bijoux ». [ Extrait du Recueil des Fatwas d’Ibn Outhaymine, 18/138. ]

La différence entre Zakat et Sadaqa

La Zakât et la Sadaqa sont deux termes qui ont des significations générales communes et des significations spécifiques absolues, c’est à dire que l’un des deux est plus général et plus global que l’autre. Il s’agit de « Sadaqa » tandis que « Zakat » est plus spécifique. Toute Zakat est donc une Sadaqa mais toute Sadaqa n’est pas [nécessairement] une Zakât.
Cela apparaît clairement dans la parole d’Allah :

« Prélève de leurs biens une Sadaqa par laquelle tu les purifies et les bénis, et prie pour eux. Ta prière est une quiétude pour eux. Et Allah est Audient et Omniscient. » [ Sourate 9 - Verset 103 ]

Le sens visé par « Sadaqa » dans ce verset est la Zakât obligatoire.

Ce sens a été exprimé textuellement par al-Mâwardî dans son livre « al-Ahkâm as-Sultâniyya » où il a dit :

« La Sadaqa c’est la Zakât et la Zakât c’est la Sadaqa , le terme diffère mais le sens désigné est le même».

La Zakât est un des piliers de l’Islam. Son acquittement est obligatoire. Celui qui renie son caractère d’obligation religieuse est renégat (kâfir). Elle consiste à s’acquitter d’une quantité précise d’un bien précis à des conditions précises en faveur de bénéficiaires précis qui sont au nombre de huit cités dans le livre d’Allah comme dans la parole d’Allah :

« Les Sadaqâts ne sont destinés que pour les pauvres, les indigents, ceux qui y travaillent, ceux dont les cœurs sont à gagner (à l’Islam), l’affranchissement des jougs, ceux qui sont lourdement endettés, dans le sentier d’Allah, et pour le voyageur (en détresse). C’est un décret d’Allah! Et Allah est Omniscient et Sage.»
[ Sourate 9 - Verset 60 ]

De même, la zakat ne s’applique pas sur tout type de richesse. Il y a des biens spécifiques qui sont visés par
l’obligation de la zakat et qu’on appelle « biens concernés par la zakat » comme l’or, l’argent, toutes les monnaies fiduciaires, le bétail, les grains et les fruits.

Son obligation est liée à la richesse qui elle-même est liée à la créance.

Ce qui est demandé aussi c’est de s’acquitter d’une quantité précise selon des conditions précises.

Quant au moment de l’acquittement, c’est dès que l’année s’est écoulée pour toutes les richesses concernées par la zakat sauf les grains et les fruits qui doivent être distribués au moment de la moisson et de la récolte, conformément à la parole d’Allah :

« [...] et acquittez-en les droits le jour de la récolte. Et ne gaspillez point car Il n’aime pas les gaspilleurs.»
[ Sourate 6 - Verset 141 ]

Quant à « sadaqa », c’est un terme plus général puisqu’il sert à désigner les sadaqa obligatoires comme la zakat mais aussi les sadaqa (charités) non obligatoires.

Elle n’est pas liée à un moment limité ni à une quantité définie mais la personne dépense de ce qu’Allah lui a donné à condition de ne pas délaisser ceux dont il a la charge alimentaire comme la femme et les enfants.

 

http://www.fleurislam.net/pages/fr_accl.html

 

  • e6un7

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site