referencer site web - referenceur gratuit -

Introduction au Tajwid

073.jpg

1-Définition

Le mot tajwid vient de la racine arabe [Jawwada] qui signifie "rendre meilleur", ou "améliorer". En tant que terme, il signifie chez les spécialistes de la lecture du coran la sience qui permet de réciter le coran correctement, en prononçant chaque lettre convenablement avec son makhraj et ses sifat qui conviennent, naturellement et sans forcer, conformément à ce qui a été transmis du prophète .

2-But

Le but de l'apprentissage du tajwid est de préserver le lecteur de commettre des erreurs dans sa récitation du coran afin de plaire à Dieu le trés-haut.

3-Le précurseur de cette science

Le premier qui a instauré cette science de manière pratique est notre prophète et envoyé Muhamed ( صلى الله عليه وسلم ) , qui l'a reçu de l'archange Gabriel, qui lui-même l'a reçue de Dieu exalté soit-il. Le coran a été en effet révélé avec une récitation qui lui est spécifique, et qui se lit différement de tout autre texte. Quant aux premiers qui ont établi les régles théoriques, ce sont les savants de la langue arabe tels al-Kalil ibn ahmed al-Farahidi et son élève Sibawayh.

4- Position légale

La science du tajwîd se divise en deux parties:

* 'Ilm at-tajwîd an-nazarï : c'est-à-dire la connaissance des règles théoriques du tajwîd, de ses normes, de ses conditions et de ses appellations, telles ahkâm al-madd (les règles de l'allongement), les règles du nûn as-sâkina wa at-tanwîn, et autres. La connaissance de cette science incombe à la communauté islamique mais non à chaque musulman (fard kifâya). En d'autres termes, il suffit que quelques musulmans connaissent cette science pour que le reste de la communauté soit épargné du péché.

* `Ilm at-tajwîd al- `amalî : c'est la connaissance pratique de ces règles. C'est la manière correcte et juste de la récitation du Coran, comme l'a récité le Prophète de Dieu (صلى الله عليه وسلم). Cette connaissance est obligatoire à tout musulman ou musulmane qui désire lire ou apprendre quelques versets du Coran (fard 'ayn), dans la mesure de ses possibilités. Les preuves de son caractère obligatoire sont nombreuses :

Dieu dit :« Et récite le Coran, lentement et clairement». Les Compagnons ont reçu cette récitation directement du Prophète (صلى الله عليه وسلم) qui l'accentuait par une lecture particulière et singulière. Ce dernier a reçu cette manière de réciter de l'ange Gabriel, qui l'a lui-même reçue de Dieu - exalté soit-Il. Il est donc obligatoire de réciter le Coran de cette manière.

Dieu dit: « Ceux à qui Nous avons donné le Livre, qui le récitent comme il se doit, ceux-là y croient. » Ceux, donc, qui ne récitent pas le Coran conformément à la manière dont il a été révélé ne le récitent pas comme il se doit. L'imam Ibn al-Jazarî dit dans sa Muqaddima : « La connaissance du tajwîd est une obligation, celui qui récite le Coran sans tajwîd commet un péché. Certes Dieu l'a révélé ainsi, et c'est ainsi qu'il nous est parvenu. »

5-Les niveaux de lecture du Coran

Il y a trois niveaux de lecture différents qui font partie intégrante du tartîl :

*At-tahqîq : C'est donner à chaque lettre ce qui lui revient de droit tel l'allongement (al-madd), la prononciation correcte de la hamza, des voyelles brèves, le respect de la ghunna, en lisant lentement et sereinement. Cette lecture est particulièrement recommandée aux professeurs lors de leur enseignement.

* Al-hadr : C'est une lecture rapide du Coran tout en respectant les règles du tajwîd.

* At-tadwîr : C'est un niveau intermédiaire entre at-tahqîq et al-hadr.

Remarques 1. Lorsque le lecteur lit selon at-tahqîq, il ne doit pas tomber dans l'excès en allongeant de manière anormale certaines lettres.

6-Les différentes erreurs de lecture

Les savants de cette science ont divisé ces erreurs en deux parties :

Al-lahn al jaliyy (erreur considérable, évidente) : c'est une erreur qui va en opposition avec les règles essentielles de la langue arabe, elle peut ou non changer le sens de la phrase. On l'appelle jaliyy (évidente) car c'est une erreur qui paraît évidente aussi bien pour les spécialistes du tajwîd que pour des non-initiés.
Changer par exemple un طاء en تا ou prononcer أنعَمتَ parأنعَمتُ est une erreur dite jaliyya (évidente).
Celui qui commet un lahn jaliyy commet un péché.

Al-lahn al-khafiyy (erreur dite latente ou imperceptible) : c'est une erreur qui n'est pas en opposition avec les règles de la langue arabe, elle ne change pas non plus le sens, mais elle intervient lorsqu'elle est en désaccord avec une règle spécifique au tajwîd. Elle est appelée khafiyy car seuls les initiés au tajwîd peuvent percevoir cette erreur.
Ne pas faire la ghunna lorsque cela l'exige ou bien allonger (madd) une lettre qui ne fait pas l'objet d'un allongement est considéré comme un lahn khafiyy.
Les savants de la science du tajwîd considèrent le lahn al-khafiyy comme étant makrûh (détestable).

7-Al-istiadha wa al-basmala

1) Sa lecture

Lorsque nous nous apprêtons à lire le Coran, Dieu le Très-Haut nous a ordonné de Lui demander protection contre Satan.Dieu dit :« Lorsque tu lis le Coran, demande protection de Dieu contre le diable banni. » (Coran 16/98)Les formules de demande de protection (appelées en arabe al-isti `âdha) sont nombreuses, parmi les plus connues :

أعوذ بالله من الشيطان الرجيم

cette formule est celle citée dans le Coran (16/98).

Nous avons aussi :

 أعوذ بالله السميع العليم من الشيطان الرجيم   

Al-isti `âdha se dit à voix basse dans quatre cas :

* Lorsque le lecteur lit à voix basse, qu'il soit seul ou dans une assemblée.

* Lorsqu'il est seul, qu'il lise à voix basse ou haute.

*En Salât, qu'elle soit à voix haute ou basse.

* Lorsque le lecteur se trouve dans une assemblée où on lit le Coran et qu'il n'est pas le premier à réciter, ceci afin de garder la continuité de la lecture commune. Cependant, si la lecture est interrompue pour un motif quelconque et que l'on souhaite reprendre cette lecture, on récite alors al-'isti `âdha à voix haute.

Il est recommandé de la lire à voix haute dans deux cas:

* Lorsque le lecteur lit à voix haute et que les gens autour de lui l'écoutent.

* Dans le cadre de l'enseignement.

Remarque : Lorsque le lecteur souhaite réciter un passage d'une sourate qui n'est pas le début de celle-ci, il prononce la formule d'al-'isti'âdha. Cependant, il n'est pas recommandé d'enchaîner al-'isti `âdha directement avec le verset si cette liaison directe peut prêter à confusion quant au sens du verset. Prenons l'exemple du verset 255 de la sourate 2, âyat al-kursiyy :

Le début est : الله لا الاه الا ه

Il n'est pas approprié de lier le mot الرجيم au nom de Dieu, Allâh. Ainsi l'imam ash-Shâtibî ordonnait de lire al-basmalaaprès al-'isti `âdha dans de tels cas.

2) Les différentes possibilités d'enchainer al-'isti`âdha, al-basmala et le début de la sourate

Il y a quatre possibilités d'enchaîner al-'isti `âdha, al-basmala et le début de la sourate :* Lire l'ensemble sans marquer d'arrêt, comme ceci :

 

أعوذ بالله من الشيطان الرجيم بسم الله الرحمان الرحيم الحمد لله رب العالمين 

أعوذ بالله من الشيطان الرجيم * بسم الله الرحمان الرحيم * الحمد لله رب العالمين

* Lire al-'isti `âdha puis marquer un temps d'arrêt, lire al-basmala puis marquer un temps d'arrêt. Lire en-suite le début de la sourate : 

* Lier al 'isti `âdha à al-basmala puis marquer un temps d'arrêt. Débuter ensuite le début de la sourate:

أعوذ بالله من الشيطان الرجيم بسم الله الرحمان الرحيم * الحمد لله رب العالمين

* Lire al-'isti `âdha puis marquer l'arrêt. Enchaîner ensuite al-basmala au début de la sourate :

اعوذ بالله من الشيطان الرجيم * بسم الله الرحمان الرحيم الحمد لله رب العالمين

Ces quatre possibilités sont toutes authentiques et permises.

3) Al-basmala entre deux sourates

Il y a trois façons permises d'enchaîner deux sourates séparées par al-basmala :

*Elle consiste à lire la fin de la sourate, al-basmala et le début de la sourate sans marquer de temps d'arrêt. Exemple :

واما بنعمة ربك فحدث بسم الله الرحمان الرحيم الم نشرح لك صدرك

* Lire la fin de la sourate et s'arrêter. Lire al-basmala puis marquer à nouveau un temps d'arrêt, commencer ensuite à lire la sourate suivante :

واما بنعمة ربك فحدث * بسم الله الرحمان الرحيم * الم نشرح لك صدرك

* Lire la fin de la sourate puis marquer un temps d'arrêt. Enchaîner ensuite al-basmala avec le début de la sourate suivante :

واما بنعمة ربك فحدث *بسم الله الرحمان الرحيم الم نشرح لك صدرك

* Il y a une quatrième possibilité mais qui est interdite ; je la mentionne afin de ne pas commettre l'erreur : elle consiste à lier la fin de la sourate avec al-basmala puis de marquer un temps d'arrêt. Ensuite on lit la sourate suivante.

Les savants ont interdit cette quatrième possibilité car al-basmala a été établie en début et non en fin de sourate.

Il est recommandé de lire al-basmala au début de chaque sourate à l'exception de la sourate 9 at-Tawba (le repentir).

Lorsque le lecteur commence sa lecture en cours de sourate, il a le choix de lire ou non al-basmala. Cependant, s'il désire enchaîner la lecture d'al-basmala avec le début du verset en milieu de sourate, il doit veiller à ce que le sens ne prête à pas confusion, comme évoqué auparavant concernant al-'isti`âdha.

du livre "Le tajwid" de Zakaria Makri

Nouveau :

- télécharger les épisodes du Sheikh Khalid Bouchafaa en Français qui correspondent à ce cours :

Episode 1 : La définition du Tajwid.mp3 

Episode 2 : la suite.mp3

Episode 3 : L'histoire du Tajwid.mp3

Episode 4 : L'avis juridique des savants concernant l'apprentissage du Tajwid.mp3

Episode 5 : Les erreurs évidentes et cachées.mp3

Episode 6 : Suite sur les erreurs et les mérites du tajwid.mp3

Episode 10 : Al Isti'adha wa Al Basmala.mp3

Episode 11 : Les différentes manières de dire Al Isti'adha wa Al Basmala.mp3

Tirés du site : Tajweed Podcast

 
 
 
 
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site