referencer site web - referenceur gratuit -

Le comportement du Prophète (saw) avec les ignorants

la-sira-menu7.jpg

Le comportement du Prophète () et son attitude avec les ignorants peuvent se résumer dans les points suivants :

Il se souciait () de faire preuve de douceur à leur égard
Anas, qu'Allah soit satisfait de lui, dit : « Alors que nous étions assis avec le Messager d'Allah () dans la mosquée, un bédouin se mit à y uriner. Les Compagnons se précipitèrent alors sur lui, mais le Messager d'Allah () s'écria :
- « Laissez-le et ne l'interrompez pas ! ». Ils le laissèrent alors, et lorsqu'il eut fini d'uriner, le Messager d'Allah l'appela et lui dit :
- «Il ne convient pas de souiller ces mosquées avec cette urine et ces saletés. Elles sont consacrées à l'évocation d'Allah, exalté soit-Il, à la prière et à la récitation du Coran».
Ensuite, il ordonna qu'on apporte un seau d'eau et le versa sur l'endroit souillé. » (Boukhari et Mouslim).

Chez certains des compilateurs de hadiths, ce bédouin dit :
- « Ô Allah ! Accorde-moi et à Mohammad Ta miséricorde et ne l'accorde à personne d'autre que nous »
- « Tu as cherché à donner des limites à la Miséricorde d'Allah alors qu'elle est immense » dit le Prophète ().

Par ailleurs, lorsque le bédouin urina au coin de la mosquée et que les gens se levèrent pour le malmener, le Prophète () le leur interdit en disant :

- « Allah ne vous a suscités que pour faciliter les choses et ne vous a jamais suscités pour les rendre difficiles. Versez un seau d'eau sur son urine » (Abou Daoud, al-Tirmidhî et al-Nasâ'î).

En fait, si le Prophète () n'avait pas interdit aux gens de réprimander ce bédouin, cela aurait eu les répercussions suivantes :
- la souillure n'aurait pas été limitée à un seul endroit, mais elle aurait été dispersée dans toute la mosquée ;
- le bédouin aurait été gêné à cause de l'interruption de son urine ;
- cette agressivité aurait détourné ce bédouin de la religion,
- et sa 'awra (parties du corps qu'il ne faut pas montrer) aurait été dévoilée s'il s'était levé sans avoir fini ses besoins.

Ô combien éminente est la sagesse du Messager d'Allah (). Certes, Allah, exalté soit-Il, l'a doté d'un comportement irréprochable !

A cet égard, Mu'âwiyya ibn al-Hakam al-Sulami, qu'Allah soit satisfait de lui, raconta : « Alors que je priais avec le Messager d'Allah () voilà que l'un des fidèles éternua. Je lui dis alors :
- « Qu'Allah te fasse miséricorde ».
Les gens me jetèrent des regards de réprobation. Je dis :
- « Malheur à moi ! Qu'avez-vous à me regarder ainsi ? ».
Ils se mirent à taper des mains sur leurs cuisses (pour me faire taire). Quand je compris qu'ils voulaient me faire taire, ceci m'étonna, mais je me tus quand même. Lorsqu'il acheva sa prière, le Messager d'Allah () - puisse-t-il vivre au prix de la vie de mon père et de ma mère car je n'ai jamais vu avant lui, ni après lui, un instructeur meilleur que lui - ne me gronda pas, ni ne me frappa, ni ne m'insulta. Il se contenta de me dire :

- « Durant la prière, il n'est pas permis de prononcer une seule parole de ce que les gens se disent entre eux. La prière, en effet, n'est faite que pour exalter Allah, Le glorifier et réciter le Coran » (Mouslim).

Abû Umâma, qu'Allah soit satisfait de lui, rapporta qu'un jeune homme vint voir le Messager d'Allah () et lui dit :
- « Ô Prophète ! Autorise-moi à commettre la fornication ».
Les gens se rassemblèrent alors pour le réprimander. Or, le Prophète lui dit avec air rassurant :
- « Approche ! »
Il s'approcha alors et s'assit près de (). Le Messager d'Allah lui dit : « Aimerais-tu voir ta mère s'adonner à la fornication ? ».
- « Non, par Allah ! Puisses-tu vivre au prix de ma vie ! »
- « Il en est de même pour les autres. Ils n'aimeraient pas voir leur mère commettre l'adultère. Aimerais-tu cela pour ta sœur ? ».
- « Non, par Allah ! Puisses-tu vivre au prix de ma vie ! »
- « Il en est de même pour les autres. Ils n'aimeraient pas voir leur sœur commettre l'adultère. Aimerais-tu cela pour ta tante paternelle ? »
- « Non, par Allah ! Puisses-tu vivre au prix de ma vie ! »
- « Il en est de même pour les autres. Ils n'aimeraient pas voir leur tante paternelle commettre l'adultère. Aimerais-tu cela pour ta tante maternelle ? »
- « Non, par Allah ! Puisses-tu vivre au prix de ma vie »
- « Il en est de même pour les autres. Ils n'aimeraient pas voir leur tante maternelle commettre l'adultère ».
Enfin, le Prophète () posa sa main sur la poitrine du jeune homme et invoqua Allah, exalté soit-Il, en sa faveur en disant :
« Allahomma tahhir qalbah wa ighfir dhanbah wa hassin farjah»
(Ô Allah ! Pardonne ses péchés, purifie son cœur et préserve sa chasteté)
Depuis lors, ce jeune homme ne tomba dans aucune tentation. (Ahmed).

Il se souciait () de cacher leurs défauts

Aïcha, qu'Allah soit satisfait d'elle, rapporta que son ancienne esclave, Barîra, qu'Allah soit satisfait d'elle, lui demanda de l'acheter afin de l'affranchir après. Elle lui dit alors :
- « Si tu veux, je paie tes maîtres pourvu que le wala (patronage) soit à moi »
Or, les maîtres de Barîra stipulèrent :
- « Si tu veux, nous l'affranchissons pourvu que nous en conservions le wala »
Lorsque le Messager d'Allah () arriva, Aïcha, qu'Allah soit satisfait d'elle, lui raconta cette affaire, et telle fut sa réplique :
- « Achète-la, puis affranchis-la. Certes, c'est à celui qui affranchit que le wala est réservé »
Ensuite, il se leva, monta sur le minbar et, s'adressant aux gens, il dit :
- « Qu'ont donc certaines personnes à stipuler des conditions qui n'existent pas dans le Livre d'Allah. Quiconque stipule une condition qui ne se conforme pas aux consignes du Livre d'Allah, elle n'est pas légitime, fût-ce-telle répétée cent fois. Ce qu'Allah a stipulé est plus juste, et la condition qu'Allah a imposée est plus sûre. Le wala n'appartient certes qu'à celui qui a affranchi » (Boukhari et Mouslim).

Anas, qu'Allah soit satisfait de lui, rapporta qu'un groupe de personnes vinrent chez les femmes du Prophète () pour les interroger sur la façon dont le Prophète adorait son Seigneur, exalté soit-Il, en secret. Quand elles les en informèrent, cela leur sembla peu. Ils dirent :
- « Que sommes-nous par rapport au Prophète alors qu'Allah lui a déjà pardonné tous ses péchés passés et futurs ? »
L'un d'eux dit :
- « Pour ma part, je m'engage à passer toutes mes nuits en prières ».
- « Et moi, je m'engage à jeûner sans interruption toute ma vie », dit l'autre.
- « Moi je m'engage à ne jamais me marier », dit enfin le troisième.
Le Messager d'Allah () vint alors les voir et leur dit :
- « Est-ce bien vous qui avez dit ceci et cela ? En vérité, par Allah, je crains Allah bien plus que vous, et je suis le plus pieux de tous. Cependant, je jeûne un temps et je mange un temps, je prie une partie de la nuit et j'en dors une autre, et j'épouse les femmes. Celui qui se détourne alors de ma voie n'est pas de ma communauté ! » (Boukhari et Mouslim).

Selon Aïcha, qu'Allah soit satisfait d'elle, Le Prophète () accomplit quelque chose qu'il jugea dès lors valide (ce qui implique qu'Allah le lui avait permis). Cependant, un certain nombre de ses Compagnons rechignèrent à faire la même chose. Mis au courant, le Prophète () fit un prône qu'il commença en faisant des louanges à Allah, exalté soit-Il, puis il dit :
- « Qu'ont donc certaines personnes à rechigner à accomplir un acte que j'ai fait. Par Allah, je suis celui qui sait le mieux ce qu'Allah autorise ou interdit et nul ne redoute Allah autant que moi » (Boukhari).

Il se souciait () de corriger leurs erreurs

D'après Abou Wâqid al-Laythi, qu'Allah soit satisfait de lui, lorsque le Messager d'Allah () avançait (avec ses Compagnons) vers Hunayn, il passa par un arbre que les idolâtres vénéraient. C'est aux branches de cet arbre, appelé Thât Anwât, qu'ils suspendaient leurs armes.
- « Ô Messager d'Allah ! Veux-tu nous choisir un arbre tel que Thât Anwât ? », demandèrent-ils au Messager d'Allah () ; il () leur dit :

- « Allah est plus Grand ! Vous me dites ce que le peuple de Mûsâ (Moïse) lui avait dit : « Désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux ». Par Celui qui tient mon âme entre Ses mains, vous adopteriez certes toutes les coutumes de vos prédécesseurs ! » (al-Tirmithî)

Quant à 'Abdallah ibn 'Amr, qu'Allah soit satisfait de lui, il rapporta qu'un homme vint voir le Messager d'Allah () et lui dit :
- « Je suis venu te prêter serment d'allégeance pour émigrer avec toi. J'ai laissé mes parents en train de pleurer » Et telle fut la réponse du Messager d'Allah () : - « (Avant de me prêter serment) retourne chez tes parents, et fais-les rire comme tu les a fait pleurer ». (Abou Daoud, al-Nasâ'î et Ibn Mâdjah).

http://www.islamweb.net/frh/index.php?page=articles&id=184895&fromPart=24

 

e6un7

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site