referencer site web - referenceur gratuit -

LES COURANTS DE LA PENSEE ISLAMIQUE MODERNE

02.jpg

 

Les courants que nous allons étudier ici se réclament tous de Ahlou Sounnah Wal Jama ‘a, et se fixent comme objectif général l’installation d’une société islamique où la Shari’a sera intégralement appliquée.

Ceci malgré leurs approches différentes et leurs stratégies distinctes :

1-LE SALAFISME

Le Cheikh Mouhamad Ibn Abdoul Wahaab naquit en 1703 et décédé en 1781, est considéré comme le fondateur de ce courant qui est par ailleurs caractérisé par :

* La nécessité du retour au Coran et à la Sunnah sur la base de la compréhension de Salaf Sâlih.

* L’appel à l’unicité de Dieu (Attawhid) conformément aux pratiques de la première génération des musulmans.

* Ressusciter l’obligation du Jihâd.

* Eradiquer toute pratique culturelle basée sur l’innovation (bid’a), l’associationnisme (shirk) et les supertutions.

* Interdire la construction ou l’embellissement des tombes ainsi que leurs visites afin d’y espérer une bénédiction de la part de ceux qui y reposent.

* Et enfin interdire toute forme d’intercession. Si ce n’est pas par les beaux attributs de Dieu ou les bonnes œuvres.

o LE COURANT GLOBALISTE (AS SHUMULYA)

 Ce courant est représenté par le mouvement des frères musulmans fondé par Al Imam Hassanoul Banna (1906-1949).

L’Association des Frères Musulmans est considérée comme la mère des mouvements islamiques contemporains, il fonde son appel sur le retour aux enseignements authentiques du Coran et de la Sunnah, sur l’application de la Sharia, sur la non différenciation entre l’Etat et la Religion et sur la nécessité de mener une lutte sans merci contre la tendance laïque des régimes politiques dans les pays musulmans.

En un mot, le courant « Ikhwanite » préconise la globalité de l’islam qui doit couvrir toutes les dimensions de la vie. Comme l’a si bien illustré le fondateur de ce courant qui dit : « L’islam est une adoration de Dieu et direction de la société, Religion et Etat, Spiritualité et Action, Prière et Djihad, Obéissance et Sentence, Coran et Epée : Aucun d’eux ne peut aller sans l’autre ». Tout ceci nous édifie sur la pensée globaliste des frères musulmans dont les caractéristiques peuvent être résumées comme suit :

 * Rablanya

* Alamya

* Shumulya

* Waqui ya

* Akhlaya

Les différentes phases de la pensée réformiste des frères musulmans :

o l’éducation de l’âme

o La formation d’un individu musulman

o La construction d’une famille musulmane puis d’une société et enfin d’un Etat Islamique.

La méthodologie de la Dahwa chez les frères musulmans, c’est de :

* S’éloigner des zones de divergence

* Se préoccuper de la formation islamique et militante de leurs membres

* La non violence dans la Dahwa

* Et enfin accorder une place importante a la quête du savoir

o LE COURANT TABLIGHITE

Le fondateur de ce courant, c’est Mohammed Ilyass Kandahlawi, vécu entre 1303 et 1364 de l’hégire en Inde. Tabligh est une association islamique sunnite qui fonde son appel sur le prêche et l’orientation, sur la transmission des vertus de l’Islam et sur la khouroudj dans le sentier de Dieu .Le mouvement tablighite s’éloigne de toute action politique et de toute idée de la création d’un parti politique.

C’est ainsi que son fondateur définit les principes de son école :

* Appel à Lâ ilâ ha illallah

* L’observation de la prière dans la crainte d’Allah

* La quête du savoir et le dhikr

* Honorer les musulmans

* La sincérité dans l’action

Leur méthode de Da’wa s’articule autour de ce verset : « Vous êtes la meilleure des communautés qu’on a fait surgir pour les homme, vous ordonnez le bien et vous interdisez le mal… »

Pour donner corps à ce verset, l’association At Tabligh recommande à tout musulman d’affecter une portion de son temps au Khouroudj (Sortie) dans la voie de Dieu : un (1) jour par semaine, trois (3) jours par mois, quarante (40) jours par an ou quatre mois (4) durant sa vie.

Nous pouvons résumer la conception islamique de ce courant en ce qui suit :

* L’association At Tabligh est convaincue que la méthode la plus pertinente pour éradiquer Al Mounkar (le mal), c’est de purifier les musulmans individuellement

* Elle croit que le Khouroudj (Sortie) et la propagande (Da’wa) constituent le moyen le plus efficace pour éduquer spirituellement le prédicateur, l’amener à consentir des sacrifices dans la voie divine.

* Elle croit que le Soufisme est la voie la plus indiquée pour goûter les délices de la foi.

* Les adeptes de ce courant ne discutent pas de la politique. Toutefois, ils disent que la meilleure manière de faire de la politique est de s’éloigner d’elle.

* Nous constatons que leur appel connaît souvent une expansion quantitative non qualitative, car la qualité exige un suivi, un contrôle et une évaluation. Toutes choses qui sont souvent absentes dans leur stratégie.

4- LE COURANT JIHADISTE :

On peut étudier ce courant à travers AL Jama’a al Islamya d’Egypte. Cette association est née au début des années 70 dans les universités Egyptiènnes après le démentiellement du mouvement des Frères Musulmans par le régime de Jamal Abdou Nasser.

Ce courant appelle au djihad (considéré comme obligation cachée) à l’édification de l’Etat islamique et à la renaissance du Califat.

Il serait utile de signaler que ce mouvement est plus connu sur le plan médiatique sous le vocable « Jamâ’atoul Jihad ». Parmi ses plus célèbres dirigeants, on peut citer le Docteur Omar Abdou Rahmane qui a été l’objet d’emprisonnement pendant plusieurs années sous les régimes de Nasser et Sadate. Cela avant de s’installer définitivement aux USA où il a aussi connu un emprisonnement.

On peut résumer les principes qui fondent ce mouvement en :

* La finalité : l’obtention de l’agrément de Dieu et se conformer aux enseignements du Prophète Mohamed (PSL).

* La foi : celle de Salaf Sâlih (les devanciers vertueux)

* La compréhension : la globalité de l’islam

* L’objectif : Amener les gens à une meilleure adoration d’Allah (SWA) et à la réinstallation du Califat selon l’époque médinoise.

* La stratégie : Ordonner le bien, interdire le mal et mener le Jihad.

Pour les adeptes de ce courant, le Jihad consiste à affronter l’ennemi même si on devait y perdre la vie. Pour eux, ce combat ne saurait se limiter aux moyens pacifiques tels que la parole, le sermon, l’éducation ou l’action politique qu’ils considèrent des actes de poltrons ou d’irresponsables. Ce courant appelle enfin à :

* La nécessité de combattre tout dirigeant rejetant d’appliquer la Sharia.

* La destitution de tout leader qui ne respecte pas les enseignements de l’islam.

* Considérer tout dirigeant qui n’applique pas la Sharia comme mécréant qui par conséquent doit être combattu.

En résumé, nous pouvons constater que les courants du mouvement islamique contemporain (Sunnite) se partagent un dénominateur commun à savoir : Appel au retour au Coran et à la Sunna, à l’application de la Sharia et à la lutte contre toute idéologie anti-islamique. Et ceci malgré leur différence dans leurs stratégies et méthodes d’action.

Par El Hadji Moussa Fall, Doctorant en sociologie musulmane

 

 

 

 

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site