referencer site web - referenceur gratuit -

Le prophète youssef:pourquoi les israélites allèrent en Égypte ?

Le récit du prophète Youssef

i8ygdmjx1.gif

« Nous savons que le prophète Abraham eut un enfant de la belle Sarah qu’ils appelèrent Isaac. Et le prophète Isaac eut un enfant Jacob (Yaakoub) qui fut lui aussi prophète.Quant à ce dernier il engendra

12enfants (voir le nom des enfants dans l’arbre généalogique). Il a eut les dix premiers

enfants de sa première femme Léa et les deux derniers Joseph (Youssef) et Benjamin (Benyamîne) de sa deuxième femme Rachel (Rahil) qui est la sœur de Léa.

Abraham –>  Isaac –>  Jacob –>  Youssef

Joseph (Youssef) était aussi un prophète et était extrêmement beau. Bien sûre puisque son arrière grand-mère était Sarah, l’une des plus belles femmes du monde entier. Ils vivaient tous dans le pays de Canâan ou ce qu’on appelle actuellement la Palestine. Un jour Joseph vint vers son papa et lui dit :

 – Père j’ai fait un songe si étrange. J’ai vu onze planètes, le soleil et la lune se prosternant devant moi.

Le père de Joseph répondit à son fils:

– Ne raconte ton songe à personne. Tes frères seront jaloux de toi et tu sais bien que le diable aime trouver des occasions pour causer des problèmes. Allah t’as choisi pour être un prophète et t’enseigne à interpréter les rêves, lui répondit Jacob.

Effectivement, ses frères étaient jaloux de Lui et de Benjamin. Ils pensaient que leur père les aimait plus qu‘eux. »

Et ainsi, les frères de Joseph pensèrent à se débarrasser de lui. 

 – Tuons le, dirent certains. 

– !!! Jetons_le dans le puits. Certains passants le trouveront. Puis après, nous ne ferons plus de mal à personne. Nous deviendrons des gens biens, dit un des frères qui trouve difficile l’idée de tuer.

 Après avoir bien planifié leur complot, ils dirent au prophète Jacob.

 – Père, laisse Joseph aller se promener avec nous et jouer. Nous veillerons bien sur lui.

– J’ai bien peur  que le loup le dévore, répondit-il.

– Qu’il soit dévoré par le loup alors que nous sommes tous avec lui !!! Non père n’ait pas peur, nous serons là pour le protéger, clamèrent-ils.

  Le lendemain, les frères de Joseph l’emmenèrent très loin dans le désert jusqu’à qu’ils arrivèrent près du village Dothan devant un puits.

 Ils lui enlevèrent sa chemise, le jetèrent au fond de ce puits et s’en allèrent. Pauvre Joseph qui n’avait en ce moment que douze ans. Tous seul au fond et ne sachant ce qui va lui arriver. C’était très difficile mais il était sure qu’Allah le protégerait puisq’il avait fait ce rêve des étoiles.  Il devait être patient et fort.  Ces frères retournèrent, le soir, à la maison, avec la chemise de Joseph tâchée d’un faux sang puis ils dirent à Jacob en pleurant  :                 

  – Ô notre père, nous sommes allés faire une course, et nous avons laissé Joseph près de nos affaires et le loup l’a dévoré. 

 – Vous m’avez promis de faire attention et maintenant vous me dites que le loup l’a dévoré !!!!  Un jour la vérité apparaitra !!!

 Joseph ne savait que faire. Comment allait-il sortir de ce puits si profond ? Soudain, il entendit des gens qui parlent et des pas d’animaux qui s’approchaient. C’étaient des voyageurs venant de Syrie et allant en Egypte qui s’arrêtaient pour chercher de l’eau. Ils descendirent le seau et Joseph trouva là une occasion pour s’accrocher au fil.

  Faites remonter avec moi le seau, dit l’un des voyageurs, il y a quelque chose de lourd dedans. Et en remontant le seau, ils sursautèrent en voyant ce jeune garçon.

 – Un garçon !!! Quelle bonne nouvelle, nous le vendrons en arrivant en Egypte.

       Le prophète Joseph fut acheté par le chef des gardes du roi: Al-Aziz. Il dit à sa femme :

 

     – Accorde-lui une généreuse hospitalité. Il se peut qu’il nous soit utile ou que nous l’adoptions comme notre enfant.

Joseph vit avec eux pendant 20 ans. Al-Aziz fut très bon avec lui. Mais, Joseph plus il grandissait plus il devenait fort et beau. Et malheureusement, la femme d’Al-Aziz : Zouleikha tomba amoureuse de lui. Un jour qu’elle se trouvait seule dans la maison, elle lui avoua son amour. Jospeh courrut vers la porte de la maison pour se sauver. Elle courrut derrière lui pour l’arrêter et tira vivement sur la chemise de Joseph qui fut déchirée. Et   juste à ce moment là entra Al-Aziz :

– Que se passe-t-il ? dit-il.

 – Emprisonne-le, Joseph a voulut me séduire, répondit-elle rapidement.

– Joseph comment oses-tu faire du mal à ma femme? cria Al-Aziz.

 – Ce n’est pas vrai, se défendit Joseph. C’est ELLE qui voulut me séduire. 

Alors une personne de la famille de Zouleikha clama :

 – Si sa chemise à lui est déchirée par devant, alors c’est elle qui dit la vérité. Mais si celle-ci est déchirée par derrière, alors c’est elle qui ment et il dit la vérité.

Al-Aziz fut choqué car la chemise était déchirée par derrière donc c’était sa femme qui mentait.

– Tu es fautive ma femme !!, dit Al-Aziz avec un air de tristesse et de désolation. Joseph, oublie ce qui vient de se passer et n’en parle à personne. Je suis le chef des gardes et je n’aimerais point que les gens jacassent à propos de moi et de ma femme.

Joseph fit comme si de rien n’était. Mais les nouvelles malgré tout se répandirent rapidement et les femmes de la ville en parlaient .

Zouleikha apprit qu’on se moquait d’elle. Alors elle décida d’inviter ces femmes chez elle et leur prépara un festin exquis. A la fin du repas, elle remit à chacune d’elles un couteau pour éplucher peut-être un fruit. Puis elle ordonna à Joseph d’apparaître devant ces femmes.

 Elles allaient se couper la main en voyant combien Joseph était beau.

  – Je préfère de loin être emprisonné que de me laisser tenter pas vous, leur répliqua Joseph.

  insi dit, ainsi fait.  Il préféra être emprisoné que commettre une faute envers Allah. 

Deux valets entrèrent avec lui en prison. Tous les deux firent un rêve qu’ils lui racontèrent. L’un dit :

– Dans le rêve, je me vois presser du raisin. 

L’autre dit :

– Moi, je me vois porter sur la tête du pain dont les oiseaux mangent. 

  Joseph leur répondit :

– Ô mes deux compagnons de prison! Qui est le meilleur: des Seigneurs éparpillés ou Allah, l’Unique, le Dominateur suprême? Ô mes deux compagnons de prison! Le premier de vous donnera du vin à boire à son maître; quant à l’autre, il sera crucifié (tuer).

Des mois passèrent, celui qui rêva de raisins sortit enfin de prison et travailla chez le roi. Et après plusieurs années, un jour, le roi eut un étrange songe.”

  hyksosahmose.jpg 

 

 Et quand vint le matin :

– Qu’avez-vous maître, dit l’un des valets, je vous vois triste ?

– Réunissez tous les notables, j’ai besoin de leur parler, répondit le roi.  Ainsi dit, ainsi fait :

– Ô conseil des notables, dit-il. J’ai rêvé que je me tenais près du fleuve et j’ai vu sept vaches belles et grasses et sept autres vaches laides à voir, très maigres . Les vaches laides et maigres mangèrent les sept vaches belles et grasses. Puis, j’ai vu sept épis verts      et sept épis secs      . Quel est l’explication de ce songe ?

– Maître, ce n’est qu’un cauchemar! Et nous ne savons pas interpréter les rêves!, s’exclamèrent les notables.

Le valet qui était en prison avec Joseph, en entendant les paroles du roi lui dit :

– Maître, je connais une personne qui a un don pour interpréter les rêves. Envoie moi en prison je pourrais lui parler.

– Vous avez ma permission, lui dit le roi.

Le valet avec certains gardes accoururent vers la prison où se trouvait Joseph et lui relatèrent toute l’histoire. Et voici la réponse du Prophète Joseph :

 – Il y aura sept années, (les sept vaches grasses), durant lesquelles l’Egypte sera très riche. Le fleuve du Nil débordera et le bien envahira le pays.  Il faudra accroître au maximum la moisson durant ces sept années… les sept années grasses et garder la moisson en épi.  Lors des 7 années maigres, prenez seulement ce qu’ils vous faut et pas plus.Ne donnez aux gens pas plus qu’il ne leur en faut… Ce que vous avez réservé lors des sept années grasses, vous l’utiliserez durant les sept maigres. Une fois passé les sept années grasses et les sept années maigres, viendra alors, une année où les gens seront secourus par la pluie.

Le roi, en écoutant son valet qui lui répétait les paroles de Joseph, fut émerveillé et ordonna de le faire sortir de prison immédiatement. Mais le prophète Joseph dit :

 – Je ne sortirais que quand le roi questionnera les femmes qui se sont coupées leurs mains.

Ainsi fit le roi qui appela les femmes et leur demanda :

– Qu’est ce que Joseph vous a fait?

–  A Allah ne plaise! Il n’a rien fait de mal, dirent-elles peureusement.

Et la femme d’Al-Aziz dit :

– Maintenant la vérité s’est dévoilée. C’est moi qui ai voulu le séduire. Et c’est lui, vraiment, qui est du nombre des véridiques!

Enfin, la vérité fut connue même si cela a pris plusieurs années. Le roi comprit que Joseph était un homme honnête et intelligent, alors il accepta de lui donner le poste de gardien des territoires. Après sept années pendant lesquelles Joseph organisa les stocks, la famine s’abattit  sur toute la région et amena les populations en dehors de l’Egypte à venir  demander de la provision.

Jacob envoie ainsi tous ses fils, sauf Benjamin, pour acheter du grain. Oui après tant d’années Jacob verra ses frères. Il les a tout de suite reconnus. Quand à eux, ils n’eurent aucune idée de qui il était car il avait grandi. Quand il leur eut fourni leur provision, il leur dit.

 – Amenez-moi un frère que vous avez de votre père. Ne voyez-vous pas que je donne beaucoup et  que je suis le meilleur des hôtes.

– Nous essayerons de persuader son père. Certes, nous le ferons, répondirent-ils.

Et ce fut la première chose qu’ils firent en revenant vers leur père Jacob :

– Père, envoie donc notre petit frère avec nous la prochaine fois qu’on cherchera des graines.

– Vais-je vous le confier comme, auparavant, je vous ai confié son frère? Mais Allah est le meilleur gardien. Jamais je ne l’enverrai avec vous, jusqu’à ce que vous juriez au nom d’Allah que vous me le ramènerez.

Tous les frères jurèrent. Puis vint le jour, où ils prirent la route une deuxième fois pour s’approvisionner. Benjamin partit avec eux.  Et quand ils furent arriver, Joseph fut très ému et  retint son frère auprès de lui.

 – Je suis ton frère, lui chuchota-t-il.  Ne te chagrine pas pour ce qu’ils faisaient.

Puis, quand il leur eut fourni leurs provisions, il les fait repartir ensemble mais fait placer une coupe dans le sac de Benjamin pour les accuser de vol. Ensuite un crieur annonça :

– Caravaniers ! Vous êtes des voleurs.

 Et la réponse des frères fut :

– Nous des voleurs???? !!!! Qu’avez-vous perdu ?

Ils ne pensaient pas être accusés de vol alors qu’ils étaient les fils d’un prophète. Ils s’informèrent de ce qui a été perdu et il leur fut répondu :

– Nous cherchons la grande coupe du roi.

Les dix grands frères de Joseph dirent alors :

– Par Allah, nous ne sommes pas venus pour semer la corruption et nous ne sommes pas des voleurs.

– Quelle sera donc votre punition  si vous êtes des menteurs? Clama Joseph.

 – Arrêtez celui dont vous trouverez dans ses bagages la coupe, répliquèrent-ils.

 Joseph commença par chercher les sacs des autres avant celui de son frère, puis il la fit sortir du sac de son frère Benjamin.  Les autres frères furent choqués et eurent peurs.

– Ô Al-Aziz, il a un père très vieux; saisis-toi donc de l’un de nous, à sa place. Tu ne voudrais pas que notre père soit triste.

– Allah n’aime pas les personnes injustes. Nous n’arrêtrons que celui qui chez qui nous avons trouvé la coupe!

 Les frères ne savaient que faire. Ils avaient jurés par Allah à leur père de ramener Benjamin.

–  Notre père a pris de nous un engagement formel au nom d’Allah. Je ne quitterai point le territoire, jusqu’à ce que mon père me le permette ou qu’Allah juge en ma faveur et montre la vérité, dit leur grand frère. Allah  est le meilleur des juges, voit et sait tout. Retournez à la maison  et dites à  notre père que son fils a volé. Et que c’est la vérité. Qu’il interroge la ville où nous étions, ainsi que la caravane dans laquelle nous sommes arrivés. Que c’est réellement la vérité.

 Ils firent ce que leur demanda leur grand frère. Mais, leur père Jacob s’attrista énormément. Il pleura jusqu’à que ses yeux deviennent blanches. Il devint aveugle. Les frères de Joseph retournèrent en Egypte pour raconter ce qui s’est passé. Joseph eut pitié d’eux et de son père. 

– Je suis Joseph !!! Votre frère!!!

 – Tu es Joseph !!!! Oh mon Dieu !!! Tu es Joseph !!!!

–Je suis Joseph, et voici mon frère Benjamin, Allah nous a aidé parce que nous sommes patients et nous l’obéissons, leur dit-il.

 – Pardonne-nous. Nous avons été fautifs, répliquèrent les dix frères.

– Qu’Allah vous pardonne. C’est Lui Le plus Miséricordieux des miséricordieux, dit Joseph heureux de se retrouver entouré de ses frères. Emportez ma chemise que voici, et appliquez-la sur le visage de mon père: il recouvrera la vue. Et amenez-moi toute votre famille.

Rapidement les frères reprirent la route vers la Palestine. Dès qu’ils arrivèrent Jacob dit :

– Je sens l’odeur de Joseph, même si vous dites que je ne suis qu’un vieux fou.

 – Vous racontez n’importe quoi d’où va venir l’odeur de Joseph alors que cela fait des années que le loup l’a dévoré.

Puis quand arriva le porteur de bonne annonce, il appliqua la chemise sur le visage de Jacob. Celui-ci recouvra aussitôt la vue, et dit:

– Je vois de nouveau!!!! Ah que Allah est bon.

 le monde fut surpris, émerveillé et heureux par ce qui vient de se passer. Les frères de Joseph embrassèrent leur père et implorèrent son pardon.

– Je demanderai à Allah qu’Il vous pardonne. Car c’est Lui le Très Miséricordieux.

« Que veut dire miséricordieux, dit l’un des garçons »

« Miséricordieux veut dire pardonner. Puis  toute la famille pris la route vers l’Egypte. A peine arrivés, Joseph se lança vers ses parents et se blottit dans leur bras  Toutes ses années sans les revoir.

  Puis ses onze frères, parmi eux Benjamin, son père et sa mère se prosternèrent devant lui.

L’histoire du prophète youssef dans le Coran

Le thème de cette sourate montre qu’elle a été révélée durant la dernière étape du séjour du Noble Prophète à La Mecque, lorsque les Qurayshites se demandaient s’il fallait le tuer, l’exiler ou l’emprisonner. A ce moment, quelques mécréants lui posèrent cette question (probablement à l’initiative des juifs) pour le tester : "Pourquoi les israélites allèrent en Égypte ?". Cette question fut posée car ils savaient que leur histoire était inconnue des arabes : aucune trace figure dans leurs traditions et le Noble Prophète n’y avait encore jamais fait référence. C’est pourquoi ils s’attendaient à ce qu’il soit incapable de donner satisfaction à cette question ou bien d’esquiver et essayer de s’informer auprès des juifs. Ainsi, il aurait été totalement dévoilé. Mais, contrairement à leurs attentes la situation se retourna contre eux : Allâh révéla l’histoire complète du Prophète Joseph d’une traite et le Noble Prophète la récita immédiatement. Ainsi les Qurayshites se trouvèrent dans une situation embarrassante : non seulement leur complot échoua mais cela constitua un habile avertissement pour eux ; c’est comme s’il avait été dit : " Votre comportement avec le Prophète ressemble nettement à celui que les frères du Prophète Joseph tenaient avec lui ; vous devriez donc trouver la même fin."

Objectifs de la Révélation

 La révélation de cette sourate a deux objectifs. Le premier consistait à prouver la véracité de la Mission Prophétique de Muhammad, en fournissant les preuves exigées par ses détracteurs, afin de leur montrer que sa connaissance ne s’appuyait pas sur un simple ouï-dire, mais qu’elle a été acquise par la Révélation Divine. Cet aspect est explicitement présenté dans les premiers versets et clairement expliqué dans les derniers. Le deuxième était d’appliquer la sourate aux Qurayshites et de les avertir que finalement le conflit entre eux et le Noble Prophète se terminera par sa victoire sur eux. Ils ont persécuté leur frère, le Noble Prophète, de la même manière que les frères du Prophète Joseph l’ont persécuté. Les Qurayshites sont informés qu’ils échoueront dans leur mauvais stratagème comme ont échoué les frères du Prophète Joseph, quand bien même ces derniers l’avaient jeté dans le puits. Personne n’a le pouvoir de défier la Volonté Divine. Et de la même façon que les frères du Prophète Joseph ont dû faire preuve d’humilité à son égard, un jour, les Qurayshites devront demander pardon à leur frère qu’ils avaient essayer d’éliminer. Cela, également avait été établi dans le verset 7 : "Il y avait certainement, en Joseph et ses frères, des exhortations pour ceux qui interrogent".

La vérité est qu’en appliquant cette le récit de Joseph au conflit opposant les mécréant au Prophète, Le Coran établissait une prophétie claire et manifeste qui fut réalisée dix ans plus tard. Les deux années qui suivirent cette révélation furent difficiles : les Qurayshites complotèrent pour tuer le Noble Prophète comme les frères du Prophète Joseph et il dut émigrer de La Mecque à Médine où il obtint le même type de pouvoir que le Prophète Joseph eût en Égypte. De plus, à la fin, les Qurayshites durent se comporter en toute humilité à son égard comme les frères du Prophète Joseph lorsqu’ils demandèrent humblement, "Donne-nous une pleine mesure et fais-nous la charité. Certes Allâh récompense les charitables" (verset 88) et le Prophète leur dit généreusement (bien qu’il avait le total pouvoir et pouvait se venger d’eux) : "Pas de récrimination contre vous aujourd’hui ! Qu’Allâh vous pardonne. C’est Lui Le plus Miséricordieux des miséricordieux."(verset 92) La même histoire se répéta après la conquête de La Mecque, lorsque les Qurayshites réduits à l’incapacité se tinrent en toute humilité devant le Noble Prophète qui était pleinement en mesure de se venger d’eux pour chaque cruauté qu’ils avaient commises. Mais, il n’agit pas de la sorte. Il leur demanda simplement : "Quel traitement attendez-vous de moi maintenant ?". Ils répondirent : " Tu es un frère généreux et le fils d’un frère généreux". Après quoi, il leur pardonna généreusement en disant : "Je donnerai la même réponse à votre requête que celle que Joseph donna à ses frères. Aujourd’hui, aucune sanction ne sera infligée : vous êtes pardonnés."

Le Thème de la sourate

En outre, le Coran ne raconte pas cette histoire comme un simple récit. Il s’appuie sur ce récit pour transmettre le Message de différentes façons.

D’un bout à l’autre du récit, le Coran indique très clairement que la foi des Prophètes Abraham, Isaac, Jacob et Joseph — paix sur eux — était la même que celle du Prophète Muhammad — paix et bénédictions sur lui — et ils invitèrent les gens au même Message auquel Muhammad — paix et bénédictions sur lui — les invitaient.

Cette sourate projette d’un côté les personnalités du Prophète Jacob et du Prophète Joseph et de l’autre les personnalités des frères de Joseph, les membres de la caravane marchande, la cour des dignitaires, Al-`Azîz d’Égypte et son épouse, les "dames" d’Égypte et les souverains d’Égypte. C’est comme si la sourate interpelait le lecteur en disant : " Observe le contraste entre, d’un côté ces personnalités formées par l’Islam, bercées dans l’adoration d’Allâh et la remémoration permanente du Dernier Jour, et de l’autre, ces gens bercés dans la mécréance, l’ignorance, l’adoration de ce monde et l’insouciance envers Allâh et l’au-delà. A toi de décider du modèle que tu aimerais suivre."

Le Coran a usé de ce récit pour souligner une autre vérité : tout ce qu’Allâh veut, Il l’accomplit certainement et un homme ne peut jamais défier Sa Volonté, ni empêcher un événement de se produire, ni changer quoique ce soit que Dieu aura voulu. Il arrive qu’un homme mette en oeuvre des moyens pour accomplir un dessein et croit qu’il a fait beaucoup de choses pour atteindre son objectif, mais finalement il voit qu’il a fait quelque chose qui a freiné la réalisation de son plan pour que se réalise la Volonté Divine. Quand les frères du Prophète Joseph le jetèrent dans le puits, ils croyaient qu’ils s’étaient débarrassés une bonne fois pour toute de lui mais en fait ils lui avaient ouvert la voie par la Volonté Divine pour faire de lui le souverain d’Égypte, devant qui ils comparaîtront en toute humilité à la fin. De la même manière, l’épouse d’Al-`Azîz a envoyé le Prophète Joseph en prison, pensant allègrement qu’elle s’était vengée de lui, mais en fait, elle lui a donné l’opportunité de devenir souverain d’Égypte et elle a fini par porter la honte d’une confession publique du pêché qu’elle a commis.

Et ceux ne sont pas là les seuls exemples prouvant que, quand bien même tous les humains s’unifiaient pour abaisser celui qu’Allâh a décidé d’élever, ils ne pourront jamais le faire et leur action est vaine. Pour abaisser Joseph, ses frères ont pris des dispositions très sures et efficaces, mais Allâh en a fait des moyens pour le succès de Joseph et l’humiliation et le déshonneur de ses frères. De même, Si Allâh veut abaisser quelqu’un, nul et rien ne pourra l’élever.

Plus encore, le récit apporte d’autres leçons pour ceux qui souhaitent suivre la voie d’Allâh. La première leçon c’est que chacun devrait respecter et observer les limites prescrites par la Loi Divine, dans ses projets, dans les moyens mis en œuvre, car le succès ou l’échec étant entièrement entre les mains d’Allâh. Par conséquent, celui qui a des projets sains et utilise des moyens licites mais échoue, au moins il échappera à l’ignominie et le déshonneur. D’autre part, celui qui a des projets malsains et utilise des moyens illicites pour les réaliser récoltera non seulement l’ignominie et le déshonneur dans l’au-delà mais aussi s’expose à l’ignominie et le déshonneur dans ce monde.

La deuxième leçon c’est que ceux qui déploient toutes leurs forces pour la cause de la vérité et la rectitude et placent leur confiance en Allâh et confient toutes leurs affaires à Lui, obtiennent de Lui soulagement et réconfort. Il les aide à contrer leurs adversaires avec espoir et courage et leur cœur n’est pas secoué quand ils se trouvent face à un ennemi possédant des moyens terrifiants en apparence. Ils persévèrent dans leur tâche sans crainte et laissent les résultats à Allâh.

Mais la plus grande leçon de cette histoire nous enseigne que si le Croyant possède le véritable caractère islamique et est doté de sagesse, il peut conquérir le monde entier avec la force de sa foi.

Le merveilleux exemple du Prophète Joseph nous enseigne qu’un homme d’un caractère fort et pur sort couronné de succès même des circonstances les plus difficiles.

Lorsque le Prophète Joseph alla en Égypte, il était un jeune homme de 17 ans, un étranger, seul sans provision. Il y a même été vendu comme esclave ! Et les horribles conditions des esclaves de cette époque sont connues de tous les étudiants en Histoire. Puis, il a été inculpé du crime le plus odieux et emprisonné pour une période indéterminée. Mais, durant toute cette période d’affliction, il fit preuve d’excellentes qualités morales qui l’élevèrent au plus haut rang du pays.

Contexte historique et géographique

Les détails historiques et géographiques suivants permettront de comprendre l’histoire :

Le Prophète Joseph était le fils du Prophète Jacob et le petit-fils du Prophète Isaac et l’arrière-petit-fils du Prophète Abraham — paix sur eux —. La Bible nous apprend (et des allusions dans le Coran le confirment) que le Prophète Jacob avait douze fils avec quatre femmes. Le Prophète Joseph et son plus jeune fils Benjamin étaient d’une même femme et les dix autres des autres femmes. Le Prophète Jacob était installé à Hébron (Palestine) où son père le Prophète Isaac, et avant lui le Prophète Abraham, vivait et possédait une parcelle de terrain à Schechem.

Selon les savants spécialistes de la Bible, Le Prophète Joseph est né environ 906 ans avant l’ère chrétienne et l’incident avec lequel l’histoire débute eut lieu en 890 avant J-.C. Il avait 17 ans lorsqu’il fit le Rêve et fût jeté dans le puits. Ce puits était près de Dothan, dans le nord de Schechem selon les traditions bibliques et talmudiques et la caravane, qui le sortit du puits, venait de Gilead (Trans-Jordanie) et était en route pour l’Égypte. A cette époque, la quinzième dynastie régnait sur l’Égypte dont les souverains sont connus en Histoire sous l’appellation des rois Hyksos. Ils étaient de race arabe mais ont émigré de la Palestine et la Syrie à l’Égypte environ 2000 ans avant l’ère commune. et s’approprièrent la terre. Les historiens arabes et les exégètes du Coran leur ont donné le nom d’Amaliq (les Amalékites) et cela a été corroboré par les récentes recherches faites par les égyptologues. Ils étaient d’étranges envahisseurs qui ont eu l’opportunité d’édifier leur royaume, profitant de la haine séculaire qui déchirait alors tout le pays. C’est pourquoi il n’y eut aucun frein pour l’accès au pouvoir par le Prophète Joseph et l’installation des enfants d’Israël dans la région la plus fertile d’Égypte. S’ils ont pu gagner le pouvoir et la confiance, c’est parce qu’ils appartenaient à la même race que les souverains étrangers d’Égypte.

Les Hyskos régnèrent sur l’Égypte durant tout le 15e siècle avant l’ère commune et pratiquement tous les pouvoirs restèrent entre les mains des israélites. Le Coran y fait référence dans le verset 20 de sourate Al-Mâ’idah : "...Il a désigné parmi vous des prophètes. Et Il a fait de vous des rois..." , puis un gigantesque mouvement nationaliste s’éleva et renversa le pouvoir de cette dynastie, exilant environ 250 000 Amalékites. En réponse à celà, une dynastie idolâtre de Coptes vint au pouvoir et coupèrent tout liens avec les Amalékites. Ensuite commença la persécution des israélites mentionnée dans le récit du Prophète Moïse.

Nous apprenons alors de l’Histoire d’Égypte que les "rois Hyskos" n’avaient pas reconnu les dieux d’Égypte et donc importèrent leurs propres dieux de Syrie en vue de répandre leur religion en Égypte. C’est la raison pour laquelle le Coran n’a pas appelé le roi, contemporain du Prophète Joseph par le titre de "Pharaon", parce que ce titre était associé à la religion du peuple originaire d’Égypte et les Hyksos n’y croyaient pas, mais la Bible l’appela à tort "Pharaon". Il semble que les éditeurs de la Bible ont fait l’erreur de croire que tous les rois d’Égypte sont des "Pharaons". Les savants chercheurs modernes ayant fait une étude comparative de la Bible et de l’Histoire égyptienne, pensent majoritairement que Apophis était le roi Hyksos, qui était le contemporain du Prophète Joseph.

A cette époque, Memphis était la capitale d’Égypte, dont on trouve encore des ruines aux abords du Nil, à quelques 7 km au sud du Caire. Lorsque le prophète Joseph y a été emmené, il avait 17 ou 18 ans. Il demeura dans la maison d’Aziz pendant trois ans et passa neuf ans en prison, puis devint le souverain du pays à l’âge de trente ans et régna seul sur l’Égypte pendant quatre-vingt ans. Lors de la neuvième ou la dixième année de son règne, il fit venir son père, le Prophète Jacob, de la Palestine en Égypte avec tous les membres de sa famille et, selon la Bible, les installa dans le pays de Goshen où ils vécurent jusqu’à l’ère de Moïse. La Bible dit, qu’avant sa mort, le Prophète Joseph fit ce testament à ses liens de parenté : "Lorsque vous quitterez ce pays pour revenir dans la maison de vos ancêtres, vous devrez prendre avec vous mes os." Quand il mourut à 110 ans, ils ont embaumé son corps.

Même si l’histoire du Prophète Joseph relatée dans le Coran diffère énormément dans ses détails de ceux de la Bible et du Talmud, les Trois s’accordent sur l’ensemble. Nous indiquerons les explications de ces différences dans nos Notes Explicatives.

http://www.islamophile.org/spip/Sourate-Yusuf-Joseph.html

http://nouralanour.unblog.fr/2010/01/17/183/

  • e6un7

 

 


 


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site