referencer site web - referenceur gratuit -

Le récit extraordinaire d’Al-Khidr et de Moïse (paix sur lui)

« Rappelle-toi) quand Moïse dit à son valet: ‹Je n'arrêterai pas avant d'avoir atteint le confluent des deux mers, dussé-je marcher de longues années› ;  Puis, lorsque tous deux eurent atteint le confluent, ils oublièrent leur poisson qui prit alors librement son chemin dans la mer ; Puis, lorsque tous deux eurent dépassé [cet endroit,] il dit à son valet: ‹Apporte-nous notre déjeuner: nous avons rencontré de la fatigue dans notre présent voyage› ; [Le valet lui] dit: ‹Quand nous avons pris refuge près du rocher, vois-tu, j'ai oublié le poisson - le Diable seul m'a fait oublier de (te) le rappeler - et il a curieusement pris son chemin dans la mer› ; [Moïse] dit: ‹Voilà ce que nous cherchions›. Puis, ils retournèrent sur leurs pas, suivant leurs traces ; Ils trouvèrent l'un de Nos serviteurs à qui Nous avions donné une grâce, de Notre part, et à qui Nous avions enseigné une science émanant de Nous ; Moïse lui dit: ‹Puis-je suivre, à la condition que tu m'apprennes de ce qu'on t'a appris concernant une bonne direction?› ; L'autre] dit: ‹Vraiment, tu ne pourras jamais être patient avec moi ; Comment endurerais-tu sur des choses que tu n'embrasses pas par ta connaissance?› ; [Moïse] lui dit: ‹Si Allah veut, tu me trouvera patient; et je ne désobéirai à aucun de tes ordres› ; ‹Si tu me suis, dit [l'autre,] ne m'interroge sur rien tant que je ne t'en aurai pas fait mention› ; Alors les deux partirent. Et après qu'ils furent montés sur un bateau, l'homme y fit une brèche. [Moïse] lui dit: ‹Est-ce pour noyer ses occupants que tu l'as ébréché? Tu as commis, certes, une chose monstrueuse!› ; [L'autre] répondit: ‹N'ai-je pas dit que tu ne pourrais pas garder patience en ma compagnie?› ; Ne t'en prend pas à moi, dit [Moïse,] pour un oubli de ma part; et ne m'impose pas de grande difficulté dans mon affaire› ; Puis ils partirent tous deux; et quand ils eurent rencontré un enfant, [l'homme] le tua. Alors [Moïse] lui dit: ‹As-tu tué un être innocent, qui n'a tué personne? Tu as commis certes, une chose affreuse!› ; L'autre] lui dit: ‹Ne t'ai-je pas dit que tu ne pourrais pas garder patience en ma compagnie?› ; ‹Si, après cela, je t'interroge sur quoi que ce soit, dit [Moïse,] alors ne m'accompagne plus. Tu seras alors excusé de te séparer de moi› ; Ils partirent donc tous deux; et quand ils furent arrivés à un village habité, ils demandèrent à manger à ses habitants; mais ceux-ci refusèrent de leur donner l'hospitalité. Ensuite, ils y trouvèrent un mur sur le point de s'écrouler. L'homme le redressa. Alors [Moïse] lui dit: ‹Si tu voulais, tu aurais bien pu réclamer pour cela un salaire› ; ‹Ceci [marque] la séparation entre toi et moi, dit [l'homme,] Je vais t'apprendre l'interprétation de ce que tu n'as pu supporter avec patience ; Pour ce qui est du bateau, il appartenait à des pauvres gens qui travaillaient en mer. Je voulais donc le rendre défectueux, car il y avait derrière eux un roi qui saisissait de force tout bateau ; Quant au garçon, ses père et mère étaient des croyants; nous avons craint qu'il ne leur imposât la rébellion et la mécréance ; Nous avons donc voulu que leur Seigneur leur accordât en échange un autre plus pur et plus affectueux. » (TSC[i], Al-Kahf  ‘

La Caverne

’ : 61-82)

1.Qui est Al-khidr/Al-khadir ?

Dieu lui a donné une science venant de Lui et qu'Il n'avait pas donné à Sidna Mûsâ (Moïse) (que la paix soit sur lui).
L'histoire d'Al-khadir avec Moïse est relatée dans le Coran, dans les versets ci-dessus ainsi que dans des Hadîths dont le Hadith n° 4385 dans le Sahîh de Muslim .

Mujâhid a dit: Al-Khadir (le verdoyant) fut surnommé ainsi car quand il priait tout devenait vert autour de lui.
Certains commentateurs rapportent que quand il s'est assis sur un tapis en peau (farwa) blanc ce dernier devint vert(selon le Hadîth rapporté par Al-Bukhârî - Ahâdîth al-anbiyâ chapitre 27). Or la couleur verte est symbole de bénédiction et de sainteté.
On rapporte aussi qu’il est : Ibn (fils de ) ‘âbir, Ibn shâlikh, Ibn Afrakhshed, Ibn Sâm, Ibn Nouh (Nohé ). Il était fils d’un roi, son père a voulu lui légué le pouvoir mais Al-khidr refusa et se réfugia dans les îles ainsi il devint inaccessible.

On diverge à propos du statut d'Al-Khadir : certains confirment qu'il est un Prophète d'autres confirment qu'il est un saint et un sage (détenant des sciences de l'Inconnu, venant d’Allah).
On diverge aussi s'il est encore vivant ou s'il est mort.
Car certains confirment qu'il avait bu de la source de la vie et que donc il vit toujours.
C’est là l’avis que soutient Ibn ‘Ajîba, il dit :
« la majorité des savants, confirment qu’il est encore en vie, le secret de sa longévité est qu’il était dans les devants des armées de Dhu Al-qarnayn (Alexandre le Grand) et qu’en accédant aux ténèbres (des terres), il a trouvé la source de vie, où il s’est lavé et bu de son eau, alors que Dhu Al-qarnayn (qui était encore loin) s’est trompé , rebroussa chemin et n’a donc pas croisé cette source miraculeuse…Le Prophète Ilyâs aussi est en vie et rencontre Al-khadir chaque année au Mawsim. Quand à ceux qui disent que Al-khidr est mort, ils avancent comme preuve le Hadîth authentique suivant rapporté par Al-bukhârî dans Kitâb Al-‘Ilm (41) : le Prophète (paix et salut sur lui) a dit, après une prière de ‘Ishâ : « voyez-vous cette nuit, après 100 ans (de cette nuit), il ne restera aucun de vivant parmi (vous) qui se trouve sur la surface de la terre ». On répond que Al-khidr était à ce moment là dans les Nuages. Ou encore que le Hadîth ne le concerne pas, comme il ne concerne pas Iblîs (Satan) (qui vit toujours) ainsi que ceux qui vivent encore. Et Allah en sait plus »
Fin de citation
Cette version d’Ibn ‘Ajiba est confirmée par l’histoire qui nous rapporte que beaucoup de saints et de pieux ont rencontré réellement Al-Khidr et qu’il leur appris de sa science…
Certains soufis disent: Al-Khidr était le pôle de son temps et chaque temps a son pôle (Qutb) : conformément au Hadîth authentique :
Le Prophète paix et salut sur lui dit:
'A la tête de chaque siècle Dieu envoie à cette communauté quelqu'un pour revivifier pour elle sa religion'
Hadîth sahîh: rapporté par Abû Dâwud dans ses Sunan (n° 4291), Al-hâkim dans son Mustadrak 4/522 , Al-bayhaqî dans ma'rifat as-sunan wa al-âthâr 1/28/422 et par d'autres.


2.l’histoire d’une éducation subtile et d’une science venant de Dieu

Lorsque le Prophète Moïse (paix sur lui) a eu la grande victoire en Egypte, Allah lui ordonna de rappeler à sa tribu (les fils d’Israël), les bienfaits d’Allah. Il prêcha ainsi un prêche très éloquent et très touchant qui a fait couler les larmes et attendrir les cœurs. Ensuite, on lui posa la question :
« qui détient le plus de science dans ce monde ? », il répondit alors : « moi » et dans une autre version, on lui posa la question suivante : « connaissez-vous quelqu’un qui connaît plus que vous ? » et il répondu : « non ». En fait Moïse était sûr qu’il avait le plus de science puisqu’il était le Prophète et Messager de son temps…
Mais Allah le lui a reproché, car Il fallait qu’il dise que la science appartient vraiment à Allah. Il lui révéla alors : « celui qui détient plus de science que toi s’appelle Al-khidr, et il est au confluent des deux mers » cf. Al-bukhari, ahâdîth al-anbiyâ chapitre 28.
Ibn ‘Abbâs (que Dieu l’agrée) rapporte : Moïse (paix sur lui) a demandé à son Seigneur : qui est le plus aimé de Toi ? Allah répondit : celui qui M’invoque et ne M’oublie pas. Moïse poursuit : qui est celui parmi tes serviteurs qui jugent le mieux ? Allah répondit : celui qui juge par la justice et ne suit pas la passion. Moïse poursuit : qui est le plus savant parmi tes serviteurs ? Allah répondit :celui qui s’abreuve de la science des gens pour l’ajouter à sa science, il espère ainsi trouver une parole qui le guide vers le droit chemin ou qui lui empêche une perte (égarement). Moïse poursuit : O mon Seigneur, s’il y a parmi Tes serviteurs quelqu’un de plus connaisseur que moi, montre-le moi ? Allah répondit :celui qui a plus de science que toi s’appelle Al-Khidr. Moïse dit alors : où je peux le trouver ? Allah répondit : au rivage vers le rocher. Moïse dit : comment l’atteindre ? Allah dit alors : prend un poisson (cuit) et là où tu le perdras il y sera…
Moïse, pris son poisson grillé avec son valet (son disciple), et il dit à son valet (disciple), là où tu perdras ton poisson, tu me le dit….
Le disciple de Moïse et son compagnon de voyage n’était autre que Youshe’a Ibn Noun Ibn Ifrâthîm fils de Joseph (paix sur lui). Il était le fils de sa sœur.

Un long voyage dans les terres à la recherche de l’homme qui détient les sciences venant de Dieu commença…
Lorsque les deux hommes atteignirent le confluent des deux mers, la plupart des commentateurs du Coran disent qu’il s’agit de la convergence de la mer de Perse avec la mer des romains en orient. Mais Ibn Djuzayy confirme qu’il s’agit de Tanger (au Maroc) où la méditerranée rencontre l’océan atlantique et c’est là aussi la version de Ka’ab Ibn Muhammad Al-qarzî.
Les deux hommes se reposèrent (il faisait nuit) prêt d’un rocher et cédèrent au sommeil. Or, c’est sur ce rocher qu’il y avait la source de la vie, l’eau de cette source est miraculeuse dés qu’elle touche quelque chose, cette dernière retrouve la vie, c’est ainsi que le poisson cuit (qui a été entamé par les deux hommes) retrouva la vie et sauta en mer cette nuit là!
On raconte que Moïse fit ses ablutions de cette eau et y éclaboussa un peu le poisson cuit…C’est ainsi qu’il retrouva la vie et repartie en mer…
Moïse et son valet se réveillèrent sans faire attention au poisson et reprirent leur chemin…
Au moment de l’après midi, Moïse eu faim et demanda à manger le poisson pour le déjeuner, le valet dit alors :
« souviens-tu, lorsque nous nous sommes abrités près du rocher? Eh bien, c'est là où je n'ai plus prêté attention au poisson, et c'est certainement le démon qui m'a empêché de m'en rappeler. C'est alors que le poisson a repris miraculeusement son chemin vers la mer !»
«Eh bien ! C'est justement ce que nous cherchions !», repartit Moïse. Et ils retournèrent sur leurs pas.

C’est ainsi qu’ils trouvèrent Al-khidr, que Dieu a décrit ainsi: « …un de Nos serviteurs qui avait été touché par Notre grâce et à qui Nous avions enseigné une science émanant de Notre part. ». On a déjà évoqué la nature de la science d’Al-khidr et qu’elle était autre que celle de Moïse.
Le valet pris congé de Moïse.

Moïse- avec toutes les convenances et la bonne politesse due aux saints pieux- demanda à Al-khidr sa compagnie. Il demanda de s’abreuver de cette science qu’il ne connaissait pas qui est la science spirituelle, subtile, la science des Vérités (Al-haqîqa) : dont les dépositaires sont les saints d’Allah. Et la science venant d’Allah n’a pas de fin ni de limite….Allah avait dit à Moïse auparavant : « le plus savant des gens est celui qui cherche en plus de sa science la science chez autrui »

Lorsque les deux hommes- Al-khidr et Moïse- s’assirent pour parler, un oiseau vint piquer sur la mer avec son bec…Al-khidr dit alors à Moïse : « tu as imaginé que tu étais le plus savant des gens de la terre, sache alors que ta science, ma science et la science des premiers et des derniers, comparée à la science d’Allah , est moindre que la goutte d’eau emportée par cet oiseau de cette mer!! »
Dans le Sahîh d’Al-bukhârî (bâb Al-‘ilm 44) , lorsque Moïse demanda la compagnie d’Al-khidr : « Al-khidr a dit à Moïse, O Moïse, je détiens une science venant d’Allah, que tu ne connais point, et tu détiens une science de la part d’Alllah que je ne connais point… »

3. Condition de la compagnie

En plus des convenances dues, Al-khidr dit à Moïse :
«Tu n'aurais jamais assez de patience, répondit l'inconnu, pour rester en ma compagnie,
car comment pourrais-tu assister, sans manifester ta curiosité, à des choses dont tu ne saisiras pas le sens?»
Moïse lui répondit : «Tu trouveras, s'il plaît à Dieu, en moi un homme toujours patient, et je ne te désobéirai point.»
«Eh bien, dit le personnage, si tu me suis, ne m'interroge sur rien ! Attends que je t'en parle le premier !»

Moïse promet ainsi à Al-khidr, son guide et compagnon, deux choses :
L’obéissance et la patience.

Ibn Al-bannâ dit à ce propos : le pacte (entre le maître et le disciple) est conditionné par ce qui est possible, et l’obéissance et la réalisation de la promesse ne peuvent se faire que pour les choses qui ne contredisent pas la loi divine. Car –comme le dit le dernier Messager (paix et salut sur lui)- nulle obéissance à une créature s’il s’agit de désobéir à Dieu. Et Moïse s’est promis cela en fait. Et quand il a vu ce qui est illicite, il a parlé …

Le Prophète (paix et salut sur lui) dit à ce propos : « Miséricorde à mon frère Moïse, il a eu de la pudeur (et a dit- après avoir posé à trois reprises les questions sur ce qu’il n’a pas pu supporter : « si je te questionne encore sur quoi que ce soit, dit-il, tu auras le droit de me priver de ta compagnie. Tu n'as été, en vérité, que trop patient avec moi !»), s’il était resté en compagnie de ce compagnon, il aurait vu des miracles les plus miraculeux » rapporté par Abou Daoud hadîth 2984.
Et dans le Shaîh d’Al-bukhari : Le Prophète (paix et salut sur lui) dit : « on aurait aimé que Moïse soit patient, pour qu’Allah nous transmette de leur affaire » Al-bukharî dans tafsîr sourate 18.

4. Sagesses liées à chaque événement –contraire à la religion- rencontré

1er événement :
*Allah dit dans le Coran :
« Ils partirent donc ensemble et montèrent à bord d'un navire, sur le flanc duquel l'inconnu s'empressa de pratiquer une brèche. «Pourquoi, s'écria Moïse, y as-tu pratiqué cette brèche? Est-ce pour en noyer les passagers? En vérité, c'est un acte abominable que tu viens de commettre !»
«Ne t'avais-je pas dit, rétorqua l'inconnu, que tu n'aurais jamais assez de patience pour rester avec moi?»
«Ne me blâme pas trop, reprit Moïse, pour mon oubli et ne me soumets pas à une trop dure épreuve !» »

Ce navire était la possession de 10 frères humbles et soumis à Dieu, dont 5 étaient aliénés (ne pouvaient pas marcher) et 5 travaillaient avec dans la mer (Ils étaient mandataires ainsi aussi des autres 5 frères) pour gagner leur vie.
Il y a avait un roi injuste qui prenait injustement tous les navires qui étaient en marche. Et donc Al-khidr a rendu vicieux ce navire pour que ce roi ne le prenne pas. Ce roi ne prenait que les navires qui étaient en parfait état.
Et donc ceci a empêché le navire de tomber entre les mains de ce tyran et de priver les frères de leur seule source de revenu.
Les Fuqahas déduisent ainsi une règle importante en droit : si on est confronté inévitablement à deux préjudices, il faut choisir le moindre (règle du moindre des maux). Mais les religions divergent sur le détail de cette règle.

2éme événement :
*Allah dit dans le Coran :
« Puis ils reprirent ensemble leur route et firent la rencontre d'un jeune homme que l'inconnu ne tarda pas à mettre à mort. «Quoi?, s'indigna Moïse. N'as-tu pas tué là un être innocent qui, lui, n'a tué personne? Ne viens-tu pas de commettre une chose affreuse?»
«Ne t'avais-je pas averti, dit l'étranger, que tu n'aurais pas assez de patience pour supporter ma compagnie?» »

Ce jeune homme- expliqua Al-khidr à Moïse- avait des parents croyants- mais lui était destiné à la mécréance. Et ses parents risquaient- à cause de leur grand amour pour lui- de devenir aussi mécréants. Et dans une autre version, ses parents souffraient de sa tyrannie et risquaient d’apostasier. Et Allah a demandé ainsi cela à Al-khidr.
Et Allah a remplacé ce gamin par une enfant pieuse et pure que ces deux parents ont eu par la suite. Plus tard cette fille va épouser un Prophète et de sa progéniture- à ce qu’on rapporte- va naître 70 prophètes.
Allah dit ainsi dans le Coran :
…et nous voulûmes que leur Seigneur leur donnât à sa place enfant plus vertueux et plus affectueux.

3éme événement :
*Allah dit dans le Coran :
« Puis ils se remirent en route et, arrivés près d'une cité, ils demandèrent l'hospitalité aux habitants qui la leur refusèrent. Après quoi, ils aperçurent un mur qui menaçait de s'écrouler. L'inconnu s'empressa alors de le redresser. «Tu pourrais, lui dit Moïse, si tu le voulais, réclamer un salaire pour ce travail?» »

Ce mur-expliqua Al-khidr- appartenait à deux orphelins de cette ville (une ville qui refusait l’hospitalité aux gens et était mauvaise).
Au dessous de ce mur était caché un trésor (d’or et d’argent).
Ibn ‘Abbâs(que Dieu l’agrée) dit qu’il s’agissait plutôt d’une tablette d’or sur laquelle était inscrit : « je m’exclame de celui qui croit dans le destin, comment il peut avoir du chagrin ! de celui qui croit à la subsistance pourquoi se fatigue t-il ! de celui qui croit à la mort, comment peut-il se réjouir ! de celui qui croit dans le jugement dernier, comment peut-il être insouciant ! de celui qui connaît les fluctuations de ce bas monde comment pourrait-il lui faire confiance ! Il n’y a de divinité si ce n’est Allah et Muhammad est Son envoyé ». Rapporté par At-tabarî 6/16.

Allah a ainsi rendu service à ces enfants par la grâce de leur arrière grand père qui était pieux et vertueux ! Allah protège ainsi les saints même dans leur progéniture ! On rapporte qu’entre ces enfants et ce père vertueux il y a avait 7 grand pères.
Muhammad Ibn Al-munkadir disait : « Par la grâce et la faveur de l’homme vertueux , Allah protège ses enfants, les enfants de leurs enfants, sa maison, les maisons qui l’entourent…. »
Saïd Ibn Al-musayyib (que Dieu l’agrée) disait à son enfant : « j’augmente mes prières (surérogatoires) pour toi ! pour qu’Allah te protège et il récitait ce verset : « Comme leur père était un homme vertueux, le Seigneur, dans Sa bonté, a voulu qu'ils ne pussent le déterrer qu'à leur majorité. »
Et dans le Hadîth : « si une personne gère avec justice (et bonté) ses biens, Allah protégera ce qu’il a laissé derrière lui après sa mort» rapporté par Al-muttaqi Al-hindî dans Kanz Al-a’mâl 16071.

Si Al-khdir n’avait pas reconstruit ce mur, ce mur allait s’écouler avant la majorité de ces enfants et dévoiler ainsi le trésor avant que ces enfants ne soient en mesure de protéger leurs biens…

Enfin, il faut préciser que Moïse n’avait pas réfuté ce dernier événement car cet événement n’était pas illicite aux yeux de la loi de Dieu, bien contraire, il est bon d’affronter la mauvaise action par une bonne, comme disait notre Prophète en nous montrant les clés du Paradis :… Pardonne à celui qui a été injuste avec toi, donne à celui qui t’a privé, et renoue avec celui qui a rompu avec toi…

Simplement, Moïse incita Al-khidr au Ja’al (au salaire) sur son travail, il a dit cela en oubliant cette fois sa promesse de se taire !


Allah dit, à propos de l’explication de ce troisième événement, dans le Coran :
Pour ce qui est du mur, il appartenait à deux orphelins de la ville, et il recelait à sa base un trésor qui leur revenait. Comme leur père était un homme vertueux, le Seigneur, dans Sa bonté, a voulu qu'ils ne pussent le déterrer qu'à leur majorité. Je n'ai donc rien fait de mon propre chef. Voilà toute l'explication que tu n'as pas eu la patience d'attendre !»


5. Ces trois événements sont parallèles à ce qui s’est passé dans la vie de Moïse :

Le premier : quand Moïse a réfuté la brèche du navire, Allah lui dit : où était donc ton discernement et ton analyse lorsque Je t’ai porté sur les flots (alors que tu étais bébé) (cf. Sourate 28 (le Récit), versets 7 et 8)
Le deuxième : quand Moïse a réfuté la mort du jeune homme, Allah lui dit : où était ta réfutation lorsque que tu as tué le Copte (d’un coup de poing) ?! (cf. Sourate 28, verset 15)
Le troisième : quand Moïse a commenté l’établissement du mur sans salaire : Allah lui dit : où était cela lorsque tu levas le grand rocher pour les filles de Shu’ayb sans salaire (cf. Sourate 28, versets 23 et 24)

6. Les conseils précieux d’Al-khidr à Moïse, au moment de la séparation, des conseils à toute l’humanité

Comme Moïse aimait la compagnie d’Al-khidr pour s’abreuver de plus de sciences, Al-khidr aimait plutôt rester seul avec Allah et aimait vraiment prendre congé de Moïse.
Néanmoins, quand les deux hommes s’apprêtaient à se séparer : Al-khidr dit alors à Moïse : si tu avais patienté, je t’aurai dévoilé deux milles miracles (semblables à ce que tu as vu).
Moïse demanda enfin conseil à Al-khidr avant de le quitter :
Al-khidr lui prodigua alors les conseils suivants :
« Ne cherche pas la science pour la prêcher (te montrer), mais cherche la science pour l’appliquer sur toi-même »
« Élève ta volonté pour l’au-delà – le rendez vous ultime- , ne t’occupe pas de ce qui ne te regarde pas, ne te rassure pas à la peur et ne se désespère pas de (retrouver) la paix, gère tes affaires ouvertement, et n’abandonne pas l’excellence (même) lorsque tu es puissant »
Moïse dit : abreuve-moi encore de ta science ô saint de Dieu
Al-khidr poursuivit : « O Moïse, gare à la discussion inutile, et ne va pas (ne perds pas ton temps) dans autre qu’un besoin utile, et ne rit pas sans cause, et ne blâme pas quelqu’un d’une erreur qu’il a regretté , et pleures tes péchés ô fils d’Imrân, et gare à l’autosatisfaction et à l’insouciance pour ce qui te reste à vivre »
Moïse pria pour lui, et Al-khidr lui demanda de lui prodiguer à son tour des conseils :
Moïse dit alors :
« Gare à la colère sauf pour Allah, et ne soit satisfait de personne sauf pour Allah, et n’aime personne pour ce bas monde et ne haï personne pour ce bas monde… »
Al-khidr pria alors pour Moïse.

 

http://www.doctrine-malikite.fr/forum/Le-recit-extraordinaire-d-Al-Khidr-et-de-Moise-paix-sur-lui_m91627.html

http://prophetestory.canalblog.com/archives/l_histoire_de_moussa__moise__et_alkhidr/index.html

  • e6un7

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. malak 11/12/2011

c'est bien de montrer l'histoire de la religion ,et préciser les vrais sens de l'islam pour tous les population , soit arabe ou étranger, d'une langue que tout le monde peuvent la comprendre et arriver finalement d'ouvrir l'esprit de la lumière de la religion islamique.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site