photo banniere1.gif
referencer site web - referenceur gratuit -

Pourquoi l'amour rend-il aveugle?!

Voir la vie en rose, se sentir pousser des ailes, gravir des montagnes, autant de choses que nous ressentons ou que nous pensons pouvoir faire lorsque nous sommes amoureux. Les neurosciences démystifient de plus en plus ces instants de vie… âmes romantiques, passez votre chemin! Par Nadia Daki  


Depuis quelques années maintenant, scientifiques et psychologues tentent de percer les nombreux mystères de l’amour. Il en est un que nombre désire comprendre : pourquoi sommes-nous aveuglés par l’amour ? En effet, lorsque nous tombons amoureux, l’être aimé est alors perçu comme le prince ou la princesse, n’ayant que des qualités ou des défauts « charmants », mais pas irritants ou repoussants, en tout cas au début de la passion. « La passion, explique Michel Reynaud, psychiatre et professeur (1), c’est lorsque les sentiments que l’on éprouve pour l’autre dépassent la raison. »

Dans un premier temps, occulter les défauts du partenaire peut permettre de se mettre en couple. « On valorise les éléments positifs et on ne perçoit pas ce qui pourrait poser problème, poursuit Michel Reynaud. L’aveuglement est un comportement nécessaire pour rencontrer quelqu’un. On le fait instinctivement, naturellement. » Autrement dit, nous voyons en l’autre uniquement ce qui nous plaît et qui répond à nos attentes, qu’elles soient conscientes ou inconscientes. On lui prête alors des idées qui ne sont pas forcément les siennes et on ne perçoit que ce qu’on projette sur lui (ou elle). C’est la phase d’idéalisation.

  

Une question d’estime de soi
Certaines personnes idéalisent leur partenaire, lui attribuant des qualités imaginaires, mais à la moindre déception, l’être aimé devient la personne la plus détestable au monde. Selon une récente étude menée par des chercheurs américains (2), ce sont surtout des personnes ayant une faible estime d’elles qui alternent illusion et désillusion. Les scientifiques ont tout d’abord mesuré la qualité d’estime de soi des sujets. Ensuite, ils leur ont proposé une liste d’adjectifs en leur demandant de les attribuer à leur partenaire. « Ceux qui présentaient une faible estime de soi ont tendance à voir leur moitié de façon excessivement positive (ce qui leur facilite l’approche et atténue leur peur du rejet de l’autre) ou complètement négative (ce qui leur permet d’éviter de mauvaises rencontres) », rapporte Margaret Clark, professeur de psychologie à l’université de Yale, et l’un des auteurs de l’étude. Quant aux personnes ayant une estime de soi élevée, elles se focalisent également sur leur partenaire, mais perçoivent leurs forces et leurs faiblesses. Ce sont donc plutôt celles qui ont une image d’elles abîmée qui voient leur compagnon comme tout bon ou comme tout mauvais. « Nous pensons qu’en idéalisant ou en dévalorisant ainsi leur conjoint, ces personnes développent une mémoire sélective concernant leur partenaire, avec d’une part une accumulation d’informations positives et de l’autre, l’ensemble des points négatifs, poursuit Margaret Clark. En revanche, les individus dont l’amour-propre est intact constituent un stock d’informations sur leur moitié qui inclut les données à la fois satisfaisantes et celles qui le sont moins. » Grâce à ce mécanisme inconscient, les idéalisateurs se protègent et par conséquent souffrent moins quand leur relation bat de l’aile.

Après avoir goûté à l'état euphorique de l'excitation amoureuse, le cerveau se trouve dépendant et en redemande.

Une cartographie cérébrale de l’amour
Pour mieux comprendre ce phénomène d’idéalisation et tenter de vérifier un éventuel ancrage cérébral, deux neurologues, Andreas Bartels et Semir Zeki, de l’University College de Londres, ont observé les cerveaux de personnes amoureuses (3) et (4). Grâce à l’IRM, ils ont, dans un premier temps, identifié les zones cérébrales de l’amour romantique en présentant aux cobayes, placés dans un scanner, des photos de leur moitié et celles d’anciens amis. Lorsqu’ils regardaient l’être cher, quatre zones impliquées dans le plaisir étaient activées. Deux d’entre elles sont situées dans le cortex cérébral, la partie la plus évoluée du cerveau. Les deux autres, situées dans une partie plus primitive, pourraient expliquer le sentiment de dépendance lié à l’amour. Dans leur seconde étude, ils ont comparé les aires du cerveau impliquées dans l’amour-passion et celles dans l’amour maternel. Pour ce faire, ils ont présenté à une vingtaine de personnes (hommes et femmes) des photos de leur propre enfant et d’enfants qu’ils connaissent. Au vu des résultats obtenus, ces deux formes d’attachement (romantique et maternel) activent certaines zones qui leur sont propres, et d’autres qui se recoupent. En outre, plusieurs de ces aires (communes ou non) sont des zones impliquées dans le circuit de la récompense, également appelées « les aires de l’euphorie ». Plus étonnantes encore, ces études montrent que parallèlement à l’activation de ces zones, d’autres ont une activité plus réduite : les aires cérébrales de la pensée critique et des jugements négatifs. On peut donc y voir là, une explication scientifique au vieil adage « l’amour rend aveugle » ! « Ces études IRM permettent d’objectiver les descriptions cliniques de l’état amoureux, précise Michel Reynaud. Quand on est amoureux, il y a une suractivation des zones du plaisir et de l’attachement, mais également une extinction des zones critiques. Pourquoi ? Parce que nous sommes programmés pour rencontrer quelqu’un et reproduire l’espèce. » La nature est ainsi faite : lorsque nous tombons amoureux, notre cerveau est conçu de telle manière que nos zones du plaisir (et de la dépendance) sont sollicitées, alors que notre esprit critique est inhibé, et ce, afin d’optimiser la relation et perpétuer l’espèce humaine.

L’amour dure trois ans ?
Mais après avoir goûté à l’état euphorique de l’excitation amoureuse, le cerveau se trouve dépendant et en redemande. Or, la vie commune crée une habitude qui conduit parfois à une lassitude et dans ce cas, à une diminution progressive du sentiment amoureux. Certaines études (à considérer avec précaution !) affirment que l’alchimie amoureuse de la rencontre ne durerait pas plus de trois ans. « La phase de rapprochement, de désir, d’aveuglement et de fusion, ne dure qu’un moment, entre quelques mois et quelques années, ajoute Michel Reynaud. Une fois passée, on rééquilibre nos sources d’intérêts. » Le cerveau reprend alors une activité normale. Débarrassé de l’excitation amoureuse, on redevient lucide et le prince charmant se transforme en une personne inscrite dans la réalité. Certaines hormones, telles que l’ocytocine, tempèrent cette lassitude et ce désintérêt. L’état amoureux peut donc être fugace ou durable, cela dépend des individus. Mais certains comportements, en favorisant la sécrétion d’ocytocine, contribuent à entretenir la flamme. Embrasser, caresser ou faire l’amour, par exemple, libère de l’ocytocine, hormone de l’attachement. Les couples qui gardent ces comportements amoureux peuvent durer plus longtemps. Ils ne sont plus dans la dépendance, mais dans le bien-être. Et c’est à ce moment qu’on arrête de voir l’autre comme un être extraordinaire et qu’on commence à apprécier la personne telle qu’elle est réellement.

Quand la libido nous déconnecte
Outre son rôle dans la sécrétion d’ocytocine, la libido aussi nous aveuglerait à en croire les travaux de Serge Stoléru et de son équipe de l’Inserm (5). Après avoir soumis des hommes à des stimuli visuels explicites (photos ou films érotiques), il a mis en évidence, grâce à la TEP, tomographie par émission de positons, une activation et une désactivation d’une série de régions cérébrales distinctes. « Les régions qui se désactivent, renseigne-t-il, sont celles du lobe temporal, impliquées dans les fonctions cognitives supérieures. Cette désactivation pourrait favoriser la montée de l’excitation sexuelle en la libérant d’un contrôle inhibiteur. » L’auteur ajoute que, en dehors des moments de stimulation sexuelle, l’inhibition de la sexualité sous l’effet des régions temporales permettrait à l’homme de ne pas être excité en permanence, de ne pas être constamment sous l’effet de la libido, une sorte de tonus inhibiteur ou de « couvercle sur la cocotte-minute », ce qui permettrait à la pensée rationnelle de ne pas être parasitée par les pulsions sexuelles. On commence donc à connaître en partie certains mécanismes de l’amour, mais difficile de tous les cerner quand on mesure l’importance des histoires personnelles de chacun dans la relation amoureuse. L’imagerie cérébrale ne peut pas expliquer ce qui fait de nous des êtres uniques. Si l’on considère que la femme et l’homme sont programmés pour choisir le conjoint idéal en le séduisant pour finalement propager ses gènes, alors les moyens pour y arriver sont complexes et l’amour garde encore de nombreux mystères. ♦ 

Pour aller plus loin
« L’amour à l’épreuve des sciences », Le journal du CNRS, février 2004.
« Hommes, femmes, l’évolution des différences sexuelles humaines », David C. Geary. De Boeck, 2003.
« De l’amour plein la tête ou la biologie de l’amour », Dr. Marc Schwob. Hachette, 1984.
 « Comment devient-on amoureux ? », Lucy Vincent. Odile Jacob, 2006.

  

 Notes

(1) Michel Reynaud. L’amour est une drogue douce en général. Robert Laffont, 2005.
(2) Steven Graham et Margaret Clark. Journal of Personality and Social Psychology, avril 2006.
(3) Andreas Bartels et Semir Zeki. NeuroReport, novembre 2000.
(4) Andreas Bartels et Semir Zeki. NeuroImage, novembre 2003.
(5) Jérôme Redouté et al. Human Brain Mapping, 2000.


http://mondeo.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=135&Itemid=1&ed=17

aveugle? L'AMOUR

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site