referencer site web - referenceur gratuit -

bienfaits

Bienfaits de la bave d'escargot sur la peau

Escargot

Bave d'escargot : à quoi ça sert ?

L’escargot, comme tous gastéropodes, produit un mucus gluant grâce à des glandes situées au niveau de son pied, qu’on désigne communément sous le terme de « bave d’escargot » :

Elle est composée de 91 à 98 % d’eau et de molécules appelées glycoprotéines, formées par l’association d’une protéine et de sucres.
Elle agit à la fois comme un lubrifiant et comme une colle, ce qui permet à l’animal de ramper sur divers supports, y compris verticaux.
Elle est utilisée par l’animal pour réparer sa coquille en cas de fêlure, assurant le dépôt de calcite, du calcaire très pur.

Utilisation de la bave d’escargot dans les cosmétiques
Une utilisation ancestrale

En fait, l'utilisation de la bave d'escargot par les êtres humains n'est pas nouvelle :

Dès l’Antiquité, on prête de nombreuses vertus médicinales à l’escargot. Il était alors considéré comme un véritable médicament et employé pour lutter contre divers maux, ingéré cru, cuit, ou broyé, avec ou sans sa coquille selon les symptômes.
Il est un peu délaissé au moyen-âge, avant de retrouver sa place à partir du 19 ème siècle, où il est principalement utilisé pour ses propriétés antitussives (luttant contre la toux).

À noter : un sirop contre la toux sèche très utilisé actuellement a pour substance active l’hélicidine, un extrait de jus de cuisson de l’escargot de Bourgogne, Helix pomatia.

Son utilisation dans le domaine des soins de la peau fait partie de la tradition ancestrale de certains peuples :

Chez les mapuchés, des amérindiens vivant au Chili et en Argentine, son utilisation est très répandue depuis des siècles.
La bave d'escargot permet notamment de guérir les blessures superficielles et d'améliorer l’aspect de la peau.

Propriétés confirmées par les données scientifiques récentes

Une étude clinique, menée en 1999 et 2000 au sein de la Coaniquem, fondation d’aide à l’enfant brûlé au Chili, a montré l’intérêt d’un traitement à base de crème contenant de la bave d’escargot chez des patients présentant des cicatrices et des greffes de peau.

Elle a permis d’atténuer les rougeurs et autres colorations des zones lésées et d'améliorer l’aspect des portions greffées.
Bave d'escargot et cosmétiques

L’industrie cosmétique a rapidement saisi l’intérêt de la bave d’escargot :

Elle apparaît sur l’étiquette de nombreux produits de beauté sous le nom d’« Helix aspersa saliva ».
Cette appellation vient du nom de l’espèce d’escargot utilisée dans ce cadre, Helix aspersa ou « petit-gris ».
La bave d’escargot est utilisée dans la formulation de produits aussi divers que des crèmes anti-rides, des protections solaires, des shampoings… et même des rouges à lèvres ou des dentifrices !

Extraction de la bave d'escargot

Pour répondre aux besoins croissants de ce marché, certains producteurs d’escargots dédient tout ou partie de leur activité à la récolte de mucus. La phase d’extraction, parfois appelée « traite de l’escargot », nécessite plusieurs étapes :

la collecte des animaux dans des parcs enherbés où ils sont élevés ;
le lavage dans de l’eau tiède ;
le prélèvement de mucus proprement dit, mécanisé ou manuel. L’opération, bien que stressante pour l’animal, ne le tue pas.

Chaque escargot fournit 1 à 2 g de bave par récolte. La substance est alors filtrée et purifiée, avant d’être intégrée à la formule du cosmétique.

Bon à savoir : une seule entreprise a obtenu la certification biologique pour sa bave d’escargot (Ecocert Greenlife / Cosmos), grâce à un procédé d’extraction reconnu respectueux de l’animal.
Bave d'escargot : idéal contre le vieillissement cutané

La bave d’escargot contient un cocktail de substances qui lui confèrent des effets hydratants et cicatrisants, et qui contribuent à lutter contre le vieillissement cutané :

La première est l'alantoïne régénérante. Très couramment employée dans les produits cosmétiques, cette molécule à des vertus calmantes et hydratantes. Elle contribue à la régénération cellulaire de la peau.
La bave d'escargot contient également de l’acide glycolique exfoliant. Il fait office de peeling doux, en permettant l’élimination des cellules mortes qui ternissent l’éclat de la peau.
Le collagène et l’élastine améliorent la résistance et la souplesse de la peau.
La bave d’escargot est riche en vitamines. La vitamine A donne de l’éclat à la peau, la vitamine C est indispensable pour la synthèse du collagène, et la vitamine E, antioxydante, préserve les tissus des attaques des radicaux libres.
Enfin, la bave d'escargot contient des substances antibiotiques, pour lutter contre les infections de la peau causées par des bactéries comme Escherichia coli, Staphylocoque aureus ou autres.

Grâce à ces caractéristiques, les produits à base de bave d’escargot permettent :

d’améliorer l’aspect des cicatrices, vergetures et brûlures ;
d’atténuer les tâches brunes ;
de réduire l’acné ;
de freiner l’apparition des rides.

http://soin-du-corps.comprendrechoisir.com/astuce/voir/288058/la-bave-d-escargot-alliee-de-notre-peau

e6un7

Les bienfaits de la sièste

Sieste

Le sommeil est essentiel pour être en forme physiquement et mentalement. En complément d’une bonne nuit de repos, la sieste présente de nombreux bienfaits.

Alors qu’elle fait partie des habitudes de nombreux peuples des pays chauds, il n’est pas commun pour les gens des pays plus au nord, tels que la France ou le Canada, de faire la sieste. Que ce soit par manque de temps ou par préjugés, ce court moment de repos est largement délaissé à l’âge adulte. Les études les plus récentes vantent toutefois les mérites de la sieste.
Une solution à l’insomnie

Une étude menée par l’Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé (INPES), parue en 2008, a démontré que 17 % des Français âgés de 25 à 45 ans accumuleraient, chaque nuit, une dette de sommeil1. Au Canada, près de 40 % de la population éprouveraient de troubles du sommeil selon des chercheurs de l’université Laval. Ils seraient également 12 % à souffrir d’insomnie. Les effets négatifs qui en découlent sont nombreux : stress, manque de concentration, sautes d’humeur, etc. Les siestes permettraient de rattraper le sommeil perdu et, par le fait même, de pallier aux désagréments qui en résultent. Or, elles ne devraient pas excéder 30 minutes, sans quoi elles ne feraient qu’aggraver les symptômes.
10 minutes pour se revigorer

Les siestes de 10 minutes seraient les plus efficaces en comparaison à celles de 5 ou 30 minutes. C’est ce qu’a conclu une étude parue en 20062. Elles permettraient notamment d’améliorer les capacités cognitives, de redonner de la vigueur, de contrer la fatigue et d’accroître la vigilance. Ces bienfaits ont perduré jusqu’à deux heures et demie après le réveil. Contrairement aux siestes plus longues, celles de 10 minutes ne provoquent pas de somnolence post-éveil. Des effets à plus long terme sont également reconnus, notamment une diminution des risques d’être atteint d’une maladie cardiovasculaire.
Un besoin biologique

Les chercheurs sont nombreux à appuyer la théorie que la sieste est issue d’un rythme biologique inné chez les mammifères, dont l’humain. Entre 14 h et 15 h, une importante somnolence se fait généralement sentir, accompagnée d’une diminution significative de la vigilance. Cette fatigue soudaine survient autant chez les gens en manque de sommeil que chez ceux qui sont bien reposés. Afin de contrer cette baisse d’énergie, il serait profitable de dormir durant une dizaine de minutes.
La sieste, source de créativité et d’efficacité !

Plusieurs études ont établi un lien entre la sieste et l’augmentation des performances cognitives et psychomotrices3. Ce moment de repos accordé en milieu de journée permettrait d’avoir une meilleure mémoire et de consolider les apprentissages. Les personnes qui s’y adonnent sont plus dynamiques et créatives en après-midi en comparaison à celles qui ne pratiquent pas la sieste. Ainsi, les grandes entreprises sont de plus en plus nombreuses à promouvoir cette pratique auprès de leurs employés. Les gens ayant un horaire très chargé en tirent davantage profit puisqu’elle permet de regagner de 1 à 2 heures de sommeil lorsqu’elle est réalisée sur une base quotidienne.
Encore plus bénéfique chez les personnes âgées

Avec l’âge, le nombre d’heures de sommeil tend à diminuer jusqu’à une moyenne de 6 h 30 par nuit. Les statistiques démontrent qu’en prenant en considération les heures de sommeil de jour et de nuit, le temps total de repos des personnes âgées atteint les proportions recommandées4. Ainsi, les siestes d’une plus longue durée leur seraient favorables.

http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=bienfaits-sieste

e6un7


Les bienfaits de la sièste (Essonne) par telessonne

Les bienfaits de la sauge

Sauge ps 1

Noms communs : sauge des jardins, sauge officinale.
Nom botanique : Salvia officinalis, famille des labiées ou lamiacées.
Nom anglais : sage.

Partie utilisée: feuilles
Habitat et origine : originaire des pourtours de la Méditerranée, la sauge est un sous-arbuste qui fut introduit en Europe de l'Est et du Nord au Moyen Âge, puis en Amérique au XVIIe siècle. On la cultive commercialement en Albanie, dans l'ex-Yougoslavie, en Turquie, en Grèce, en Italie, en France, en Angleterre et en Amérique. Elle affectionne les sites bien ensoleillés et les sols bien drainés.

Ne pas confondre la sauge dont on traite dans cette fiche (Salvia. officinalis) avec la sauge chinoise (Dan Shen - Salvia miltiorrhiza), ni avec la sauge de prairie (Artemisia ludoviciana) dont les propriétés diffèrent. En Médecine traditionnelle chinoise, la racine de S. miltiorrhiza est notamment employée pour traiter les troubles hépatiques et circulatoires.

Indications
Efficacité possible
Améliorer la mémoire (usage interne). Traiter la pharyngite (usage externe).
Voir la légende des symboles
Efficacité incertaine
Traiter l'herpès labial en association avec la rhubarbe (usage externe).
Usage reconnu
Traiter les troubles digestifs, la transpiration excessive, l'inflammation des muqueuses de la bouche, du nez, du pharynx et de la gorge (usage externe).
Usage traditionnel
Traiter les infections du système respiratoire et les inflammations de la muqueuse buccale, réduire les bouffées de chaleur de la ménopause.
Posologie de la sauge
Troubles digestifs, transpiration excessive, bouffées de chaleur

Feuilles séchées. Infuser pendant 5 à 10 minutes de 1 g à 3 g de feuilles séchées dans 150 ml d'eau bouillante. Boire 3 fois par jour.
Teinture (1:10). Prendre 25 gouttes, 3 fois par jour.
Extrait liquide (1:1). Prendre de 1 ml à 3 ml, 3 fois par jour.
Extrait sec (5,5:1). Prendre de 180 mg à 360 mg, 3 fois par jour.
Stimulation de la mémoire

Le dosage optimal n’est pas établi, car il a varié au cours des essais, de même que le type de traitement (capsules de feuilles séchées, extrait de feuilles, huile essentielle). Au cours d’un de ces essais, on a utilisé des capsules fournissant de 300 mg à 600 mg de sauge séchée par jour

Attention. La prise continue d’huile essentielle de sauge par voie interne doit se faire sous la supervision d’un aromathérapeute dûment formé.

Inflammation des gencives, des muqueuses de la bouche, du nez, du pharynx et de la gorge

Se gargariser ou badigeonner les parties atteintes avec une infusion : 2 ou 3 gouttes d'huile essentielle dans 100 ml d'eau ou 5 ml d'extrait liquide dans 100 ml d'eau, 3 fois par jour. On peut aussi utiliser cette infusion lorsque le port d'une prothèse dentaire cause des douleurs aux gencives.
Historique de la sauge
Déjà connue à l'époque des pharaons, la sauge a traversé les siècles et les continents aussi bien comme aliment que comme médicament. Ses propriétés souveraines pour favoriser la digestion et traiter les infections des muqueuses étaient déjà connues des Grecs de l'Antiquité. Ce même usage médicinal fait aussi partie de la médecine ayurvédique (Inde) qui utilise à cet effet quelques espèces locales de sauge. Pline l’Ancien (antiquité grecque) rapportait qu’elle pouvait améliorer la mémoire.

À l'époque des grandes épidémies de peste en Europe, la sauge était l'un des composants du célèbre « vinaigre des quatre voleurs » réputé protéger contre cette maladie. Elle est, encore de nos jours, souvent associée à d'autres plantes pour la préparation de divers remèdes : sirops, décoctions, infusions et pommades.

Recherches sur la sauge
Efficacité possible Mémoire. Au cours d’un essai à double insu avec placebo, un extrait de sauge (teinture) équivalant à environ 1 g de sauge par jour a légèrement amélioré les performances cognitives de patients souffrant de la maladie d’Alzheimer1. Cette étude de 4 mois a été effectuée en Iran auprès de 49 sujets souffrant de déficit cognitif léger à modéré. Les auteurs ont également observé que la sauge pouvait réduire l’agitation des patients.

Quatre autres essais menés par une équipe de chercheurs britanniques ont porté sur des sujets en bonne santé (120 sujets au total) : les résultats indiquent que la sauge, sous forme de capsule de plante séchée, d’extrait de feuilles ou d’huile essentielle, peut stimuler certains aspects de la mémoire à court terme lorsqu’elle est prise avant de passer un test2-5. Elle a aussi réduit le stress et amélioré l’humeur des participants3,4. Au cours de ces essais, les effets de la plante ont varié selon le dosage.

Efficacité possible Pharyngite. Au cours d’un essai à double insu avec placebo mené auprès de 286 patients, la sauge a soulagé efficacement la douleur causée par une pharyngite (inflammation du pharynx et de la gorge) d’origine virale6. Les chercheurs ont utilisé un extrait liquide aqueux (15 %) appliqué à l’aide d’un vaporisateur. Dans une étude comparative récente sur 154 sujets souffrant de pharyngite aigüe, une combinaison d’échinacée et de sauge a été aussi efficace qu’un traitement classique (vaporisateur contenant de la chlorhexidine et de la lidocaïne) pour soulager la douleur12. Par contre, la sauge s’est révélée moins efficace qu’un anti-inflammatoire non stéroïdien (chlorydrate de benzydamine) pour soulager la douleur postopératoire causée par une ablation des amygdales ou des végétations adénoïdes13.

Efficacité incertaine Herpès labial. Au cours d’une étude comparative sur 149 sujets, une pommade associant des extraits de sauge et de rhubarbe s'est révélée aussi efficace qu'une pommade à base d'acyclovir (médicament classique) pour guérir des lésions causées par l'herpès labial. La pommade renfermant seulement un extrait de sauge a été un peu moins efficace que les 2 autres produits (la guérison a pris en moyenne une journée de plus)7.

Usage reconnu La Commission E d'Allemagne reconnaît l'usage de la sauge pour soulager les troubles digestifs fonctionnels et la transpiration excessive (voie interne) ainsi que pour traiter l'inflammation des muqueuses du nez et de la gorge (voie externe). L’ESCOP lui reconnaît en plus des indications spécifiques pour les inflammations du pharynx, des gencives et des muqueuses de la bouche. En Allemagne, l'efficacité de l'infusion de sauge est aussi reconnue pour traiter les inflammations causées par le port de prothèses dentaires et comme traitement de soutien en cas d'inflammation des muqueuses gastro-intestinales.

Au cours des années 1930, on a mené une série d'études démontrant l'action antisudorifique de la sauge. Une étude allemande au su, menée en 1989 auprès de 80 personnes souffrant de transpiration excessive, indique qu'un extrait aqueux sec (440 mg/jour) était aussi efficace qu'une infusion (4,5 g/jour) pour atténuer la sudation8. Au cours d’une étude au su publiée en 1998 et portant sur 30 femmes, des chercheurs italiens ont conclu qu'un extrait contenant de la sauge et de la luzerne pouvait soulager les bouffées de chaleur attribuables à la ménopause9.

L'acide rosmarinique que renferme la plante contribuerait à son action anti-inflammatoire et neuroprotectrice5,10. Ses composés polyphénoliques, dont les dérivés de l’acide caféique, lui conféreraient une action antioxydante, tandis que les polysaccharides que renferment ses feuilles auraient un effet régulateur sur le système immunitaire11.

Précautions
Attention
L'usage prolongé de l’huile essentielle de sauge ou de l’extrait alcoolique pourrait être toxique pour le système nerveux en raison de sa teneur en thujone : risque de convulsions.
Contre-indications
Femmes enceintes ou qui allaitent.
Personnes souffrant d’épilepsie.

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d'autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu'un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l'information désirée.

Bibliographie

Blumenthal M., Goldberg A., Brinckmann J.(Ed). Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council - publié par Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
ESCOP Monographs on the Medicinal Uses of Plants Drugs - Salvia Folium, Centre for Complementary Health Studies, Université d'Exeter, Grande-Bretagne, 1996.
Franchomme P. L'Aromathérapie exactement, livre quatrième, Matière médicale aromatique fondamentale. Jollois Éditeur, France, 1990.
National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté le 14 octobre 2010] www.ncbi.nlm.nih.gov
Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements - Sage, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 14 octobre 2010]. www.naturalstandard.com
The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements - Sage, ConsumerLab.com. [Consulté le 14 octobre 2010]. www.consumerlab.com
Valnet J. L'Aromathérapie. Laffont, France, 1976.
Weiss RF, Fintelmann V. Herbal Medicine. Second edition. Thieme, États-Unis, 2000.

Notes

1. Akhondzadeh S, Noroozian M, et al. Salvia officinalis extract in the treatment of patients with mild to moderate Alzheimer's disease: a double blind, randomized and placebo-controlled trial. J Clin Pharm Ther. 2003 Feb;28(1):53-9.
2. Salvia lavandulaefolia (Spanish sage) enhances memory in healthy young volunteers. Tildesley NT, Kennedy DO, et al. Pharmacol Biochem Behav. 2003 Jun;75(3):669-74.
3. Positive modulation of mood and cognitive performance following administration of acute doses of Salvia lavandulaefolia essential oil to healthy young volunteers. Tildesley NT, Kennedy DO, et al. Physiol Behav. 2005 Jan 17;83(5):699-709.
4. Kennedy DO, Pace S, et al. Effects of cholinesterase inhibiting sage (Salvia officinalis) on mood, anxiety and performance on a psychological stressor battery. Neuropsychopharmacology. 2006 Apr;31(4):845-52.
5. An extract of Salvia (sage) with anticholinesterase properties improves memory and attention in healthy older volunteers. Scholey AB, Tildesley NT, et al. Psychopharmacology (Berl). 2008 May;198(1):127-39.
6. Hubbert M, Sievers H, et al. Efficacy and tolerability of a spray with Salvia officinalis in the treatment of acute pharyngitis - a randomised, double-blind, placebo-controlled study with adaptive design and interim analysis. Eur J Med Res. 2006 Jan 31;11(1):20-6.
7. Saller R, Buechi S, et al. Combined herbal preparation for topical treatment of Herpes labialis.Forsch Komplementarmed Klass Naturheilkd. 2001 Dec;8(6):373-82.
8. ESCOP Monographs on the Medicinal Uses of Plants Drugs - Salvia folium, Centre for Complementary Health Studies, Université d'Exeter, Grande-Bretagne, 1996.
9. De Leo V, Lanzetta D, et al. [Treatment of neurovegetative menopausal symptoms with a phytotherapeutic agent]Minerva Ginecol. 1998 May;50(5):207-11. Italian.
10. Iuvone T, De Filippis D, et al. The spice sage and its active ingredient rosmarinic acid protect PC12 cells from amyloid-beta peptide-induced neurotoxicity. J Pharmacol Exp Ther. 2006 Jun;317(3):1143-9.
11. Capek P, Hribalova V. Water-soluble polysaccharides from Salvia officinalis L. possessing immunomodulatory activity. Phytochemistry. 2004 Jul;65(13):1983-92.
12. Echinacea/sage or chlorhexidine/lidocaine for treating acute sore throats: a randomized double-blind trial. Schapowal A, Berger D, et al. Eur J Med Res. 2009 Sep 1;14(9):406-12.
13. Comparison of benzydamine hydrochloride and Salvia officinalis as an adjuvant local treatment to systemic nonsteroidal anti-inflammatory drug in controlling pain after tonsillectomy, adenoidectomy, or both: an open-label, single-blind, randomized clinical trial. Sinisa Lalićević, Ivan Djordjević. Current Therapeutic Research, Vol. 65, Issue 4, pp 360-372 (July 2004) www.journals.elsevierhealth.com

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=sauge_ps&utm_source=intern&utm_campaign=quotidienne&utm_medium=newsletter


m6 - La sauge et ses bienfaits par augustetv

e6un7

Le miel d’euphorbe (Darmouss): Bienfaits et recettes

Miel darmous

Le miel est la substance sucrée produite par les abeilles à partir du nectar des fleurs ou du miellat de pucerons qu'elles récoltent et entreposent dans les alvéoles de la ruche. Il est issu d'abeilles domestiquées élevées en ruches, ou d'abeilles sauvages (on parle alors de miel sauvage)

Une consommation régulière de miel (environ 40 gr par jour) renforce l'organisme et aide à compenser les carences alimentaires.

A ses facultés générales, chaque miel allie les vertus médicinales de la fleur dominante dont il provient. Il existe donc des miels spécifiques préconisés pour différentes maladies. Les quantités que l'on conseille d'absorber sont, en général, de 1 à 2 grammes de miel par kilogramme de poids (pour une personne pesant 60 kg : 60 à 120 g de miel).

QU'EST CE QUE LE MIEL DE DARMOUS?

Le miel d’euphorbe, aussi appelé Darmouss,est un miel produit exclusivement à partir des fleurs d’euphorbe qui est une plante endémique poussant dans le Souss sud marocain.
Butiné sur la plante d’euphorbe cactoïde, plante étonnante dont les racines s’enfoncent dans la roche. Le miel d’euphorbe est caractérisé par une saveur âcre. Il est recherché pour ses vertus médicamenteuses en tant que tonifiant et réchauffant. Ce miel est également très efficace pour soigner les maux de gorge.
le miel d’euphorbe est très apprécié des connaisseurs pour son goût épicé, piquant, qui vient transformer toutes les préparations culinaires d’une façon corsée et originale. Tout un Maroc inattendu est dans le miel d’euphorbe.

Les bienfaits du miel Darmouss

Le goût âcre du Miel de Darmouss chauffe la gorge et les articulations, le corps, il est reconnu pour ses vertus thérapeutiques, et est très prisé par les connaisseurs. Il est recommandé entre autres dans le traitement de l’asthme allergique, des maladies cardio-vasculaires et de l’hypertension

Il est recherché par les personnes souffrant :

- d’asthme allergique

- de maladies cardio-vasculaires

- d’hypertension

- d’impuissance sexuelle

- de maladies d’infertilité

Ce miel influe sur la revitalisation et l’organisation de l’appareil génital des hommes et
des femmes.

Il peut être utiliser sur la peau, il est hydratant, nourrissant et il apaise les peaux sensibles.

 ASTUCES SANTE 

Maladies vasculaires

Vous avez besoin :

- 1 à 2 cuillière à soupe Miel de darmous (cactus)

- Canelle en poudre

Faites une pate de miel / canelle.

Appliquez sur du pain pour le petit déjeuner pour remplacer votre confiture / beurre.

 Excellent pour réduire le cholestérol et renforcer les capacités cardiaques 

 Revitalise les artères et les veines 

 ASTUCEs BEAUTE 

Masque nourissant pour peau sèche

Vous avez besoin :

- 1 gommage à l’amande 

- 1 cuillière à soupe de Miel darmouss (cactus) 

- 1 jaune d’oeuf

Humidifiez votre visage, prenez une noisette de gommage, massez en mouvements circulaires en évitant le contour des yeux, puis rincez.

Mélangez 1 cuillère à soupe de miel avec 1 œuf.

Appliquez le masque et laissez poser 10 minutes

Rincez. renouvelez une fois par semaine

http://www.hijama-specialiste.fr/products/miel-du-desert/

http://maktaba-tawhid.fr/Blog/miel-darmous-cactus-proprietes-et-astuces/

  • e6un7

Quels sont les bienfaits des amandes?

Les amandes sont un des aliments les plus sains que vous pouvez manger. Voici dix bienfaits des amande sur notre corps.

1. Les amandes et tous les autres fruits secs baissent le cholestérol.

2. Les amandes peuvent vous aider à perdre du poids. Dans une étude, ceux qui inclus les amandes en tant que source de matières grasses saines dans leur alimentation perdent plus de poids et de gras corporel que ceux qui n’incluent pas les amandes dans l’alimentation, même si ceux qui ne prennent pas les amandes avaient moins de gras dans leur alimentation.

3. Les amandes sont riches en acides gras mono-insaturés et en vitamine E, deux éléments essentiels pour une bonne fonction cardiaque et la prévention des maladies.

4. Les amandes sont riches en magnésium, un minéral dont la plupart des gens ne consomment pas assez. Juste 1 / 4 tasse d'amandes contient 24,7% de la valeur quotidienne recommandée en magnésium. Le magnésium est important pour à peu près toutes les fonctions du corps humain, notamment le coeur.

5. L’amande abaisse la hausse de la glycémie et d'insuline qui augmentent après avoir mangé, ce qui la rend un bon outil contre le diabète.

6. Les amandes sont pleines des antioxydants.

7. Ne pas enlever la peau de l’amande. Peaux d'amandes contiennent au moins 20 flavonoïdes antioxydants puissants.

8. Les amandes réduisent les niveaux de protéine C-réactive aussi bien que les statines. La protéine C-réactive (CRP) est une protéine plasmatique produite par le foie qui, lorsqu'elle est élevée, est une indication de l'inflammation dans le corps. Cette inflammation est censée d’augmenter le risque de problèmes de santé et les maladies comme le diabète, l'hypertension artérielle et les maladies cardiaques.

9. Les amandes contiennent du bore, un élément nutritif que la recherche suggère qu’il peut prévenir le cancer de la prostate.

10. Protéines! Ne plus jamais demander à un végétalien comment peut il obtient suffisamment de protéines. Un quart de tasse d'amandes contient plus de protéines qu'un œuf.

http://ventre-plat-tip.blogspot.com/2011/01/10-bienfaits-formidables-des-amandes.html

  • e6un7

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site