referencer site web - referenceur gratuit - $(document).ready(function(){ chargementmenu(); });

La vie

La personnalité de la femme et son rôle actif dans la vie

Bonnes actions en Islam

 

La question de "la femme en Islam" fait toujours l'objet de la réflexion des penseurs musulmans qui cherchent à comprendre la personnalité de la femme et son rôle du point de vue de la pensée et de la Loi islamiques.

Cette réflexion a pour but de mettre en lumière l'originale conception que l'Islam propose de et à la femme. Conception qui représente les valeurs spirituelles et humaines de l'Islam, dans ce bas-monde ainsi que dans l’autre monde.

Il est possible d’isoler, dans cette question principale, plusieurs questions de détail comme celles de la personnalité de la femme, de sa nature, de sa foi, de son rôle actif dans l’activité religieuse et dans la ligne de l’Appel, c’est-à-dire dans le mouvement de lutte, sur le terrain de la confrontation et dans les domaines scientifiques et culturels, etc…

On part normalement, lorsqu'on aborde ces questions, de certains textes traditionnels ainsi que des avis en vigueur chez les jurisconsultes.

LE MEILLEUR MOYEN POUR ABOUTIR À DES RÉSULTATS ÉQUILIBRÉS

Il est nécessaire, avant de commencer l'examen de la question de s'interroger sur la méthode à suivre dans l'approche de certains aspects du problème. La question est de savoir si la voie qui mène à la connaissance de la personnalité de la femme, de sa raison et de sa foi part des textes religieux ou de l'étude des éléments constitutifs de la personnalité de la femme telle qu'elle se présente dans le mouvement de son existence dans la réalité vivante et au niveau de son ouverture sur les perspectives ouvertes par la connaissance. Cette seconde alternative touche à des aspects du problème en rapport avec la profondeur et la fécondité de la pensée de la femme, avec la nature de sa vision des choses qui l'entourent, avec la bonne qualité de ses opinions, de son adhésion intérieure à la doctrine et à la ligne de l'attachement à la foi en Dieu, en Ses messagers et en Ses lois. Elle touche aussi à son adhésion extérieure à la ligne de l'action, celle de l'engagement direct et du retour permanent à Dieu, en tout ce qui concerne la piétée spirituelle et intellectuelle et la capacité de faire face aux défis, dans la cadre de la lutte intellectuelle qu'exige l'appel à la religion, ou dans celui de la lutte proprement dite (jihâd) contre les problèmes de nature plus concrète.

Nous pensons donc que l'étude qu'on mène au niveau de la réalité humaine de la femme, considérée parallèlement à la réalité humaine de l'homme, est le meilleur moyen susceptible de conduire à des résultats équilibrés. Nous allons donc nous pencher, tout d'abord, sur l'étude de cet aspect du problème et nous passerons, par la suite, à son étude tel qu'il se présente dans les textes. Il nous sera nécessaire de connaître, de près, la nature des conditions et des circonstances de l'émission des textes, car il est parfois possible de trouver des indices qui empêchent d'adopter le sens apparent du texte et de chercher, par la voie de l'interprétation un autre sens qui ne contredit pas la réalité extérieure. Il est aussi possible que des hadith (Traditions prophétiques ou imâmiques) s'avèrent être faux en raison d'une contradiction manifeste avec les fondements stables de la doctrine, ce qui les rend incompatibles avec la nécessité religieuse telle qu'elle est enseignée par le Livre (le Coran) et la Sunna (actes et paroles du Prophète et des Imâms).

EXEMPLES DE LA SUPÉRIORITÉ DE LA FEMME

A la lumière de ce que nous venons de dire, nous constatons lorsque nous établissons une comparaison entre un homme et une femme vivant dans des conditions socioculturelles et politiques identiques, nous constatons donc qu'il est difficile de les distinguer l'un de l'autre. Il n'est aucunement nécessaire qu'une telle comparaison nous conduise à trouver que la conscience qu'a l'homme de la question socioculturelle et politique est plus développée que celle de la femme. Au contraire, il est possible –en observant certains éléments internes ou externes distinctifs de le femme particulièrement- de trouver des exemples multiples de sa supériorité, par rapport à l'homme, en matière de la fécondité des pensées, de la profondeur des connaissances et de la clarté des vues. Cela est manifeste dans certaines expériences historiques où certaines femmes ont vécu dans des conditions semblables à celles des hommes et favorables aux exigences de leur développement mental et socioculturel. Ces femmes ont pu affirmer leurs rôles actifs et leurs attitudes stables et fondées sur les règles de la pensée et de la foi. Dieu nous a signalé des cas semblables en la personne de Maryam (Marie, la mère de Jésus) (que la paix soit sur eux) et de la femme de Pharaon, et l'Histoire nous a signalé d'autres en la personne de la Grande Khadîja, la Mère des Croyants (que Dieu soit satisfait d'elle), de Fâtima az-Zahrâ' et de sayyida Zaynab Bint 'Alî (que la paix soit sur elles).

Les attitudes ayant caractérisé les vies de ces grandes femmes témoignent d'une conscience fertile et ouverte sur les grandes causes qui ont animé leurs existences et donné de la vigueur au mouvement de leur conscience, à leur sens de la responsabilité et à leurs confrontations avec les défis qui les entouraient dans le domaine public. Ainsi, il est peut-être impossible de trouver un fondement de nature rationnelle ou religieuse pour l'établissement, dans le domaine qui leur était encore ouvert, d'une distinction entre les femmes et les hommes ayant vécu à leurs époques.

Si certains parlent de particularités peu ordinaires dans la personnalité de ces femmes, nous ne trouvons autre particularité que les conditions normales de leur vie. Celles-ci leur ont assuré les moyens nécessaires pour un développement spirituel et mental et pour un engagement pratique où tous les éléments constitutifs de la personnalité se réunissent d'une manière normale et naturelle. On ne peut, non plus, faute de preuves péremptoires et reconnues par tous sur sa validité, évoquer l'explication de très grande valeur qui fait intervenir des facteurs d'origine surnaturelle qui élèvent ces femmes au-dessus du niveau ordinaire de la femme telle que nous la connaissons. On sait pourtant que Dieu –qu'Il soit exalté- nous a parlé de l'élection d'une femme, Marie –que la paix soit sur elle- en raison de sa grande spiritualité et de la droiture de sa soumission à Lui. Cela est clair dans le récit divin qui met ses qualités en évidence lorsqu'il parle de sa mise sous la tutelle de Zakariyâ2 et des difficultés qu'elle a dû confronter lors de la conception et de la naissance de Jésus – que la paix soit sur lui-.

Si Dieu l'avait dirigée et soutenue par l'Esprit qu'Il lui avait envoyée, cela ne constitue pas un cas surnaturel en soi, mais un don divin spécial (lutf) concrétisé au niveau de l'assistance pratique et l'affermissement spirituel et accordé en réponse à la mise en application, par Marie (p), des ses convictions dans ce domaine, à partir de ses seules ressources humaines dont la faiblesse est la caractéristique essentielle, exactement comme c'est le cas de l'homme lui-même, considéré dans des situations analogues… Cela veut dire que nous ne trouvons pas de différence entre l'homme et la femme lorsqu'ils sont soumis à une expérience difficile dans une situations où l'on se trouve face à l'opposition, sans raisons ou justifications valables, de l'institution sociale. Bien sûr, l'opposition sociale, n'est pas due dans ce cas précis, à une déviation morale de la personne concernée et qui serait considérée du point de vue de la valeur négative de ses actes.

LA REINE DE SABA', CAS EXEMPLAIRE

DANS LE RÉCIT CORANIQUE

Lorsqu'on étudie l'Historie dans le récit coranique, sous un aspect autre que celui en rapport avec la foi, nous trouvons l'exemple de la Reine de Saba' lorsqu'elle invita ses conseillers pour délibérer avec eux et demander leurs conseils au sujet de l'attitude à prendre face aux menaces que Sulaymân (Salomon) leur avait proférées, à son peuple et à elle, dans une lettre qu'il venait de lui envoyer. Ce recours à la consultation peut témoigner de la fécondité de sa pensée dans la mesure où elle ne prit une décision du genre qu'elle peut mettre à exécution à partir de son statut en tant que reine qu'après avoir consulté les gens d'esprit parmi ses sujets. Le Coran nous relate cet événement dans la Sourate "an-Naml" (les Fourmis):

(Elle dit: "O vous, les chefs du peuple! J'ai reçu une noble lettre. Elle vient de Sulaymân et il y est dit: 'Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux: ne soyez pas orgueilleux devant moi et venez vers moi tout en étant soumis"). Coran, les Fourmis (an-Naml), XXVII 29-32.

Ainsi, elle voulut que ses sujets lui donnent l'avis politique qui l'aiderait à prendre l'attitude convenable vis-à-vis de cette question de première importance. Mais, confiants en ses qualités en matière de réflexion, ils remirent la question entre ses mains, lui laissant ainsi le loisir de prendre, elle-même, la décision définitive. De la sorte, ils se contentèrent de lui obéir et d'exécuter ses ordres en déployant toute la force dont ils disposaient pour faire face aux défis des autres rois qui pourraient menacer le pouvoir de leur reine et les lieux de liberté dans leurs propres vies.

(Ils dirent: "Nous sommes forts et notre puissance est remarquable, mais c'est à toi de commander. Réfléchis donc au sujet de ce que tu dois nous ordonner". Elle dit: "Lorsque les rois pénètrent dans une cité, ils la corrompent et humilient les puissants parmi ses habitants; c'est ainsi qu'ils agissent. Mais je vais leur envoyer un présent et je verrai ce que les émissaires apporteront". Coran: "an-Naml" (les Fourmis) XXVII, 33-35.

Sage et mesurée, sa décision était fondée sur des calculs rigoureux qui conduisent à la meilleure solution du problème mais qui ne résidait nécessairement pas dans la force. La reine pensa donc qu'il fallait étudier la personnalité de Sulaymân et répondre aux questions suivantes: Est-il un roi qui cherche à étendre son pouvoir par la violence aveugle qui supprime l'existence des autres et leur liberté de prendre les décisions qu'ils veulent et qui détruit leur vie en les humiliant comme le font les autres rois ayant ce genre de défauts? Dans un tel cas, il serait nécessaire d'étudier la question du point de vue des possibilités d'une solution pacifique, ce qui permet d'évaluer sa force et de savoir si la confrontation avec Sulaymân est possible ou non. Il est bien sûr nécessaire de savoir s'il est un messager de vérité et de bonne direction et s'il est possible de discuter avec lui des questions qu'il cherche à faire prévaloir.

Elle finit donc par décider de lui envoyer un présent et de voir si sa réponse sera pacifique ou violente, forte ou faible. Pour un roi, le présent peut avoir de l'effet s'il est de grande valeur; il peut même l'irriter si les objectifs qu'il cherche à atteindre sont d'un genre différent de ce qu'on lui propose. Mais s'il est un roi qui appelle à la vérité, il ne peut faire de concessions sous l'influence de toute chose matérielle quoi qu'elle puisse être.

Ce fut ainsi qu'elle se comporta en prenant sa décision définitive. Celle-ci témoigne de la sagesse et de la mesure émanant d'une personnalité qui fait des calculs rigoureux avant de prendre une décision. Elle agit à partir d'une réflexion rationnelle et non à partir de la passion et de l'affectivité, et ce malgré le fait qu'elle possède bien les moyens qui lui permettent de conférer même à ses fortes émotions –compréhensibles quand il s'agit d'affaires pouvant menacer son trône- une influence sûre dans la mesure où son peuple possédait une force et une puissance redoutables.

Le Coran nous présente la femme, à travers le modèle qu'est la reine de Saba', comme une femme qui maîtrise sa raison, qui ne se soumet pas à son affectivité, car sa responsabilité a pu faire mûrir son expérience et rendre sa raison plus forte au point qu'elle a atteint un niveau lui permettant de gouverner les hommes qui ont trouvé en elle une personnalité assez forte et douée de sagesse pour diriger leurs affaires publiques.

L'analyse de ce modèle montre qu'il est possible, pour la femme, de vaincre les facteurs de la faiblesse féminine qui peuvent avoir une influence négative sur la manière avec laquelle elle pense et réfléchit. Elle montre aussi qu'elle peut prendre les décisions et diriger les affaires et cela veut dire que la faiblesse n'est pas une fatalité à laquelle la femme ne peut pas échapper.

En fin de compte, et assistant au miracle du transport de son trône, ou grâce à sa conversation avec lui, la reine fut convaincue et se convertit à l'Islam y rejoignant ainsi Sulaymân. Cela fournit une preuve supplémentaire de la validité de notre idée sur la femme capable de décider, de s'engager et de choisir son appartenance au moyen de la pensée régie par un calcul rigoureux qui peut manquer à beaucoup d'hommes.

LA FEMME DE PHARAON, UN AUTRE

EXEMPLE

Il est nécessaire, avant de passer à une question, et au lieu de nous contenter de passer en revue les exemples et les modèles, de s'arrêter devant la personnalité de la femme de Pharaon qui vivait au paroxysme de la grandeur de la félicité. Mais elle se révolta contre tout cela grâce à sa foi qui ne lui permettait pas de s'ouvrir à cette vie d'arrogance, de tyrannie et de distraction où l'égoïsme de ceux qui se divertissaient des souffrances de opprimés et de la faim des affamés cohabitait avec la révolte contre Dieu et le renoncement à toute action charitable dans la vie sociale…

La femme de Pharaon aimait vivre sa foi dans son humanité. Mais elle ne trouvait aucun moyen pour le faire, car son mari remplissait la vie qui l'entourait de tout ce qui n'était pas humain à travers ses mauvais agissements contre les opprimés… Ainsi, elle s'adressa à Dieu en lançant un cri exprimant son refus spirituel et intellectuel de tout ce qui l'entourait. Elle invoquait Dieu pour qu'Il lui accorde la force nécessaire pour continuer sa lutte dans l'exercice de son action et pour que le défi soit plus grand dans l'attitude qu'elle avait prise. Elle Lui demandait de lui construire une maison au Paradis afin qu'elle puisse y faire loger ses rêves de femme de foi, chaque fois où elle sentait la faiblesse envahir son être et menacer ses attitudes et ses options… Elle Lui demandait de la sauver de Pharaon et de ses agissements, car elle ne pouvait pas souffrir sa personnalité morbide et son action arrogante. Elle Lui demandait de la sauver des gens injustes qui entouraient Pharaon, qui le flattaient, qui le soutenaient dans ses injustices et qui tournaient dans son orbite, comme le font des petits injustes au service des grands injustes.

Ainsi, Dieu donna son histoire en exemple pour les Croyants et les Croyantes pour qu'elle leur serve de modèle et d'idéal de la puissance de la foi humaine révoltée contre le règne de l'injustice avec tout ce qu'il propose comme plaisirs et séductions. De même, Il donna Marie, après la femme de Pharaon, en exemple sur le plan des valeurs morales. Elle fut un modèle parfait qui croyait en la parole du Seigneur et en ses Livres. Elle fut un modèle dans l'humilité et la soumission à Dieu dans toute sa vie qui fut une prière continue… Dieu –qu'Il soit exalté- dit ce propos:

(Dieu donna la femme de Pharaon en exemple pour ceux qui ont cru. Elle dit: 'Seigneur! Construis pour moi, auprès de Toi, une maison au Paradis et sauve-moi de Pharaon et de ses agissements. Sauve-moi aussi des gens injustes'. Et Marie, la Fille de 'Imrân, qui préserva sa chasteté et Nous lui insufflâmes de notre esprit. Elle prêta foi aux paroles de Dieu et ses Livres et elle fut parmi les humbles). (Coran, "at-Tahrîm" (L'Interdiction) LXVI, 11-12).

LA FEMME CROYANTE, L'IDÉAL DE LA PUISSANCE HUMAINE

Nous savons que la considération de la femme croyante et puissante comme idéal pour les hommes croyants et les femmes croyantes à la fois indique clairement que le Coran reconnaît la possibilité, pour la femme, d'avoir la force suffisante pour se mettre à l'abri de tout ce qui peut conduire vers la chute et pour se révolter contre tout ce qui incite à accepter la faiblesse… Cela prouve que la femme, qui atteint le niveau idéal, peut être l'idéal de l'homme tout comme elle peut l'être pour la femme. L'appartenance commune à l'espèce humaine lui permet d'être une source de générosité humaine et morale, de sorte que les différences de sexe disparaissent pour céder la place à l'unité de la raison, de la volonté, du mouvement et des positions et attitudes.

Si l'on jette un coup d'œil sur certains exemples coraniques ou sur certaines personnalités historiques islamiques représentatives de grands rôles héroïques joués par des femmes, nous trouvons, dans une telle lecture de l'histoire, des femmes qui ont concrétisé la supériorité à travers ce qu'elles possédaient comme capacités et dons, et à travers les attitudes et les positions qu'elles adoptaient prouvant qu'elles pouvaient surmonter leurs faiblesses et les transformer en force pour atteindre un haut niveau de supériorité.

Nous trouvons qu'à l'époque moderne et, de nos jours en particulier, que l'expérience humaine connaît, dans les différents domaines de la science et de la culture aussi bien que dans ceux du mouvement politique et social, beaucoup de femmes qui ont pu s'affirmer et affirmer leurs expériences de pionnieres. Celles-ci expriment la puissance humaine et montrent que la femme est à même de défier, de résister et d'inventer dans tous les domaines publics et privés, ce qui suggère l'existence d'une sorte d'équilibre des capacités humaines dans les conditions communes à l'homme et à la femme.

Il s'agit là d'une représentation de la réalité vivante vécue par chacun de l'homme et de la femme, dans la réalité humaine. Elle prouve que la différence biologique, au niveau de la nature humaine, n'a pas empêché l'unité et la communauté au niveau de la puissance intellectuelle, de la volonté ferme et de la souplesse pratique des hommes et des femmes lorsque les conditions sont réunies pour donner naissance à la force, à l'équilibre et à l'invention.

Quel est donc le point de vue de l'Islam à ce sujet? Y a-t-il, en Islam, une attitude négative qui fait de la femme un être humain inférieur à l'homme du point de vue de sa raison, de sa foi et de son mouvement dans la vie? Et cette attitude qui peut caractériser la mentalité populaire ainsi que celle de certains savants et penseurs musulmans coïncide-t-elle avec l'attitude coranique ou bien la conformité de la première à la seconde n'est-elle pas assez stricte?

 

http://francais.bayynat.org/femme_en_Islam/personalite.htm#.VWtOt1JQAZw

 

  • e6un7

Le Coran:adéquation entre l’univers, l’eau et la vie

 L’eau est un liquide si familier pour l’homme, qu’il oublie si souvent qu’il en est très dépendant. Thalès pensait que l’eau était à l’origine de toute chose et Bentley la considérait comme « le sang vital de la Terre » [1]. Avant de rechercher toute trace de vie sur cet univers, il est nécessaire de savoir si eau il y a, et de préférence liquide :

image 155 x 122 (JPEG) « Dans un solide cristallin, où les atomes sont rangés en série régulière, comme dans un solide vitreux, où ils sont répartis de façon désordonnée dans l’espace, les atomes se trouvent en contact rigide les uns et avec les autres, ce qui ne laisse guère de possibilités à la réalisation de processus moléculaires dynamiques caractérisant la vie. Quant aux gaz, où les atomes consécutifs ont toute liberté de mouvement, ce type de matière est beaucoup trop volatil et instable pour fournir une matrice chimique à la vie. » [2]

Cette matrice chimique doit aussi être l’unique genre adapté à la vie biologique, pour pouvoir démontrer d’une manière scientifique que la théorie du hasard n’est pas sensée. Bien que persuadés, les biologistes défenseurs de la théorie du dessein, manquaient trop souvent de preuves à l’appui et les propos de Paley montrent bien dans quel type de difficulté se débattait la théologie naturelle de l’époque :

 « Nous savons bien que l’eau peut bouillir [...] geler [...] s’évaporer [...], sans savoir pour autant ce qu’est l’eau » [3]

Mais au fur et à mesure que le temps passait et par le principe d’accumulation des sciences, l’argumentation devînt de plus en plus convaincante. Avec Whewell, directeur du collège de la Trinité, le traité Bridgewater écrit en 1832, constitua une progression notable dans le domaine de la biochimie. Il présente dix-neuf phénomènes terrestres, dont la plupart sont liées au caractère adéquat de l’eau à la vie.

La chaleur latente

 Parmi les découvertes remarquables qu’il développa, fut celle de l’étude de la chaleur latente de l’eau. Elle apparaît fortement élevée : pour faire fondre 1 gramme de glace, il faut autant d’énergie que pour faire passer 1 gramme d’eau de 0°C à 80°C. En étudiant ce que cela pouvait avoir comme conséquence sur l’environnement, il conclut que celle-ci est « heureusement » haute, sinon :

 « les lacs et les rivières ne seraient plus que des phénomènes épisodiques, apparaissant pour de courtes périodes et s’évaporant presque instantanément, avant de bientôt renaître »

 image 132 x 180 (JPEG) Au début du vingtième siècle, Lawrence Henderson, ancien professeur d’Harvard, écrira en 1913 une thèse des plus remarquables sur le caractère adéquat de l’eau. The Fitness of environment, « L’adéquation de l’environnement » est restée d’ailleurs d’actualité. Avec une richesse sur les plans comparatifs et quantitatifs, il arrive à démontrer avec plus de force que l’eau est le seul constituant à prétendre servir de matrice à la matière vivante. Il affirme que :

« Par ses caractéristiques fondamentales, l’eau (c’est-à-dire les divers composés chimiques et processus physico-chimiques qui composent les êtres vivants, ainsi que les traits chimiques et physiques de l’hydrosphère) représente le havre le plus adéquat que l’on puisse imaginer pour la vie »

Son étude est originale car elle s’intéresse cette fois-ci plus précisément du monde vivant : l’eau est aussi le régulateur des organismes de grande dimension et est en particulier responsable de refroidissement adaptatif des animaux à sang chaud, une des conséquences de la chaleur latente :

 « Chez les animaux comme l’homme [...] la chaleur est un produit d’excrétion très important, qu’il est nécessaire d’éliminer en grandes quantités et dans ce but, seuls trois grands moyens sont disponibles : la conduction, le rayonnement et l’évaporation » Mais à la température qui est celle du corps « la conduction ou le rayonnement ne peuvent être responsables que d’une très faible élimination de chaleur, de sorte que le refroidissement produit par l’évaporation est le seul moyen important pour réduire la température »

La conduction thermique

Une des autres découvertes d’Henderson est cette forte conductivité thermique, qui est quatre fois supérieure à toute autre liquide. Les liquides sont généralement de mauvais conducteurs thermiques, mais celle de l’eau étant élevée c’est :

« Ce qui favorise l’égalisation de la température au sein des cellules vivantes, dont la structure empêche l’établissement de courants de convection »

Nous nous arrêtons là sur les propriétés thermiques de l’eau. Nous verrons dans la seconde partie, les propriétés chimiques de l’eau. Mais il apparaît déjà clairement, que l’eau semble déjà être le seul candidat idéal à tenir le rôle de matrice.

Le solvant universel mythique des alchimistes

L’eau n’aurait pas pu jouer son rôle biologique avec les propriétés physiques que nous avons mentionnées, si elle n’était pas un bon solvant. Presque tous les composés chimiques se dissolvent dans l’eau. Si ce n’est pas entièrement, on notera son action relative. C’est ainsi que la lente érosion des roches qu’elle entretient, va remplir les rivières, les fleuves et les mers, des minéraux utiles à la vie et utiles à l’homme. Les rivières du monde entier apportent chaque année à l’océan quelques cinq milliards de matériaux dissous

« Henderson répertorie trente-trois éléments différents pouvant être trouvés dans la mer. Et pour montrer l’utilité, dans les systèmes biologiques, de la capacité de l’eau à dissoudre les substances, il cite plus de soixante composés différents observables à l’état dissous dans l’urine humaine. » [1]

Une extraordinaire réactivité

L’eau est le catalyseur de très nombreuses réactions agissant sur terre. C’est-à-dire que les réactions ne se réaliseraient pas aussi rapidement en absence de l’eau. Mais quoiqu’elle soit très réactive, elle est beaucoup moins que d’autres liquides comme les bases et les acides, capables de dissoudre rapidement des composés presque insolubles dans l’eau. Mais n’oublions pas que le but de notre étude est de prouver que l’eau est sans équivoque la seule matrice chimique pouvant servir de matrice chimique à la vie. Or dans la vie organique, certaines molécules qui « baignent » dans le cytoplasme des cellules, seraient inévitablement dissous si la matrice était plus réactive.
Une autre donnée d’importance : on relève que l’eau possède -à première vue- deux défauts en matière de réactivité :

-  les composés contenant de longues chaînes paraffiniques, comme les lipides, sont pratiquement insolubles dans l’eau,
-  de nombreuses réactions de synthèse en chimie organique ne peuvent se produire qu’en l’absence de l’eau.

Or il s’avère aujourd’hui que ces deux défauts dans la réactivité, qui donnent l’impression d’un « fait exprès », sont au contraires deux preuves supplémentaires de l’adéquation de l’eau à la vie : la premier joue un rôle primordial dans le rôle vital de l’agencement de la cellule, le second concerne les nombreuses réactions de synthèses qui se réalisent dans des « chambres de réaction spéciales », excluant toute présence d’eau, au centre des protéines.

La viscosité de l’eau

Bien que cette propriété ne fut pas découverte par Henderson, Michael Denton s’est soucié de la compléter, comme propriété fondamentale permettent d’appuyer la thèse de l’adéquation. La viscosité de l’eau est l’une des plus faibles des liquides communs. Seuls les gaz à l’état liquide ont une viscosité généralement plus faible que l’eau. Mais cette viscosité est encore une fois inscrite dans un équilibre :

« L’eau perdrait toutefois en adéquation si sa viscosité était bien inférieure à celle de la sienne. Les structures des êtres vivants seraient soumises à des mouvements bien plus violents, sous l’action des forces de cisaillement [2], si la viscosité de l’eau avoisinait celle de l’hydrogène liquide. Des forces de cisaillement se manifestent au sein d’une structure lorsqu’une force appliquée à cette dernière tend à distordre sa forme. Une structure composée de poix, douée d’une forte viscosité, résistera bien plus efficacement aux forces de cisaillement qu’une structure composée de mélasse. [...] Si la viscosité était plus faible, les structures fragiles seraient facilement désorganisées par des forces de cisaillement et l’eau serait incapable de fournir un soutien à des structures microscopiques complexes permanentes. La délicate architecture moléculaire de la cellule ne pourrait probablement pas perdurer, tandis que les organes d’organismes complexes de grande dimension seraient brutalement ballottés de façon continuelle, même dans le cadre de mouvements doux ». [3]

L’eau et l’homme

Jusqu’à présent toutes les propriétés physico-chimiques ont prouvé que l’eau était sans doute la seule espèce pouvant prétendre à être la matrice de la vie. Mais il est encore plus intéressant de constater que chacune de ses propriétés indépendantes semblent s’assembler pour servir la même finalité biologique :

« Considérons par exemple l’altération des roches et son résultat final, la distribution dans toute l’hydrosphère des minéraux indispensables aux êtres vivants par le biais rivières puis des mers. C’est grâce à la tension de surface élevée que l’eau pénètre dans la fissure des roches ; c’est cette anormale dilatation lors de la congélation qui fait éclater les roches, engendrant de nouvelles fissures et accroissant la surface accessible à l’action dissolvante de l’eau, grâce à laquelle des éléments chimiques peuvent être extraits des roches et passer en solution. Par ailleurs, la glace possède la viscosité appropriée pour que les glaciers puissent éroder les roches brisées. [...] La faible viscosité de l’eau lui permet de s’écouler rapidement dans les rivières et dans les torrents de montagne, et de transporter à grande vitesse les minuscules particules abrasives de roche et de limon glaciaire, lesquelles vont accentuer les processus d’érosion des roches. La réactivité chimique de l’eau et son grand pouvoir dissolvant entrent aussi en ligne de compte, permettant l’extraction et le passage en solution des éléments minéraux contenus dans les roches et, finalement leur distribution dans toute l’hydrosphère ». [4]

En s’abreuvant l’homme va alors contribuer à sa survie, oubliant parfois que cet eau est loin d’être ordinaire. Il est la fin de cette chaîne, comme si cet énorme univers se dirigeait vers lui, comme s’il était la finalité de la vie.

Il apparaît clairement maintenant que si nous prenons à la fois les conclusions faites sur toutes ses propriétés « que si l’eau n’existait pas, il faudrait l’inventer ». Aucun liquide ne peut concurrencer l’eau sur le modèle d’une vie fondée sur le carbone. Et s’il existe une vie quelque part dans le cosmos, il doit forcément y avoir de l’eau. Avec toutes ces propriétés simultanément adéquates, nous disposons de suffisamment de preuves selon lesquelles les lois de la nature ont été façonnées de manière propice à assurer la vie des êtres vivants. Il y a donc une relation étroite entre la matière et la vie sur terre et l’eau est l’un de ses principaux vecteurs. Nous verrons les fois prochaines d’autres éléments venant s’inscrire dans cette thèse, remise en cause pertinente et argumentée, et non pas seulement une infirmation gratuite de la théorie de l’évolution.

 

[1] Richard Bentley, Confutation of Atheism from the Origin and Frame of the World, 1693

[2] Michael Denton, L’évolution a-t-elle un sens ? Editions Fayard p65

[3] Paley, The Miscellaneous Works of William Paley, Baldwin and Co, Londres

[4] La chaleur latente correspond à la chaleur absorbée lorsqu’un solide fond ou qu’un liquide s’évapore.

[1L’évolution a-t-elle un sens ?, Michael Denton , Editions Fayard, p81

[2] Des forces de cisaillement s’exercent au sein d’une couche d’un matériau donné lorsque la sous-couche supérieure presse sur la sous-couche inférieure, avec une force orientée parallèle à sa surface. Les forces de cisaillement sont responsables des glissements de terrain ; elles permettent également à la couche supérieure d’un glacier de glisser sur les couches inférieures.

[3] Ibid p93

[4] Ibid p84-85

Abdelhak O.

e6un7

La vie dans la tombe

SHeikh Ibn BâZ (rahimahullâh) a expliqué qu’en un premier temps, il est obligatoire de savoir que tout croyant et toute croyante se doit de croire véritablement aux informations données par Allâh dans Son livre ou par le biais de Son messager (sallallahu ’alayhi wa salam).Ces choses concernent les affaires de l’au-delà et le règlement des comptes, ainsi que le paradis et l’enfer, la mort, le châtiment et les délices de la tombe, ainsi que toutes les affaires touchant le monde de l’invisible dans le Qor’ân ou l’authentique Sounnah purifiée. Nous devons porter foi à cela, nous y soumettre et y croire sincèrement. Car nous savons que notre Maître est véridique. Ce qu’Il dit et rapporte est vrai comme Il l’a affirmé :

« Et quant à ceux qui ont cru et fait de bonnes œuvres, Nous les ferons entrer bientôt aux Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Promesse d’Allâh en vérité. Et qui est plus véridique qu’Allâh en parole ? »

[1]Et :« Où que vous soyez, la mort vous atteindra, fussiez-vous dans des tours imprenables. »

[2]Nous savons aussi que le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa salam) est le plus véridique des hommes, et qu’il ne parlait pas sous l’impulsion de la passion et ne faisait que rapporter la révélation qu’il recevait. Ce qui a été rapporté de lui dans des traditions authentiques est une chose à laquelle nous devons croire, même si nous n’en comprenons pas véritablement le sens. Notre obligation est de croire à ce qu’il nous rapporte au sujet de l’au-delà : le paradis, l’enfer, les délices réservés aux gens du paradis et le châtiment infligé aux gens de l’enfer. Le châtiment subi dans la tombe, les délices que l’on y reçoit et le retour de l’âme au corps du mort, tout cela est véridique et se confirme dans les textes. L’adorateur [d’Allâh] doit l’accepter et ajouter foi à tout ce qu’il apprend dans le Qor’ân, dans la Sounnah authentique et dans le consensus des savants de l’Islâm. Aussi, par le biais d’Allâh, si le croyant ou la croyante arrive à pénétrer la sagesse ou les secrets dans cela, ceci est un bien pour un bien [encore meilleur], lumière sur lumière, et une connaissance pour une science [encore meilleure]. Qu’il loue Allâh et rende grâce pour ce qu’Allâh lui a accordé en connaissance, en science, et perception qui lui ont permis d’accroître ses connaissances et renforcer sa tranquillité.

Concernant les questions dans la tombe et de l’état du mort à ce moment-là, ces questions sont une vérité. Et l’on restitue au mort son âme. Des informations authentiques rapportées d’après le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) indiquent que le mort mène dans sa tombe une vie différente de celle d’ici-bas. C’est une vie intermédiaire différente de celle que l’on avait déjà menée et pendant laquelle on avait besoin de manger et de boire et autres choses semblables. C’est une vie particulière qui permet de comprendre des questions et d’y répondre.

Deux anges lui diront : « Qui est ton prophète ? Qui est ton Maître ? Quelle est ta religion ? » Le croyant dira : « Mon Maître est Allâh, ma religion l’Islâm et mon prophète Muhammad ». C’est de cette manière que seront questionné le croyant et la croyante et qu’ils répondront. Et puis on dira à l’adorateur [d’Allâh] : « Que sais-tu de cet homme (Muhammad) ? » - Il dira : « Il est le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) ; il nous a apporté la vérité et nous avons cru en lui et l’avons suivi ». On lui dira alors : « Nous savons que tu étais croyant ».Et on lui ouvrira une porte qui débouche sur le paradis et il en recevra le souffle et les bienfaits. Et puis on lui dira : tu resteras là jusqu’à ce qu’Allâh te ressuscite. Mais on lui montrera sa place en enfer et lui dira : voilà la place que tu aurais occupée si tu n’avais pas cru en Allâh. Maintenant Allâh t’en a sauvé et tu es revenu au paradis.

Quant au mécréant, si on l’interroge sur son Maître, sur sa religion et sur son prophète, il dit : « Hâ ! Hâ ! Je ne sais pas. J’ai entendu les gens dire des choses et j’en ai fait de même ». On lui assènera un coup avec une barre de fer et il lancera un cri que tout être entendra à l’exception des djinns et des hommes. Et puis on lui ouvrira une porte qui débouche sur l’enfer et on rendra sa tombe si étroite que ses côtes se croiseront. Sa tombe se transformera en une fosse infernale et on lui ouvrira une porte d’où viendra un vent de l’enfer en guise de châtiment. On lui dira : voici ta place jusqu’à ce qu’Allâh te ressuscite. On lui ouvrira encore une porte qui débouche sur le paradis et lui dira : ceci serait ta place si Allâh t’avait bien guidé ».

Cela permet de savoir que la tombe peut être soit un des jardins, des jardins du paradis, soit un des fossés, des fossés de l’enfer. Le châtiment et le bienfait s’appliquent dans la tombe aussi bien au corps qu’à l’âme. Et il en est de même dans l’au-delà au paradis ou en enfer. Quant à celui qui meurt noyé, brûlé ou dévoré par un fauve, son âme recevra sa part de châtiment ou de bonheurs. Cette part l’atteindra sur terre ou en mer ou dans le ventre des fauves ou dans n’importe quel autre endroit, en fonction de la volonté d’Allâh. Mais la majeure partie du châtiment ou des délices qui touchent l’âme seront subit éternellement, que ce soient les délices, ou que ce soit le châtiment. L’âme du croyant va au paradis. Le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) a dit : « l’âme du croyant est un oiseau qui perche sur les arbres du paradis et se nourrit de leurs fruits. Et l’âme du mécréant ira en enfer ».

L’obligation qui incombe à tout musulman et à toute musulmane est d’accepter avec soumission les informations données par Allâh - ’Azza Wa Djal - et par Son Messager (sallallahu ’alayhi wa salam). Ils doivent y croire de la manière voulue par Allâh - ’Azza Wa Djal - même si un côté de leur signification n’est pas clair pour l’adorateur [d’Allâh]. Car la sagesse parfaite appartient à Allâh - Subhânahu. [3]

Notes
[1] Coran, 4/122

[2] Coran, 4/78

[3] Madjmu’ Fatâwa du SHeikh Ibn BâZ, 8/338

ve6un7


La vie et la mort vue d’un angle médico-islamique


image002_gif-assalam-alaykoum.gif

Par : Docteur Salama ESSAKA

Chef de service et Professeur de cardiologie à la faculté de médecine d’Alexandrie

La vie a des aspects et des signes particuliers, ainsi qu’un sens bien défini. Les protéines, le protoplasme et l’eau ne sont pas synonymes de la vie, puisque la cellule avec touts ses composants pourrait être morte ou vivante, et l’organisme dans sa globalité avec toutes ses cellules, ses tissus et ses organes pourrait

être lui aussi mort ou vivant.

Lorsque l’organisme perd la qualité de la vie et passe à l’état de la mort, sa composition connue reste constante et ne varie pas pendant un certain temps, après lequel la décomposition vers ses composants élémentaires va s’entamer.

C’est alors que la vie est indépendante par elle-même, une chose contrariant l’organisme senti, une chose qui parvient dans les cellules et les organismes pour leur donner des spécificités et des qualités senties, et leur donner une force pour la survie et la croissance afin de rester sans décomposition…. Jusqu’à un terme bien défini.

Si on examine bien la notion de la vie on trouverait qu’elle a plus qu’un seul aspect. Le créateur,  gloire à lui s’est individualisé avec la vie absolue et éternelle, qui n’a ni début ni fin... Il n'y a rien qui Lui ressemble (ليس كمثله شيء) La consultation (Achoura)-11, et lorsqu’il veut une chose il lui dit seulement : "Sois"; et elle est aussitôt (كن فيكون)La famille d'Imran (Al-Imran)-47, et c’est lui qui du mort fait sortir le vivant, et du vivant, fait sortir le mort (يخرج الحي من الميت ويخرج الميت من الحي), Les bestiaux (Al-Anam)-95 , et c’est Lui qui a créé l’homme à partir d’une chose méconnue S'est-il écoulé pour l'homme un laps de temps durant lequel il n'était même pas une chose mentionnable (هل أتى على الإنسان حين من الدهر لم يكن شيء مذكوراً)L'homme (Al-Insan)-1 

 L'homme ne se rappelle-t-il pas qu'avant cela, c'est Nous qui l'avons créé, alors qu'il n'était rien ?  (أولا يذكر الإنسان أنا خلقناه من قبل ولم يك شيئاً) Marie (Maryam)-61, et c’est lui qui a créé la vie comme il a créé la mort, et chacun d’eux est l’un de ses secrets.. Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de savoir) qui de vous est le meilleur en œuvre, (الذي خلق الموت والحياة ليبلوكم أيكم أحسن عملاً) La royauté (Al-Mulk)-2, et toutes les créatures s’inspirent de lui une certaine forme de vie limitée ainsi qu’une existence temporaire, et il n’y pas de créature qui vie dans l’éternité, mais la mort et l’anéantissement représentent la fin de toutes les créatures Toute âme goûtera la mort (كل نفس ذائقة الموت) L'araignèe (Al-Ankabut)-57. Tout ce qui est sur elle [la terre] doit disparaître,. [Seule] subsistera La Face [Wajh] de ton Seigneur, plein de majesté et de noblesse.. كل من عليها فان * ويبقى وجه ربك ذو الجلال والإكرامLe Tout Miséricordieux (Ar-Rahman)-36-37

Certes, toute la création (qu’on perçoit ou pas d’ailleurs)  abouti à une fin forcée dont seul Dieu est en connaissance …Le jour où Nous plierons le ciel comme on plie le rouleau des livres. Tout comme Nous avons commencé la première création, ainsi Nous la répéterons; c'est une promesse qui Nous incombe et Nous l'accomplirons !

(يوم نطوي السماء كطي السجل للكتب * كما بدأنا أول خلق نعيده وعداً علينا إنا كنا فاعلين) Les prophètes (Al-Anbiya)-104, et toutes les créatures sont en relation avec le créateur par l’intermédiaire de l’adoration et de la sacralisation…tout ce qui est dans les cieux et dans la terre le glorifie et prosterne pour lui…C’est alors une vie générale qui englobe l’univers en entier et qui apparaît avec des aspects dont on arrive pas à percevoir la plupart d’eux à cause de nos sens humains très limités, mais cela est une vérité et une réalitéEt il n'existe rien qui ne célèbre Sa gloire et Ses louanges. Mais vous ne comprenez pas leur façon de Le glorifier(وإن من شيء إلا يسبح بحمده ولكن لا تفقهون تسبيحهم إنه كان حليماً غفوراً) Le voyage nocturne (Al-Isra)   -44.

Quand on évoque le mot -vie-, il parvient à notre esprit son sens absolu, qui concerne l’homme, l’animal et le végétal, et cela, parce qu’ils ont des aspects ainsi que des  caractères spécifiques qui les distinguent du reste des créatures, qui sont pour nous         -inertes-. Et parmi les aspects et les caractères les plus importants qui désignent la vie, on retrouve le mouvement et l’émotion, cette dernière regroupe la sensibilité et la réaction face aux différents stimuli…tout cela à côté d’autres aspects qui sont moins signifiants telle que la croissance par exemple.

Mais si on se réfère au Saint Coran on  retrouve que ces aspects et ces caractères existent vraiment mais ils ne sont pas des critères que l’on peut utiliser pour définir le vivant… C’est alors que les molécules ainsi que les atomes avec ce qu’ils contiennent (comme des électrons par exemple) sont en perpétuel mouvement, même pour la terre et ses  grains dès que Nous y faisons descendre de l'eau elle remue et se gonfle (فإذا أنزلنا عليها الماء اهتزت وربت), Le pèlerinage (Al-Hajj)-6, et les montagnes qui nous apparaissent fixes sans mouvement dans l’univers Et tu verras les montagnes - tu les crois figées - alors qu'elles passent comme des nuages. Telle est l'oeuvre de Dieu qui a tout façonné à la perfection. (تحسبها جامدة وهي تمر مر السحاب صنع الله الذي أتقن كل شيء) Les fourmis (An-Naml) 88 , et le soleil qui court vers un gîte qui lui est assigné(تجري لمستقرها) Ya-Sin-38, Les planètes, les étoiles et les galaxies et chacun vogue dans une orbite .  ( كل في فلك يسبحون) Ya-Sin-40…Mais en allant plus loin encore avec l’univers matériel, avec toutes ses galaxies et tous leurs mouvements, on retrouve qu’il est lui-même en perpétuel mouvement et cela  vers une expansion continue. Le ciel, Nous l'avons construit par Notre puissance : et Nous l'étendons [constamment] : dans l'immensité. (والسماء بنيناها بأيد وإنا لموسعون) Qui éparpillent (Ad-Dariyat)-47 

Une vie  avec un perpétuel mouvement comme une bête qui ne se lasse pas et qui n’en finit jamais… Un mouvement harmonieux dans l’existence entière… Des atomes jusqu’aux galaxies. 

Alors que pour l’émotion (et la sensibilité), le Coran nous projette la lumière sur ses détails et ses métaphysiques, et nous informe sur son existence dans toute chose… Et voyons par exemple le ciel et la terre lorsqu’elles reçurent l’ordre du créateur et qui répondirent par obéissance : Il S'est ensuite adressé au ciel qui était alors fumée et lui dit, ainsi qu'à la terre : "Venez tous deux, bon gré, mal gré". Tous deux dirent : "Nous venons obéissants".  ( ثم استوى إلى السماء وهي دخان فقال لها وللأرض ائتيا طوعاً أو كرهاً قالتا أتينا طائعين) Les versets détaillés (Fussilat)-11, et  les pierres sourdes, -inertes selon nous- d'autres s'affaissent par crainte de Dieu

 ( وإن منها لما يهبط من خشية الله ) La vache (Al-Baqarah)-74Obéissance, soumission et crainte du créateur Si Nous avions fait descendre ce Coran sur une montage, tu l'aurais vu s'humilier et se fendre par crainte de Dieu ( لو أنزلنا هذا القرآن على جبل لرأيته خاشعاً متصدعاً من خشية الله ) L'exode (Al-Hasr)-21 

...Une créature qui tremble et qui se fissure par crainte de Dieu… Et citons aussi le feu qui a délaissé ses principales qualités en recevant l’ordre de son seigneur-. Nous dîmes : "Ô feu, sois pour Abraham une fraîcheur salutaire".( يا نار كوني برداً وسلاماً على إبراهيم ) Les prophètes (Al-Anbiya) -69, et le feu de l’enfer qui réagit et s’intensifie par rage en voyant les criminels. Quand ils y seront jetés, ils lui entendront un gémissement, tandis qu'il bouillonne. Peu s'en faut que, de rage, il n'éclate (إذا ألقوا فيها سمعوا لها شهيقاً وهي تفور* تكاد تميز من الغيظ) La royauté (Al-Mulk)-7-8…Et cette rage n’est qu’une colère intense …Une émotion ressentie par le feu…Et je vous invite aussi à réfléchir sur ce verset comme dernier exemple : Nous avions proposé aux cieux, à la terre et aux montagnes la responsabilité (de porter les charges de faire le bien et d'éviter le mal). Ils ont refusé de la porter et en ont eu peur, alors que l'homme s'en est chargé; car il est très injuste [envers lui-même] et très ignorant.(إنا عرضنا الأمانة على السماوات والأرض والجبال فأبين أن يحملنها وأشفقن منها وحملها الإنسان إنه كان ظلوماً جهولاً) , Les coalisès (Al-Ahzab)      72-  Ces créatures que l’homme  classifie parmi les créatures inertes qui n’ont pas de vie, alors qu’elles ont la faculté de sentir et choisir afin de pouvoir accepter ou refuser une proposition…Et on a vu les cieux, la terre et les montagnes refuser la sauvegarde du dépôt en sentant sa grandeur et sa dangerosité ….. Des créatures avec un aspect de la vie qu’on arrive pas à percevoir ou à sentir, c’est une vie spécifique à ce genre de créatures (dites inertes), une vie métaphysique qui se cache derrière nos sens handicapés  et notre perception limitée et qu’on ne peut connaitre son existence que par l’intermédiaire de la révélation de Dieu à son prophète- paix et bénédiction sur lui-… toute chose dans cet univers  glorifie Dieu… Mais vous ne comprenez pas leur façon de Le glorifier. (ولكن لا تفقهون تسبيحهم) Le voyage nocturne (Al-Isra)-44

Toute chose dans l’univers est vivante mais avec des critères spécifiques dont le savoir se trouve chez le créateur… 

Et c’est ainsi que toutes les créatures dans cet univers se réunissent autour d’un seul but et une seule raison principale qui concerne l’être humain également N'as-tu pas vu que c'est devant Dieu que se prosternent tous ceux qui sont dans les cieux et tous ceux qui sont sur la terre, le soleil, la lune, les étoiles les montagnes, les arbres, les animaux, ainsi que beaucoup de gens ? Il y en a aussi beaucoup qui méritent le châtiment:( ألم تر أن الله يسجد له من في السموات ومن في الأرض والقمر والنجوم والجبال والشجر والدواب وكثير من الناس وكثير من حق عليه العذاب) Le pèlerinage (Al-Hajj)-18.

 

La vie telle qu’on la perçoit

                   Le Créateur a défini un sens particulier pour la vie…Un sens linguistique ainsi qu’un sens législatif, il nous a montré que la vie et la mort sont des contraires, et que la vie se résume sur la vie humaine (ainsi que la vie animale et végétale), et ce qui est en dehors de cela est à l’extérieur de notre perception Dieu n'impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité (لا يكلف الله نفساً إلا وسعها) La vache (Al-Baqarah)-286 ; Et c’est ainsi que le sens de la vie humaine s’est établi chez nous avec des aspects et des signes particuliers dont la perte signifie la mort de l’individu... Est-ce que celui qui était mort et que Nous avons ramené à la vie.( (أو من كان ميتاً فأحييناهLes bestiaux (Al-Anam)-122 

Et en ce qui concerne le mot -vie-, il signifie aussi -mort- parce que chaque vivant connaîtra certainement la mort et c’est dans ce contexte que Dieu dit : En vérité tu mourras et ils mourront eux aussi,  (إنك ميت وإنهم ميتون) Les groupes (Az-Zumar)-30, comme une confirmation de l’obligation de la mort de chaque être humain… Personne n’en échappera, c’est ainsi la loi du créateur dans sa créationEt la loi du Seigneur est immuable.  ( ولن تجد لسنة الله تبديلاً) Les coalisès (Al-Ahzab)-62 

Alors que la vie des autres créatures hormis les humains, les animaux et les végétaux ne prend pas cette appellation de -vie- parce qu’elle ne contient pas les aspects de la vie connus dans le monde des vivants et on la qualifie plutôt par le terme d’­-inerte-. Avec l’exposition de la réalité de la vie humaine d’un point de vue théorique et  selon les résultats de la recherche scientifique dans tous les domaines, on trouve que le sens de la-vie- est inconnu chez les gens…L’existence de la vie dans l’organisme est connue par des signes et des aspects particuliers. La seule cellule est un être vivant en lui-même qui croit  et  avance dans l’âge en passant par plusieurs étapes de la vie , commençant par le jeune âge est aboutissant à la fin au vieillissement qui précède la mort…Lorsque la vie de la cellule perdure dans le temps, elle voit l’apparition des signes du vieillissement, et ses organites commencent à dégénérer et son dynamisme ainsi que son métabolisme diminuent…La loi générale de la vie s’établit dessus ainsi que la tradition de dieu pour sa création A quiconque Nous accordons une longue vie, Nous faisons baisser sa forme. Ne comprendront-ils donc pas ? ( ومن نعمره ننكسه في الخلق) Ya-Sin-86

L’organisme d’un être vivant peut être constitué uniquement d’une cellule indépendante des autres, comme est le cas de plusieurs autres créatures microscopiques unicellulaires tels que les bactéries, les amibes et quelques champignons et algues. La seule cellule unique peut réaliser toutes les fonctions biologiques et cela, sans avoir besoin de coopérer avec les autres cellules.

Ces êtres unicellulaires peuvent se réunion en des groupes ou des colonies, et elle s’adhèrent et apparaissent comme une unité cohésive, sauf que dans la réalité, chaque cellule garde son indépendance fonctionnelle, c’est ainsi qu’on voit des groupes avec des relations entretenues entre leurs éléments, ce qui permet le maintien de l’ensemble et permet une certaine coopération afin de faire face aux changements de conditions environnementales, surtout en ce qui concerne les variations de température, d’hygrométrie et de nutriments….etc.

Le fait que chaque cellule ait une durée de vie définie, a comme  conséquence  directe la mort à chaque seconde, de millions de cellules dans le corps humain…Mais cela va sans conséquences au niveau de la composition de l’organisme et l’activité de ses organes,…L’origine de cet équilibre revient à la prolifération des cellules, ce qui approvisionnent l’organisme de nouvelles cellules qui ont la même composition et les  mêmes fonctions que les cellules qui ont péri. Et si on examine bien la société humaine dans le monde, avec ses différents individus, tribus et nations, on verra combien ça ressemble et comment cela est calqué sur la société composant l’organisme humain avec toutes ses cellules, tissus, organe et systèmes.

De la même façon que les cellules meurent chaque instant sans influencer l’existence du corps et sa vie, les humains meurent eux aussi en milliers et en millions sans influencer l’existence humaine sur terre... Et il se peut qu’on voie des nations et des civilisations entières périr et s’anéantir sans voir d’impact au niveau de la vie de l’espèce humaine et de son existence.

Notre Créateur unique nous a donné quelques exemples sur des cas de résurrection après la mort dans la vie d’ici bas même, comme des preuves pour nous. Dieu a utilisé comme intermédiaire de résurrection certains de ses prophètes pour que ça soit des miracles prouvant la véracité de leurs messages. On peut voir dans ce contexte le prophète Ibrahim -paix sur lui- qui se dirige vers Dieu et demande : "Seigneur ! Montre-moi comment Tu ressuscites les morts", Dieu dit : "Ne crois-tu pas encore ?" "Si ! dit Abraham; mais que mon coeur soit rassuré". "Prends donc, dit Dieu, quatre oiseaux, apprivoise-les (et coupe-les) puis, sur des monts séparés, mets-en un fragment ensuite appelle-les : ils viendront à toi en toute hâte. Et sache que Dieu est Puissant et Sage."(ربي أرني كيف تحيي الموت * قال أولم تؤمن قال بلى ولكن ليطمئن قلبي * قال فخذ أربعة من الطير فصرهن إليك ثم أجعل على كل جبل منهن جزءاً ثم أدعهن يأتينك سعياً * واعلم أن الله عزيز حكيم)La vache (Al-Baqarah)-260…Et Moïse -paix sur lui-qui jette sa canne par l’ordre de Dieu...Il la jeta : et la voici un serpent qui rampait. (فإذا هي حية تسعى) Ta-Ha-20…Un signe pour lui ainsi que pour le Pharaon, et l’ordre de Dieu qui arrive, et avec lui la vie qui reprend naissance chez le mort. Nous dîmes donc : "Frappez le tué avec une partie de la vache". - Ainsi Dieu ressuscite les morts et vous montre les signes (de Sa puissance) afin que vous raisonniez.( كذلك يحيى الله الموتى ويريكم آياته لعلكم تعقلون) La vache (Al-Baqarah)-73

Moïse encore une fois, lorsqu’il a choisi soixante dix hommes parmi son peuple pour rencontrer son dieu et  lorsqu’ils ont demandé de voir Dieu ouvertement, le châtiment leur a tombé dessus et ils ont tous perdu leurs vies,  puis Dieu les a ressuscités après leur mort…Le Coran nous raconte l’histoire de celui qui passait par un village désert et dévasté : "Comment Dieu va-t-Il redonner la vie à celui-ci après sa mort ?" dit-il.          Dieu donc le fit mourir et le garda ainsi pendant cent ans. Puis Il le ressuscita (مر على قرية وهي خاوية على عروشها* قال: أنى يحيي هذه الله بعد موتها فأماته الله مائة عام ثم بعثه) La vache (Al-Baqarah)-259…Et après, il a vu avec ses propres yeux comment les os abîmés regagnent la vie et se reforment puis se recouvrent de chair…Le Coran nous informe aussi de quelques autres situations. N'as-tu pas vu ceux qui sortirent de leur demeures, - il y en avait des milliers, - par crainte de la mort ? Puis Dieu leur dit : "Mourez". Après quoi Il les rendit à la vie. ( الذين خرجوا من ديارهم وهم ألوف حذر الموت فقال لهم الله موتوا ثم أحياهم )La vache (Al-Baqarah)-243, et sans oublier Jésus-paix sur lui- qui, à partir d’argile faisait des formes d’oiseaux, puis insufflait dessus pour qu’ils deviennent vivants avec la permission de Dieu, ainsi il ressuscitait les morts avec la permission de Dieu  toujours …C’est la puissance de Dieu, et c’est Celui qui a créé la mort et la vie (الذي خلق الموت والحياة) La royauté (Al-Mulk)-2, et devant lequel l’homme reste impuissant, face à sa grandeur et son savoir étendu, c’est lui qui a dit, parole de vérité... Et on ne vous a donné que peu de connaissance ( وما أوتيتم من العلم إلا قليلاً)Le voyage nocturne (Al-Isra)-85, et le miracle de la vie se répète devant les gens dans chaque lieu et chaque temps, et reste un signe parmi les signes de Dieu et un secret qui s’attribue à son propre savoir….. La vie de l’homme commence par un destin et s’achève à un terme que seul Dieu connaît d’avance...Et personne ne sait ce qu'il acquerra demain, et personne ne sait dans quelle terre il mourra  (وما تدري نفساً ماذا تكسب غداً وما تدري نفس بأي أرض تموت) Luqman-34…Et lorsque ce terme arrive, nul obstacle ne pourra lui faire face, et aucune créature ne pourra l’empêcher Où que vous soyez, la mort vous atteindra, fussiez-vous dans des tours imprenables ( أينما تكونوا يدرككم الموت ولو كنتم في بروج مشيدة)... Les femmes (An-Nisa')-78 …Il n’y a aucun échappatoire de la volonté de Dieu… Dis : "La mort que vous fuyez va certes vous rencontrer. (إن الموت الذي تفرون منه فإنه ملاقيكم) Le vendredi (Al-Jumua)-8 

 

Vivant non mort

                  La vie et La mort sans des contraires selon la constatation et le rapport du livre saint et c’est Dieu qui a créé la mort et la vie.  ( خلق الموت والحياة) , La royauté (Al-Mulk)-2 et c’est Lui qui du mort, Il fait sortir le vivant, et du vivant, Il fait sortir le mort  (يخرج الحي من الميت ويخرج الميت من الحي , Les romains (Ar-Rum)-19 et qui parle aux gens en disant : Comment pouvez-vous renier Dieu alors qu'Il vous a donné la vie, quand vous en étiez privés ? Puis Il vous fera mourir; puis Il vous fera revivre et enfin c'est à Lui que vous retournerez. (كيف تكفرون بالله وكنتم أمواتاً فأحياكم ثم يميتكم ثم يحيكم ثم إليه ترجعون) La vache (Al-Baqarah)-28 , et c’est lui, le créateur unique qui fait vivre et qui fait mourir:( يحيى ويميت)Le fer (Al-Hadid)-2 …Et encore pleins d’autre versets qui parlent de ces deux états qui sont la vie et la mort, sans étape intermédiaire entre les deux… 

 La mort de l’individu signifie sa fin d’existence sur terre, et cela de la façon connue, et lors du dernier jour, toutes les formes de vie sur terre verront cette fin ensemble. 

Et la vie de l’être humain s’achève par la volonté de Dieu... Dieu reçoit les âmes au moment de leur mort ainsi que celles qui ne meurent pas au cours de leur sommeil. Il retient celles à qui Il a décrété la mort, tandis qu'Il renvoie les autres jusqu'à un terme fixé.(الله يتوفى الأنفس حين موتها * والتي لم تمت في منامها فيمسك التي قضى عليها الموت ويرسل الأخرى إلى أجل مسمى) Les groupes (Az-Zumar)- 42 

, et pour la mort, il existe un instant donné ainsi qu’un terme prédéfini qui ne devance pas et ne diffère jamais Quand leur terme vient, ils ne peuvent le retarder d'une heure et ils ne peuvent le hâter non plus.(فإذا جاء أجلهم لا يستأخرون ساعة ولا يستقدمون) Al-Araf-34 

Et c’est ainsi que l’instant de la mort est défini par l’achèvement du terme... 

 ( وما كان لنفس أن تموت إلا بإذن الله كتاباً مؤجلاً) Al-Araf-145

Et même si les versets coraniques ainsi que les paroles du prophète parlent de la fin de la vie de l’homme et de sa mort, cela sous entend toujours l’opération d’encaissement de l’âme. Autant qu’il existe des indications succinctes à propos de cela, comme on le retrouve dans la parole du prophète Mohammed paix et bénédictions sur lui « lorsque vous assisteriez vos mourants, fermez leur les yeux, car le regard suit l’âme » une autre indication du Saint Coran cette fois-ci sur l’agonie précédant la mort. L'agonie de la mort fait apparaître la vérité : "Voilà ce dont tu t'écartais".(وجاءت سكرة الموت بالحق ذلك ما كنت منه تحيد) Qaf-19

Et si tu voyais les injustes lorsqu'ils seront dans les affres de la mort, et que les Anges leur tendront les mains (disant) : "Laissez sortir vos âmes. Aujourd'hui vous allez être récompensés par le châtiment de l'humiliation pour ce que vous disiez sur Dieu d'autre que la vérité et parce que vous vous détourniez orgueilleusement des Ses enseignements".

ولو ترى إذ الظالمون في غمرات الموت والملائكة باسطوا أيديهم أخرجوا أنفسكم * اليوم تجزون عذاب الهون بما كنتم تقولون على الله غير الحق وكنتم عن آياته تتكبرون 

Les bestiaux (Al-Anam)-93 

Mais cela reste loin d’être traité avec la raison ou l’expérience…

 

Vie, vie, vie…

                  Si on dit que l’être humain est corps, vie et âme, c’est parce qu’on est capable de distinguer plusieurs formes de vie ; Il existe ainsi la vie cellulaire qui est la propre vie de la cellule avec tous ses aspects, et après cela , il y a la vie du corps ou encore la vie organique qui représente la vie des organes où des milliards de cellules se réunissent toutes dans un système précis et harmonieux pour réaliser une fonction bien définie qui est la fonction de cet organe, tels que les reins, le cœur, ou le foie par exemple… Et les différents organes ont des fonctions complémentaires afin d’assurer le bon fonctionnement de l’organisme… Ce qui lui permettra de jouir avec tous les aspects de la vie comme la locomotion, la sensibilité, l’émotion, la respiration, l’alimentation, l’excrétion et la reproduction…etc.

Finalement, on va parler de la vie humaine plus spécifiquement…

Ce n’est que lorsque l’âme est insufflée dans le corps, qu’on va voir apparaître de nouveaux éléments comme la capacité d’apprendre, de se rappeler, de réfléchir, de choisir et de raisonner…En plus de la capacité de sentir les variations du temps. L’âme donne aussi au corps vivant la force de survivre…La survie cellulaire ainsi  que la survie organique sont liées à la présence de l’âme… une âme qui n’accepte pas la division … et lorsqu’un organe voit son détachement du reste, il perd rapidement sa capacité de survivre et meurt à cause de sa séparation avec l’âme…Sauf s’il est reconnecté avec l’organisme originaire ou avec un autre organisme dont l’âme est en mesure de l’accepter et lui donner la capacité de survivre … Car la partie ablatée du corps humain est un tissu ou un organe , mais sans âme.

La -vie- humaine se caractérise par l’existence de l’âme puisque cette dernière ne s’insuffle pas dans un corps -mort- mais dans un embryon -vivant-.

Et c’est Dieu qui connait la façon d’insuffler l’âme, la façon de sa connexion avec les cellules et les différentes parties du corps, ainsi que la façon de la prendre pendant les rêves ou concernant sa sortie lors de la mort…

On peut dire que lors de l’éveil et en pleine conscience, la connexion entre l’âme et le corps est  une connexion complète et entière, alors qu’elle varie lors du sommeil et au moment de mourir.

Et là, on peut  se demander sur la possibilité du retour de l’âme dans les organes désunis si la possibilité de refaire la connexion entre les organes soit permise dans le corps d’origine au lieu de les transplanter dans des corps différents… En d’autres termes : Est  ce possible de voir l’âme regagner le corps initialement déchiqueté, après réunion de ses différentes pièces, et cela bien évidement avant la mort des cellules ?

Sans doute, la réponse sera négative, parce que le découpage du corps en de petites parties désunies va permettre la sortie totale de l’âme par manque d’un seuil minimal qui serait nécessaire à l’accueil de l’âme dans le corps, ce corps qui ne pourrait regagner sa vie qu’après le jour de la résurrection.

Traduit par Z. KHERRAF

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site