referencer site web - referenceur gratuit - $(document).ready(function(){ chargementmenu(); });

Les parents

Comment se comporter avec les parents non musulmans


islam respect tes parents & soi patient avec eux par turkishdu69140

C'est un point qui relève de la plus haute importance et cela se traduit par le fait qu’Allah – Louange à Lui, Le Très Haut, a étroitement associé Son droit à celui des parents, à plusieurs endroits dans le Saint Coran, comme dans Sa parole – Exalté Soit-Il – dit : « Et ton Seigneur a décrété : « N'adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère... » [S17. V23] ; Et Sa parole – Louange à Lui : « Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers (vos) père et mère... » [S04. V36] ; Et Sa parole – Exalté Soit-Il : « Dis: «Venez, je vais réciter ce que votre Seigneur vous a interdit: ne Lui associez rien; et soyez bienfaisants envers vos père et mère…» [S06. V151] ; Et Sa parole – Le Très Haut : « Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu'envers tes parents…» [S31. V14]

Aussi, Tout cela montre de façon évidente l'importance énorme accordée au droit des parents et l’obligation de faire preuve de bonté à leur égard et d’observer un bon comportement envers eux et veiller avec la plus grande attention à ne pas leur désobéir ou leur causé du tord.

Et bien que le discours autour de la bonté envers les pères et mères représente de grandes et vastes lignes ; toutefois, sur la demande de nos frères émérites, le discours sera restreint qu’à la partie qui concerne : « Le bon comportement de l’homme vis-à-vis de ses parents s’ils sont sur autre que l’Islam et dans l’associationnisme (qui vouent un culte à autre qu'Allah – Louange à Lui, Le Très Haut) » ou alors : « quelle devrait-être la relation du nouveau en Islam avec ses parents qui sont non-musulmans ? ».

Il ne fait aucun doute que celui qui est nouveau en Islam, se trouve dans le besoin le plus pressant à ce qu’on lui montre les préceptes de la religion et qu’on l’oriente dans ce domaine afin qu’il soit, dans sa relation avec ses parents, parfaitement informé du droit chemin d’Allah – Exalté Soit-Il ; pour qu’il n’agisse pas d’une manière qui lui semblerait être une chose faisant partie de la religion d’Allah – Louange à Lui, Le Très Haut – alors qu’il est dans l’erreur. Il causera du tord à lui-même et il aura mal agit dans sa relation avec ses parents

Allah – Louange à Lui, Le Très Haut – dans le Saint Coran, a montré la relation que doit avoir l’enfant musulman avec ses parents non-musulmans et ceci dans la sourate "L’araignée", Allah – Louange à Lui, Le Très Haut – dit : « Et Nous avons enjoint à l'homme de bien traiter ses père et mère, et «si ceux-ci te forcent à M'associer, ce dont tu n'as aucun savoir, alors ne leur obéis pas». Vers Moi est votre retour, et alors Je vous informerai de ce que vous faisiez. | Et quant à ceux qui croient et font de bonnes œuvres, Nous les ferons certainement entrer parmi les gens de bien. » [S29. V08/09]

Ces versets ont été révélés sous forme de recommandation à l’homme vis-à-vis de ses parents : « Et Nous avons enjoint à l'homme de bien traiter ses père et mère… » ; Et Sa parole : « bien traiter », englobe tous les sens de la bonté par la parole et par l’acte ; c'est-à-dire que la personne fait preuve de bonté à l’égard de ses parents avec de bonnes paroles et elle tient de bons propos et le discours qui convient à leur position et qui s’accorde à leur personne. Et il convient aussi d’agir avec eux en leur rendant service et en les assistant et en veillant à satisfaire les besoins des parents (etc.). Ceci est une recommandation d'ordre général parmi d’autres concernant la bonté et un moyens parmi d'autres pour faire le bien .

Il (Allah) dit : « et «si ceux-ci te forcent à M'associer, ce dont tu n'as aucun savoir…». », c'est-à-dire que si les parents sont dans l’associationnisme et la mécréance en Allah et qu’ils forcent leur enfant à commettre le Shirk (l’idolâtrie) ou à renier Allah ; et la signification du segment : « si ceux-ci te forcent », c'est-à-dire qu’ils font tout leur possible et ils reviennent souvent à la charge et réitèrent sans cesse leur demande envers leur enfant pour qu’il retourne vers l’idolâtrie et le Kufr (renier Allah – Louange à Lui, Le Très Haut) ;

Il dit : « et " si ceux-ci te forcent à M'associer, ce dont tu n'as aucun savoir…" ». Quant à Sa parole – Gloire à Lui, Le Très Haut : « ce dont tu n'as aucun savoir…», ceci est la définition qu’il convient de donner au Shirk (l’idolâtrie), car nul ne détient la science qui permet d’affirmer le bien-fondé du Shirk (l’idolâtrie). Le Shirk (l’idolâtrie) est non-valable et il n’y a aucune science valide qui permettrait d’affirmer le bien-fondé du Shirk (l’idolâtrie) ; et ceci vient souligner le fait que les polythéistes et les gens qui ont des croyances fondées sur des actes de Shirk (l’idolâtrie), des actes qui relèvent de la mécréance, [ces gens-là] ne disposent d’aucune preuve évidente ni d’aucune science valide pouvant démontrer le bien-fondé de ce sur quoi ils sont, absolument aucune !

Le Shirk (l’idolâtrie), nul ne détient la science pouvant démontrer son bien-fondé car tout n'est que fausseté et tout n'est qu'égarement et tout n'est que corruption ; et l’exemple de ceci se trouve dans la parole d’Allah - Louange à Lui, Le Très Haut : « Et quiconque invoque avec Allah une autre divinité, sans avoir la preuve évidente [de son existence]...» [S23. V117] », ceci est donc la définition qu’il convient de donner au Shirk (l’idolâtrie), qu’on ne peut dissocier (l’un de l’autre) et qu’il convient de lui donner.

Il (Allah) dit : « Et «si ceux-ci te forcent à M'associer, ce dont tu n'as aucun savoir, alors ne leur obéis pas»... » [S29. V08], c'est-à-dire : (ne leur obéis pas) à tout ce à quoi ils t’invitent à commettre comme idolâtrie et ce qui te pousse à renier Allah – Louange à Lui, Le Très Haut.

Le segment : « alors ne leur obéis pas », c'est-à-dire : ne réponds pas [aux attentes] de tes parents alors que ces derniers t’invitent à Lui (Allah) attribuer un quelconque associé – Louange à Lui, Le Très Haut. Il (Allah) a dit (ne leur obéis pas) et Il (Allah) n’a pas dit (montre-toi ingrat envers-eux)…et Il (Allah) n’a pas dit (montre-toi ingrat envers-eux) ; c'est-à-dire qu’il est demandé à l’enfant de faire preuve de bonté envers ses parents et d’observer un bon comportement dans ses relations avec ses parents, cependant, il n’a pas à leur obéir quant ils l’invitent à commettre l’idolâtrie et à renier Allah – Louange à Lui, Le Très Haut. En cela, il n'a pas à leur obéir, tandis que s’ils lui demandent un service ou une quelconque aide ou des choses semblables à cela, il se doit alors de leur obéir en cela et ceci est également montré de façon claire dans les autres versets, dans la "sourate Luqman", ainsi Allah – Gloire à Lui, Le Très Haut, dit : « Et si tous deux te forcent à M'associer ce dont tu n'as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas; mais reste avec eux ici-bas de façon convenable…» [S31. V15]. Il (Allah) a donc ordonné que l’on se comporte de façon convenable avec les parents dans ce bas monde, c'est-à-dire : par respect pour leur bonté et leur obligeance antérieur et pour cette compassion qui provenait de la mère et pour les dépenses supportées par le père ; il ne doit pas oublier cela, au contraire il doit veiller à se comporter de façon convenable avec eux mais il ne doit pas leur obéir, de façon absolue, lorsqu’ils l’invitent à associer à Allah un quelconque associé.

Et la fin du verset se termine par Sa parole : « …Vers Moi, ensuite, est votre retour, et alors Je vous informerai de ce que vous faisiez.» [S31. V15], il y a dans cela (ce verset) une dissuasion à faire le mal et une menace. Une dissuasion certes, pour celui qui fait preuve de bonté à l’égard de ses parents parce qu’il espère par cela qu’Allah – Louange à Lui, Le Très Haut, va le récompenser d’une immense récompense. Et il y a également une menace pour les deux parents polythéistes s’ils persistent dans leur polythéisme, sachant ce qui est réservé comme punition au polythéiste, le jour où il rencontrera Allah – Louange à Lui, Le Très Haut.

Ensuite, celui qui patiente sur le Tawhid et la Foi, et qui ne se laisse pas influencer par ce à quoi ses parents l’invitent lorsqu’ils l’invitent à associer à Allah un quelconque associé, et qu’il se comporte de façon convenable avec eux dans ce bas monde, il connaîtra [certainement] un dénouement fort louable et la fin heureuse le jour de la résurrection ; c’est la raison pour laquelle Allah a dit dans le verset qui vient à la suite : « Et quant à ceux qui croient et font de bonnes œuvres, Nous les ferons certainement entrer parmi les gens de bien.» [S29. V09]. Ainsi, il y a dans cela (ce verset) une recommandation pour celui qui est ainsi, qui patiente sur la Foi et la religion et qui ne se laisse aucunement influencer par ce à quoi ses parents l’invitent à commettre comme idolâtrie et ce qui le pousserait à renier Allah – Louange à Lui, Le Très Haut.

Aussi, l’enfant qui est dans cette situation, se doit de faire tout son possible pour exhorter son parent à aller vers cette religion et il se doit de faire tous les efforts possibles en cela, par la douceur et la bonté et par l’invocation continue et par la demande à Allah – Louange à Lui, Le Très Haut - avec insistance afin qu’Il guide ses parents ; il passe la nuit en prière selon ce qu’Allah aura permis et il invoque pour ses parents, pendant sa prosternation lorsqu’il accomplit les prières prescrites et celles qui sont surérogatoires ; il invoque afin qu’Il (Allah) guide ses parents . De ce fait, il rassemble pour ses parents, l’invocation et l’exhortation ; l’invocation : « c'est-à-dire invoquer Allah », et l’exhortation : « appeler ses parents à l’Islam avec douceur et la bonne parole », comme a fait Abu Hurayra (qu’Allah soit satisfait de lui) avec sa mère et l’histoire se trouve dans l’authentique de Mouslim et c’est une histoire d’une grande noblesse : Il (qu’Allah soit satisfait de lui) raconte en disant : « Je n’ai pas cessé d’appeler ma mère à l’Islam alors qu’elle était polythéiste. Aujourd’hui, je l’ai une fois de plus invitée à l’Islam mais elle a tenu des propos au sujet du Messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah sur lui) que je déteste.

Je me suis alors rendu chez le Messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah sur lui), les yeux pleins de larmes. Je lui dis : « Ô Messager d’Allah ! Je n’ai de cesse d’appeler ma mère à l’Islam mais elle me repousse toujours. Aujourd’hui, je l’ai une fois de plus invitée à l’Islam mais elle a tenu des propos à ton sujet que je déteste. Invoque Allah afin que la mère d’Abu Hurayra soit guidée (à l’Islam).

Le Messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah sur lui) dit alors : « Ô Allah ! Guide la mère d’Abu Hurayra.» ; Je ressortis porté par un grand élan d’espoir après cette invocation du Prophète d’Allah (paix et bénédictions d’Allah sur lui). Arrivé devant la porte, je la trouve fermée ; aussitôt après j’entendis ma mère me dire (sur le pas de la porte) : « Reste où tu es, ô Abu Hurayra ! », j’entendis ensuite le bruit de l’eau qui coulait. Il (Abu Hurayra) dit : « elle fit ses grandes ablutions (bain rituel) et enfila son vêtement puis elle s’empressa (d’aller vers la porte) tout en voulant mettre son Khimar (son grand voile) ; elle ouvrit la porte et dit : « Ô Abu Hurayra ! J’atteste que nul n'est en droit d'être adoré si ce n'est Allah et que Muhammad est Son serviteur et Son messager [ACH-HADOU AN LA ILAHA ILA ALLAH OUA ANNA MUHAMMAD ‘ABDOUHOU WA RASSOULOUH] ».

Il (Abu Hurayra) dit : « je ressortis pour aller voir le Messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah sur lui), pleurant de joie. Il (Abu Hurayra) dit : « Je lui dis : " Ô Messager d’Allah ! Réjouis-toi, Allah vient de répondre à ton invocation et Il a guidé la mère d’Abu Hurayra (à l’Islam). Il loua son Seigneur et prononça diverses évocations et ajouta d’autres paroles de bien.

Il (Abu Hurayra) dit : « Je lui demandai ensuite :" Ô Messager d’Allah ! Invoque Allah afin qu’Il nous fasse aimer de ses serviteurs croyants moi et ma mère et qu’Il nous permette de les aimer ". Le Messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah sur lui) dit alors : « Ô Allah ! Fait aimer ton petit serviteur que voici - c’est-à-dire Abû Hurayra - et sa mère par tes serviteurs croyants et permet leur à tous deux de les aimer à leur tour ». Depuis, il n’y a pas un seul croyant (sur terre) qui entend parler de moi ou qui me voit, sans qu’il ne m’aime... »

Ainsi, cette sublime histoire doit être une méthodologie à suivre pour le musulman qui est éprouvé par des parents qui sont polythéistes ou lorsque l’un deux est polythéiste, afin qu’il emprunte ce chemin qu’a suivi Abu Hurayra (qu’Allah soit satisfait de lui) avec ses parents : invocation et insistance auprès d’Allah – Louange à Lui, Le Très Haut – afin qu’Il les guide ; Et également une exhortation (appel à l’islam) accompagnée de bonté et de douceur et la bonne parole.

Ensuite, le fait d’entretenir de bonnes relations avec les parents et d’observer un bon comportement avec eux et faire preuve de gentillesse dans cette relation et de demeurer bien avec eux tout en faisant preuve de bienveillance et de bonté à leur égard, autant que possible, tout ceci fait partie des causes qui conduisent les parents à entrer dans l’Islam. Et certes, certains jeunes se trompent, dés lors qu’il se converti, il s’éloigne de ses parents ou il se détourne de ses parents ou il ne rend pas visite à ses parents ou alors il ne fait pas preuve de bienveillance envers eux. Il ne fait aucun doute que cela est une erreur, au contraire, il doit se comporter de façon convenable et il doit s’efforcer de se comporter avec égards envers ses parents et ne pas leur obéir dans ce à quoi ils l’invitent lorsqu’il s’agit de mécréance et d’associer à Allah – Louange à Lui, Le Très Haut, un quelconque associé. Et les deux choses ne sont pas contradictoires, il n’y a rien de contradictoire dans le fait qu’il soit bienfaisant à l’égard de ses parents et qu’en même temps, il n’obéisse pas à leurs attentes dés lors que ces derniers l’invitent à associer à Allah – Louange à Lui, Le Très Haut, un quelconque associé.

Et j’invite tout musulman, qui est éprouvé par des parents qui sont polythéistes ou lorsque l’un deux l’est, de lire le verset qui se trouve dans la "sourate Luqman" et également celui qui est dans la "sourate L’araignée", et qu’il consulte également les paroles des gens de science dans les livres d’exégèse (Tafsir) qui expliquent le sens des deux versets et ce qu’elles comportent comme indications en matière de bon comportement, de gentillesse et d’amabilité à avoir envers les parents tout en évitant ce à quoi ils l’invitent à commettre comme idolâtrie et ce qui le pousserait à renier Allah – Louange à Lui, Le Très Haut.

Source : www.al-badr.net

Sheikh Abdrazzaq Ibn Abdelmohsin Al-‘Abbad Al-Badr (hafidhahou Allah).

Traduction adaptée & rapprochée : AbuKhadidja Al Djazairy

http://www.alghourabaa.com

e6un7

Les parents peuvent-ils influer sur la productivité ?

Muslim and western tourists on a beach

Par Omar Taha

Chez moi, confortablement installé dans mon fauteuil –une habitude que j’ai prise ces dernières années- je me suis connecté à Internet et les mêmes histoires déchirantes défilaient sans cesse : « les protestations en cours contre le régime ont débouché sur des affrontements violents », « la guerre et les catastrophes naturelles laissent des millions de personnes sans-abris, contraintes de se déplacer », « le niveau de l’obésité nationale et le taux de criminalité sont les plus haut depuis des années », « le véto a été opposé aux palestiniens alors que l’oppression israélienne continue. », « la pauvreté augmente à une vitesse record, des millions de personnes manquent d’eau et de nourriture », « le conflit dans la région sème la division entre les gens ». J’ai fermé la page.

J’en avais assez lu pour la soirée ! J’étais frustré ! Alors que jusque-là, j’ai toujours été détaché de tous ces évènements mondiaux et locaux. Je me sentais impuissant et j’étais vraiment peu convaincu de l’impact que je pourrais avoir de là où ’étais, confiné dans ma maison.

Une pensée me hantait, je ne cessais de me demander : « Qu’est-ce que je peux faire pour mettre fin à tous ces problèmes ? ». Je ne trouvais aucune réponse, donc j’ai décidé d’aller voir mon père et de lui demander conseil. Laissant parler des années de sagesse, il m’a calmement dit :

« Les fondements et les racines de la société proviennent du socle familiale. Tu peux essayer de changer la situation actuelle dans la société, mais les problèmes persisteront, tant que la génération suivante n’est pas élevée et éduquée selon les principes Islamiques. »

Le nombre de musulmans vivant en Occident est monté en flèche ces dernières années, notamment avec l’augmentation du nombre des convertis et une immigration en hausse ; ce qui marque l’ère de la seconde génération de Musulmans ! Mais un problème a fait surface : celui consistant à pouvoir élever et éduquer ses enfants selon une éthique et des principes islamiques tels qu’enseignés par notre bien aimé Messager (Paix et bénédictions sur Lui), tout en s’attaquant aux défis que présentent certains maux sociaux répandus dans la société d’aujourd’hui.

Beaucoup de parents sont déconnectés de la réalité de leur environnement, alors que la jeunesse musulmane est victime d’une éducation partagée entre deux mondes; à savoir d’une part, un monde islamique à la maison dépourvu de l’enseignement véritable apporté par l’Islam -un mode de vie éclairé- et d’autre part la société- le monde occidental. Un monde, où richesse et prospérité côtoient décadence.

Nos enfants qui grandissent aujourd’hui, déchirés entre les traditions culturelles présentes dans leurs familles et l’attraction d’une société laïque, peuvent être plongés dans un vide spirituel et se détacher de la foi si un équilibre entre les deux mondes n’a pas été trouvé. Ce qui engendre souvent des problèmes entre les parents et les enfants avec pour conséquence un résultat bien trop commun, à savoir une famille désunie et une jeunesse qui se rebelle.

Ne pas supporter et guider l’enfant alors qu’il est dans une étape décisive de sa vie engendre des conséquences terribles dont les effets peuvent se faire ressentir dans tous les domaines de sa vie ; que ce soit le développement intellectuel, ou l’épanouissement moral et spirituel.

Une personne pourrait se demander : « Pourquoi devrais-je m’embêter à apprendre comment être un bon parent alors que mes parents n’ont pas eu besoin d’être éduqués sur ce sujet et en fin de compte je m’en sors bien dans la vie ? »

On néglige facilement le fait que le monde dans lequel les enfants grandissent aujourd’hui est bien différent du monde qui existait il y a quelques décennies. Les avancées technologiques et l’évolution des outils de communication font que les enfants sont maintenant grandement influencés par la télévision, Internet, et la publicité. Par exemple au Royaume-Uni, l’état de santé des enfants est au pire niveau que le pays n’ait jamais connu et, malheureusement, leur estime de soi et leur bien-être émotionnel ne cesse de se détériorer depuis des années.

Nous devons faire un choix : soit se contenter d’offrir à nos enfants confort et réussite uniquement dans ce monde, soit viser un objectif plus grand consistant à atteindre un confort et une réussite éternels. Réussir professionnellement et mener une vie à l’abri de la drogue et des MST sont, entre autres, des critères souvent fixés pour atteindre la réussite dans ce monde, mais qu’est-ce qui nous empêche de relever la barre afin d’assurer à nos enfants un haut statut dans l’Au-delà, dans le monde qui est éternel ?

Pourquoi ne pas leur fixer comme objectif d’acquérir la position la plus favorable dans l’au-delà (Akhira), ou au moins leur donner les moyens de gagner une ultime demeure confortable ?

Pour tous nos rendez-vous, que ce soit un examen, un entretien d’embauche, ou une réunion de famille, nous nous préparons toujours méticuleusement à l’avance afin de s’assurer le succès.. Cependant, la mort ne prévient pas, elle peut surgir à tout moment ; c’est le plus sinistre des rendez-vous. Pourtant, nous sommes souvent insouciants de cette réalité. Combien d’entre nous préparent leurs enfants pour ce moment, et pour l’inévitable Akhira ?

En l’absence d’éducation islamique dans leurs foyers, la vie de beaucoup de jeunes est modelée par les normes et principes du monde extérieur.

Un fossé d’incompréhension se crée entre les enfants et les parents qu’il est nécessaire de combler. Sans conseils avisés, un enfant sera livré à lui-même pour grandir, au risque d’être englouti par les mauvaises coutumes qui dominent dans la société ainsi que les chuchotements impulsifs de Sheytan.

Il est important de reconnaitre qu’un enfant doit être encouragé à découvrir et connaitre le monde dans lequel il vit, ainsi qu’interagir dans des sociétés multiculturelles. C’est ainsi que l’on peut comprendre les gens qui nous entourent, puis commencer à envisager un remède pour lutter contre les problèmes répandus à l’échelle locale et mondiale. Un enseignement profane fournit à l’enfant une tribune où il peut exceller académiquement et se lancer dans une brillante carrière qu’il aura choisi ; ce qui est une valeur importante pour les Musulmans.

Cependant, l’éducation des enfants Musulmans doit être équilibrée. Nous ne devons pas trop privilégier et nous focaliser sur un aspect tout en négligeant les autres ; ou épuiser la jeune génération dans la poursuite de l’excellence académique et des distinctions au détriment de leur santé, leur bien-être psychologique, leurs manières et comportements, les principes et valeurs islamiques ; ou sacrifier leur destination ultime.

Nous avons incontestablement la responsabilité d’aider nos enfants à réaliser leur potentiel et en faire des membres pieux, vertueux, responsables et productifs de la société.

Notre Bien aimé Prophète (Paix et Bénédictions sur Lui) a dit :

« Vous êtes tous des bergers et tout berger est responsable de son troupeau : l’imam (guide) est un berger pour les gens qu’il dirige et l’homme est un berger dans sa famille et il est responsable de son troupeau. La femme est une bergère au sein du foyer conjugal et elle sera responsable de son troupeau. Le domestique est un berger par rapport aux biens de son patron et il est responsable de son troupeau ». Vous êtes tous des bergers et vous êtes responsables de vos troupeaux. » (Al Bukhari et Muslim)

En plus de la réalisation de notre objectif, Insha Allah, nos enfants deviendront notre sadaqah jaariyah (œuvre continue), sans parler du fait qu’ils pourront œuvrer pour eux-mêmes et leur Akhira, par la Miséricorde d’Allah.

« Quand l’enfant d’Adam meurt, toutes ses œuvres prennent fin sauf trois : une aumône continuelle, une science utile et un enfant vertueux qui invoque pour lui. » (Sahih Mouslim).

Voici la dichotomie à laquelle nous faisons face aujourd’hui : comment fonder une famille et construire une communauté fermement attachée aux principes et valeurs islamiques, qui excellent dans l’éducation et la justice sociale et sont des exemples à suivre pour les autres?

L’approche que vous adoptez avec vos enfants, l’exemple que vous leur montrez et la sagesse que vous leur transmettez joueront un rôle majeur pour façonner leur personnalité et leur caractère. De plus, l’école que vos enfants fréquentent, leurs amis et tout ce qu’ils observent autour d’eux, tout ceci joue aussi un rôle important. Toutefois, l’histoire du Prophète Noé (Paix sur lui) et de son fils, prouve que l’influence d’un parent est bien évidemment limitée ! Les parents ne devraient pas succomber à la pression consistant à croire qu’ils sont entièrement responsables du sort de leur enfant ; plusieurs facteurs entrent en compte, dont le fait que c’est Allah qui guide.

Cependant, les parents font une différence, et c’est seulement en comprenant comment l’enfant pense et se développe, ainsi qu’en ayant recours aux techniques d’éducation et d’enseignement testées et approuvées, que nous pourrons, en tant que communauté, espérer passer le flambeau à une nouvelle génération de Musulmans en bonne santé, motivés, dotés d’un comportement exemplaire et porteurs de valeurs fortes qui les aideront à bâtir une société de demain qui sera meilleure.

« Seigneur, fais que nos épouses et nos enfants soient pour nous une source de bonheur ! Daigne faire de nous des modèles de piété pour ceux qui craignent le Seigneur ! » [Surah Furqaan, 25 v 74]

A propos de l’auteur :

Omar est actuellement en dernière année de médecine à l’université de Londres. Il est diplômé en psychologie incluant la psychologie de famille et des enfants. Omar est l’une des figures clé de « HomeGroup » qui est un projet unique visant à responsabiliser les parents via des connaissances, des compétences et la confiance en soi afin de faire face aux défis de la société moderne. Il a aussi contribué, et contribue, à réunir des professionnels en vue d’organiser des séminaires sur le rôle parental du point de vu islamique, à Londres, sous le nom de « HomeGroup ».

http://musulmanproductif.com/booster-sa-foi/les-parents-peuvent-ils-influer-sur-la-productivite#more-2119

e6un7

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site