referencer site web - referenceur gratuit -

Soubhana Allah

Soubhana Allah; des cellules fœtales viennent à la rescousse de la mère en cas de maladie

Echange cellulaire entre le f tus et sa mere

 

Durant toute grossesse, il existe un échange cellulaire entre mère et fœtus. Des cellules souches hématopoïétiques ou mésenchymateuses constituent une partie des cellules fœtales transférées dans la circulation maternelle et pourraient constituer un réservoir de cellules. .

Les échanges entre le sang de l'enfant et celui de sa mère se fait par l'intermédiaire du placenta, auquel l'embryon est relié via le cordon ombilical.

Le placenta (gâteau en latin) est l'organe reliant le futur bébé et le corps maternel au niveau de l'utérus, permettant les échanges entre le futur bébé et la mère. De plus, il produit les hormones de la grossesse. A terme, c'est un disque de 20 cm de diamètre, de 3 cm d'épaisseur et pesant environ 500 g.

Grâce à la membrane des villosités placentaires (Replis du tissu placentaire qui baignent dans le sang maternel, permettant les échanges entre la mère et le fœtus), le sang maternel et celui du fœtus restent toujours séparé. Ces villosités forment un filtre.

Chaque heure, 4 litres de sang sont filtrés par le placenta. La plupart des bactéries sont arrêtées mais certains virus (par exemple celui responsable de la toxoplasmose) passent la barrière placentaire. C'est aussi le cas de certaines drogues et du tabac. Il ne faut prendre aucun médicament sans connaître le risque de passage et de l'effet éventuel sur le fœtus.

Le cordon ombilical relie le nombril du futur bébé au placenta (et non pas au nombril de la maman comme on l'imagine parfois...). Les veines du cordon ombilical puisent du sang oxygéné et plein de nutriments dans le placenta et l'artère ombilical rejette le sang chargé de déchets et de dioxyde de carbone du fœtus.

Echange cellulaire entre le fœtus et sa mère

Durant toute grossesse, il existe un échange cellulaire entre mère et fœtus. Des cellules souches hématopoïétiques ou mésenchymateuses constituent une partie des cellules fœtales transférées dans la circulation maternelle et pourraient constituer un réservoir de cellules. .

Une cellule souche est une cellule indifférenciée, capable de s'autorenouveler, de se différencier en d'autres types cellulaires et de proliférer en culture. Les cellules souches sont issues soit de l'embryon, soit du fœtus, soit de tissus adultes avec ou sans transformation, elles peuvent aussi être obtenues par transfert de noyau. Grâce à ces propriétés, elles peuvent servir à régénérer ou recréer des tissus détruits : c'est la thérapie cellulaire.

Rôle des cellules souches

Les cellules souches ont différentes fonctions dans les organismes.

À l'état fœtal ou dans les premières phases du développement embryonnaire, elles se multiplient pour générer peu à peu toutes les cellules du corps, qu'elles soient différenciées ou non.

Dans les tissus adultes, les cellules souches sont beaucoup plus rares et regroupées dans des régions particulières des organes. Elles contribuent au renouvellement naturel des tissus (un globule rouge vit en moyenne 120 jours et doit être remplacé, par exemple) ou à leur réparation en cas de lésion. Cependant, tous les organes n'en sont pas pourvus, comme le cœur et le pancréas.


Des Cellules du Fœtus Survivent dans le Sang Maternel

C'est vrai : des cellules fœtales peuvent franchir la barrière que le placenta constitue entre la mère et son enfant. On le sait depuis la découverte en 1969 de cellules masculines (porteuses du chromosome Y) dans le sang de femmes enceintes de garçons.

Nornalement, des cellules fœtales ne devraient pas pouvoir passer la barrière du placenta, censée n'autoriser que les échanges nécessaires à la nutrition et à l'oxygénation du fœtus à travers les vaisseaux sanguins maternels et fœtaux qui s'y côtoient étroiement. Et quand bien même elles y parviendraient, elles devraient être immédiatemenl éliminées par le système immunitaire maternel, puisque son rôle est de traquer dans l'organisme tout élément étranger.
Comment sont-elles alors arrivées là ? Eh bien, cela reste un mystère complet ! Il est vrai que la présence de ces cellules est difficile à étudier. "En eflet, il n'y a que de une à trois cellules fœtales par millilitre de sang maternel, dans lequel elles sont mélangées à 10 millions de globules blancs et 5 milliards de globules rouges", explique Patrizia Paterlini, de l'unité Inserm carcinogenèse hépatique et virologie moléculaire de l'hôpital Necker, à Paris. Plusieurs types de cellules s'échappent ainsi du fœtus : des globules blancs et rouges, des cellules du placenta (lui-même constitué de cellules fœtales et de cellules maternelles), et des cellules "précurseurs" qui peuvent donner naissance à plusieurs types de cellules sanguines. Et le plus étonnant, c'est que ces dernières peuvent persister dans l'organisme maternel après l'accouchement pendant... des décennies ! A tel point qu'on a trouvé des cellules fœtales dans le sang d'une femme ayant accouché 51 ans auparavant. Phénomène également observé en cas de fausse couche ou d'avortement.
On a d'abord cru que ces cellules baladeuses s'attaquaient à la mère, un peu comme des cellules greffées détruisent parfois l'organisme qui les accueille (c'est la réaction du greffon contre l'hôte). Dans ce scénario, les cellules fœtales étaient alors désignées comme l'origine d'un dérèglement du système immunitaire, causant des maladies auto-immunes telles que le lupus ou la sclérodermie. D'ailleurs, les femmes souffrant de sclérodermie ont de 20 à 50 fois plus de cellules fœtales dans le sang que les femmes en bonne santé. "Cette hypothèse est possible, mais d'autres facteurs entrent forcément en jeu dans le déclenchement de ces maladies", tient à souligner Diana Bianchi, du Tufts University School of Medicine à Boston, qui penche pour un rôle autrement plus positif des cellules fœtales. Un rôle crucial, même : elles pourraient constituer une réserve de cellules souches venant à la rescousse de la mère en cas de maladie. Un mécanisme qui a été mis en évidence chez la souris. "On sait avec certitude que les cellules fœtales se dirigent vers des tissus préalablement lésés, comme le foie, et qu'elles les réparent en créant un tissu sain", explique Diana Blanchi.

UNE ARMÉE DE CELLULES FŒTALES

Dans la peau, elles peuvent créer de nouveaux vaisseaux sanguins ; et dans le cerveau, de nouveaux neurones. Car c'est là toute leur qualité : elles sont capables de se différencier en fonction du tissu malade qui les recrute". Ce qui expliquerait d'une tout autre manière le fort taux de cellules fœtales présentes en cas de maladie auto-immune : sorte d'armée appelée en renfort, ces cellules constitueraient une véritable thérapie cellulaire qui, pour Diana Bianchi, "conférerait un avantage évolutif aux femmes ayant enfanté".
Mais si leur rôle semble aujourd'hui éclairci, leur capacité à échapper au système immunitaire de la mère reste, elle, une énigme. Pour réussir à circuler librement, les cellules fœtales empêchent peut-être certaines protéines, susceptibles de révéler leur imposture, de s'afficher à leur sufface, et passent ainsi inaperçues du système immunitaire... mais pas des médecins. De fait, tandis que se poursuivent les recherches fondamentales, ces derniers sont aujourd'hui capables d'isoler ces cellules et de les utiliser pour effectuer un diagnostic précoce du fœtus à pàrtir d'une simple prise de sang de la mère.

http://planete.gaia.free.fr/animal/homme/bio.embryon/cellules.foetus.html

http://e-sante.futura-sciences.com

http://www.chambon.ac-versailles.fr/science/sante/repr/bb.htm

 

  • e6un7

 

Soubhana Allah:comment et pourquoi l'araignée tisse-t-elle ?

 Toutes les araignées produisent de la soie. C'est une de leurs caractéristiques. Elles utilisent pour cela leurs glandes séricigènes, situées dans l'abdomen. Ces glandes produisent un liquide composé de deux protéines. Ce sont les ingrédients nécessaires à la construction du fil. Pour rejoindre l'extérieur, le liquide circule dans de minuscules tubes creux - les fusules -. Une araignée peut avoir plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de fusules qui débouchent en bas de son abdomen, sur des filières - entre une et quatre paires suivant les espèces -. Lorsque la soie sort, elle se solidifie. La cause physique de cette solidification n'est pas encore bien définie.

Des centaines de km suspendue à un fil

L'araignée utilise ensuite l'extrémité de ses pattes, munies de griffes, pour extraire la soie des filières et regrouper les fils. Elle peut maintenant l'utiliser pour se fabriquer un cocon, créer un fil de rappel qui l'empêche de tomber lorsqu'elle marche au plafond, ou encore communiquer avec ses congénères, car le fil est imbibé de phéromones. Le mâle l'utilise aussi pour récupérer sa semence avant de la stocker. Mieux, chez certaines espèces, les jeunes le transforment en parachute ascensionnel. Un petit bout de soie soulevé par le vent peut les emmener à plusieurs centaines de kilomètres de leur point de départ, à travers champs ou sur des îles. Et, bien sûr, certaines araignées s'en servent pour tisser une toile et piéger leurs proies.

 

CELINE DUGUEY

  • e6un7

Soubhana Allah:Pourquoi y a-t-il des pépins ou des noyaux dans les fruits ?

Les graines...Nées dans les pommes de pin ou au coeur des fleurs, nues ou protégées par les fruits, les graines voyagent de multiples façons. Belles au bois dormant, leur destin est de germer, parfois même des siècles plus tard.    Françoise Brenckmann et Annette Millet    

Qu'est-ce qu'une graine ?

Les graines, objets inertes et souvent minuscules comme des petits cailloux et des poussières, nous semblent insignifiantes. Pourtant, après parfois des années de vie latente, elles se mettent à germer, se transforment en plantules puis en puissants végétaux. Elles sont partout sous nos pieds : sur le sol des prairies et des forets, sur les chemins et les routes, sur les cours d'eau et leurs berges, sur les terrasses, les toits... Elles sont aussi dans nos assiettes : céréales, légumes secs, ainsi que dans nos fruits (noyaux et pépins).

Pour le botaniste, la graine résulte de la reproduction sexuée des plantes spermaphytes (du grec sperma, graine et phutan, plante). Elle se développe au sein d'une fleur après la pollinisation, suivie de la fécondation d'un ovule par un grain de pollen. L'ovule est un organe contenant, entre autres, des réserves nutritives et un ou des gamètes femelles. Le grain de pollen est une petite unité de deux ou trois cellules qui forme un ou deux gamètes mâles. Chaque graine renferme un embryon de plante. 

Pour les plantes, à quoi servent-elles ?
Les graines assurent la multiplication de 1'espece, elles lui permettent de coloniser son milieu et de résister aux conditions climatiques défavorables. 
La multiplication par reproduction sexuée crée des individus tous génétiquement différents. Le saule par exemple, très prolifique, produit chaque année des millions de minuscules graines (qui ne germeront pas toutes). Ce brassage génétique permet aux populations de plantes d'évoluer avec leur environnement. 
La deuxième fonction des graines est la dissémination. Elles voyagent dans 1'espace. La plante étend ainsi son territoire et le défend contre la concurrence. Elle peut aussi " fuir " une aire qui ne lui est plus propice, transmettant à ses graines la tache de coloniser un nouveau site. Les végétaux sont capables de s'implanter rapidement dans un terrain défriché, une éclaircie d'incendie, une fissure de roche, une île volcanique, un pot de terre sur un balcon... 
Enfin, troisième fonction, les graines résistent aux conditions adverses. Sous nos latitudes, les plantes annuelles ne survivent à l'hiver que sous forme de graines. Les autres plantes survivent grâce à des bourgeons dormants. Mais même pour celles-ci, les graines sont des formes de vie résistantes, capables de supporter des accidents climatiques graves comme une sécheresse prolongée, un gel inhabituel, un incendie... Leurs enveloppes, moins épaisses et imperméables, leur confèrent une certaine résistance mécanique. Le fait qu'elles soient déshydratées leur permet de résister à des températures extrêmes. Par ailleurs, les graines résistent à des attaques biologiques , dont certaines peuvent être fatales pour la plante " en vert ". Leurs enveloppes sont souvent coriaces, immangeables par exemple pour la chenille qui se délecterait des feuilles et des tendres bourgeons. De plus, elles peuvent être bourrées de tanins antifongiques et de composés antibiotiques, voire toxiques pour les prédateurs. Les plantes ne se multiplient pas seulement par graines. Nombreuses sont celles qui sont aussi capables de se cloner : c'est la multiplication végétative. Ce mode de reproduction est avantageux quand la plante est bien adaptée à un environnement stable ; il est aussi utile lors de conditions défavorables à la multiplication sexuée (par exemple en montagne). Ainsi, le fraisier ou la renoncule émettent de longues tiges rampantes, des stolons portant des bourgeons qui peuvent s'enraciner et former une plantule identique à la plante mère. D'autres plantes se multiplient par bulbilles (ail), rhizomes (iris), drageons… Lorsque nous bouturons des plantes, nous utilisons leur capacité de multiplication végétative. 

Toutes les plantes ont-elles des graines ?
Certaines plantes - mousses, fougères, prêles... - n'ont pas de graines. Leur reproduction sexuée passe par des spores unicellulaires qui ne renferment pas d'embryon. Les premiers végétaux terrestres étaient des plantes a spores. Ces dernières se dispersent dans 1'air, germent sur un substrat humide et forment les cellules sexuelles. La rencontre et la fusion des gamètes mâle et femelle doivent avoir lieu en milieu liquide (mare, pluie, rosée...). L'indépendance vis-à-vis du milieu liquide extérieur pour la fécondation a été acquise par les plantes a ovules, a la fin du Dévonien, il y a environ 370 millions d'années. Les ginkgos sont des plantes archaïques a ovules, proches de ces formes éteintes. Le pollen est transporte par le vent. Au contact d'un liquide ovulaire, le grain de pollen émet un gamète mâle a proximité du gamète femelle. La fécondation a lieu dans cette petite " piscine " interne. Lorsque 1'ovule tombe a terre, 1'oeuf se développe lentement en un embryon qui germe immédiatement. L'entité qui Se disperse est un ovule, pas encore une graine. 
C'est au Carbonifère, il y a environ 345 millions d'années, qu'apparaissent les plantes a graines. Ce sont les premières gymnospermes (du grec gumnos, nu et sperma, graine), qui donneront naissance aux conifères actuels. Ces derniers portent des cônes (les pommes de pin), formes d'écailles entre lesquelles se trouvent les ovules. La fécondation donne, après maturation, une graine capable d'entrer en état de vie ralentie, la dormance, et d'attendre des conditions favorables pour germer. Cela lui confère une certaine indépendance vis-à-vis du temps. Les gymnospermes comportent aujourd'hui 700 espèces. 
Les plantes à fleurs - et à fruits - apparaissent au Crétacé, il y a environ 130 millions d'années. Ce sont les angiospermes (du grec angeian, ume et sperma, graine). Les premières ressemblaient aux magnolias. La pollinisation a lieu non plus seulement au hasard du vent, mais grâce aux insectes et aux animaux attires par les fleurs. Les ovules sont complètement enveloppes d'un ou de plusieurs organes de la fleur, les carpelles. Apres la fécondation, ces derniers grossissent et se transforment en fruit. Le fruit protège les graines et en favorise la dissémination. Les angiospermes (ou Magnoliophyta) sont dominantes sur Terre : il y en a 250 000 espèces. 

Comment les graines sont-elles faites ?

 

Selon les groupes de végétaux, les réserves nutritives que renferment les graines sont des glucides, des lipides ou des protéines Elles s'accumulent dans des tissus appelés endosperme (tissu de réserves des graines de conifères. II est haploïde, ne contient qu'un seul lot de chromosome), albumen (Organe de réserves des graines, un tissu a trois lots de chromosomes : il est dit triploïde), cotylédons .

 

Chez les gymnospermes la fécondation est simple : 1'embryon nait de la fusion d'un gamète mâle et d'un gamète femelle, et ses réserves nutritives se constituent dans un tissu femelle, 1'endosperme (. La maturation a lieu dans le cône, la pomme de pin. Chez les angiospermes, la fécondation est double. Les étamines libèrent les grains de pollen. Déposé sur le stigmate, le grain de pollen émet son minuscule tube pollinique qui s'allonge dans le style. Il pénètre dans 1'ovule et décharge deux gamètes mâles. L'un d'eux fusionne avec le gamète femelle et forme 1'oeuf, 1'autre fusionne avec deux noyaux du, sac embryonnaire et donne 1'albumen. C'est alors que la graine nait : 1'oeuf se développe en embryon et 1'albumen est son organe de réserves. Selon les espèces, ces réserves sont utilisées lors de la germination et pour 1'etablissement de la jeune plante (cas du mais), ou elles sont transférées des l'embryogenèse dans les deux premières feuilles de l'embryon (cas du haricot). Ce sont les gros cotylédons ou la plantule puisera sa nourriture avant de devenir autonome. La maturation de la graine a lieu dans le fruit (dans la gousse pour le haricot, par exemple). 
A un certain stade, 1'embryogenese s'arrête, embryon et réserves se déshydratent. La paroi de 1'ovule se durcit et se différencie en téguments protecteurs, plus ou moins imperméables a 1'eau et a 1'air. 

Combien de temps vivent les graines ?
Les graines ont la propriété remarquable de se conserver en état de vie ralentie pendant des années, voire des centaines années. Leur longévité dépend de 1'espece et des conditions de conservation. Les graines dont des réserves sont de nature lipidique comme le colza, 1'arachide ou la noix, ont une durée de vie qui excède rarement une année car elles rancissent. Celles dont les réserves sont glucidiques, comme la plupart de nos céréales, ont une longévité de plusieurs années. Certaines légumineuses ayant des téguments épais et imperméables ont 1'air et a 1'eau survivent encore plus longtemps. Les conditions permettant une longue conservation sont à 1'oppose de celles favorisant la germination. Des graines de lotus ont pu germer après plus de 400, voire 1 000 ans d'enfouissement dans les boues d'un lac, a1'abri de 1'oxygene. Mais le record de longévité est détenu par des graines de lupin (Lupinus arcticus) datées de 10 000 ans au carbone 14. Trouvées à 1'etat congelé dans le sol du Nord canadien, elles n'attendaient que le dégel pour germer. La déshydratation des graines est un facteur clé pour leur conservation. Nombre espèces tropicales, dites " récalcitrantes ", comme 1'hevea, le cacao, le thé ou la mangue, ne supportent pas d'être déshydratées et survivent à peine quelques semaines. 

Quelle est la différence entre graines et fruits ?

 

Il existe bien d'autres types de fruits charnus à multiples graines : 1a framboise est un fruit compose et la figue un fruit multiple... Les fruits secs multiséminés ont aussi des formes variées, comme la gousse des petits pois et des haricots, la silique de 1a monnaie du pape, le follicule de l'ancolie et la pixide du mouron.



A maturité, les carpelles (organe de la fleur qui contient un ou plusieurs ovules. Un carpelle comprend à sa base l'ovaire, surmonte d'une partie effilée, le style, terminé par un renflement, le stigmate. L'ensemble des carpelles forme le pistil.) d'une fleur forment le fruit et les ovules fécondés deviennent les graines. Il y a des fruits secs et des fruits charnus, des fruits uniséminés (à une seule graine) ou pluriséminés (à plusieurs graines). Mais la botanique est pleine de pièges… Chez la tomate, pas de confusion possible, les tissus succulents et rouges de la baie sont bien discernables des petites graines ocres, les pépins. Mais, chez la cerise, la graine n'est pas le noyau ! La graine, ou amande, se trouve à l'intérieur du noyau qui est en réalité la partie interne et lignifiée du carpelle (endocarpe). Quant a la framboise, il s'agit d'une collection de petite drupes : les " pépins " sont en fait d~ petits noyaux. Pour la pomme, le vrai fruit est le trognon contenant les pépin; La partie que 1'on mange est le réceptacle qui englobe le fruit. Pour les fruits secs la confusion entre graine et fruit est très fréquente. Un grain de blé est-il un fruit ou une graine ? 
Et le petit pois ou la noisette ? Dans le lot, seul le petit pois est une graine, la gousse est le fruit ! Les graminées (ou poacées) comme le blé produisent des fruits, dont chaque grain est appelé caryopse : le tégument est colle à la paroi du carpelle. La noisette enchâssée dans sa jolie cupule de bractées vertes est un fruit sec uniséminé ou akène ; la graine est ce que 1'on mange. 

Comment se disséminent-elles?
Les graines, nues ou enveloppées de leur fruit, forment des unités de dissémination appelées diaspores. Ces dernières sont très diverses et capables d'utiliser toutes sortes de moyens pour voyager. Grâce à des enveloppes imperméables et a des structures flottantes, certaines sont capables de voguer au fil de 1'eau, sur de longues distances. La noix de coco en est un exemple frappant : ce palmier colonise toutes les plages de la ceinture intertropicale. 
Ailes, membranes, aigrettes, poils... les systèmes " inventes " par les diaspores pour voler sont innombrables. Ainsi, la renommée d'envahisseur du pissenlit n'est pas usurpée : ses petites aigrettes sont arrachées de leur capitule par un bon coup de vent. Ensuite, grâce à son parachute, la semence est portée par tout courant d'air, aussi tenu soit-il. D'autres semences sautent et se passent de tout agent de dispersion. En réalité, c'est la plante qui les éjecte. Chez les légumineuses, comme les genets ou les glycines, il n'est pas rare que les gousses se fendent brusquement a maturité sous 1'effet de la sécheresse, délivrant vivement leur contenu. Enfin, beaucoup de diaspores " utilisent " les animaux pour se déplacer dans l'espace. Ce sont de beaux exemples de coevolution entre règnes végétal et animal. Certaines diaspores sont disséminées de façon passive : elles s'accrochent au pelage, aux pattes et au cuir des animaux. Leurs formes sont étonnantes : crochets, harpons, pics, tridents, barbelés... Elles s'accrochent aussi a vos chaussettes et vous piquent les chevilles lors de vos balades, comme les luzernes ou la benoîte. Les fruits charnus sont la proie de nombreux animaux efficaces. 
Les haies et bordures de nos forets sont habitées par tout un peuple d'oiseaux qui en sont les disséminateurs attitrés. Dans les forets tropicales humides, ou la biodiversité est importante, la majorité des espèces est consommée par certains singes, beaucoup d'oiseaux et de chauves-souris qui sont des frugivores spécifiques. Enfin, 1'homme disperse aussi les graines. En dehors des mauvaises herbes qu'il transporte malgré lui sous ses chaussures et sur les roues de ses véhicules, il est un disséminateur zélé des espèces qu'il cultive. . . 

Mangeons-nous encore beaucoup de graines?
Nous consommons moins de céréales que nos ancêtres, mais elles constituent encore l'aliment de base des populations rurales des pays en voie de développement. Les céréales représentent 50% de la nourriture de 1'humanite. 
On les mange sous forme de grains, galettes, pains, flocons, semoule ou gâteaux, mais aussi sous forme d'agents de texture dans les glaces, entremets, sauces, soupes. 
On les boit sous forme de boissons alcoolisées : bière (orge), whisky (blé et orge), saké (riz) pour les plus connues. Les légumes secs sont également une source importante de nourriture, un apport de glucides et surtout de protéines : haricots, pois, lentilles, soja, pois chiche... 
Nombre d'autres grains complètent notre alimentation quotidienne. Les oléagineux fournissent nos huiles culinaires, toumesol, colza, arachide, soja, olive, sésame, coton, noix... 
Le poivre et autres épices viennent relever nos plats : cumin, fenouil, carvi, coriandre, badiane, cardamome, cade... 

Pourquoi les graines ne germent-elles pas toujours ?
Les semences ne germent pas forcement des qu'elles sont au sol, ni toutes en même temps. Il n'est pas rare de trouver dans la terre des graines n'ayant pas germé. Pourquoi, par exemple, tous les noyaux des cerisiers sauvages, les merisiers, ne germent-ils pas après leur dispersion et restent sur le sol des forets pendant de longs mois été et d'hiver avant de pousser ? Certaines graines ont perdu leur pouvoir germinatif, pour les autres il faut des conditions externes favorables, des signaux spécifiques pour la levée de dormance, puis pour la germination. Toutes ces conditions définissent le lieu et le temps précis favorables ont la germination et au développement ultérieur des jeunes plantes d'une espèce donnée. Suivons notre exemple. Même si 1'on met les noyaux de merisiers dans des conditions favorables en général pour la germination - a savoir une température douce (comprise entre 10 et 30 °C), dans un sol aéré (présence d'oxygène) et surtout bien humide - ils ne germeront pas. On dit qu'ils sont dormants. Ce n'est après avoir subi une certaine dose de froid que 

Comment font-elles pour reprendre vie ?
Les mécanismes de la dormance, de la levée de dormance et de la germination sont complexes et varient selon les espèces. Il n'existe actuellement aucune interprétation universelle de ces événements capitaux pour la vie des plantes. Leur déterminisme génétique est en cours de déchiffrage grâce à 1'analyse de mutants d'embryogenèse, de dormance et de germination. Cette dernière est définie par la sortie de la pointe racinaire hors des téguments de la graine. Elle est enclenchée selon une séquence définie événements. Il y a dormance quand une étape quelconque précédant la croissance de la radicule est bloquée. 
La germination est sous le contrôle d'un équilibre entre deux hormones a actions antagonistes, elles-mêmes sous influence des facteurs de levée de dormance (le froid par exemple). L'acide abscissique est 1'hormone qui participe à la maturation des semences, maintient la dormance et inhibe la germination. Les acides gibberelliques sont des hormones de germination, impliquées dans la synthèse d'enzymes qui dégradent les parois et les réserves de la graine. Certaines dormances sont tégumentaires, et sont levées des que 1'integrite des téguments est lésée, par abrasion, décomposition, lessivage des inhibiteurs, décapage par les sucs gastriques des animaux... D'autres sont des dormances embryonnaires (dues à la présence de 1'acide abscissique) : elles ne se lèvent pas même quand les téguments sont retires. C'est le cas du merisier. Une fois la germination enclenchée, la plantule se met à croître en utilisant les réserves de la graine. La radicule plonge dans le sol, tandis que la gemmule se déploie vers la lumière. Les jeunes feuilles deviennent capables de photosynthèse. La plante acquiert son autonomie . 

Quelle est l'importance de la production de semences ?
Le chiffre d'affaires mondial du secteur des semences et plants est évalué en 1997 a environ 50 milliards de dollars, dont 20 milliards sont commercialises et 30 milliards représentent la valeur des semences dites " de ferme ", qui sont exploitées localement sans être monnayées. Nous appelons ici " semences et plants " les unités semées ou plantées dans le but d'une production de denrée végétale. 
Pour le botaniste, les semences peuvent être des graines (colza, pois) ou des fruits les contenant : caryopses de céréales, akènes de carottes, glomérules de betteraves, etc. Les plants sont des tubercules, bulbes, boutures, jeunes arbres fruitiers... 
En France, le chiffre d'affaires de la filière semence au stade de gros s'élève à environ 11 milliards de francs, dont 2,7 milliards pour 1'export. Sa production mise sur le marche (notamment de maïs) place notre pays au premier rang européen et au second rang mondial après les Etats-Unis. La filière semence est particulièrement bien organisée dans notre pays. Elle concerne environ 48 000 entreprises. Lorsqu'une nouvelle variété est reconnue par le GEVES (organisme public d'étude des variétés et semences) pour ses qualités et le progrès génétique qu'elle apporte, elle est inscrite et homologuée au catalogue officiel. Le service officiel de contrôle et certification est présent tout au long du processus de production. Si les semences certifiées assurent une productivité élevée, elles sont chères et demandent une technicité avancée. 
Dans les pays en voie de développement, les semences de ferme, non certifiées, sont majoritaires. Les semences génétiquement modifiées sont issues de variété dans laquelle un ou plusieurs gènes ont été introduits par des outils de biologie moléculaire, et non par croisements classiques. 

http://c.coupin.free.fr/journaux/graine.html

e6un7

Soubhana Allah: Pourquoi les animaux ont-ils une queue ?

Animaux


La queue est le prolongement de la colonne vertébrale, et est généralement composée de vertèbres plus ou moins mobiles. La plupart des vertébrés possèdent une queue plus ou moins développée. Malgré tout certains animaux n'en possèdent pas comme l'homme, le gorille ou encore certains mammifères marins.

Chez certaines espèces la queue est préhensible et permet de s'accrocher aux branches pour aider aux déplacements (chez certains singes et certains geckos). Chez d'autres espèces la queue participe à l'équilibre du corps (les félins et les kangourous par exemple) ou à la motricité (chez les crocodiles, la queue aide à la nage). Les iguanes et les varans l'utilisent pour se défendre (à la manière d'un fouet), mais aussi pour grimper et nager.
Quant aux oiseaux, la queue est constituée par les plumes rectrices qui aident aux manoeuvres en vol. De plus chez les oiseaux, la queue est un ornement de séduction sexuel comme chez le paon et chez d'autres espèces, un simple caractère sexuel secondaire comme chez les tortues marines.

Chez les hominoïdes; la perte de la queue est probablement liée à un transfert d'équilibre vers les pieds et les mains. Les embryons humains possèdent une queue qui fait environ un sixième de leur taille. Pendant le développement de l'embryon en foetus, la queue se résorbe dans le corps en croissance. Ce développement d'une queue est en fait chez l'homme une structure résiduelle.

http://www.pourquois.com/animaux/pourquoi-animaux-ont-queue.html

e6un7

Soubhana Allah:l'ail soigne presque toutes les maladies

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

Ail


Noms communs : ail cultivé, ail à tige tendre, ail à tige dure, ail à bâton.
Nom botanique :
Allium sativum, famille des alliacées ou des liliacées.

Parties utilisées : bulbes.
Habitat et origine :
L'ail est une plante cultivée dont on ne trouve plus de spécimens à l'état sauvage. De plus, sa reproduction est strictement végétative. En effet, aussi loin qu'on puisse remonter dans l'histoire , la plante ne produit pas de fleurs au sens botanique et, par conséquent, ne se reproduit plus de façon sexuée depuis des millénaires. Chaque nouvelle plante est en fait un clone de quelque parent dont l'origine se perd dans la nuit des temps. De même, on ignore quelles furent exactement les plantes sauvages qui donnèrent un jour naissance à cette espèce. Les experts en la matière croient que la plante apparut aux alentours de la mer Caspienne, dans une région allant du Caucase aux frontières chinoises, il y a environ 10 000 ans. De nos jours, on la cultive partout et elle s'est adaptée aussi bien à la Sibérie qu'à la Polynésie.
Noms anglais :
garlic, softneck garlic, hardneck garlic.
Nom chinois :
Da suan.

Indications

Efficacité possible

Abaisser très légèrement la tension artérielle.

Voir la légende des symboles

Efficacité incertaine

Réduire certains facteurs de maladies cardiovasculaires : lipides sanguins, agrégation plaquettaire, diabète.
Diminuer les risques de récidive en cas de troubles cardiaques.
Prévenir certains cancers.

Usage reconnu

Contribuer à :

-réduire les taux de lipides sanguins et la tension artérielle;
- prévenir les troubles cardiovasculaires liés au vieillissement et à l'athérosclérose;
- améliorer la circulation périphérique.
Traiter les infections des voies respiratoires.

Usage traditionnel

Combattre les infections de toutes sortes, tant internes qu'externes;
Chasser les parasites (tiques et vers).

Posologie de l’ail

Par voie interne

Réduction des taux de lipides sanguins, de l’hypertension modérée et prévention de l'athérosclérose (comme adjuvant à long terme aux mesures alimentaires)

  • Ail frais. Consommer de 1 à 2 gousses (de 4 g à 8 g) par jour.
  • Ail séché. Prendre de 0,5 g à 1 g par jour.
  • Extrait normalisé (1,3 % d'allicine, soit de 3,6 mg à 5,4 mg d'allicine par gramme de poudre). Prendre de 200 mg à 400 mg, 3 fois par jour.
  • Ail vieilli. Prendre de 600 mg à 900 mg par jour. Notez qu'au cours de certaines études, on a utilisé jusqu'à 7,2 g par jour.
  • Huile d'ail (distillation à la vapeur d'eau). Prendre de 5 mg à 8 mg par jour.

Infections des voies respiratoires (rhume, toux)

  • Ail frais. Consommer environ 4 gousses d'ail (16 g) par jour.
  • Ail séché. Prendre de 2 g à 4 g, 3 fois par jour.
  • Teinture (1:5, 45 % éthanol). Prendre de 2 ml à 4 ml, 3 fois par jour.
  • Extrait normalisé (1,3 % d'allicine). Prendre de 800 mg à 1 600 mg, 3 fois par jour.

Par voie externe

Infections fongiques (pied d'athlète, etc.)

  • On trouve dans le commerce des crèmes ou des gels à base d'ajoène, un des ingrédients de l'ail (concentration de 0,4 % à 1 %). On peut également utiliser le bulbe coupé et broyé, mais l'ail cru peut irriter la peau et les muqueuses et provoquer des réactions allergiques.

Historique de l’ail

L'aire d'origine présumée de l'ail est située aux confins de la Russie, de la Chine, de l'Inde et du Moyen-Orient. De ces territoires occupés par des peuples nomades il y a environ 10 000 ans, le précieux bulbe migra progressivement. D’abord vers l'Extrême-Orient, l'Arabie, puis l'Égypte et le Bassin méditerranéen (Grèce, Rome, etc.) au gré des grandes routes commerciales et des campagnes militaires visant à les contrôler. L’ail est sans doute l'un des légumes les plus anciennement cultivés par les humains qui, depuis des temps immémoriaux, s'en sont servi aussi bien pour se soigner que pour se nourrir.

On raconte que les esclaves oeuvrant à la construction des pyramides d'Égypte avaient cessé de travailler en signe de protestation : on avait coupé leurs rations d'ail qui, pensait-on, leur procurait la résistance nécessaire pour accomplir leur dur labeur. Un papyrus égyptien datant de l'an 1550 avant notre ère mentionnait que l'ail était excellent pour combattre l'hypertension artérielle, les tumeurs et les parasites. Chez les anciens Grecs, chez les Romains, en Inde, en Chine et au Japon, on attribuait au bulbe des vertus toniques, cardiovasculaires, anti-infectieuses et antitumeur.

Louis Pasteur fut l'un des premiers à démontrer que l'ail pouvait détruire des bactéries. En 1916, le gouvernement anglais demandait à la population de lui fournir quantité de bulbes d'ail pour répondre aux besoins médicaux de son armée en guerre. Durant la Seconde Guerre mondiale, l'armée russe eut recours à l'ail lorsqu'elle vint à manquer de pénicilline.

La légende de Dracula aurait été inspirée par une rare maladie, la porphyrie, une défaillance du métabolisme du sang qui rend le patient hypersensible à la lumière et dont l'ail peut exacerber les symptômes. On sait par ailleurs que l'ingestion d'ail peut chasser certains parasites qui sucent le sang, comme la tique. Tous les éléments de la légende sont donc présents.

Recherches sur l’ail

 

Au cours des dernières décennies, les chercheurs ont publié plus de 2 000 recherches scientifiques portant sur le potentiel thérapeutique de l'ail. En raison de l'ampleur exceptionnelle de ce corpus d'études, les notes bibliographiques de la présente section se limitent à quelques exemples.

L’ail contient plusieurs ingrédients actifs. Les principaux sont des composés sulfurés qui sont libérés lorsque l’ail est coupé, broyé ou écrasé. Pour en savoir plus sur ces composés consulter notre fiche Ail dans la section Nutrition. Pour en savoir plus sur l’allicine, voir la section Sur les tablettes, à la fin de cette fiche.

Protection cardiovasculaire

L’ail a fait l’objet de nombreuses études destinées à vérifier ses usages traditionnels reliés à la santé du système cardiovasculaire. Dans l’ensemble, même si des essais ont été concluants, leurs résultats ont été au mieux modestes et la méthodologie de plusieurs d’entre eux a été jugée faible1. De plus, les essais ont été hétérogènes, c’est-à-dire que, par exemple, leur durée, leurs sujets et le type de suppléments utilisés ont beaucoup varié. Il est donc difficile de conclure de façon claire à l’efficacité clinique de l’ail. Voir L’avis de notre pharmacien à ce sujet.

Efficacité possibleHypertension artérielle. L'Organisation mondiale de la Santé indique que l'ail peut être utile en cas d’hypertension modérée. Les auteurs de 2 méta-analyses concluent que l'ail peut effectivement réduire la tension artérielle chez des sujets hypertendus, mais de façon très modeste2,3.

Efficacité incertaineHyperlipidémie. Un haut taux sanguin de cholestérol et de triglycérides constitue un facteur de risque de maladies cardiovasculaires. Malgré des résultats encourageants jusqu’en 19954-7, l’effet des suppléments d’ail sur les taux de lipides sanguins chez l’humain s’est révélé, au mieux, modeste (de 4 % à 6 % de diminution)7. Les auteurs de plusieurs synthèses considèrent donc l’effet de l’ail non significatif sur le plan clinique7-11. De plus, la plupart des essais publiés après 1995 ont été non concluants.

La méta-analyse la plus récente (avril 2009) s’est penchée sur 13 essais à double insu avec placebo de bonne qualité. Dans l’ensemble, les données sont non concluantes, en ce qui concerne l’effet des extraits d’ail sur le taux de cholestérol12. Cette méta-analyse inclut notamment une étude effectuée aux États-Unis auprès de 192 sujets et publiée en 2007. Après 24 semaines de traitement, les résultats se sont avérés négatifs, malgré un dosage plus élevé que celui testé au cours des essais précédents13 (voir notre nouvelle L'ail ne réduirait pas le mauvais cholestérol pour en savoir plus).

Un essai plus récent a été effectué en Russie auprès de 42 hommes souffrant d’hypercholestérolémie : la prise d’un supplément d’ail durant 12 semaines a réduit très légèrement le taux de cholestérol des participants14.

Efficacité incertaineAthérosclérose. Une synthèse publiée en 2001 a porté sur 10 essais. Les auteurs ont relevé que l’ail, sous forme de supplément, réduit légèrement l’agrégation plaquettaire, mais que son effet sur d’autres facteurs de l’athérosclérose n’est pas clair (viscosité du sang et formation de caillots)1. Deux essais non recensés dans cette synthèse indiquent qu’un extrait d’ail vieilli a contré l’agrégation plaquettaire provoquée artificiellement15,16.

Efficacité incertaineDiabète. Bien que des essais sur les animaux indiquent que les suppléments d’ail peuvent avoir un effet hypoglycémiant, dans l’ensemble, les données issues d’essais sur les humains sont non concluantes4,9,10. Cependant, selon des chercheurs chinois, l’ail a des effets antioxydants, anti-inflammatoires et empêche ou réduit la glycation, ce qui en fait un agent intéressant pour ralentir la progression des complications du diabète17. Un essai préliminaire indique également qu’un extrait d’ail spécifique (Allicor®) a eu des effets bénéfiques sur la fructosamine18, une mesure sanguine qui permet d’évaluer le contrôle du diabète au cours des 2 à 3 dernières semaines.

Efficacité incertainePrévention d’une récidive de crise cardiaque. En 1989, des chercheurs allemands ont publié les résultats d’un essai mené durant 3 ans auprès de 432 sujets ayant déjà subi une attaque cardiaque. Les sujets ayant pris un extrait d’ail étaient moins susceptibles de subir une seconde attaque et leur taux de survie a été 50 % plus élevé que celui du groupe témoin19. Cependant, la qualité méthodologique de cette étude est faible et l’analyse statistique des résultats n’est pas claire20.

Efficacité incertaine Prévention du cancer. De nombreux essais in vitro et sur des animaux indiquent que les composés sulfurés de l’ail peuvent avoir un effet anticancer21,22. Au cours des années 1990, plusieurs études épidémiologiques ont établi un lien inverse entre la consommation d'alliacées (ail, oignon, poireau, etc.) et l’incidence de certains types de cancers (estomac, colorectal, prostate, etc.)23-27. Cependant, les données cliniques ne sont pas suffisantes pour conclure que l’ail peut réduire le risque de cancer chez l’humain9,28.

Les données épidémiologiques les plus convaincantes concernent la prévention du cancer colorectal29, même si elles n’ont pas toutes établi de corrélation entre ce type de cancer et la consommation alimentaired’ail30. Certaines données, plus limitées, pointent également vers un possible effet préventif de l’ail contre le cancer de la prostate, de l’oesophage, du larynx, de la bouche, du rein et de l’ovaire30.

Usage reconnu La Commission E, l’ESCOP et l'Organisation mondiale de la Santé reconnaissent l'usage de l'ail comme adjuvant aux mesures alimentaires contre l'hyperlipidémie et en prévention des troubles vasculaires liés au vieillissement (athérosclérose). L'ESCOP reconnaît aussi son usage pour rétablir une bonne circulation sanguine en cas d'insuffisance circulatoire périphérique.

Usage reconnuInfections respiratoires. L'ESCOP reconnaît l’usage de l’ail pour traiter les infections des voies respiratoires. À ce jour, les quelques essais cliniques publiés sont insuffisants pour établir l’efficacité des suppléments d’ail31. Un essai de bonne qualité publié en 2001 a toutefois donné de bons résultats. Parmi les 146 sujets traités, ceux qui ont pris 1 capsule d'ail durant 12 semaines (entre les mois de novembre et février) ont eu moins de rhumes que ceux du groupe placebo. De plus, lorsqu'ils étaient enrhumés, leurs symptômes se résorbaient plus rapidement32. Une étude menée en Russie auprès de 41 enfants a également donné des résultats positifs33, mais sa méthodologie manquait de rigueur20.

Usage traditionnelInfections diverses. Les propriétés antibactériennes et antifongiques de l'ail sont bien connues34. Au cours de divers essais, on a administré de l’ail à des sujets souffrant de gastroentérite, de pneumonie, de gingivite, etc.35 Des études cliniques plus récentes tendent à confirmer les propriétés antifongiques de l'ail en application topique contre le pied d’athlète36-38. Au chapitre du Candida albicans, il n'y a pour l'instant que des études in vitro39-42.

Précautions

Contre-indications

  • Aucune connue, sauf peut-être pour les personnes atteintes de porphyrie, une maladie très rare du métabolisme sanguin (voir Historique).
  • On recommande cependant d'éviter de consommer d'importantes quantités d'ail (aliment ou suppléments) avant et après une intervention chirurgicale en raison de ses effets anticoagulants qui pourraient augmenter les saignements. Aux doses alimentaires habituelles (4 g par jour), l’ail ne présente cependant pas de danger avant une opération43.

Effets indésirables

  • Légers malaises gastro-intestinaux occasionnels à la suite d'une forte consommation d'ail.
  • Certaines personnes peuvent avoir de la difficulté à digérer l’ail cru.
  • Possibles réactions de la peau ou des muqueuses résultant de l'application topique d'ail frais.
  • L'haleine du mangeur d'ail dégage des effluves qui ne sont pas toujours appréciés. La consommation régulière d'ail favorise la formation d'enzymes qui aident à minimiser ces effluves. Manger du persil frais aide également à réduire la mauvaise haleine.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments

  • Les effets de l'ail pourraient s'ajouter à ceux d'autres plantes ou suppléments qui éclaircissent le sang ou qui ont des effets anticoagulants.

Avec des médicaments

  • Les effets des suppléments d’ail pourraient s'ajouter à ceux des médicaments qui éclaircissent le sang ou qui ont des effets anticoagulants. Chez des sujets en bonne santé, l’ail n’a cependant pas interagi avec la warfarine44.

L’avis de notre pharmacien

 

Effets modestes, mais nombreux

Bien que les effets de l’ail soient modestes, ils sont multiples. Comme il touche tous les facteurs de risque cardiovasculaire, il constitue un traitement complémentaire intéressant chez les personnes touchées. Voilà pourquoi la Commission E, l’ESCOP et l'Organisation mondiale de la Santé le reconnaissent comme un traitement adjuvant en cas d'hyperlipidémie et d'athérosclérose. Il a également le potentiel de ralentir la progression des complications du diabète, un autre facteur de risque de maladies cardiovasculaires.

Les points importants à retenir dans l’usage de l’ail sont la dose et la régularité. Comme mentionné dans la fiche, il faut choisir soit un produit normalisé en alliine ou en allicine, soit l’ail vieilli. Il faut en consommer tous les jours. L’usage occasionnel ne confère pas de résultats. Les résultats intéressants dans la prévention des maladies cardiovasculaires apparaissent après plusieurs mois.

La consommation d’ail alimentaire est aussi recommandée. C’est un aliment santé incontournable. Par contre, pour avoir un effet thérapeutique tangible, il faut en manger beaucoup, soit une gousse et plus par jour, ce qui peut être difficile à faire de façon continue.

 

Jean-Yves Dionne, pharmacien

Sur les tablettes

Les recherches ayant permis de déterminer que l'allicine était l'un des principaux composants auxquels on pouvait attribuer certains des effets thérapeutiques des bulbes d'ail et de leurs dérivés, les fabricants offrent de plus en plus des suppléments à base d'extrait d'ail normalisé en allicine.

En fait, la plupart du temps, ce qui est normalisé dans ces produits, c'est la teneur en alliine. En effet, le bulbe d'ail tel quel ne renferme pas d'allicine. L’allicine est un composé très instable qui se forme lorsque l'alliine entre en contact avec un enzyme, l'allinase. Ceci se produit lorsque l'ail est broyé ou coupé.

Plutôt que de parler d'un extrait normalisé en allicine, on devrait donc dire qu'il s'agit d'un extrait dont le potentiel d'allicine est normalisé. Ainsi, un produit contenant 1,3 % d'alliine devrait normalement procurer une bonne dose d'allicine, pourvu que le fabricant se soit assuré que l'allinase, naturellement présente dans le bulbe, est bien préservée dans l'extrait de manière à être libérée au moment voulu pour permettre la production d'allicine.

De même, l'emploi de comprimés à enrobage entérosoluble favorise la formation d'allicine dans les intestins plutôt que dans l'estomac où elle risque d'être détruite par les sucs gastriques, ce qui lui permet d'exercer une activité systémique. Ce type de comprimé réduit également les effluves causant la mauvaise haleine, nuire au potentiel de production d'allicine.

Les experts estiment généralement qu'un supplément normalisé devrait fournir de 3,6 mg à 5,4 mg d'allicine par dose et qu'il devrait être gastrorésistant (ou à enrobage entérosoluble) tout en se dissolvant complètement avant de quitter les intestins, faute de quoi le meilleur des extraits serait totalement inefficace, ce qui a pu se produire au cours de certains essais cliniques ayant donné des résultats négatifs45,46.

L'ail vieilli, quant à lui, est fabriqué suivant un processus de fermentation au cours duquel l'alliine est transformée en une série de dérivés parmi lesquels on ne trouve pratiquement pas d'allicine. Il est par conséquent inodore. Il ne serait pas pour autant inefficace si l’on en croit les quelques essais cliniques dans lesquels on a utilisé ce type d'extrait (principalement le produit Kyolic®). Le dosage doit cependant être plus important que lorsqu'on utilise l'ail frais ou l'ail séché, qu'il soit normalisé ou pas34.

 

Références

Notes

1. Clinical effectiveness of garlic (Allium sativum). Pittler MH, Ernst E. Mol Nutr Food Res. 2007 Nov;51(11):1382-5. Review.
2. Effect of garlic on blood pressure: a systematic review and meta-analysis. Ried K, Frank OR, et al. BMC Cardiovasc Disord. 2008 Jun 16;8:13. Review. Texte intégral : www.biomedcentral.com
3. Effects of garlic on blood pressure in patients with and without systolic hypertension: a meta-analysis. Reinhart KM, Coleman CI, et al. Ann Pharmacother. 2008 Dec;42(12):1766-71.
4. Garlic shows promise for improving some cardiovascular risk factors. Ackermann RT, Mulrow CD, et al. Arch Intern Med 2001 Mar 26;161(6):813-24. 2. 5. Garlic as a lipid lowering agent--a meta-analysis. Silagy C, Neil A. J R Coll Physicians Lond 1994 Jan-Feb;28(1):39-45.
6. Warshafsky S, Kamer RS, Sivak SL. Effect of garlic on total serum cholesterol. A meta-analysis.Ann Intern Med 1993 Oct 1;119(7 Pt 1):599-605.
7. Stevinson C, Pittler MH, Ernst E. Garlic for treating hypercholesterolemia. A meta-analysis of randomized clinical trials.Ann Intern Med 2000 Sep 19;133(6):420-9. Texte intégral : www.annals.org
8. Alder R, Lookinland S, et al. A systematic review of the effectiveness of garlic as an anti-hyperlipidemic agent. J Am Acad Nurse Pract. 2003 Mar;15(3):120-9.
9. Garlic: effects on cardiovascular risks and disease, protective effects against cancer, and clinical adverse effects. Mulrow C, Lawrence V, et al. Evid Rep Technol Assess (Summ). 2000 Oct;(20):1-4. Review. Résumé : www.ncbi.nlm.nih.gov/books Texte intégral : www.ahrq.gov
10. Garlic and cardiovascular disease: a critical review. Rahman K, Lowe GM. J Nutr. 2006 Mar;136(3). Texte integral : jn.nutrition.org
11. Statin alternatives or just placebo: an objective review of omega-3, red yeast rice and garlic in cardiovascular therapeutics. Ong HT, Cheah JS. Chin Med J (Engl). 2008 Aug 20;121(16):1588-94. Review. Texte intégral : www.cmj.org
12. Garlic supplementation and serum cholesterol: a meta-analysis. Khoo YS, Aziz Z. J Clin Pharm Ther. 2009 Apr;34(2):133-45. Review.
13. Effect of raw garlic vs commercial garlic supplements on plasma lipid concentrations in adults with moderate hypercholesterolemia. Gardner CD, Lawson LD, et al. Arch Intern Med 2007; 167: 346-353. Texte integral : archinte.ama-assn.org
14. Lipid-lowering effects of time-released garlic powder tablets in double-blinded placebo-controlled randomized study. Sobenin IA, Andrianova IV, et al. J Atheroscler Thromb. 2008 Dec;15(6):334-8. Texte intégral : www.jstage.jst.go.jp
15. Rahman K, Billington D. Dietary supplementation with aged garlic extract inhibits ADP-induced platelet aggregation in humans. J Nutr. 2000;130(11):2662-2665. Texte intégral : jn.nutrition.org
16. Steiner M, Li W. Aged garlic extract, a modulator of cardiovascular risk factors: a dose-finding study on the effects of AGE on platelet functions. J Nutr. 2001;131(3s):980S-984S. Texte integral : jn.nutrition.org
17. Does garlic have a role as an antidiabetic agent? Liu CT, Sheen LY, Lii CK. Mol Nutr Food Res. 2007 Nov;51(11):1353-64. Review.
18. Metabolic effects of time-released garlic powder tablets in type 2 diabetes mellitus: the results of double-blinded placebo-controlled study. Sobenin IA, Nedosugova LV, et al. Acta Diabetol. 2008 Mar;45(1):1-6.
19. Bordia A. Garlic and coronary heart disease. The effects of garlic extract therapy over three years on the reinfarction and mortality rate [translated from German]. Dtsch Apoth Ztg. 1989;129(suppl 15):16-17. Étude mentionnée dans : Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements - Garlic, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 30 juin 2009]. www.naturalstandard.com
20. Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements - Garlic, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 30 juin 2009]. www.naturalstandard.com
21. Cancer chemoprevention by garlic and its organosulfur compounds-panacea or promise? Nagini S. Anticancer Agents Med Chem. 2008 Apr;8(3):313-21. Review.
22. Anticancer effects of diallyl trisulfide derived from garlic. Seki T, Hosono T, et al. Asia Pac J Clin Nutr. 2008;17 Suppl 1:249-52. Review.
23. Fleischauer AT, Arab L. Garlic and cancer: a critical review of the epidemiologic literature.J Nutr 2001 Mar;131(3s):1032S-40S.
24. Fleischauer AT, Poole C, Arab L. Garlic consumption and cancer prevention: meta-analyses of colorectal and stomach cancers.Am J Clin Nutr 2000 Oct;72(4):1047-52. Texte intégral : www.ajcn.org
25. Takezaki T, Gao CM, et al. Comparative study of lifestyles of residents in high and low risk areas for gastric cancer in Jiangsu Province, China; with special reference to allium vegetables.J Epidemiol 1999 Nov;9(5):297-305.
26. Gao CM, Takezaki T, et al. Protective effect of allium vegetables against both esophageal and stomach cancer: a simultaneous case-referent study of a high-epidemic area in Jiangsu Province, China.Jpn J Cancer Res 1999 Jun;90(6):614-21.
27. Hsing AW, Chokkalingam AP, et al. Allium vegetables and risk of prostate cancer: a population-based study.J Natl Cancer Inst 2002 Nov 6;94(21):1648-51.
28. Clinical effectiveness of garlic (Allium sativum). Pittler MH, Ernst E. Mol Nutr Food Res. 2007 Nov;51(11):1382-5. Review.
29. Does garlic reduce risk of colorectal cancer? A systematic review. Ngo SN, Williams DB, et al. J Nutr. 2007 Oct;137(10):2264-9. Review. Texte integral : jn.nutrition.org
30. Garlic intake and cancer risk: an analysis using the Food and Drug Administration's evidence-based review system for the scientific evaluation of health claims. Kim JY, Kwon O. Am J Clin Nutr. 2009 Jan;89(1):257-64. Review.
31. Garlic for the common cold. Lissiman E, Bhasale AL, Cohen M. Cochrane Database Syst Rev. 2009 Jul 8;(3):CD006206. Review.
32. Josling P. Preventing the common cold with a garlic supplement: a double-blind, placebo-controlled survey.Adv Ther 2001 Jul-Aug;18(4):189-93.
33. Andrianova IV, Sobenin IA, et al. [Effect of long-acting garlic tablets "allicor" on the incidence of acute respiratory viral infections in children]. Ter Arkh 2003;75(3):53-56.
34. Lefrançois P. Phytomedical Reviews : Allium sativum, The Natural Health Products Report, Vol.8, No 5, 1999, Canada.
35. Koch HP, Lawson LD. Garlic, The Science and Therapeutic Application of Allium sativum L. and Related Species, Williams & Wilkins, États-Unis, 1996, p.162-173.
36. Ledezma E, DeSousa L, et al. Efficacy of ajoene, an organosulphur derived from garlic, in the short-term therapy of tinea pedis. Mycoses. 1996 Sep-Oct;39(9-10):393-5.
37. Ledezma E, Marcano K, et al. Efficacy of ajoene in the treatment of tinea pedis: a double-blind and comparative study with terbinafine.J Am Acad Dermatol 2000 Nov;43(5 Pt 1):829-32.
38. Ledezma E, Lopez JC, et al. Ajoene in the topical short-term treatment of tinea cruris and tinea corporis in humans. Randomized comparative study with terbinafine. Arzneimittelforschung. 1999 Jun;49(6):544-7.
39. Ankri S, Mirelman D. Antimicrobial properties of allicin from garlic.Microbes Infect. 1999 Feb;1(2):125-9. Review.
40. Lemar KM, Turner MP, Lloyd D. Garlic (Allium sativum) as an anti-Candida agent: a comparison of the efficacy of fresh garlic and freeze-dried extracts.J Appl Microbiol 2002;93(3):398-405.
41. Allyl alcohol and garlic (Allium sativum) extract produce oxidative stress in Candida albicans. Lemar KM, Passa O, et al. Microbiology. 2005 Oct;151(Pt 10):3257-65. Texte intégral : www.pubmedcentral.nih.gov
42. Inhibition of hyphae formation and SIR2 expression in Candida albicans treated with fresh Allium sativum (garlic) extract. Low CF, Chong PP, et al. J Appl Microbiol. 2008 Dec;105(6):2169-77.
43. Garlic at dietary doses does not impair platelet function. Scharbert G, Kalb ML, et al. Anesth Analg. 2007 Nov;105(5):1214-8. Texte integral : www.anesthesia-analgesia.org
44. Pharmacodynamic interaction of warfarin with cranberry but not with garlic in healthy subjects. Mohammed Abdul MI, Jiang X, et al. Br J Pharmacol. 2008 Aug;154(8):1691-700. Texte intégral : www3.interscience.wiley.com
45. Lawson LD, Wang ZJ. Low allicin release from garlic supplements: a major problem due to the sensitivities of alliinase activity.J Agric Food Chem 2001 May;49(5):2592-9.
46. Lawson LD, Wang ZJ, Papadimitriou D. Allicin release under simulated gastrointestinal conditions from garlic powder tablets employed in clinical trials on serum cholesterol.Planta Med 2001 Feb;67(1):13-8.

 

 

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=ail_ps

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site