referencer site web - referenceur gratuit -

Dossier sur la sorcellerie

Il existe trois sortes de sorcellerie 
La sorcellerie, semble aussi vieille que l’humanité. On en trouve trace dans les civilisations les plus anciennes. Tous les prophètes envoyés par Allah à une nation se firent insulter de magiciens ou de possédés. Allah dit dans le saint Coran :[ Ainsi, aucun Messager n’est venu à leurs prédécesseurs sans qu’ils n’aient dit : « C’est un magicien ou un possédé » ! ][ S51, v52 ] 

La sorcellerie se divise en trois catégories : 

- Sorcellerie figurée. 

- Sorcellerie d’illusion ou encore de prestidigitation. 

- Sorcellerie réelle. 

La première catégorie se base sur des arcanes chimiques, sur la légèreté de la main et la capacité de tromper et de mentir sur les faibles d’esprit. Elle est connue à notre époque par le charlatanisme. Ceux qui pratiquent ce genre de magie n’ont pas, dans la majorité des cas, de lien direct avec les diables comme ceux qui pratiquent la magie réelle. Mais plutôt le savoir-faire et la connaissance des propriétés des matières chimiques, des arcanes, du caractère des gens et la manière de les influencer et de les tromper. 


Exemples de tours de Sorcellerie figurée : 


Souffler sur un bout de tissus et y mettre le feu 

Le charlatan se base encore une fois sur une matière chimique : le phosphore qui s’enflamme au contacte de l’air. Lorsqu’une personne consulte le charlatan pour une maladie quelconque, ce dernier passe un bout de tissu sur le corps comme s’il récupérait la sueur du malade, ensuite il le met dans une boite fermée dont les parois sont enduites de phosphore puis demande au patient de répéter quelques versets avec lui. Il ouvre rapidement la boite et demande au malade de souffler. Le chiffon s’enflamme directement. le charlatan lui fait croire alors qu’il était atteint de la maladie du feu et qu’elle vient de sortir de sa bouche. 


L’écriture avec l’ancre magique 

Cette ruse est basée sur une arcane chimique dans laquelle on utilise le jus de citron ou le jus d’oignon. Le charlatan s’en sert pour écrire sur du papier blanc se qu’il veut faire croire ou écrit le nom d’une maladie en particulier, ensuite il place la feuille sur la poitrine du malade et lui demande de fermer les yeux et de répéter avec lui quelques versets pour le tromper. Il prépare ensuite des braises et y met de l’encens puis passe la feuille au-dessus. Lorsque la feuille chauffe l’écriture apparaît. Il fait croire ainsi au client que les esprits connaissaient sa maladie et l’ont écrite. 

Dans la deuxième catégorie le magicien utilise deux choses importantes par lesquels il peut agir sur l’imagination de l’ensorcelé comme il veut, il lui fait voir ce qu’il veut, c’est deux choses sont : l’ensorcellement des yeux et l’épouvantement. 

Exemples: 

1- Le magicien rassemble les gens autour d’une vache ou d’une chamelle puis ensorcelle leurs yeux. Il stationne au niveau de la tête une fois puis au niveau de la partie postérieure une autre fois. Par l’influence de la magie, les gens croient qu’il rentre par la bouche et ressort par le derrière de l’animal. 

2- Ce que font les clowns comme mensonge et tromperie: faire rentrer un œuf par la bouche et le faire ressortir par l’œil, avaler une quantité de lames de rasoirs reliés par un fil ou mettre une femme dans une boite qu’on transperce par la suite de plusieurs épées sans que la femme ne soit atteinte. 

3- Certains escroqueurs remplissent des valises de feuilles blanches que l’ensorcelé croit être de l’argent ( à blanchir). Le magicien l’attire en lui disant : « je te donne cent mille contre dix mille » et l’ensorcelé se fait avoir. Après quelques heures l’influence de la magie disparaît les cent mille deviennent des feuilles blanches sans valeur. 

4- Le magicien influence la pensée de la personne qui se soumet à lui et lui donne tout son argent de plein gré. Lorsque le pouvoir de la magie disparaît, l’ensorcelé découvre qu’il a été envoûté et volé. 

Dans la troisième catégorie, le sorcier utilise des incantations, des talismans, des sorts sataniques et des nœuds qui ont une forte influence dans les cœurs, les corps et les esprits 

Exemples: 

1- On envoie au sorcier une chose appartenant à la personne que l’on désir ensorceler tel un morceau de ses vêtements, ses cheveux ou ses ongles. Si cela est impossible, le sorcier se contente du nom de sa mère pour pouvoir trouver un signe par lequel il relie le sort et l’ensorcelé. Le sorcier fait des nœuds contenant la trace de l’ensorcelé et lit ensuite ses formules sataniques par lesquelles il demande l’aide aux mauvais esprits. Ces satans qu’il adore et auxquels il obéit en dehors d’Allah, l’aident et lui mettent à disposition des mauvais esprits qui s’attachent au corps de la personne visée. Le Satan attaché à l’ensorcelé s’appelle “le serveur de la magie”. Il l’accompagne jusqu’à ce qu’il trouve l’occasion propice pour pénétrer dans son corps et ne le relâche plus jusqu’à ce que le sort soit annulé et les nœuds défaits. Les nœuds attachés aux feuilles contenant les formules sataniques sont mises dans un endroit proche ou lointains de l’ensorcelé. 

Aïcha la femme de Mohamed (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a rapporté que ce dernier avait été ensorcelé au point qu’il s’imaginait avoir fait une chose qu’il n’avait pas faite. Or, un certain jour qu’il était chez moi (dit-elle), il invoqua Allah à plusieurs reprises, puis il me dit : « Oh Aïcha, sais-tu qu’Allah vient de me donner la décision que je lui avais demandée.- Et comment cela, ô envoyer d’Allah, demandais-je.- Deux hommes, me répondit-il, vinrent à moi ; l’un s’assit à mon chevet, l’autre à mes pieds. Puis l’un d’eux dit à son compagnon : « De quoi souffre cet homme ? - Il a été ensorcelé.- Qui l’a ensorcelé ? - Lebid ben El Asam, le juif des Benou Zoraïq. -Et sur quoi ? - Sur un peigne, une mèche de cheveux et l’enveloppe d’une spathe de palmier mâle.- Ou sont ces objets ? - 

Dans le puits de Dzou Arouan. » Le prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) accompagné d’un groupe de ses compagnons, se rendit au puits; il le vit entouré de palmiers. Revenant alors auprès de Aïcha, il dit : « Par Allah ! on aurait dit que son eau était une infusion de henné et que ses palmiers avaient des têtes de démon.- O envoyé d’Allah, demanda Aïcha, as-tu retiré ces objets ?- Non, répondit-il, parce qu’Allah m’avait soulagé et guéri et que j’ai craint de provoquer par-là une animosité contre les fidèles. » Ensuite il donna l’ordre de combler le puits. [Rapporté par Al Bokhari] 


Verdict de l’islam concernant la sorcellerie et la peine du sorcier 


Le jugement de la magie se scinde en deux parties 
La sorcellerie réelle et la sorcellerie illusionniste 

Ces deux sortes de magie ne sont réalisées qu’avec l’aide des chayatines (satans) et leur adoration par les actes et les paroles, que ce soit directement ou indirectement. Ces deux sortes de magie ne sont que mécréance et association à Allah -le Très Haut-. Il n’est pas permis au musulman de les apprendre ni de les enseigner. 

Allah -le Très Haut- dit : [Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Salomon. Alors que Salomon n’a jamais été mécréant mais bien les diables : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Harout et Marout, à Babylone ; mais ceux-ci n’enseignaient rien à personne, qu’ils n’aient dit d’abord : « Nous ne sommes rien qu’une tentation : ne sois pas mécréant » ; ils apprennent auprès d’eux ce qui sème la désunion entre l’homme et son épouse. 

Or ils ne sont capables de nuire à personne qu’avec la permission d’Allah. Et les gens apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable. Et ils savent, très certainement, que celui qui acquiert [ ce pouvoir ] n’aura aucune part dans l’au-delà. Certes, quelle détestable marchandise pour laquelle ils ont vendu leurs âmes ! Si seulement ils savaient ! (102)][ Al-Baqarah (2)] 

[ Jette ce qu'il y a dans ta main droite; cela dévorera ce qu'ils ont fabriqué. Ce qu'ils ont fabriqué n'est qu'une ruse de magicien; et le magicien ne réussit pas, où qu'il soit ». (69)][ Ta-Ha (20)] 

Personne ne peut soumettre ni posséder les djinns après l’invocation de Salomon (paix et bénédiction d’Allah sur lui) [ Il dit : « Seigneur, pardonne-moi et fais-moi don d’un royaume tel que nul après moi n’aura de pareil. C’est Toi le grand Dispensateur. »(35) ][ Sad (38)] 


Quel est donc le secret de la relation qu’ont les magiciens avec les satans ? Les satans mécréants parmi les djinns choisissent la mécréance, l’association et les interdits ; Ibliss et son armée parmi les satans désirent et cherchent le mal [ Il dit encore : « Vois-Tu ? Celui que Tu as honoré au-dessus de moi, si Tu me donnais du répit jusqu’au jour de la Résurrection, j’éprouverai, certes, sa descendance, excepté un petit nombre [parmi eux] ». (62)][ Al-Isra (17)]. Lorsque l’âme ou l’humeur de l’être humain se pervertissent, ce dernier désire tout ce qui nuit et y éprouve un énorme délice. Lorsqu’il s’approche des satans par ce qu’ils désirent comme mécréance et association, l’homme doit leur remettre des “pots-de-vin” en échange de leur service: La relation est donc basée sur la mécréance. 

Les satans ne répondent aux sorciers que lorsque ces derniers mécroient en Allah. La mécréance prend différentes formes selon les désirs des satans : L’écriture des versets coraniques avec l’urine ou le sang des menstrues ; jeter ou enterrer le coran dans les poubelles ou les toilettes après l’avoir déchiré ; consacrer aux diables certaines prières comme la prière de Fajr ou celle de l’Asr. 


Cette mécréance est le prix de l’apprentissage de cette magie. 

La peine légale « Hadd » de celui qui pratique la magie est la condamnation à mort. Le sorcier qui commet dans sa magie un acte qui fait sortir de l’Islam sera tué car il s’est détourné de la religion. Si sa magie a causé la mort de quelqu’un, on le tuera par loi du talion. Toutefois, il y a divergence au sujet de la peine légale de celui qui ne pratique pas dans sa magie quelque chose qui le fait sortir de l’Islam et qui n’a point tué. 

L’avis le plus correct est qu’il soit tué en raison de son apostasie: tel est l’avis d’Abou Anifa, l’Imam Malick et l’Imam Ahmad ( qu’Allah leur fasse miséricorde ) car il est devenu mécréant à cause de sa magie ; la preuve : [Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Salomon. Alors que Salomon n’a jamais été mécréant mais bien les diables : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Harout et Marout, à Babylone ; mais ceux-ci n’enseignaient rien à personne, qu’ils n’aient dit d’abord : « Nous ne sommes rien qu’une tentation : ne sois pas mécréant » ; ils apprennent auprès d’eux ce qui sème la désunion entre l’homme et son épouse. Or ils ne sont capables de nuire à personne qu’avec la permission d’Allah. Et les gens apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable. 

Et ils savent, très certainement, que celui qui acquiert [ ce pouvoir ] n’aura aucune part dans l’au-delà. Certes, quelle détestable marchandise pour laquelle ils ont vendu leurs âmes ! Si seulement ils savaient ! (102) ][ Al-Baqarah (2)] 

Dans le sahih d’Al-Bokhari : Bajala Ben Abda a dit : « Omar Ben Al-Khattab (qu’Allah l’agrée) a écrit : Tuez tout magicien et toute magicienne ; nous en avons tué trois. » 

Selon l’Imam Malick dans Al-Mouwatta, il a été certifié que Hafsa la mère des croyants (qu’Allah l’agrée) avait ordonné de tuer une esclave qui lui appartenait pour l’avoir ensorcelé ; elle fut exécutée alors. 


La magie figurée

Comme il a été démontré auparavant ce genre de magie est une sorte de tromperie qui se base sur l’habilité et la légèreté de la main. Il n’atteint pas le degrés de mécréance, donc dans ce cas, le sorcier peut ne pas être tué mais seulement punis. 


Consulter les sorciers et les devins 

La consultation des sorciers et des devins est devenue monnaie courante de nos jours, en effet de nombreux musulmans veulent causer du mal et tenter leurs frères dans l’islam. Faire du mal et affecter un musulman est un péché énorme. Allah -le Très Haut- dit : [ Et ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu’ils l’aient mérité, se chargent d’une calomnie et d’un péché évident. (58)][ Al-Ahzab (33)] [ Ceux qui font subir des épreuves aux croyants et aux croyantes, puis ne se repente pas, auront le châtiment de l’enfer et le supplice du feu.(10)][ Al-Buruj (85)] 

Abou Mass’oud a dit : « Le prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a déclaré illicite le prix du chien, la dot de la femme adultère et les honoraires des magiciens. »[Rapporté par Al Bokhari] 

Abou Horaira (qu’Allah l’agrée) a rapporté que l’envoyé d’Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « le musulman est le frère du musulman: il ne doit ni le trahir, ni le mentir ni tarder à le secourir. La personne du musulman est sacrée pour tout musulman comme ils le sont : son bonheur, ses biens et son sang. La piété se trouve là (et il montra le cœur). Il suffit à un homme de commettre un acte de mal envers son frère en le méprisant » [Rapporté par Al-Tirmidhi] 

Le pire, c’est que le mal ne se restreint pas aux frères dans l’islam mais affecte les proches parents. On trouve alors des mères qui ensorcellent leurs fils pour qu’ils ne se détournent pas d’elles en faveur de leurs épouses ou des femmes qui ensorcellent leurs maris pour qu’ils ne les quittent pas. Tout cela est une ignorance de leur part et un embellissement de leur acte par satan. Ils ignorent que la magie a des conséquences douloureuses hormis celles qu’ils désirent comme par exemple des maux de tête qui ne peuvent pas être calmés même si l’on prend les plus fort antalgiques, des douleurs dorsales et d’articulation, l’insomnie, des dépressions ou des maux de ventre si le sort était mis dans la boisson ou la nourriture… 

On rapporte que Aïcha (qu’Allah l’agrée) a dit : « Certaines personnes ayant interrogé l’Envoyé d’Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) au sujet des devins en obtinrent la réponse suivante : « Leurs paroles n’ont aucune valeur.- Mais, ô l’Envoyé d’Allah, répliquèrent-ils, il arrive par moments qu’ils nous rapportent des choses qui se vérifient.- Ces paroles vérifiées, repartit l’Envoyé d’Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) ils les tiennent par surprise des génies qui les jettent dans l’oreille de son maître (le devin) et ceux-ci les mélangent avec cent discours mensongers. » [Rapporté par Al Bokhari] 

Le prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Celui qui consulte un devin au sujet de quelque chose et le croit, ses prières ne seront pas acceptées pendant quarante jours.» [Rapporté par Moslim] 

Selon Abou Horaira (qu’Allah l’agrée) le prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Celui qui consulte un devin ou un sorcier et le croit, il a mécru en ce qui a été descendu sur Mohammad (paix et bénédiction d’Allah sur lui) [Rapporté par Ahmad] 


Deux sortes de personnes consultent les sorciers et les devins 

Ceux qui les consultent en sachant que leur but ne peut être réalisé qu’avec l’aide des chayatines (satans) et le rapprochement vers eux en mécroyant en Allah. S’ils acceptent cela et appliquent ce qu’on leur demande, nul doute qu’ils ont mécru car on peut leur ordonner de participer à la mécréance et à l’association en égorgeant pour satan. 

Ceux qui les consultent en ignorant leur manière de faire et que l’association et la mécréance sont derrière tout cela. Ceux-là, tombent dans deux dangers 

a- Ils ne sont pas à l’abri de la ruse du sorcier lui-même. 

b- Ils rentrent dans le cadre du hadith cité auparavant.
La sorcellerie dans l'islam, le Christianisme et le Judaisme
Dans l'ancien testament, l'on faisait déjà référence à la sorcellerie. Elle est qualifiée de pratique abominable. De ce fait, les praticiens sont soumis à des condamnations strictes et fermes. Augure, devin, astrologue, enchanteur et magicien rentrent tous dans cette catégorie. Les personnes qui en font partie sont susceptibles de subir une mort par lapidation. En Europe, les croyances païennes caractérisent les sorcières comme de simples femmes de chamans qui subissent le revers de la propagande chrétienne les qualifiant d'êtres malveillants. La pratique de la magie était déjà connue par les Européens bien avant l'arrivée duchristianisme. La magie faisait alors partie de la vie quotidienne. Avec l'arrivée des clergés, la population pensait apprendre une autre forme de magie et ne s'attendait pas du tout à une toute nouvelle réforme. C'est peut être pour cela que la chrétienté intègre les pratiques ancestrales en reprenant l'emploi de talismans et d'amulettes ainsi que les figurines des Saints et du Christdans les lieux de culte. En général, la sorcellerie désigne les pratiques qui visent à influencer les énergies d'un lieu, d'une personne ou d'un objet.


Les néo-païens associent la sorcellerie à une forme de projection chrétienne. Et pour cause, bien avant le monothéisme, des traditions religieuses et de magie blanche avaient déjà pour objectif de contrer les praticiens de la sorcellerie classée comme étant de la magie noire. Des anciennes écritures en provenance de Babylone et d'Égypte prouvent cette affirmation. Le fait que le praticien a le pouvoir d'agir sur l'esprit provoque de la malchance, des maladies inexplicables voire une mort brutale.


Face à ces effets négatifs, une autre forme de magie visant à rompre la malédiction voit le jour. Celle-ci a la capacité de briser l'enchantement et le sortilège. Ces idées reçues expliquent peut être la raison pour laquelle l'on considère bon nombre de pratiques magiques comme des actes de sorcellerie. Parmi les pratiques les plus connues, l'on peut citer la confection de poupées en cire, en argile ou en chiffon qui représente une personne réelle sur laquelle l'on désire jeter des sorts. Pour cela, toutes les actions que l'on inflige à la poupée se transmet directement à la personne que l'on souhaite atteindre. C'est ce que l'on a l'habitude d'appeler « la poupée vaudou ». L'on peut également évoquer la nécromancie. Il s'agit d'une pratique qui permet d'entrevoir l'avenir grâce à l'intervention d'un mort. D'après de nombreuses croyances, les pouvoirs que les sorcières et les sorciers détiennent leur ont été procurés après qu'ils aient signé des pactes avec le diable. Ils lui offrent leurs âmes et en contrepartie, celui-ci leur donne des pouvoirs surhumains. Pour les chercheurs, il s'agit d'une explication simpliste pour expliquer leurs pouvoirs surnaturels tels que tourmenter les esprits ou voler dans les airs.
sorcellerie


Mais c'est en Afrique que la pratique de la sorcellerie connaît une plus grande importance. Elle fait partie de nombreuses traditions et les cultes magiques entrent dans les us et coutumes. Le Vaudou, le Candomblé, l'Obeah et la Santeria sont originaires de ce continent. Les praticiens sont classés en deux catégories. D'un côté, l'on retrouve le « inyanga » qui veut dire guérisseur. Son travail consiste à recourir à une autre forme de magie pour soigner des maux causés par la sorcellerie. Il fournit des gris-gris censés conjurer le mauvais sort et libérer sa clientèle du joug du mal. Et d'un autre côté, l'on rencontre le « thakatha » qui pratique des actions malveillantes pour détruire autrui. Parfois, l'on retrouve une troisième entité baptisée « sangoma ». Il correspond à un devin qui se dit avoir le don de voir en l'avenir. Il prédit le futur, détecte les maladies et arrive même à identifier le responsable du mal ou l'identité du sorcier. Selon plusieurs sources, la différence entre les autres formes de magie et la sorcellerie réside dans le but de la pratique, la dernière étant toujours qualifiée de vecteur des forces du mal.

 

Les symptomes de la sorcellerie, de la possession, et du mauvais oeil 

La magie de la désunion

Allâh (تعالى) a dit : {Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Solayman. Alors que Solayman n'a jamais été mécréant mais bien les diables : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Harout et Marout, à Babylone; mais ceux-ci n'enseignaient rien à personne, qu'ils n'aient dit d'abord : "Nous ne sommes rien qu'une tentation : ne soit pas mécréant"; ils apprennent auprès d'eux ce qui sème la désunion entre l'homme et son épouse.} (2/102)

Selon Jabir (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Iblis place son trône sur la mer. Puis il envoie ses armées à travers le monde. Celui de ses agents qui est le plus proche de lui est celui qui provoque la plus grande corruption. L'un d'eux vient et dit : "J'ai fait cela et cela".
Iblis lui répond : "Tu n'as rien fait".
Puis un autre arrive et rapporte : "Je ne l'ai pas quitter (l'homme) avant que de l'avoir fait divorcer de son épouse".
Iblis lui répond alors : "Oui, toi ! (tu as bien agi)""
. (Ahmad)

La magie de la désunion a pour but de séparer deux personnes ou de semer la haine entre deux amis ou proches.

    Ses symptômes

    - Un bouleversement du comportement et des sentiments de façon brusque. On passe d'un amour profond à une haine viscérale.

    - Quand il est loin de chez lui, il éprouve une forte envie de retrouver sa famille, mais quand il rentre, il la haït

    - Le soupçon non fondé quant aux agissements de l'autre.

    - Le refus des excuses.

    - Le fait d'aggraver les raisons d'un désaccord même si elles sont minimes.

    - Dégoût des actes de l'autre, haine de tout ce que l'autre peut faire.

La magie de la passion

Cette magie n'a d'autre but que de se faire aimer ardemment par une personne déterminée ou bien afin qu'elle lui obéisse aveuglément.

    Ses symptômes

    - L'engouement et l'amour violent.

    - Un désir ardent de faire l'amour plusieurs fois avec la personne en question.

    - L'impatience.

    - L'incapacité de s'éloigner d'elle.

    - L'Obéissance complète. L'homme se soumet aveuglément à ses ordres.

    Ses effets secondaires

    - L'époux peut tomber malade du fait de cette magie.

    - Parfois, la magie se renverse. L'époux éprouve du dégoût vis à vis de sa femme. Cela relève de l'ignorance du sorcier.

    - Quelques fois, l'épouse emploie une sorcellerie double, de sorte qu'il déteste toutes les femmes hormis elle. Dans ce cas, l'époux va détester sa mère, ses soeurs, ainsi que toutes les femmes proches de lui.

    - Cette double sorcellerie peut elle aussi se renverser. Dans ce cas, l'homme va détester toutes les femmes même la sienne.

La magie pour empêcher le mariage

Le sorcier demande un objet appartenant à cette fille ainsi que le prénom de sa mère. Et il charge un djinn ou plusieurs djinns de l'exécution de cette sorcellerie. Le djinn en question va à la rencontre de la fille que l'on veut envoûter et reste tout près d'elle jusqu'à ce qu'il trouve une faille pour entrer dans son corps. Lorsque le djinn a réussi à pénétrer dans le corps de la femme, il la met dans état de dérangement et de gêne à chaque fois qu'un homme demande sa main. Du fait de cette magie, la femme peut présenter des migraines et des céphalées.

    Ses symptômes

    - Migraine d'un moment à l'autre.

    - Un resserrement au niveau du coeur qui devient de plus en plus fort à partir du coucher du soleil jusqu'à la moitié de la nuit.

    - Le fiancé prend un aspect laid et repoussant.

    - La distraction mentale, impossibilité de suivre une discussion.

    - Angoisse et insomnie.

    - Malaise et agitation de l'esprit.

    - Sommeil agité.

    - Maux d'estomac fréquents.

    - Maux au niveau de l'épine dorsale.

Le nouage

C'est la défaillance de l'homme, qui bien que valide physiquement, ne peut avoir de rapports sexuels avec sa femme. C'est pour cela que l'on dit qu'il est "noué".

L'érection est causée par un flux sanguin dans les corps spongieux et caverneux de la verge. Lorsque l'homme veut avoir un rapport avec sa femme, le djinn associé à cette magie empêche ce flux sanguin si bien que le sang se retire rapidement de la verge qui se détend et devient sans vigueur.

On peut distinguer également de nouements chez la femme qui sont :

    Le nouement de l'empêchement

    La femme essaie d'empêcher son mari de faire l'amour avec elle en collant ses jambes l'une contre l'autre de sorte qu'il ne puisse pas accomplir l'acte sexuel.

    Le nouement de l'apathie

    Lorsque l'époux à l'intention d'entrer en relation sexuelle avec elle, le djinn la rend insensible à la séduction. Elle est totalement indifférente et insensible. Dans ce cas, étant donné que le plaisir est inexistant, les glandes femelles ne déversent pas les substances qui doivent normalement assouplir et humidifier les parties génitales de la femme. Par conséquent, l'orgasme n'est pas atteint et le rapport est rompu.

    Le nouement de l'hémorragie

    Ce nouement est une menstruation excessive causée par un djinn dans le cas où l'époux a l'intention d'accomplir l'acte sexuel.

    Le nouement de l'obstruction

    Quand l'époux veut faire l'amour avec sa femme, il se trouve devant un barrage insurmontable de la chair, par conséquent, l'acte conjugal est rompu.

    Le nouement de l'enfoncement de l'hymen

    L'homme épouse une jeune fille vierge et lorsqu'il veut consommer le mariage, il la trouve pas vierge jusqu'à ce qu'il se mette à douter de ses agissements. Ceci a pour but de rompre le mariage. Mais lorsque l'on traite la jeune fille et que l'on rompt la magie, l'hymen reprend sa place naturelle.

La stérilité non organique

Dans le cas de la femme, un djinn s'établit dans l'utérus pour empêcher la fécondation, ou bien après la grossesse, le djinn provoque un écoulement de sang ce qui conduit à l'avortement causé par exemple à un accouchement prématuré.

    Ses symptômes

    - Une succession de fausse couche

    - Un resserrement au niveau du coeur de la tombée de la nuit jusqu'à sa moitié

    - La distraction mentale

    - Des douleurs au niveau du dos

    - Les insomnies

    - Les cauchemars.

La magie de l'imagination

Allâh (تعالى) a dit : {Ils dirent : "Ô Moïse, ou bien tu jetteras (le premier), ou bien nous serons les premiers à jeter". "Jetez" dit-il. Puis lorsqu'ils eurent jeté, ils ensorcelèrent les yeux des gens et les épouvantèrent, et vinrent avec une puissante magie.} (7/115-116)

et : {Il dit : "Jetez plutôt". Et voilà que leurs cordes et leurs bâtons lui parurent ramper par l'effet de leur magie.} (20/66)

    Ses symptômes

    - Voir quelque chose d'immobile bouger devant nos yeux

    - Voir ce qui est petit de façon immense et ce qui est grand de façon minuscule.

La magie de la folie

    Ses symptômes

    - La distraction, l'ébahissement et l'oubli excessif

    - Le bouleversement du discours

    - Avoir le regard hagard, fixité du regard

    - L'impossibilité de garder une place fixe ou de rester dans un lieu trop longtemps

    - L'impossibilité d'achever un travail donné

    - Dans un état excessif, le malade erre ça et là, à l'aventure sans but. Il peut même se coucher dans des lieux déserts.

La magie de l'indolence

    Ses symptômes

    - L'amour de la solitude

    - L'isolement complet

    - Le silence continuel

    - La distraction mentale

    - L'insociabilité

    - Mal à la tête perpétuel

    - Lenteur et langueur continuelles

La magie de la maladie

    Ses symptômes

    - Douleur perpétuelle à l'un des membres du corps

    - Crises d'épilepsie

    - Paralysie d'un membre

    - Paralysie totale

    - Inaction d'un des 5 sens

Ces symptômes ne peuvent être dus qu'à une maladie organique. On distinguera entre les deux en faisant la roqiya au malade. S'il est pris de maux de tête et qu'il a le corps engourdi alors dans ce cas il est envoûté. Dans le cas contraire, il doit consulter un médecin.

La possession par un djinn

Il existe differents stade de possession

    L'obsession

    Ce cas n'est pas vraiment une possession mais le démon fait une pression sur les pensées de la personne par des pensées obsédantes et dont il ne peut les chasser de don cerveau ce qui fait qu'il se trouvera torturer moralement par ces pensées parasites qui avec le temps fera qu'il deviendra une personne nerveuse et instable qui s'énerve très facilement à cause de ces idées stressantes de meme qu'ils rendront cette personne très malheureuse.

    La possession sur le cerveau

    Dans ce genre de cas le djinn peut parler par la bouche du malade, le malade sent des sensations bizarre comme le fait de se dire que fait-il dans ce monde et il se sent étrange à lui-meme vivant dans un monde irréel comme s'il ne possède pas une volonté.

    La possession d'une partie du corps

    Ce genre de possession se manifeste par des douleurs dans une partie du corps et qui ne dure pas toute la journée les symptomes de cette possession se fait par des douleurs au dos, des céphalées, un bourdonnement dans la tete. Pendant la roqya dans ce genre de possession, soit le djinn parle de la bouche du malade, soit le malade sent cette douleur se déplacer dans son corps.

    La possession de tout le corps

    Dans ce cas de possession le malade se trouve dans un genre de coma profond du fait que le djinn à pris possession de tout le corps.

    La possession indirecte

    Le malade ressent des douleurs dans son corps mais lorsque il ferme les yeux ou lorsque il est endormi il voit une créature devant ses yeux. Ce genre de possession dans la plupart des cas à une relation avec un sortilège.

    La possession partielle

    Le malade se trouve parfois très bien mais des fois il ressent une force pénetrait dans son corps et qui fait qu'il change brusquement de caractère et devient irritable. Lorsque cette force le quitte il redevient normal.

Les symptomes d'une possession sont très variés :

  •  

      Angoisse et insomnie

      Les cauchemars très frequents

      La vision d'animaux dans les rêves tels que des serpents, des chiens noirs…

      Pousser des cris, rire ou pleurer

      Se lever durant la nuit et marcher tout en étant endormi

      Se voir tomber d'un lieu élevé durant son sommeil

      Se voir dans un cimetière, un endroit sale telle qu'une décharge publique

      Faire des rêves érotiques trop fréquemment (c'est le cas du djinn amoureux)

      Voir des gens ayant une apparence bizarre dans ses rêves

      Voir toujours une même personne ou un même animal dans un rêve

      Se voir parmi des morts durant ses rêves

      Les maux de tête fréquents, migraine

      Le fait de se détourner et de répugner fortement à l'écoute du Coran et de l'appel à la prière

      L'évanouissement, l'entrée dans une crise ou le fait de tomber quand on récite (du Coran) sur l'intéressé;

      Le fait que le démon qui possède l'intéressé parle quand on récite sur lui

      La distraction mentale, le malade est tout le temps absent

      L'indolence et la paresse, le malade n'a envie de rien faire, il se laisse aller

      Une douleur persistante dans un membre ou dans tout le corps

      Le malade parle seul ou ne parle pas du tout

      Pensées obsessionnelles

      Avoir la poitrine serrée à partir de la tombée de la nuit

      Troubles de la vision (flashs, filets grisâtres, visions étranges..)

      Les signes de la manifestation du djinn pendant la lecture du Coran

      - Le malade ferme les yeux ou se met à cligner des yeux très rapidement ou pose ses mains sur ses yeux.

      - Une violente convulsion dans le corps ou une légère sur les extrémités du corps.

      - Le djinn pousse des cris ou vocifère

      - Le djinn se présente en prononçant son nom.

      - Un violent sursaut du malade.

      Tu peux parfois croire que le djinn est sorti alors qu'il se trouve encore à l'intérieur du malade. Pour t'en rendre compte, pose ta main sur les genoux et sur la tête du malade. Si tu sens de légers tressaillements anormaux c'est qu'il est encore présent.

  • Ses symptômes durant le sommeil

    Ses symptômes à l'état de veille

Les differences entre la possession par un djinn et l'ensorcellement

- Dans le cas de possession, le djinn va parler rapidement contrairement a la sorcellerie ou il ne parlera pas.

Et pour la sorcellerie uniquement :

- le malade se met à pleurer alors qu'il est saint d'esprit. Lorsque tu lui demandes pourquoi il pleure, il te répond que c'est malgré lui.

- Le malade vomit un caillot de couleur jaune ou noire. Il s'agit d'une sorcellerie bue ou mangée.

- Le malade ressent des brûlures au niveau du ventre.

Ce qui annule l'Islam: La sorcellerie 7/9 par abell95

la Sorcellerie : Interdiction, manifestations et Traitement (Rouqiya)

 

La sorcellerie est une pratique interdite en Islam. Elle se définit comme étant le fait de donner au faux une apparence vraie. Elle résulte d’un pacte conclu entre les diables et le sorcier dans le but de faire du mal. Elle peut avoir des conséquences fâcheuses sur la santé physique ou mentale de celui qui y croit. La sorcellerie est généralement utilisée pour provoquer la désunion dans la famille et séparer les époux.

Au terme du pacte en question, le sorcier fait venir le Djinn en usant de langage et de formules d’idolâtrie et de reniement de la foi en Dieu. Parfois, le sorcier utilise des écrits d’envoûtement ou des drogues et des ingrédients infectes susceptible d’intoxiquer la personne visée ou d’exercer une influence sur son état mental. C’est pourquoi, selon l’opinion unanime des docteurs de la loi, le sorcier est passible de la peine de mort.

1-Les rites d’initiation et du rapprochement du sorcier au Diable :

Le sorcier peut se rapprocher du Diable de différentes manières, à savoir :

- le culte des étoiles

- la fabrication de talisman, gri-gri ou amulette portant des formules d’incroyance (koufr),

- chausser des feuillets du Coran et entrer aux toilettes avec,

- écrire des versets du Coran avec un liquide impur comme par exemple le sang menstruel,

- écrire des versets du Coran sur le talon,

- écrire la Fatiha à l’envers,

- faire la prière sans ablutions,

- faire le sacrifice d’une bête au Diable sans citer le nom d’Allah en l’immolant et déposer la bête sacrifiée à l’endroit désigné par le Diable,

- Faire l’amour avec sa mère ou avec sa fille,

- boire du sang humain ou manger la chair humaine

Le sorcier commence par accomplir un de ces rites, mais à la demande du Diable, il finit par accomplir l’ensemble de ces rites, ce qui peut renforcer leur lien au fur et à mesure de l’accomplissement de ceux-ci.

Mais ils ne peuvent faire aucun mal sans la permission d’Allah. La sorcellerie n’a d’effet que sur ceux qui ont la foi faible.

2-La sorcellerie d’après le Coran et la Sunna :

A-Preuves de l’existence des Djinns et des Diables :

Il ne peut y avoir de sorcellerie sans l’existence de Diables et de Djinns. Ce sont eux qui ont appris aux hommes la sorcellerie et la magie.

a) preuves selon le Coran :

Le Coran révèle que les Juifs ont abandonné la Vérité des messages divins et suivi ce que dictaient les Diables comme magie au royaume de Salomon :

« Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Solayman. Alors que Solayman n’a jamais été mécréant mais bien les diables : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Hârout et Mârout, à Babylone ; mais ceux-ci n’enseignent rien à personne, qu’ils n’aient dit d’abord : « Nous ne sommes rien qu’une tentation : ne sois pas mécréant » ; ils apprennent auprès d’eux ce qui sème la désunion entre l’homme et son épouse. Or ils ne sont capables de nuire à personne qu’avec la permission d’Allah. Et les gens apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable. Et ils savent, très certainement, que celui qui acquiert ce pouvoir n’aura aucune part dans l’au-delà. Certes, quelle détestable marchandise pour laquelle ils ont vendu leurs âmes ! Si seulement ils savaient ! » Coran 2.102

« Dis : Il m’a été révélé qu’un groupe de Djinns prêtait l’oreille, puis dirent : ‘‘ Nous avons certes entendu une lecture merveilleuse (le Coran) qui guide vers la droiture. » 72.1

« O peuples des djinns et d’hommes ! Si vous pouvez sortir des domaines des cieux et de la terre, alors faites-le. Mais vous ne pouvez en sortir qu’à l’aide d’un pouvoir. » 55.33

« O communauté des djinns et des humains, ne vous est-il pas venu des messagers, choisis parmi vous, qui vous ont communiqué mes enseignements et averti de la rencontre de ce jour ? » 6.130

« Qu’il y avait parmi les humains des mâles qui cherchaient protection auprès des mâles parmi les djinns mais cela ne fit qu’accroître leur détresse. » 72.6

« Lorsque Nous dirigeâmes vers toi une troupe de djinns pour qu’ils écoutent le Coran » 46.29

Le mot ‘‘djinn’’ est cité 29 fois dans le Coran.

b) preuves selon la Sunna :

Ibn Messaoud rapporte : « Nous étions une nuit avec le Prophète quand soudain nous le perdîmes de vue. Nous l’avons cherché en vain jusqu’au matin. Il revint du côté de Hira, nous lui fîmes part de notre inquiétude sur son absence, il répondit : « Je reçus un émissaire des djinns, je suis allé avec lui leur réciter le Coran ». Nous partîmes et il me montra les traces de leur campement et de leur feu. On lui demanda la provision, il leur dit : « Vous aurez tout os sur lequel fut invoqué le nom de Dieu et toute crotte pour nourrir votre bétail. » (Muslim)

Aicha rapporte que le Prophète (s) a dit :

« Les anges furent créés de lumière, les djinns furent créés d’une flamme de feu sans fumée et Adam fut créé de ce qu’il vous a été décrit. » (Ahmed et Muslim)

Abdulhah ibn Umar rapporte cette parole du Prophète (s) :

« Si l’un de vous mange, qu’il mange avec sa main droite et s’il boit, il boit avec sa main droite, car le diable mange et boit avec sa main gauche. » (Muslim)

D’après Abu Hourayra, le Prophète (s) a dit :

« Il n’y a pas de nouveau-né qui ne soit piqué par le diable jusqu’à ce qu’il pousse un cri à l’exception du fils de Marie et sa mère. » (Bukhari)

Abu Saïd al-Khudri rapporte ce hadith du Prophète :

« Si quelqu’un bâille, qu’il mette sa main sur sa bouche, sinon le diable rentre. » (Muslim)

D’après Qatada, le Prophète(s) a dit :

« Le beau rêve est de Dieu et le cauchemar de Satan. Celui d’entre vous qui voit quelque chose qu’il déteste, il souffle trois fois à sa gauche et se protège contre le diable (réciter le verset de protection). Sa vision ne lui fait aucun mal . » (Bukhari et Muslim)

Safiya bint Houyay rapporte ce hadith du Prophète (s) :

« le diable court comme le sang dans les veines de l’homme » (Bukhari et Muslim)

B- Preuves de l’existence de la sorcellerie ou de la magie :

a) Dans le Coran :

« Dis : Je cherche protection contre le mal de celles qui soufflent sur les nœuds. » 113.4

« Et les magiciens vinrent à Pharaon et disent : y aura-t-il une récompense pour nous , si nous sommes les vainqueurs ?...Ils ensorcelèrent les yeux des gens et les épouvantèrent, et viennent avec une puissante magie...Et les magiciens se jetèrent prosternés.3 7.113-120

« Jette ce qu’il y a dans ta main droite ; cela dévorera ce qu’ils ont fabriqué. Ce qu’ils ont fabriqué n’est qu’une ruse de magicien ; et le magicien ne réussit pas où qu’il soit. » 20. 69

Le mot ‘‘magie’’ (ou sorcellerie) est cité 62 fois dans le Coran.

b) Dans la Sunna :

D’après Abû Houraya, le Prophète(s) a dit :

« Evitez les sept péchés majeurs : associer une divinité à Allah (Chirk), la sorcellerie, le meurtre sans raison juste, l’usure, le bien de l’orphelin, la désertion du combat pour la cause de Dieu, la diffamation (calomnie) des croyantes innocentes. »

« Qui souffle dans un nœud a ensorcelé et celui qui ensorcèle a associé ». En d’autres termes, le souffleur dans les nœuds est un sorcier et le sorcier est un associateur.

De même que la sorcellerie est interdite en Islam, de même il est interdit de pratiquer la voyance, l’astrologie, l’horoscope, la médiumnité, la divination, le talisman, la lecture des cartes ou des traits de la main, bref, toute pratique occulte qui prétend connaître ou prédire l’avenir.

Dieu Seul connaît le mystère :

« Dis : ‘‘ Nul de ceux qui sont dans les cieux et sur la terre ne connaît l’invisible , à part Allah’’. Et ils ne savent pas quand ils seront ressuscités ! » Coran 27. 65

3- Méthodes d’invitation du djinn par le sorcier :

Il existe plusieurs méthodes permettant au sorcier de faire appel au djinn afin de lui demander son concours dans la pratique de sorcellerie. Toutes ces méthodes comportent des actes ou des formules incantatoires de chirk et de mécréance.

a) Méthode d’invocation : le sorcier pénètre dans un lieu obscur [1], y allume un feu. Il brûle un encens et se met à invoquer les djinns en glorifiant leur chef. Le sorcier doit être dans un état d’impureté et porter des habits sales.

Après l’invocation, le djinn se présente à lui sous la forme d’un chien, d’un serpent ou d’un fantôme. Parfois le djinn adresse la parole au sorcier sans apparition. Ensuite, le sorcier demande au djinn d’exécuter un ordre en lui désignant la personne visée. Souvent le sorcier serait en possession d’un morceau de vêtement ou de mèches de cheveu de la personne visée qu’il remet au djinn.

b) Méthode de blasphème du Coran :

Le sorcier écrit une Sourate du Coran avec des matières fécales ou du sang menstruel avant de faire les invocations d’appel. Après cela, le djinn se présente au sorcier pour exécuter ses ordres.

c) Méthode du sacrifice :

Le sorcier sacrifie une volaille ou une autre bête dont on lui indique la nature et la couleur, généralement de couleur noire. Le sorcier l’égorge sans invoquer le nom d’Allah et il la jette dans une ruine, un puits, un lieu d’ordures ou un autre lieu indiqué. Une fois de retour chez lui, le sorcier invoque le djinn qui se présente à lui et en reçoit la demande.

d) Méthode de l’écriture :

Le sorcier écrit une Sourate du Coran dans l’ordre inverse en séparant les lettres l’une de l’autre ou bien il chausse des feuillets du Coran, puis il récite des formules de prière faisant appel au djinn.

e) Méthode astrologique ou d’horoscope :

Le sorcier observe l’apparition d’une étoile déterminée. Il lui adresse la parole en récitant des formules magiques comportant des termes de mécréance et d’idolâtrie. Il croit attirer l’esprit de l’étoile alors qu’en vérité ce sont les djinns qui lui répondent et lui donnent des informations parfois vraies parfois fausses.

f) Méthode de l’enfant intermédiaire :

Le sorcier fait venir un enfant mineur (de 04 à 12 ans) ; il dessine sur la paume de la main gauche de l’enfant un carré. Il écrit autour de ce carré des mots magiques. Puis il met au milieu de ce carré un peu d’huile et d’encre bleue. Il écrit ensuite des formules talismaniques avec des caractères séparés sur une feuille de papier qu’il place sur le visage de l’enfant en la fixant avec un bonnet à la tête. Il couvre celui-ci avec un habit ou une couverture. En faisant des invocations , il demande à l’enfant de lui dire ce qu’il voit dans sa main gauche.

L’enfant dit : Je vois l’image d’un homme. Le sorcier lui ordonne : dis-lui que le sorcier te demande ceci et cela. Cette méthode est généralement utilisée pour la recherche des objets perdus ou volés.

g) Méthode de l’objet personnel :

Le sorcier demande un mouchoir, une chemise ou un turban portant l’odeur ou la sueur du malade qu’il désire soigner. Il fait un nœud à l’extrémité, à environ 5 cm du bout de l’objet. Il sert l’objet dans sa main, puis il récite à haute voix une petite Sourate du Coran avant de faire à voix basse des incantations faisant appel au djinn. Il demande à ce dernier : Si le patient est atteint par les djinns, raccourcis l’objet (ce sera moins de 5 cm), s’il est atteint par le mauvais œil, rallonge-le (ce sera plus de 5 cm), s’il a besoin d’une intervention médicale, laisse l’objet tel qu’il est (5 cm).

Ensuite, il indique au malade ce qu’il en est en fonction de l’emplacement du nœud.

4 -Traitement du mal de la sorcellerie :

Si Allah laisse faire, c’est-à-dire si la victime, pour une raison ou pour une autre, n’a pas la protection d’Allah, le sorcier peut au moyen de la magie faire beaucoup de mal. Il peut séparer deux conjoints, deux amis, un homme de son père, de sa mère, de son frère, de son associé, de ses études, de son travail, etc. Il peut même rendre quelqu’un malade, paresseux, muet, fou. Il peut saboter le mariage d’un homme, le rendre impuissant ou stérile, etc.

Il peut subitement transformer l’amour en haine. La femme, même très belle, devient laide aux yeux de son mari et inversement l’homme devient moche, méprisable aux yeux de sa femme. En fait, c’est le démon qui agit de la sorte pour pervertir la réalité. Chaque partie déteste ce que fait l’autre partie, même le bien qu’il ou elle fait n’est pas considéré comme tel.

Avant d’indiquer le traitement, il me paraît important de montrer par exemple le procédé de la séparation utilisé par le sorcier :

Une personne demande au sorcier de séparer un homme de son épouse. Le sorcier lui demande le nom de l’époux en question et le nom de sa mère, puis un objet personnel ( des mèches de cheveux ou un morceau de son habit). S’il ne peut pas le faire, le sorcier lui fabrique un sortilège dans l’eau et ordonne au postulant de le verser sur le chemin de la personne visée ou dans sa nourriture ou sa boisson.

Le traitement comporte trois étapes :

1ère étape :

Préparer une ambiance favorable : débarrasser le lieu de traitement des images, statues, icônes afin de permettre aux anges d’y pénétrer. Détruire tout objet superstitieux porté par le malade, savoir : amulette, gris-gris, talisman, signe, fétiche, etc.

Donner au malade un cours sur la foi et lui poser des questions sur la nature de sa maladie ou de ses souffrances. Est-ce qu’il fait des cauchemars ? Est-ce qu’il a des visions ? Des troubles psychiques ? Est-ce qu’il entend des murmures ? A-t-il des difficultés à respirer ?

Est-ce que l’un des époux éprouve une gêne pendant les rapports sexuels ?

Le guérisseur doit faire ses ablutions ainsi que ceux qui sont avec lui.

Il doit ensuite faire cent fois l’invocation : Il n’y a de Dieu qu’Allah, Unique, sans associé, à Lui la royauté et à Lui les louanges, et Il est Omnipotent : « la ilaha illa Allah wahdahou la charika lah lahou l’moulkou wa lahou l’hamdou wa houa ala koulli chai-in qadir »

Si le malade est une femme, elle doit être en état de pureté, voilée et accompagnée d’un mahram .

2ème étape :

Mettre la main sur la tête du malade et réciter ce qui suit :

1°-« Je demande la protection d’Allah contre le diable banni, contre sa tentation, son souffle, sa supercherie. »

« Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Louange à Allah, Seigneur de l’Univers. Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Maître du Jour de la rétribution. C’est Toi que nous adorons et c’est Toi dont nous implorons secours. Guide-nous dans le droit chemin. Le chemin de ceux que tu as comblés de faveurs. Non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés. » Coran, Sourate al-Fâtiha

2°-«  Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

Alif, Lâm, Mim. C’est le Livre au sujet duquel il n’y a aucun doute. C’est un guide pour les pieux. Qui croient à l’invisible et accomplissent la Salât et dépensent de ce que Nous leur avons attribué. Ceux qui croient à ce qui t’a été révélé et à ce qui a été révélé avant toi et qui croient fermement à la vie future. Ceux-là sont sur le bon chemin de leur Seigneur. Et ce sont eux qui réussissent. » Coran 2.1-5

3°-« Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

 

« Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Solayman. Alors que Solayman n’a jamais été mécréant mais bien les diables : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Hârout et Mârout, à Babylone ; mais ceux-ci n’enseignent rien à personne, qu’ils n’aient dit d’abord : « Nous ne sommes rien qu’une tentation : ne sois pas mécréant » ; ils apprennent auprès d’eux ce qui sème la désunion entre l’homme et son épouse. Or ils ne sont capables de nuire à personne qu’avec la permission d’Allah. Et les gens apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable. Et ils savent, très certainement, que celui qui acquiert ce pouvoir n’aura aucune part dans l’au-delà. Certes, quelle détestable marchandise pour laquelle ils ont vendu leurs âmes ! Si seulement ils savaient ! » Coran 2.102

4°-« Je demande la protection d’Allah contre le diable banni. »

 

« Et votre Dieu est un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Certes dans la création des cieux et de la terre, dans l’alternance de la nuit et du jour, dans le navire qui vogue en mer chargé de choses utiles aux gens, dans l’eau qu’Allah fait descendre du ciel, par laquelle Il rend la vie à la terre une fois morte et y répand des bêtes de toute espèce, dans la variation des vents, et dans les nuages soumis entre le ciel et la terre, en tout cela il y a des signes, pour un peuple qui raisonne. » Coran 2.163,164

5°-«  Je demande la protection d’Allah contre le diable banni. »

 

« Allah ! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui subsiste par lui-même. Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. A Lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission ? Il connaît leur passé et leur futur. Et de Sa séance, ils n’embrassent que ce qu’Il veut. Son Trône déborde les cieux et la terre, dont la garde ne lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, le Très Grand. » Coran 2.255

6°-« Je demanda la protection d’Allah contre le diable banni »

« Le Messager a cru en ce qu’on a fait descendre vers lui venant de son Seigneur, et ainsi les croyants : tous ont cru en Allah, en Ses anges, à Ses livres et en Ses messagers ; (en disant) : « nous ne faisons aucune distinction entre Ses messagers ». Et ils ont dit : « Nous avons entendu et obéi. Seigneur, nous implorons Ton pardon. C’est à Toi que sera le retour. »

Allah n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. Elle sera récompensée du bien qu’elle aura fait, punie du mal qu’elle aura fait. Seigneur, ne nous châtie pas s’il nous arrive d’oublier ou de commettre une erreur. Seigneur ! Ne nous charge pas d’un fardeau lourd comme tu as chargé ceux qui vécurent avant nous. Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais-nous miséricorde. Tu es Notre Maître, accorde-nous donc la victoire sur les peuples infidèles ».Coran 2.285,286

7° « Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

« Allah atteste, et aussi les Anges et les doués de science, qu’il n’y a point de divinité à part Lui ; Lui qui maintient la justice. Point de Dieu à part Lui, le Puissant, le Sage !

Certes, la religion acceptée d’Allah, c’est l’Islam. Ceux auxquels le Livre a été apporté ne se sont disputés, par agressivité entre eux, qu’après avoir reçu la science. Et quiconque ne croit pas aux signes d’Allah...alors Allah est prompt à demander compte ! » Coran 3.18,19

8° « Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

 

« Votre Seigneur, c’est Allah, qui a créé les cieux et la terre en six jours, puis S’est établi sur le Trône. Il couvre le jour de la nuit qui poursuit celui-ci sans arrêt. Le soleil, la lune et les étoiles sont soumis à Son ordre. La création et le commandement n’appartiennent qu’à Lui. Toute gloire à Allah, Seigneur de l’univers ! Invoquez votre Seigneur en toute humilité et recueillement et avec discrétion. Certes, Il n’aime pas les transgresseurs. Et ne semez pas la corruption sur la terre après qu’elle ait été réformée. Et invoquez-Le avec crainte et espoir, car la miséricorde d’Allah est proche des bienfaisants. » Coran 7. 54-56

9° « Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

 

« Et Nous révélâmes à Moïse : « Jette ton bâton ». Et voilà que celui-ci se mit à engloutir ce qu’ils avaient fabriqué. Ainsi la vérité se manifesta et leurs manœuvres furent inutiles. Ainsi ils furent vaincus et se retirèrent humiliés. Et les magiciens tombèrent prosternés et dirent : « Nous croyons au Seigneur de l’Univers, au Seigneur de Moïse et d’Aaron ! » Coran 7.117-122

10° «  Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

 

« Moïse dit : « Ce que vous avez produit est magie ! Allah le réduira à néant. Car Allah ne fait pas prospérer l’œuvre des corrupteurs. Et par Ses paroles, Allah fera triompher la Vérité en dépit des criminels. » 10. 81, 82

11° « Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

 

« Ce qu’ils ont fabriqué n’est qu’une ruse de magicien ; et le magicien ne réussit pas, où qu’il soit ». Coran 20. 69

12° « Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

 

« Pensiez-vous que Nous vous avions créés sans but, et que vous ne seriez pas ramenés vers Nous ? Que soit exalté Allah, le vrai Souverain ! Pas de divinité en dehors de Lui, le Seigneur du trône sublime ! Et quiconque invoque avec Allah une autre divinité, sans avoir la preuve évidente de son existence, aura à en rendre compte à Son Seigneur. En vérité, les mécréants ne réussiront pas. Et dis : « Seigneur, pardonne et fais miséricorde. C’est Toi le Meilleur des miséricordieux . » Coran 23.115-118

13° « Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

« Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. »

« Par ceux qui sont rangées en rangs. Par ceux qui poussent (les nuages) avec force. Par ceux qui récitent, en rappel : Votre Dieu est en vérité unique, le Seigneur des cieux et de la terre et de ce qui existe entre eux et Seigneur des Levants. Nous avons décoré le ciel le plus proche d’un décor : les étoiles, afin de le protéger contre tout diable rebelle. Ils ne pourront être à l’écoute des dignitaires suprêmes (les Anges) ; car ils seront harcelés de tout côté, et refoulés. Et ils auront un châtiment perpétuel. Sauf celui qui saisit au vol quelque (information) ; il sera alors pourchassé par un météore transperçant. » Coran 37.1-10

14° « Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

 

« Lorsque Nous dirigeâmes vers toi une troupe de djinns pour qu’ils écoutent le Coran. Quand ils assistèrent ( à sa lecture) ils dirent : « écoutez attentivement »...Puis, quand ce fut terminé, ils retournèrent à leur peuple en avertisseurs. Ils dirent : « O notre peuple ! Nous venons d’entendre un Livre qui a été descendu après Moïse, confirmant ce qui l’a précédé. Il guide vers la vérité et vers un chemin droit. O notre peuple ! Répondez au prédicateur d’Allah et croyez en lui. Il (Allah) vous pardonnera une partie de vos péchés et vous protègera contre un châtiment douloureux. Et quiconque ne répond pas au Prédicateur d’Allah ne saura échapper au pouvoir (d’Allah) sur terre. Et il n’aura pas de protecteurs en dehors de Lui. Ceux-là sont dans un égarement évident. » Coran 46.29-32

15° « Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

 

« O peuple de djinns et d’hommes ! Si vous pouvez sortir des domaines des cieux et de la terre, alors faites-le. Mais vous ne pouvez en sortir qu’à l’aide d’un pouvoir. Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ? Il sera lancé contre vous un jet de feu et de cuivre fondu, et vous ne serez pas secourus. Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ? » 55.33-36

16° « Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

« Si Nous avions fait descendre ce Coran sur une montagne, tu l’aurais vu s’humilier et se fendre par crainte d’Allah. Et ces paraboles Nous les citons aux gens afin qu’ils réfléchissent. C’est Lui Allah. Point de Dieu autre que Lui, le Connaisseur de l’invisible tout comme du visible. C’est Lui, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

C’est Lui Allah. Point de Dieu autre que Lui ; Le Souverain, Le Saint, La Paix, Le Rassurant, Le Prédominant, Le Tout-Puissant, Le Contraignant, L’Orgueilleux. Gloire à Allah ! Il transcende ce qu’ils Lui associent.

C’est Lui Allah, le Créateur, Celui qui donne un commencement à toute chose ; Celui qui façonne. Les noms les plus beaux Lui appartiennent. Tout ce qui est dans les cieux et la terre Le glorifie. Et c’est Lui le Puissant, le Sage. » Coran 59. 21-24

17° « Je demande la protection d’Allah contre le diable banni. »

« Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux »

« Dis : « Il m’a été révélé qu’un groupe de djinns prêtèrent l’oreille, puis dirent : « Nous avons certes entendu une lecture merveilleuse qui guide vers la droiture. Nous y avons cru, et nous n’associerons jamais personne à notre Seigneur.

En vérité notre Seigneur- que Sa grandeur soit exaltée - ne S’est donné ni Compagne, ni enfant !

Notre insensé (Iblis) disait des extravagances contre Allah.

Et Nous pensions que ni les humains ni les djinns ne sauraient jamais proférer des mensonges contre Allah.

Or, il y avait parmi les humains, des mâles qui cherchaient protection auprès des mâles parmi les djinns mais cela ne fit qu’accroître leur détresse.

Et ils avaient pensé comme vous avez pensé qu’Allah ne ressusciterait jamais personne.

Nous avons frôlé le ciel et nous l’avions trouvé plein de gardiens redoutables et de bolides.

Nous y prenions place pour écouter. Mais quiconque prête l’oreille maintenant, trouve contre lui un bolide aux aguets. » Coran 72. 1-9

18° « Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

« Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux »

« Dis : Il est Allah , Unique.

Allah, L’Impénétrable.

Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus.

Et nul n’est égal à Lui. » Coran, Sourate Al-Ikhlas N° 112

19° «  Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

« Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux »

« Dis : « Je cherche protection auprès du Seigneur de l’aube naissante,

contre le mal des êtres qu’Il a créés.

contre le mal de l’obscurité quand elle s’approfondit,

contre le mal de celles qui soufflent sur les nœuds,

Et contre le mal de l’envieux quand il envie. » Coran, Sourate Al-Falaq N°113

20° « Je demande la protection d’Allah contre le diable banni »

« Au nom d’Allah le Tout miséricordieux, le Très Miséricordieux »

« Dis : « Je cherche protection auprès du Seigneur des hommes.

Le Souverain des hommes, Dieu des hommes, contre le mal du mauvais conseiller, furtif,

qui souffle le mal dans les poitrines des hommes,

qu’il (le conseiller) soit un djinn, ou un être humain. » Coran, Sourate An-nas, N° 114

Il convient de noter que nous avons indiqué un maximum de versets dont la récitation peut guérir plusieurs sortes de maladies. Sauf en cas de folie ou d’affection similaire, il n’est pas nécessaire de réciter tous ces versets au cours d’une seule séance. S’il s’agit de chasser le djinn, il est fort possible que ce dernier se manifeste et commence à trembler et hurler (par la bouche du malade) dès la récitation du premier verset, par exemple : « A’ouzou billêhi mina chaitani-rrajim »

Il n’est pas obligatoire non plus de réciter ces versets dans l’ordre numérique susmentionné. On peut se contenter de réciter les trois dernières Sourates (112, 113, 114) ou la Fatiha seule ou avec n’importe quel verset à choisir dans la liste.

Il est préférable que la récitation doit être faite en langue arabe. Mais si on ne connaît pas la langue arabe, on peut réciter ces versets dans la langue que l’on connaît à condition qu’il n’y ait pas de déformation du sens.

Après récitation des versets du Coran, le malade doit en principe s’évanouir. A ce moment-là, le djinn se met à parler. Généralement, la lecture du Coran lui fait mal. Il va suppléer le guérisseur d’arrêter la lecture, parce qu’il en souffre, il n’en peut plus et qu’il va sortir ou partir. Il ne faut surtout pas le laisser partir avant de dialoguer avec lui et d’obtenir des informations sur la sorcellerie dont il fut chargé. Il faudra lui demander (au djinn) son nom, sa religion...est-il seul ou avec d’autres dans l’opération de sorcellerie, etc.

S’il n’est pas musulman, il faudra l’inviter à se convertir à l’Islam. S’il est musulman, il faudra lui signifier que ce qu’il fait est contraire à l’Islam. S’il opère avec un autre, il faudra exiger sa présence et faire pression sur eux au moyen du Coran. Leur adresser des avertissements de ne plus recommencer, sinon cela pourrait leur coûter la vie.

Avant de lui intimer l’ordre de sortir, il faudra lui demander d’indiquer le lieu où se trouve le sortilège de la sorcellerie.

Les djinns profèrent souvent des mensonges quant à l’indication du lieu du sortilège. C’est pourquoi, il faudra dépêcher immédiatement quelqu’un pour le chercher, s’il ne le trouve pas dans le lieu indiqué, c’est que le djinn a menti. Il faudra donc insister et le menacer au cas où il ne dira pas la vérité.

Si, en revanche, le sortilège est trouvé à l’endroit indiqué, il faudra le dissoudre dans un récipient d’eau après récitation de ces trois versets du Coran :

« Et Nous révélâmes à Moïse : « Jette ton bâton ». Et voilà que celui-ci se mit à engloutir ce qu’ils avaient fabriqué. Ainsi la vérité se manifesta et leurs manœuvres furent inutiles. Ainsi ils furent vaincus et se retirèrent humiliés. Et les magiciens tombèrent prosternés et dirent : « Nous croyons au Seigneur de l’Univers, au Seigneur de Moïse et d’Aaron ! » Coran 7.117-122

« Moïse dit : « Ce que vous avez produit est magie ! Allah le réduira à néant. Car Allah ne fait pas prospérer l’œuvre des corrupteurs. Et par Ses paroles, Allah fera triompher la Vérité en dépit des criminels. » 10. 81, 82

« Ce qu’ils ont fabriqué n’est qu’une ruse de magicien ; et le magicien ne réussit pas, où qu’il soit ». Coran 20. 69

L’eau du récipient doit être jetée en dehors des égouts et loin du passage des gens.

Si le djinn informe que le malade a absorbé la sorcellerie, il faudra interroger le malade s’il a des douleurs au niveau de l’estomac ou des intestins, faute de quoi le djinn aurait menti.

Dans l’affirmative, il faudra ordonner au djinn de sortir du malade, de ne plus y retourner, sous peine d’être sévèrement sanctionné, et que l’effet de la sorcellerie va être annulé.

Dans ce cas, il faudra réciter les versets ci-dessus (7.117-122 / 10.81,82/20.69) plus le verset 102 de la Sourate ‘‘ La Vache’’ dans un seau d’eau. Le malade doit en boire et se laver avec pendant quelques jours.

On peut répéter les séances de soin si la première séance ne donne aucun résultat.

3ème étape :

La période après traitement ou postcure :

Le malade doit observer les consignes suivantes :

- faire la prière en assemblée

- éviter de fréquenter les lieux de débauche

- faire les ablutions avant de dormir et réciter le verset du Trône

- invoquer Dieu (basmala) dans toute action

- après la prière du Fajr (matin), répéter cent fois cette invocation : « la ilaha illa Allah wahdahou la charika lah lahou l’moulkou wa lahou l’hamdou wa houa ala koulli chai-in qadir »

- prendre l’habitude de réciter quelques versets du Coran et de faire des invocations chaque jour

- fréquenter les vertueux

La sorcellerie peut avoir d’autres effets néfastes tel l’amour abusif d’une femme même si elle a des défauts, la folie, l’instabilité morale, l’inertie et le désir de la solitude, les hallucinations, le cauchemar, certaines maladies, la paralysie totale ou partielle, le mutisme, l’hémorragie menstruelle, le saignement du nez, l’empêchement du mariage, l’impuissance sexuelle, la stérilité, les troubles psychiques.

Tous ces maux liés à la sorcellerie ont leur remède dans le Coran conformément au verset :

« Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants. » Coran 17. 82

Et au hadith du prophète ( sur lui la bénédiction et le salut de Dieu) qui dit :

« Prends du Coran ce que tu veux pour ce que tu veux ».


Notes

[1] Une chambre, une grotte, une ruine ou sous un arbre

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site