referencer site web - referenceur gratuit -

Le déluge: comparaison entre les religions monothéistes

L'arche de Noé

le mythe du Déluge et de l'arche de Noé, commun aux 3 religions monothéistes, revêt une importance capitale pour les défenseurs des religions.

L'histoire biblique du déluge a beaucoup influencé les travaux des premiers géologues jusqu'à l'avènement des nouvelles théories sur l'âge de la terre et la dérive des continents. Les traces d'organismes marins et de coquillages trouvés en montagne étaient perçus comme autant de résidus du déluge universel... Un déluge ordonné par Dieu qui aurait submergé la terre toute entière, éradiquant toute la faune sauf les couples embarqués par Noé dans son arche. Ce récit propose aussi que les humains actuels seraient tous les descendants des trois fils de Noé : Sem, Cham et Japhet.

  Dans La Bible

la Bible (Genèse 7:11): « en ce jour-là se fendirent toutes les sources de l’immense abîme d’eau et les écluses des cieux s’ouvrirent.»

"L'an 600 de la vie de Noé, au second mois, le dix-septième jour du mois, en ce jour-là, toutes les fontaines du grand abîme se rompirent, et les écluses des cieux s'ouvrirent. Et le déluge fut sur la terre 40 jours, et toutes les montagnes qui étaient sous tous les cieux furent couvertes." (Genèse 7 versets 11, 17 et19)

La Bible affirme explicitement que le déluge du temps de Noé fut universel et que tous les oiseaux, tous les animaux terrestres et tous les humains furent tués, sauf ceux qui se trouvaient dans l'arche.

Le passage de la Bible décrivant le déluge est particulièrement riche en valeurs numériques. Certaines sont relatives aux dimensions de l'arche et aux phases de déroulement du déluge. Au delà de leur sens immédiat, les valeurs numériques peuvent être considérées comme des symboles renfermant un message discret.

Genèse 6/15-16: "Et voici comment tu la feras (l'arche): trois cent coudées seront la longueur de l'arche; cinquante coudées sa largeur et trente coudées sa hauteur…Tu la composeras d'une charpente inférieure, d'une seconde et d'une troisième"

Sur le plan de l'espace le rapport entre la longueur et la hauteur de l'arche est de 10 (300 contre 30 coudées), celui entre la longueur et la largeur est de 6 (300 contre 50 coudées). La hauteur est constituée de 3 niveaux de 10 coudées chacun. À la partie supérieure de l'arche on trouve un "hublot" de 1 coudée de côté.

La répartition 1 + 3 + 6 = 10 est celle des attributs divins dans l'arbre de vie (voir chapitre sur l'Arbre de Vie) . L'arche est non seulement un lieu de survie physique, mais elle annonce un retour spirituel.

Le déluge commence le 17ème jour du 2ème mois de la première année, soit 217 et Noé sort de l'arche le 27ème jour du 2ème mois de l'année suivante, soit 227. La somme des valeurs numériques des deux nombres est respectivement 10, puis 11, 10 signifiant qu'un cycle est accompli, 11 annonçant un nouveau cycle.

Dans le Coran
 Sourate Hud.

38. Et il construisait l'arche. Et chaque fois que des notables de son peuple passaient près de lui, ils se moquaient de lui. Il dit: 39. Et vous saurez bientôt à qui viendra un châtiment qui l'humiliera, et sur qui s'abattra un châtiment durable! »
40. Puis, lorsque Notre commandement vint et que le four se mit à bouillonner [d'eau], Nous dîmes: « Or, ceux qui avaient cru avec lui étaient peu nombreux. [...]
42. Et elle vogua en les emportant au milieu des vagues comme des montagnes. Et Noé appela son fils, qui restait en un lieu écarté (non loin de l'arche): « Mon enfant, monte avec nous et ne reste pas avec les mécréants ».
43. [...] Et les vagues s'interposèrent entre les deux, et le fils fut alors du nombre des noyés ».
44. Et il fut dit: « Terre, absorbe ton eau! Et toi, ciel, cesse [de pleuvoir]! ». L'eau baissa, l'ordre fut exécuté, et l'arche s'installa sur le Joudi [...]
48. Il fut dit: « Noé, débarque avec Notre sécurité et Nos bénédictions sur toi et sur des communautés [issues] de ceux qui sont avec toi. Et il y (en) aura des communautés auxquelles Nous accorderons une jouissance temporaire; puis un châtiment douloureux venant de Nous les toucheras ».

Bien que le Qour’aane fasse allusion au Déluge qui a eu lieu à l’époque de Nouh (alayhis salâm), il ne précise pas pour autant quel a été l’étendue de la surface touchée. C’est pour cette raison qu’il y a toujours eu des divergences entre les savants musulmans à ce sujet. Une partie des savants pensent que le Déluge a été universel. C’est par ailleurs l’opinion des juifs et des chrétiens. Mais il y a un très grand nombre de savants musulmans qui croient plutôt que le Déluge n’a eu lieu qu’à l’endroit où vivait le peuple de Nouh (alayhis salâm) et non pas sur toute la surface de la terre. Cette seconde opinion apparaît comme étant la plus plausible. J'ajouterai même que le Dr. Kassab, dans son excellent ouvrage "Les mille vérités scientifiques du Qour'aane" affirme également que le Déluge a été régional, et il apporte des arguments probants pour appuyer ses dires.

Le bateau de Noé (sur lui la Paix !). Ses dimensions.

Arche de Noé, espèce de grand navire que Noé construisit, par l'ordre de Dieu, pour s'y retirer avec sa famille et des couples de chaque espèce d'animaux, et à l'abri duquel il devait échapper aux eaux du Déluge. A part son existence et sa destination, tout ce qu'on pourrait dire de cette construction est conjectural. Selon la Bible, l'Arche était en bois de gopher, mot que les Septante traduisent par bois équarri, Jonathas par cèdre, Onkélos par cyprès, St Jérôme par bois goudronné. Moïse donne à l'arche 300 coudées de long; 50 de large, 30 de haut, et les savants sont loin d'être d'accord sur la valeur de ces coudées; si ce sont celles des Égyptiens de son temps, l'Arche aurait eu environ 170 mètres de longueur, 28 de largeur, 17 de hauteur, et sa capacité se serait élevée à plus de 42 000 tonneaux. Moïse attribue au bâtiment trois étages tandis que Philon et Josèphe lui en donnent quatre, et Origène cinq. Ce dernier prétend que l'Arche était de forme pyramidale, et d'autres en font un parallélépipède rectangle. Selon Origène, St Augustin et St Grégoire, Noé employa 100 ans à la construire; selon Salomon Jarchi, 120 ans; selon Bérose, 78; selon Tanchuma, 52; selon les Musulmans, 2 seulement. (B.). (Source : Imago Mundi.).

Fais une arche en bois (Gen. 6:14). Jacob ben Isaac d'écrire notamment : Toldot Itzhak dit : Noé n'a pas récité de prières car il était bon envers les gens mais sa foi en Dieu faisait parfois défaut. Noé pensait que le Saint, béni soit-Il, ne devait pas provoquer le déluge mais seulement faire peur afin qu'ils deviennent pieux.
A cause des eaux du Déluge (Gen. 7:7). Noé monta dans l'arche à cause des flots tumultueux. Noé ne croyait pas que Dieu déclencherait le déluge ; c'est pourquoi, il ne rentra pas dans l'arche avant que l'eau ne l'y oblige. (Le commentaire sur la Torah. Edit. Verdier).
Nous dirons : c'est porter là un jugement sévère et inadmissible sur/envers les prophètes. Mais, d'après les commentateurs, ceci correspond à l'image que le monde de la Synagogue, se fait en général de ses prophètes ! Or, après la foi des anges, la foi des prophètes et messagers divins n'est pas à mettre en doute. Et le Déluge n'est pas ici un jeu. C'est un châtiment envers ceux et celles qui ont mécru en leur divin Créateur, Lui ont donné des Associés, Lui ont désobéi, ont désobéi aux invitations et injonctions du prophète Noé (sur lui la Paix !). Et de ce fait, à lui de faire cette prière à son Seigneur :

« Seigneur ! Ne laisse sur terre pas un habitant d'entre les mécréants !
Pourquoi ?
Si Tu en laisses, en vérité, ils égareront Tes esclaves, et n'engendreront que du libertin, du trop ingrat... » (Coran LXXI 26-7).

Enfin, le divin Créateur du monde biblique n'est-Il pas présenté comme une sorte de divinité dépourvue de toute science, de connaissance réelle de l'invisible, de l'avenir ? A les lire, on fini par croire en la suprématie de l'Homme sur son Créateur ! Encore une vision propre au monde toranique.

La construction du bateau prendra de nombreuses années. On parle de 200 et plus. Entre temps, les gens de l'époque aiguiseront leurs moqueries envers Noé (sur lui la Paix !). Il est vrai qu'il sera le premier homme à construire, sur ordre divin, une pareille embarcation, et son peuple allait découvrir en final le vrai but de sa construction. Se sera une découverte à haut risque. On dit que Noé (sur lui la Paix !) sera assisté par les anges. Il lui sera montré comment construire une telle embarcation. Selon les commentateurs, Noé (sur lui la Paix !) le charpentier fabriquera son bateau en bois de teck. Bois dur, de densité moyenne, imputrescible. Il lui fut commandé de le faire d'une longueur de 80 coudées, d'une largeur de 50 coudées, sur une hauteur de 30 coudées. Selon Quatadah : longueur : 300 coudées, largeur : 50 coudées, hauteur 30 coudées. Selon Hassen : Longueur 1100 coudées, largeur : 600 coudées. C'est ainsi qu'il sera décrit par Ham fils de Noé, lorsque le Messie demanda à son Seigneur la permission de le ressusciter, sur demande express de ses compagnons. L'exégète Baidawi estime que les dimensions de l'arche sont de trois cents coudées de long, cinquante de large et trente de haut. Il explique ensuite que le premier des trois étages était destiné aux animaux sauvages et domestiques, tandis que le second accueillait les êtres humains et que le troisième abritait les oiseaux. Pour l'historien Ibn Athîr, le premier abritait Noé et les autres humains, le second les animaux sauvages, et le troisième les oiseaux. Il y a divergences à ce sujet.

Les personnes qui monteront à bord. Leur nombre.

Les exégètes se contredisent sur le nombre des personnes embarquées. Il existe une fourchette entre 7 et 80 personnes. Le chiffre 80 étant le plus retenu. Selon le fils d'Abbas : ils étaient au nombre de 80 hommes dont Djourhoum, et tous étaient enfants de Seth (Chith). Selon Quatadah, ils étaient 80 personnes : Noé et son épouse, ses fils et leurs femmes. Le corps d'Adam sera monté à bord, puis son Seigneur lui commanda d'y faire monter les animaux. Le premier animal à monter à bord sera l'oie, le dernier, accompagné de Satan, l'âne.
Un seul ne montera pas parmi ses proches, son fils Yam (autre nom Canaan), il était mécréant. Quand l'eau se déchaînera faisant des vagues de la taille de montagnes, Noé tentera en vain de convaincre son fils de monter à bord. Mais il déclinera l'invitation. Espérant trouver refuge sur la plus haute des montagnes (Coran XI 42-3). La tristesse de Noé (sur lui la Paix !) sera grande (Coran XI 45-7). Le monde biblique ne reconnaît pas ce quatrième enfant de Noé (sur lui la Paix !). Les textes bibliques ne le mentionnent pas.

Les éléments naturels se déchaînent.

L'Ordre divin : Et lorsque Notre commandement vint, et que le four se mit à lancer des jets [d'eau], (...) (Coran XI 40).

حَتَّى إِذَا جَاءَ أَمْرُنَا وَفَارَ التَّنُّورُ قُلْنَا احْمِلْ فِيهَا مِنْ كُلٍّ زَوْجَيْنِ اثْنَيْنِ وَأَهْلَكَ إِلا مَنْ سَبَقَ عَلَيْهِ الْقَوْلُ وَمَنْ آمَنَ وَمَا آمَنَ مَعَهُ إِلا قَلِيلٌ
Puis, lorsque Notre commandement vint et que le four se mit à lancer des jets [d'eau], Nous dîmes : Charge [dans l'arche] un couple de chaque espèce ainsi que ta famille - sauf ceux contre qui le décret est déjà prononcé - et ceux qui croient. Or, ceux qui avaient cru avec lui étaient peu nombreux.

Le déluge était si énorme que la terre toute entière n'avait jamais témoigné d'une telle catastrophe, d'une telle furie. L'eau qui sortira et tombera, sera une partie venant de la terre, l'autre du ciel. Le "four" est ici un signe divin, inconnu du monde biblique. Selon les exégètes, il peut y avoir ici sept interprétations possibles : 1) la surface du sol, les Arabes appellent la surface du sol : le four. La terre se mit à bouillonner de sources. 2) le four à pain. Le four était de pierre, il appartenait à Eve. Puis, parvint à Noé. On lui dit : Si l'eau sort du four à pain, monte à bord toi et tes compagnons. Dieu alors fit sortit l'eau du four à pain. La femme de Noé le sut, et lui dit : O Noé ! L'eau sort du four ! Il dit : Est venu véritablement le rendez-vous de mon Seigneur ! 3) l'endroit, selon Hassen, où l'eau s'est rassemblée autour du navire. 4) Le lever du soleil, la lumière du matin. Parole de Ali (que Dieu l'agrée !) 5) La Mosquée de Koufah. Selon Ali (que Dieu l'agrée !) et Moudjahid. Moudjâhid : le four était dans la direction de Koufah. Noé prit le navire à l'intérieur de la Mosquée de Koufah. Et le four était à droite de l'entrée... Et de lui l'eau sortit, Noé le savait et c'était là une preuve évidente de la destruction de son peuple. 6) la partie élevée du sol, la partie la plus haute. 7) Source dans le Djaizirah (Arabie). On dit : La source est dénommée wardah... Nohas a dit : c'est là les sept paroles, lesquelles ne sont pas contradictoires entre elles puisque Dieu nous a informé que l'eau sortira à la fois du ciel et de la terre. (V. Qortobi).
Autre variante : Par le terme « four » (tannour), la majorité des Savants entende la surface de la terre, c'est-à-dire que de tous les côtés de la terre, l'eau avait jailli, au point qu'elle surgit même des fours qui sont des lieux du feu. Cependant le fils d'Abbas a dit que le four (tannour) est le nom d'une source qui se trouve en Inde ; Chi'bî a dit qu'elle se trouve à Koufa (en Irak) et Qatâdah a soutenu qu'elle se trouve dans la presqu'île arabique. Ali fils d'abou Talîb a dit, quant à lui, qu'il s'agit de l'aurore quand elle se fend et du jour quand il se lève. Ainsi selon lui, Dieu a ordonné à Noé de faire monter les créatures dans l'embarcation dès l'aurore. Avis personnel.

Le Coran met par ailleurs ces paroles dans la bouche de Noé, s'adressant à ses contemporains : « Montez dedans. Que sa course et son mouillage soient au nom d'Allah » (Coran XI 41).

Al Baidawi, qui écrit au XIIIe siècle, en déduit que Noé proclama le nom d'Allah pour mettre l'arche en mouvement, et qu'il fit de même pour l'arrêter. Quand l'eau commencera à monter et à tomber, les animaux sauvages se présenteront à Noé (sur lui la Paix !). Ils lui seront soumis, et à lui de les faire monter à bord suivant l'ordre divin. Dieu donna également l'ordre à l'ange Gabriel d'élever la Ka'bah au quatrième ciel du Paradis. Elle était en hyacinthe du Paradis. La pierre noire fut cachée dans le mont Abou Qais de la Mecque. Elle restera ainsi jusqu'à la reconstruction de la Ka'bah par le prophète Abraham et son fils Ismaël (sur eux la Paix !) (Coran II 124-130). Og fils d'Anaq, pour avoir aidé Noé à construire le bateau, fut le seul des géants à avoir, dit-on, pu survivre au Déluge. Noé (sur lui la Paix !) avait besoin de bois de teck pour le bateau, il ne pouvait le transporter. C''est alors que Og le transporta jusqu'au Châm, et pour cela, il fut sauvé des eaux du Déluge.
Version biblique : Reste seulement Noé (Gen. 7:23). Il ne reste que Noé et tous ceux qui se trouvaient sur l'arche. Nos sages disent (Nid. 61a) : Og, roi de Basan, demeura sur une planche près de l'arche sous le toit. Noé creusa un trou dans l'arche et donna à manger à Og ; c'est pourquoi Og jura qu'il ne fera aucun mal à ses enfants. Il est écrit « seulement Noé », ce qui signifie que Noé gémissait car une fois, il tarda à nourrir le lion qui le mordit. Alors Noé se mit à crier (Akh veut dire « seulement » ; c'est également le cri que poussa Noé. (Op. cit.).
Remarques : propos qui n'engage que l'auteur. Voir notre version concernant Og. Lequel ne sera jamais roi. Quand il fut ordonné à Noé de faire entrer les animaux dans le bateau, il dit : ô Seigneur ! Que ferai-je du lion avec la vache ? De la chèvre, du loup, de l'oiseau, du chat ? Il dit : Celui qui a créé entre eux l'inimitié est capable de les rassembler. Il fit tomber la fièvre sur le lion qui l'occupa. Et Dieu est plus Savant !

Durée à bord. Le débarquement.

Noé (sur lui la Paix !) et ses compagnons passèrent seulement quarante jours à bord de l'embarcation, au bout desquels il envoya un corbeau pour les nouvelles, selon les commentateurs. Mais ce dernier s'arrêta pour se repaître d'une charogne, et à Noé d'envoyer alors un autre oiseau, une colombe qui revint avec une branche d'olivier en son bec. Et il vit aussi que ses deux pattes étaient pleine de glaise. Il comprit alors que l'eau s'était retirée. Il fit, dans son invocation, que le corbeau soit prit par la peur. C'est pour cela qu'il ne fréquente pas les maisons. Quand à la colombe parée par cette branche verte en son bec, Noé pria pour elle pour la sécurité. C'est pour cela qu'elle fréquente les maisons. Quand Al Masudi écrit que Dieu ordonna à la terre d'absorber l'eau, et que certains territoires peu prompts à obéir reçurent de l'eau salée en punition, devenant ainsi secs et arides. L'eau qui ne fut pas absorbée forma les mers et les océans, si bien que certaines eaux du Déluge existent encore aujourd'hui. Le fils de Djarîr mentionna que le déluge commença le 13 août du calendrier copte.

Noé (sur lui la Paix !) quitta l'arche le dixième jour du mois lunaire : Mouharram, c'est-à-dire à l'Achoura. Il ordonnera à tous de jeûner en ce jour béni, en remerciement d'avoir été sauvé du déluge. Les rescapés édifièrent une ville au pied du mont Joudi, en direction de Moussoul, qu'ils nommèrent Thamanin (« quatre-vingts ») en raison de leur nombre, et du fait que chacun y bâtira une maison, sa propre maison. Aujourd'hui dénommée : le marché des 80. C'est le premier village à être construit après le déluge. Ces personnes n'eurent pas d'enfants, et la totalité des êtres humains nés après le Déluge descendent des trois fils de Noé. Noé (sur lui la Paix !) ferma alors l'arche et en confia la clé à Sem. Yaqout al-Rumi (1179-1229) mentionne également une mosquée construite par Noé et visible à son époque. Quant à Ibn Battuta, (1304-1377), le grand voyageur marocain, il rapporte avoir franchi le mont Joudi au cours de ses voyages au XIVe siècle. Le monde de l'Islam actuel, bien que peu portés à s'engager dans une recherche active de l'arche, pensent souvent qu'elle existe toujours, sur les escarpements les plus élevés de la montagne.

Version toranique : elle sera quelque peu différente.
Le septième mois, le dix-septième jour du mois, l'arche s'arrêta sur les montagnes d'Ararat (Gen. 8:4), ce qui signifie que le dix-septième jour de Nisan (le septième mois de l'année), l'arche s'arrêta sur les monts d'Ararat.. Le Ramban écrit : Il plut d'abord pendant quarante jours ; à partir de ce moment-là, les eaux s'élevèrent un peu plus chaque jour, jusqu'à atteindre quinze coudées au-dessus du sommet des plus hautes montagnes. Les sources et les vannes du ciel s'ouvrirent et les eaux continuèrent à se déchaîner pendant cent cinquante jours. Par la suite, le Saint, béni soit-Il, envoya un vent si fort que les sources furent engorgées et que les vannes du ciel par où jaillissaient l'eau s'obstruèrent. L'arche resta enfoncée dans l'eau à une profondeur de plusieurs coudées, jusqu'à Roch Hodech Tamuz (le dixième mois de l'année). On put alors apercevoir la cime des montagnes ; le dixième jour d'Ab (le onzième mois de l'année)), Noé ouvrit les fenêtres de l'arche afin de voir si la terre était asséchée ; trente jours après, Noé ouvrit le toit de l'Arche (Gen.R33.7, PRE 32, R.H. 11b-12a). (Op. cit.).
Remarque : on parle des monts d'Ararat, au pluriel. Ce qui enveloppe ici une chaîne de montagne. Secundo : l'eau vient uniquement du ciel, version biblique et rabbinique. Les dates varient, le monde de la Synagogue bien qu'employant le système lunaire a un système propre à lui.
Il envoya un corbeau (Gen. 8:7). Il lâcha un corbeau pour savoir si les eaux avaient diminué. Le corbeau (Sanh.108b) refusa de sortir. L'oiseau se dit : « Le Saint Nom me déteste ; Il a ordonné qu'on fasse monter dans l'arche sept couples de tous les animaux purs, mais de mon espèce, Dieu a ordonné de ne prendre qu'un couple, moi et une femelle. A présent, Noé, tu veux m'envoyer hors de l'arche ; peut-être vais-je disparaître ; dans ce cas, où trouverez-vous sur terre un oiseau comme moi ? » Le corbeau ajouta : « Tu veux rester avec ma femme, alors tu m'expédies hors de l'arche. » Noé répliqua : « Impie, cela fait un an que je n'ai pas couché avec ma femme car nous étions dans l'arche ; comment peux-tu dire que je désire aller avec ta femme ? » Noé ne voulut pas le laisser revenir dans l'arche ; il dit : « Tu n'es ni bon à être mangé, ni bon pour être offert en sacrifice. » Dieu répliqua : « Fais-le rentrer, il servira pour une autre mission au temps du prophète Elie. » En effet, Elie s'était dissimulé aux yeux du roi Achab ; il n'avait plus rien à manger. Des corbeaux amenèrent de la viande et du pain de la maison du roi jusqu'à l'endroit où il se cachait (c'est-à-dire le palais de Jehochafat, roi de Judée, voir : I R. 22:41-51).
Remarque : Pour un homme censé et avertit, ce récit est une légende. Comment attribuer à Elohîm, à Hachem, de pareils propos ? De même, au prophète Noé sur lui la Paix !) ? En vérité, combien le Saint et Seigneur d'Israël et des mondes est au-dessus ce qu'ils décrivent et Lui associent !
Il lâcha une colombe (Gen. 8:8). Il envoya une colombe. Le Behaye pose une question : Pourquoi, au sujet du corbeau, n'est-il pas écrit « près de lui » ? Cela nous indique que les oiseaux purs demeuraient avec Noé dans sa chambre ; les oiseaux impurs habitaient à part. C'est la raison pour laquelle il n'est pas écrit « près de lui » en ce qui concerne le corbeau.
Une feuille d'olivier arrachée était dans son bec (Gen. 8:11). La colombe revint. Elle portait dans son bec une feuille d'olivier. On peut se demander où la colombe a pris cette feuille puisque tous les arbres du monde étaient arrachés. L'explication est : la pluie ne tomba pas en Terre d'Israël ; seules les eaux provenant d'autres pays y coulèrent. De ce fait, les arbres de la Terre d'Israël ne furent pas déracinés (Zeb. 113a, Gen.R. 36.6). Certains sages disent qu'elle rapporta une feuille du jardin d'Eden. On peut alors se demander comment Noé sut que le niveau des eaux avait baissé. Et la feuille, provenait-elle vraiment du jardin d'Eden qui avait été épargné par le déluge ? Le Ramban écrit : Les portes du jardin d'Eden avaient été fermées afin que les eaux ne pénètrent pas à l'intérieur ; quand les eaux diminuèrent, on ouvrit les portes et la colombe entra ; elle prit une feuille du jardin d'Eden. Elle aurait très bien pu ramener la feuille d'un meilleur arbre, mais elle rapporta celle d'un olivier afin de pouvoir dire à Noé qu'il valait mieux manger une feuille amère venant des mains du Saint, béni soit-Il, qu'une nourriture de mains humaines (Gen.R. 33. 6, Sanh. 108b). (Op. cit.).
Remarques : Sur le récit concernant le corbeau et la colombe, voir notre récit. "près de" ou "loin de", vient uniquement de la prière de Noé envers ces deux oiseaux. Nul rapport ici avec pur et impur. On retrouve toutefois le corbeau mentionné pour indiquer à Caïn (Qâbil) comment enterrer son frère (Coran V 31). Secundo : le commentateur biblique parle d'une feuille d'olivier, nos commentateurs d'une branche d'olivier. Ce qui paraît beaucoup plus logique. Le commentateur voit que la terre d'Israël n'aurait pas été recouverte pas les eaux. Ce qui est faux. De plus, la chaîne de montagne d'Ararat se trouve à combien de km de la terre d'Israël ? Comment une colombe peut-elle faire un pareil parcourt, et tenir en son bec une feuille d'arbre ? Et combien d'heures et de jours a-t-elle voyagée ? Cette feuille provenait-elle du jardin d'Eden ? Que le monde biblique semble situer sur terre : Localisations putatives Quantité d'hypothèses ont été avancées, parfois sans beaucoup (voire aucun) de rapport avec le texte biblique. Si la plupart situent Eden dans le Moyen Orient, près de l'ancienne Mésopotamie, d'autres l'ont "vu" en Ethiopie, à Java, au Sri Lanka, dans les Seychelles, dans le Brabant, voire à Bristol-en-Floride. Quelques théologiens chrétiens pensèrent, comme le jardin d'Eden commençait à être associé au paradis (cf. infra), que le Jardin n'avait jamais eu une existence terrestre propre, qu'il s'agissait d'un "bout de paradis céleste sur terre" au sens littéral. (Wikipédia) Là encore ce n'est que paroles rabbiniques, loin de toute réalité. Enfin l'olivier, et contrairement aux dires rabbiniques, est un arbre béni (Coran XCV 1). Le figuier : Mosquée de Noé (sur lui la Paix !) construite sur le Djoudi. L'olivier : Mosquée de Jérusalem (Temple de Salomon). Quatadah : le figuier est la montagne sur laquelle se trouve la ville de Damas. Et l'olivier est la montagne où se trouve la ville de Jérusalem. On peut faire un serment par ces deux montagnes. Jugé bon parce qu'ils sont deux endroits d'obéissance (à Dieu) (Khâzan). On a dit : le figuier et l'olivier sont deux montagnes de Châm. En syriaque, on dit : Tour zitan et Tour tinan. Ceci parce que ces arbres poussent sur ces montagnes. Enfin, l'olivier c'est l'exemple du prophète Avraham (sur lui la Paix !), dans ce verset : "elle tient sa lumière d'un arbre béni, l'olivier" (Coran XXIV 35). Les paroles des commentateurs sont nombreuses concernant ces deux arbres. S'y référer.
Notons enfin que les Mages, les Dualistes de la Perse antique, ne reconnaissent pas le Déluge. D'autres le reconnaissent, dit-on, mais uniquement pour Babel et ses environs. Mais dans tout cela, seule la parole du divin Créateur est la plus véridique. De Noé, en effet, une descendance sera. Aucune des personnes avec lui aura une descendance. De Noé et de ses fils la terre se repeuplera donc...

Sources:

http://www.le-carrefour-de-lislam.com/Prophetia/diluvium.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9luge

http://soued.chez.com/arche.htm

http://www.muslimfr.com/modules.php?name=News&file=article&sid=40

e6un7

déluge Noé coran bible

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site