referencer site web - referenceur gratuit -

Articles divers

"La disparition du racisme, comme c'est le cas chez les Musulmans, est une des réussites les plus marquantes de l'Islam et il y a dans le monde contemporain, une urgente nécessité à propager cette vertu islamique..."

A.J. Toynbee "Civilization on Trial", New York, 1948, p. 205.


Derniers billets publiés

Attention: La saleté est excellente pour la santé!

La flore microbienne

Choses sales excellentes pour la santé

Les allergies sont provoquées par une réaction excessive du système immunitaire.

Convaincu qu'il est attaqué par de dangereux microbes, notre corps fait tout ce qu'il peut pour s'en débarrasser : il nous fait éternuer pour nettoyer nos poumons et nos fosses nasales, il produit du mucus qui s'écoule abondamment par notre nez, il nous fait pleurer pour nettoyer nos yeux, provoque une inflammation entraînant des rougeurs sur la peau et de la conjonctivite (yeux qui grattent) pour détruire les agents étrangers.

Ces réactions sont provoquées par un puissant cocktail d'histamines, de leucotriènes et de prostaglandines fabriquées par les mastocytes, des cellules du système immunitaire qui se trouvent sur nos muqueuses et qui servent à détecter les agents étrangers.

Mais nos mastocytes se trompent ! Nous ne sommes pas attaqués par un dangereux microbe, mais par d'innocents grains de pollen, poils de chats ou autres poussières.

Pour lutter contre les allergies, notre corps doit donc apprendre à distinguer les corps étrangers dangereux de ceux qui ne le sont pas.

Or, il ne peut apprendre que s'il est souvent confronté à une grande diversité de microbes.

L'hygiène excessive le prive d'occasions nécessaires de s'exercer.

C'est là une raison possible de la forte augmentation des allergies dans les sociétés industrialisées. À force de vouloir tout nettoyer, désinfecter, stériliser, nous avons déboussolé notre système immunitaire.

Alors qu'arrive le printemps et que s'annoncent les premières vagues de pollen, voici quelques découvertes récentes tout à fait passionnantes qui vous aideront à mieux lutter contre les allergies.

Le lave-vaisselle favorise les allergies
Des chercheurs de l'université de Gothenburg, en Suède, ont récemment découvert que les enfants élevés dans des maisons sans lave-vaisselle ont deux fois moins d'allergies que les autres [1].

Ils avaient beaucoup moins de tendance à l'eczéma, à l'asthme et au rhume des foins.

Cela pourrait être dû au fait que le lave-vaisselle chauffe à très haute température, bien plus fort que la chaleur que nous pouvons supporter en lavant notre vaisselle à la main.

Les ustensiles de cuisine sortent donc largement stérilisés du lave-vaisselle. La plupart des microbes ont été éliminés.

Les personnes qui mangent avec ces ustensiles sont donc moins exposées aux bactéries et autres antigènes (corps étrangers provoquant une réaction immunitaire). Leur système immunitaire est moins sollicité, il perd de sa précision et risque plus souvent de se tromper, de réagir alors que c'est inutile (provoquant des allergies).

Les aliments fermentés et les produits de la ferme diminuent le risque d'allergie
Les enfants qui mangent des aliments fermentés et des produits de la ferme non pasteurisés (beurre, fromage, lait), des fruits et des légumes ramassés tels quels et non traités, ont aussi moins d'allergies que les autres [2].

On peut là aussi faire un lien avec les bactéries et microbes avec lesquels les enfants sont en contact, et qui leur font un vaccin naturel.

Les recherches montrent que les femmes qui prennent des probiotiques (bactéries bonnes pour la santé) durant leur grossesse ont des enfants plus résistants aux allergies [3].

Les enfants qui prennent des probiotiques quotidiennement voient leur risque d'eczéma baisser de 58 % [4].

Concernant les aliments frais de la ferme, les enfants qui grandissent dans des intérieurs aseptisés, sans être en contact ni avec les animaux, ni avec la terre, les insectes, les plantes, les fleurs, les pollens, ont plus de risques de souffrir d'asthme et de rhume des foins que ceux qui vivent dans des maisons un peu sales.

Dans une étude, les enfants d'âge scolaire buvant du lait cru ont eu 41 % de risques en moins d'avoir de l'asthme, et 50 % de risques en moins d'avoir le rhume des foins que les enfants qui buvaient du lait UHT [5].

Autres choses « sales » qui peuvent être bonnes pour la santé
Notre société est obsédée par la propreté, en particulier pour les enfants. Mais il devient de plus en plus clair que le contact avec la nature, avec les choses naturelles considérées comme sales, est bon et sans doute même essentiel pour maintenir le corps en bon ordre de fonctionnement.

Un biochimiste de l'université du Saskatchewan au Canada a été jusqu'à prétendre, par exemple, que les crottes de nez, ou mucus nasal, ont un goût sucré afin de donner envie de les manger [6] !

En faisant cela, selon lui, les enfants introduisent des microbes pathogènes dans leur organisme. Ils stimulent alors leur système immunitaire, ce qui renforce leurs défenses naturelles.

Et il existe bien d'autres facteurs associés à une baisse des allergies : le fait d'avoir un chien ou des animaux domestiques ; le fait pour un bébé d'aller à la garderie avant l'âge de 1 an, le fait, encore, de recevoir un extrait d'acariens et d'autres allergènes deux fois par jour entre l'âge de 6 mois et 18 mois.

Les acariens sont un des allergènes les plus répandus. Ils déclenchent fréquemment les symptômes de l'asthme. Mais le contact régulier avec les acariens réduit l'incidence des allergies de 63 % chez les enfants à haut risque, dont les deux parents sont allergiques.

Des chercheurs ont aussi constaté que les bébés citadins exposés aux cafards, aux souris, aux acariens et à d'autres allergènes dans la poussière de la maison durant la première année de leur vie avaient moins de risques de souffrir d'allergies à l'âge de 3 ans.

La conclusion est claire : l'environnement est un facteur important d'allergie. Un enfant qui grandit dans une maison trop propre et éloignée de la nature souffrira d'un manque de stimulation de son système immunitaire.

Les bébés qui mangent de la cacahuète ont moins de risques d'allergie à la cacahuète

Entre 1 et 3 % des enfants en Europe occidentale, Australie et Etats-Unis, sont allergiques aux cacahuètes. Il est donc classique de conseiller aux parents de ne pas donner aux jeunes enfants de produits contenant de la cacahuète (arachides).

L'allergie aux cacahuètes est aussi en train de se répandre en Asie et en Afrique. Les réactions allergiques à la cacahuète peuvent varier en gravité, allant de difficultés à respirer au gonflement de la langue, des yeux et du visage, des douleurs d'estomac, des nausées, des démangeaisons et, dans les cas les plus graves, un choc anaphylactique pouvant conduire à la mort.

Cependant, une récente étude indique qu'éviter les cacahuètes dans l'enfance pourrait justement favoriser l'apparition des allergies. Les enfants qui, entre l'âge de 4 et 11 mois, ont reçu des aliments contenant de la cacahuète plus de 3 fois par semaine ont eu 80 % de risques en moins de développer une allergie à la cacahuète, par rapport à ceux qui n'en avaient jamais reçu [7].

Même chez les petits qui manifestaient déjà des signes d'allergie à la cacahuète, les chercheurs ont réussi à guérir l'allergie en donnant de toutes petites quantités de cacahuète et en augmentant progressivement la dose.

Notez bien que les cacahuètes entières doivent absolument être évitées avec les nourrissons qui risquent de s'étouffer. L'idéal est de donner aux enfants du beurre de cacahuète (peanut butter) en petites quantités.

Je me permets néanmoins de souligner que les cacahuètes sont loin d'être un aliment idéal. Je ne les recommande certainement pas pour nourrir les petits enfants. Le but de l'opération est uniquement d'éviter plus tard une allergie gênante mais aussi dangereuse.

Faites la vaisselle à la main… et autres conseils pour réduire le risque d'allergie

Si la théorie de l'hygiène est vraie, et les données s'accumulent dans ce sens, vous auriez intérêt à faire régulièrement la vaisselle à la main. Souvenez-vous simplement que la plupart des lave-vaisselle doivent être utilisés au moins une ou deux fois par mois pour éviter que certaines pièces ne se dessèchent et endommagent la machine.

Vous pouvez aussi éviter de devenir « trop propre », et ainsi aider à renforcer et réguler vos réactions immunitaires naturelles, en :

laissant vos enfants se salir. Laissez-les jouer dehors, gratter dans la terre, jouer avec des vers de terre, des insectes, des racines. Même s'ils mangent leurs crottes de nez, ce n'est pas la fin du monde.

Lorsque vous faites le ménage, contentez-vous régulièrement de faire la poussière, sans utiliser de produit désinfectant ou nettoyant.

Evitez les savons antibactériens et les autres produits ménagers qui désinfectent de façon trop brutale (eau de javel par exemple). Votre corps a besoin d'être exposé aux micro-organismes. Le simple savon et l'eau chaude suffisent amplement à vous laver les mains. Les antibactériens chimiques comme le triclosan sont très toxiques et favorisent la croissance de bactéries dangereuses.

Evitez les antibiotiques inutiles. Souvenez-vous que les antibiotiques sont inefficaces contre les infections virales (donc la plupart des rhumes, rhinites, grippes, gastro, otites) ; ils ne marchent que contre les infections bactériennes.

Mangez des produits bio, si possible que vous aurez cultivés vous-même dans votre potager, avec du bon compost et du bon fumier pleins de micro-organismes vivants.

Enfin, si vous faites partie des millions de personnes qui souffrent d'allergie, notez que vous pouvez faire de nombreuses choses sans aller remplir les poches de l'industrie pharmaceutique.

Mangez de la nourriture saine, naturelle, peu transformée (légumes et fruits frais), peu cuite, et même crue quand c'est possible, dont des aliments fermentés, optimisez votre taux de vitamine D. Corrigez votre ratio oméga-3/oméga-6 (qui doit être idéalement entre 1/1 et 1/5, non 1/20 ou 1/30 comme c'est en général le cas dans le régime moderne) et vous donnerez à votre système immunitaire les bons fondements pour se réguler naturellement.

Pour un soulagement immédiat de vos symptômes allergiques, irriguez vos sinus avec un spray d'eau de mer, essayez l'acupuncture et servez-vous de la plante suprême contre les allergies, le plantain qui est à la fois émollient, adoucissant, anti-inflammatoire, expectorant, antispasmodique bronchique et immunostimulant :

Contre les rhinites asthmatiques et l'asthme : prendre 3 gélules d'extrait sec par jour.

En cas de conjonctivite, appliquer sur les yeux clos une compresse imbibée d'une infusion à 4 % de feuilles de plantain (40 grammes de feuilles pour 1 litre d'eau).

Il existe également de très nombreuses solutions en gemmothérapie (bourgeons), aromathérapie (huiles essentielles) et oligothérapie (éléments-trace) qui sont détaillées dans le dernier numéro de Plantes & Bien-Être, dans un dossier passionnant réalisé par Danielle Roux, qui est docteur en pharmacie et l’une des meilleures spécialistes européennes de phytothérapie (médecine par les plantes). Je ne peux que vous recommander de vous procurer ce numéro, qui est d'ailleurs offert actuellement avec tout abonnement d'essai (satisfait ou remboursé) à Plantes & Bien-Être. Vous bénéficiez en outre en ce moment d'une réduction importante sur le prix l'abonnement (plus d'information sur Plantes & Bien-Être ici).

Pour un traitement de fond de vos allergies, envisagez une désensibilisation chez un allergologue. Enfin, si vous avez des enfants, envisagez très sérieusement avec votre pédiatre de leur donner régulièrement de la cacahuète sous forme de beurre de cacahuète. La même approche avec les autres allergènes pourrait fonctionner également pour empêcher l'apparition future d'allergies.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

Sources :

Cet article est partiellement traduit et adapté du Dr J. Mercola : Got Allergies? Here’s How Dishwashers Can Hurt You and Peanuts Can Help You

[1] Allergy in Children in Hand Versus Machine Dishwashing

[2] Eat Dirt - The hygiene hypothesis and allergic diseases

[3] The effects of selected probiotic strains on the development of eczema (the PandA study).

[4] Voir article du New England Journal of Medicine cité à la note 2.

[5] The protective effect of farm milk consumption on childhood asthma and atopy: The GABRIELA study

[6] Don't Pick Your Nose: Never Mind, Boogers May Be Good for You

[7] The Surprising Way to Treat Peanut Allergies

 

http://www.santenatureinnovation.com/

 

 

 

 

La fourmi, découverte d'un antibiotique dernière génération

Fourmi myrmecologie

La fourmi, la clé de l’antibiotique de demain
Les fourmis ont utilisé des antibiotiques bien avant nous, les humains. Selon une nouvelle étude, elles pourraient permettre de développer des antibiotiques plus forts, à une période où les bactéries sont de plus en plus résistantes.

Icefront/Epictura

Etre une fourmi dans une fourmilière, c’est comme être un humain dans une ville surpeuplée. La proximité avec ses voisins élève la menace d’épidémie. Il faut donc se protéger. Des millions d’années avant de croiser notre chemin, les fourmis ont utilisé des antibiotiques. Pour contrôler les infections, susceptibles de détruire leurs nids. Une nouvelle étude, publiée dans le journal Royal Society Open Science, démontre que les fourmis pourraient nous permettre de développer de nouveaux antibiotiques, plus efficaces face aux bactéries résistantes.

La fourmi voleuse, fabricante d’antibiotiques puissants


Les chercheurs ont analysé vingt espèces de fourmis différentes, en réalisant des prélèvements sur leur surface. Les écouvillons - petite brosse qui sert à faire des prélèvements - ont ensuite été mélangés à des bactéries. Si les bactéries se développaient moins avec certains écouvillons, c’est que les fourmis étaient enrobées d’un anti-bactérien.

Parmi ces vingt espèces de fourmis, les chercheurs ont trouvé leur championne: la fourmi voleuse. Cette dernière a fabriqué les antibiotiques les plus puissants trouvés à ce jour. Ceux prélevés à sa surface ont tué toutes les bactéries de l’expérience.


Éviter le manque d'antibiotiques

Depuis quelques temps, les chercheurs se tournent à nouveau vers la nature pour travailler sur les micro-organismes. Au coeur de leurs préoccupations : le manque d’antibiotiques à venir, dans un futur proche.Peu de nouveaux antibiotiques ont été découverts ces derniers temps et en parallèle, les bactéries deviennent de plus en plus résistantesà ceux que l’on connait déjà.

Quand une bactérie devient trop résistante, elle provoque une infection plus difficile à traiter. Rien qu’en Europe, le Centre européen de contrôles des maladies évalue à 25 000 le nombre de décès par an, liés à la résistance aux antibiotiques. 

Source :Futura sciences

 

Lire la suite

L'@robase : d'où vient-il, que signifie t-il?

Arobasque

Désormais devenu signe banal chez les utilisateurs de courrier électronique, le signe arobase daterait cependant de bien avant l’ère informatique.

Un terme à géométrie variable

Si le genre masculin semble être plutôt l’origine de l’arobase, le féminin est lui aussi accepté. Cependant, sur Internet, les requêtes révèlent que le masculin est deux fois plus usité que le féminin. Ceci pour le genre. Pour la prononciation, s’il avait été préconisé par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France ou DGLFLF, de prononcer arrobe, il semble bien que prononcer arobase soit plus la panacée de la majorité notamment dans le monde informatique qui est quand même à l’origine sinon de sa création du moins de son expansion. Normalement, il faudrait donc prononcer mais aussi écrire arrobe, l’arobase n’étant pas autorisé à l’oral et tout juste toléré à l’écrit mais comme dit, entre l’officiel et l’officieux, c’est le second qui l’emporte au quotidien même si l’anglais «at» s’impose au fur et à mesure d’abord chez les plus jeunes et peu à peu chez les plus anciens.

L’origine historique

Pour celui qui est adepte de la Paléographie, le @ est un signe qu’il aura pu voir dans des textes anciens datant du Moyen Âge. Selon le linguiste Berthold Louis Ullman, ce signe trouve son origine dans la ligature effectué par les moines copistes pour le «ad» latin signifiant «à» ou «vers» en français et «at» en anglais. Le a et le d cursifs ont fini par se confondre, le d s'enroulant autour du a et donnant donc le @. Le mot arobase pourrait venir d’une unité de mesure espagnole l'arroba dont le nom français est arrobe. Cette mesure espagnole viendrait elle-même de l'arabe ar-roub (le quart).

Le @, un moment disparu, reparaît durant le XIIe siècle dans l'écriture gothique. Dans les comptes des marchands florentins, il symbolise une unité de poids ou de mesure, l'amphore, sous la forme d'un a stylisé à la mode florentine. Il sera plus ou moins utilisé durant les siècles qui suivent jusqu’à ce qu’il soit popularisé aux Etats-Unis dès le XIXe siècle. Il servait à noter le prix unitaire des marchandises. Ainsi, «trois tables à 100 dollars pièces» s’écrit alors «3 tables @ $ 100» et se lisait «at» comme aujourd’hui… Ce signe qui apparaissait sur les machines à écrire et dont personne ne savait plus à quoi il correspondait va donc s’imposer en informatique et devenir un classique de ce langage informatique. Qui plus est, le «at» américain servant aussi à localiser objets et autres, c'est sans doute pla raison pour laquelle en 1971, Roy Tomlinson l’a choisi pour indiquer la localisation des serveurs et boîtes aux lettres de courrier électronique.

Comment est traduit arobase ailleurs

Français «arobase», espagnols et portugais «arroba» ont attribué un nom original au signe @. L'anglais se contente lui du basique at sign c'est-à-dire le commercial at. D’autres langues ont fait preuve de plus d’imagination. Voici quelques exemples :

• Esperanto : heliko (escargot)

• Italien : chiocciolina ou chiocciola (escargot)

• Hébreu : kroukhit (strudel)

• Allemand : Klammeraffe (queue de singe)

• Néerlandais : apestaart (queue de singe)

• Finlandais : apinanhäntä (queue de singe), kissanhänta (queue de chat) ou miukumaiku (signe du miaou)

• Hongrois : kukac (ver de terre)

• Danois : snabel a (le a avec une trompe d'éléphant)

• Grec : papaki (caneton)

• Russe : sabatchka (petit chien)

• Suédois : kanelbullar ou kanelbulle (brioche à la cannelle)

 

http://suite101.fr/article/lrobase--dou-vient-il-que-signifie-t-il-a28811

 

  • e6un7
  •  

Pourquoi certains aliments donnent-ils l'eau à la bouche?

Salive

Une bonne odeur de poulet rôti ou la simple vue d'un gâteau et l'eau vient à la bouche! La salivation est aussi bien provoquée par le contact mécanique avec les aliments que par une sensation agréable. Plusieurs glandes produisent la salive, à raison de 1 à 1,5 litres par jour. 

La salive est issue des glandes salivaires principales (parotides, sublinguales et sous-maxillaires) et des glandes annexes sous la muqueuse. Le débit salivaire d’un adulte est d’environ 1 litre par jour, mais il faut savoir qu’on salive plus debout ou couché, moins assis, plus en hiver qu’en été et …très peu la nuit.

Côté composition, la salive est un mélange d’eau, de protéines, d’électrolytes et de sels minéraux.
De la diction à la digestion…
La salive est une précieuse alliée des grands bavards : elle lubrifie les surfaces muqueuses et dentaires et permet de s’exprimer en toute facilité. Autre rôle de la salive : la préparation à la digestion. Mélangée aux aliments que nous mâchons, la salive forme « le bol alimentaire », c’est-à-dire une sorte de boulette qui glissera facilement dans notre oesophage. De plus, l’action chimique de la salive transforme certains composants des aliments pour les rendre plus facilement assimilables par notre organisme. Il s’agit en fait d’une véritable prédigestion !
En passant par la protection…
La salive participe activement à l’équilibre et à la protection de la cavité bucco-dentaire. Ses propriétés anti-bactériennes limitent la prolifération des bactéries et éliminent les micro-organismes indésirables. Ici, la salive agit comme un poste frontière qui contrôle toutes les entrées et lutte contre les invasions microbiennes.
...Jusqu’à la réparation
Non contente de faciliter la diction, la digestion et la protection de l’équilibre de notre bouche, la salive a également des talents de réparateur. Les caries qui attaquent nos dents résultent de la formation d’acides provenant de l’alimentation. Dans ce processus, la salive joue un rôle essentiel. C’est elle qui régule le pH de notre bouche et évite les attaques acides sur nos dents. Mieux encore, les ions minéraux contenus dans la salive contribuent à la reminéralisation de l’émail. Ainsi, la salive peut aider à réparer les dégâts occasionnés par les attaques acides.

De récentes études l’ont démontré, l’augmentation du flux salivaire contribue à une bonne santé dentaire. Pourquoi ? Tout simplement parce que la salive neutralise les acides qui attaquent nos dents. Après prise alimentaire, le pH de notre bouche devient acide et les risques de carie augmentent.

 

 

 

http://celtica44.over-blog.com/article-pourquoi-salivons-nous-73577324.html

http://www.doctissimo.fr/html/sante/dentaire/sa_dents5d.htm

 

Savez vous que vous consommez du poison au quotidien?

Arsenic

L'arsenic, c'est quoi ?

Un oligo-élément indispensable à notre organisme qui joue un rôle dans un grand nombre des réactions chimiques qui s'y déroulent, notamment dans nos os et nos dents. Nos besoins sont infimes : ils se situent entre 10 et 20 microgrammes par jour. Ils sont donc largement couverts par l'alimentation car l'arsenic y est très présent. Le mot arsenic vient du grec arsenikon, terme qui signifie "qui dompte le mâle" ! Il lui a été attribué à cause de sa grande toxicité : elle en a fait un célèbre poison, très employé car il est sans goût ni odeur. La dose mortelle se situe entre 70 et 180 milligrammes.

Mortel à grosses doses, l'arsenic est aussi cancérigène à petites doses répétées
Mais à très petites doses, répétées, fréquentes, l'arsenic est cancérigène (il est ainsi classé depuis 1980), et lié aux cancers de la peau, de la vessie et des poumons. Il existe sous deux formes chimiques un peu différentes : l'arsenic organique et l'acide inorganique. C'est ce dernier qui est le plus toxique.

La présence d’arsenic dans les aliments

On connaît tous l’arsenic comme étant un poison. Toutefois, l’arsenic est un élément que l’on retrouve naturellement dans le sol, et qui se retrouve également dans certains insecticides. S’il est vrai que l’ingestion de grandes doses d’arsenic est mortelle, il faut toutefois savoir qu’il est normal d’en retrouver dans les aliments et dans l’eau que l’on consomme.

Il est estimé que les Canadiens consomment en moyenne 48 ug d’arsenic par jour. L'arsenic peut être présent à de très faibles concentrations dans de nombreux aliments, y compris

 

  • dans la viande,
  • dans la volaille,
  • dans le lait,
  • dans les produits laitiers,
  • dans les produits de pâtisserie et de boulangerie,
  • dans les céréales,
  • dans les légumes
  • dans les fruits et dans les jus de fruits.


Ces traces d'arsenic reflètent en général une accumulation normale de source environnementale. Tant les formes organiques qu'inorganiques d'arsenic peuvent être présentes en quantité minime dans les aliments.

L’effet de l’arsenic sur la santé

Il n’est pas prouvé que l’arsenic en tant que tel est cancérigène, mais des études épidémiologiques réalisées en Asie, au Mexique et en Amérique du Sud ont permis d’observer que l’ingestion d’eau contenant quelques centaines de μg d’arsenic par litre était associée à plusieurs types de cancers : de la peau, des poumons et de la vessie et possiblement des reins, du foie et du colon.

L’arsenic dans le sirop de riz brun

Le riz, particulièrement le riz brun, est parmi les aliments renfermant une source majeure d’arsenic, et ce, pour plusieurs populations. Des chercheurs ont donc voulu évaluer le contenu en arsenic de produits contenant du sirop de riz brun : des barres de céréales et des laits maternisés.

Les résultats indiquent que plusieurs de ces produits contenaient des doses plus élevées d’arsenic, ce qui n’a pas manqué de commencer une controverse.


En ce qui concerne le lait maternisé, deux d’entre eux contenaient des quantités d’arsenic beaucoup plus élevées que celles ne contenant pas de sirop de riz brun, mais respectaient les limites fixées par l’Organisation mondiale de la santé.


De plus, parmi les barres de céréales analysées, aucune des doses ne dépassait 4 µg, et n’était pas associée au risque de cancer. En effet, les cas d’intoxications chroniques se présentent à des ingestions beaucoup plus grandes, c’est-à-dire au-delà de 400 ug à 700 ug par jour durant 5 à 15 ans.
 

Diminuer la quantité d'arsenic

Bien que les risques de consommer trop d'arsenic soient faibles, voici quelques conseils pour diminuer votre consommation :

  • Assurez-vous de bien varier vos produits céréaliers (riz, quinoa, blé, orge, avoine, etc.) Chez les personnes souffrant de la maladie coeliaque, il est important de ne pas dépendre que du riz comme produit céréalier.
  • Limitez, surtout chez les jeunes enfants, les aliments transformés contenant du sirop de riz brun.
  • Rincez votre riz avant la cuisson et faites le cuire dans une plus grande quantité d'eau, en drainant celle-ci une fois le riz cuit.

 

http://www.e-sante.fr/arsenic-dans-notre-assiette/actualite/1835

http://www.extenso.org/article/y-a-t-il-trop-d-arsenic-dans-nos-aliments/

 

  • e6un7

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site